Publié par : bouteillealamer | juillet 27, 2009

Mon voyage chez les fafounets

12

Je suis né en Île-de-France dans une virgule de Rungis mais je ne détestais pas les voyages et les explorateurs. Aux coins prodigieux du pays, je préférais les planches crevées d’un marché de katangais et les statuettes à tête de Dionysos furibards. Je décidai donc de combler cette anomalie le temps d’un week-end en Indre-et-Loire, précisément à Amboise. Je jouais les belges ou les allemands, le français de Courtoisie, Radio Courtoisie of course. J’allai au coeur de la France royale en docteur Livingstone congolais. Bantou I presume, Yes bantou, Missié le Blanc. J’ignorai qu’il pouvait exister en France des régions toutes blanches et la perspective de me retrouver dans un environnement d’une magistrale candeur, me stupéfia. Bien évidemment, pour un anthropologue francilien, l’étude de cette faune mono-ethnique est tout à fait riche en découvertes, et la première fut de constater qu’une population soustraite au métissage forcené, n’en demeure pas moins stupide et complètement tarée.

Les quelques rares spécimens noirs présents, vraisemblablement attirés par le circuit historique du château Royal et du Clos Lucé (une fois n’est pas coutume), constituant pourtant une catégorie sociale cultivée et férue de belles pierres, n’en était pas moins considérée par les autochtones comme un troupeau de gibbons, prêts à chaparder à la moindre occasion des fruits à l’étalage, pour les consommer tranquillement sur la plus haute cime d’un arbre. Il fallait voir le regard hypnotisé des bourgeoises à varices, devant des nègres parlant français et portant des chaussures ; c’en était trop pour leurs pauvres cervelets, les commentaires inquiets allaient bon train entre ces bouches pincées et surlignés d’un fin trait salace. Leurs yeux écarquillés ne pouvaient se soustraire à l’indicible : cette vision tenace et cauchemardesque de Kanaks échappés de l’enclos de l’exposition coloniale de 1931. Allaient-elles finir fringantes, le fion défoncé par ces gens qui, c’est bien connu, ne maîtrisent pas leurs pulsions, surtout de nature sexuelle.

Une scène surréaliste pour un honnête homme, celle d’une jeune noire sophistiquée et visiblement perdue avec son plan, arrêtant un passant accompagné de son fils, pour lui demander son chemin.

Elle : "Excusez-moi Monsieur…"

Lui : "Non !"

Je ne sais pas à quoi pouvait penser cette petite ordure ; une agression de Ben laden ? une tentative d’extorsion de fond par la force d’une fille de 50 kilos ? Ce manque total de bon sens me sidéra. Ce type, à coup sûr, allait se rendre à la messe du dimanche. Il allait s’imprégner d’un sermon sur la charité et l’amour du prochain ; communier même, les genoux à terre, la langue sortie et la gorge offerte, il allait transmettre à son fils, en partageant en famille une quiche aux poireaux, des valeurs enracinées issues de la noblesse des Francs et des Valois. Ce comportement relevant de la pire obscénité, aidé par un costume social accentuant ce savoureux mélange de chic et de sale, ressemblait précisément à ceci : un mannequin en plastique à raie thermomoulée de chez Acanthe, affublé du grotesque uniforme composé d’un short bleu marine, des classiques bateaux assortis au polo, et d’une pochette ceinture de couteau suisse (harmonie entre l’aventurier intrépide et la nature impitoyable de la Loire).

Au niveau du transfert presque transcendantal de l’héritage xénophobe fait de peur et de snobisme impénitent, une forme de lâcheté narquoise qui se prétend appeler par le tissu humain de la culture française toujours semblable à une écurie aux portes ouvertes, il semble que la jeunesse suive le glorieux chemin des aïeux. Celui délaissé du bon Maréchal Pétain. Un Scout de France interrompant quelques instant le Chat Bite auquel il se livrait frénétiquement avec ses camarades, leur dit "Vous connaissez la différence entre un nègre…". Capté par le regard d’une noire qui avait justement tout entendu, mais que son imprudente jeunesse n’avait pas perçu dans la pénombre de la chapelle, ravalant son histoire, il se contenta de baisser honteusement les yeux, le rouge aux joues et la merde au cul.

Néanmoins, Amboise demeure une splendide ville dont voici quelques photos

amboise-0

amboise-2

amboise-1

amboise-3

amboise-4


Responses

  1. Hypothèse : dans les rangs clairsemés de la sacristie, derrière les bancs en bois sertis à l’encaustique, des gens à raie échangent quelques propos, « nous sommes les derniers blancs, les derniers catholiques, les derniers français, les derniers hommes, des trésors vivants, on vient nous voir comme au zoo, Montjoie Saint-Denis sus aux homoncules ». Vu de loin, cela ressemble à une assemblée de nains courbés qui chuchotent et voudraient bien renaître d’un bain de sang que d’autres accompliraient pour la sanctification de la race. Aussi plus la négresse est frêle et sophistiquée plus les nains-trésors vivants seront acrimonieux, putassiers et infâmes parce que si un lascar venait à leur taper sur l’épaule avec un grand sourire, ils tendraient leur portefeuille en sortiraient la carte de crédit en tremblant des deux genoux et témoigneraient devant la police, en répondant aux questions des journalistes et en soupirant auprès de Mister infarctus qui est si loin d’eux et si proche de la crème à bronzage.

  2. Tout à fait d’accord Memento,

    Votre description va dans le sens constaté par Soral, qui qualifie ces individus de "droite hystérique et femelle".

  3. Dans le genre droite hystérique et femelle qui aime bien le fumet des holocaustes quand ce sont les autres qui brûlent, je vous conseille la lecture édifiante de ce commentaire d’un certain Denis L paru chez Ilys après la mort de trois enfants dans un pavillon :

    ” La femme de 34 ans et trois de ses enfants – des garçons âgés de 7, 4 et 3 ans-, décédés lors de l’incendie (…) Le père de famille, 39 ans, avait pu s’extraire du pavillon avec sa fille aînée, 11 ans. “…

    … On espère, malgré l’âge un peu élevé de la fille (selon les normes mahométanes), qu’à présent qu’ils sont débarrassés de quatre bouches inutiles dont une vieillarde, ils vivront heureux et auront beaucoup de petits consanguins, pardon, de petits maghrébins.

    Animalisation, imputation de sauvagerie, fantasme d’inceste, humour crasseux, tout y est

    Je laisse le lien pour les incrédules :

    http://ilikeyourstyle.net/2009/07/26/race-superieure/#comments

  4. À coup sûr c’est un fake, Mouloud, une odieuse parodie des chansonniers antisémites sous l’Occupation.

    Le maghrébin a remplacé le youpin dans la figure coupable ; ici plus question de gros nez et de doigts crochus pour ouvrir le tiroir-caisse, mais de copulation familiale (absente du monde juif et des Rallyes Dating tradis comme nous le savons tous), de prédation économique, de menace raciale.

    Le fond reste le même, seul le masque de la victime change.

    Vous verrez que lorsque l’antimaghrébisme finira par avoir autant de valeur que l’antisémitisme, les plus ardents détracteurs de la bougnoulisation de la France se rangeront du côté du nouvel oukase : Crime des Crimes, Horreur sans Nom, approbation d’un programme scolaire "spécifique" afin de ne "jamais oublier", convocations obligatoires auprès du CRAF, et terreur médiatique.

    Les mouvements géopolitiques nous y emmènent, le jeu des chaises musicales a commencé.

  5. Alibekov on en reste encore au stade artisanal du style radio Pigdreams, ou Mille Porcines, je n’imagine pas ces petits candidats à la ratonnade virtuelle molester leurs petits derrières dodus ou bronzés ou musclés pour aller prendre le couteau de cuisine, leur portable et le fusil de chasse, établir les listes, constituer des barrages routiers et des charniers improvisés. Si ça doit venir ils enverront les nazilons en battle dress, les gansters, les malades mentaux assoiffés de sang, les harpies qui veulent couper des couilles, la police, les gendarmes et l’armée comme d’hab. Pour le moment ça reste des jappements nauséabonds mais juste des jappements

  6. Alibekov, allez chez Xyr, son dernier bavardage affirme en premier lieu, il n’ y a qu’un lien qui compte, la Race (les antiracistes disent l’Homme mais c’est la même connerie en miroir), puis en deuxième lieu si on fouille bien on voit ce qu’il énonce « il n’ y a que la mort qui gagne ». Comme Xyr dit nous, on voit aussi ce qu’il cherche, la frange et la petite moustache. Rassurez moi c’est ça la réacosphère ?

    Voici le lien : http://www.chezxyr.com/2009/07/raciste.html

  7. Bonjour Mouloud,

    La Réacosphère est le creuset de toutes les alchimies interdites du Grand Laboratoire Progressiste, on s’y lâche aidé par le masque de l’Anonymat, puisque l’ôter nous exposerait aux danger de la lumière immanente et radioactive du Système.

    La Réacosphère est en général contre, rarement pour, elle s’entache d’alliances d’un jour pour contrer une forme de pensée unique, mais ses acteurs fonctionnent comme des voyous, solidarités éphémères le temps d’un coup, puis l’individualisme renaît.

    La faune Réac’ est souvent écorchée, un peu à l’image des personnages de Michel Houellebecq, elle essaye d’exister socialement, mais retombe inlassablement dans l’hédonisme :

    "À l’époque il voyait souvent Bruno. Bruno rêvait de devenir écrivain ; il noircissait des pages et se masturbait beaucoup ; il lui avait fait découvrir Beckett".

    La Réacosphère est donc composée de gens sensibles et timides, parfois violents mais passant rarement à l’acte. Ces gens ont souvent peur de disparaître, un peu à l’image du Peuple Élu qu’ils aspirent à être s’ils ne le sont déjà, ils pensent que la Race et l’endogamie les protègent des agressions extérieurs, comme le ferait une brique Monomur Terre Cuite contre le froid.

    Ce qu’ils ignorent, c’est qu’en matière de survie biologique, il n’y a que l’individu qui prime, ainsi expurgé de tous les métèques, il n’en demeure pas moins que la concurrence des mâles pour la possession des femelles se ferait toujours dans ce monde, mais entre eux, entre "blancs", afin de diffuser leurs gènes le plus largement possible. Il restera toujours au Réac’ la possibilité de souhaiter ardemment la mort de tous ses semblables.

    La nature est ainsi faite, mais le Réac’ préfère conceptualiser, c’est sa faiblesse mais aussi sa force.

  8. Tenez Alibékov, j’ai trouvé cet extrait dans une version française du Coran qui fait autorité. Sourate IX, verset 72 : « Dieu promet aux croyants et aux croyantes des jardins de sous lesquels des ruisseaux coulent et où ils seront éternels, des demeures excellentes aux jardins d’Eden ». Je passe sur le de sous (délire de typographe, lapsus, état de décomposition avancé du traducteur on ne sait) et j’en viens à l’exégèse.
    Dieu est substance séparée des hommes (croyants et croyantes), son acte c’est promettre à ses créatures trois choses : l’éternité symbolisée par le flot continu de la petite cascade, la contemplation que tente d’allégoriser le Jardin et la protection figurée par les demeures dites excellentes.
    A contrario on devine que la condition de l’homme sur terre (actions désordonnées pleines de bruit et de fureur, précarité de sa condition) l’empêche de découvrir la face de Dieu, il s’en suit qu’il lui faut croire et croire encore ce qui est la seule manière de contraindre Allah à un acte misécordieux : lui accorder la sérénité.
    Seulement il y a une telle distance entre le créateur et sa créature, un tel abîme qu’on finit par conclure que la créature se situe, sur cette Terre, quelque part entre le néant et l’animalité.
    Étrangement vos réactionnaires racialistes me font penser à des sortes de musulmans égarés en terre d’Occident. Leur Dieu caché dans son émanation s’est accompli dans une Idée de la Race, il faut absolument prétendre à cette essence et se battre pour y parvenir en étant toujours plus blanc, toujours plus aryen afin d’être quelque chose et non un petit animal affolé, une bête ou une sorte de poussière ballottée dans un bus de la RATP.
    Le processus d’épuration accompli, ils retourneront au Jardin, au ruisseau, à la demeure et rendront justice à la Divinité.
    J’en viens donc à la conclusion, entre un djihadiste de stricte obédience et un racialiste français il n’ y a pas seulement analogie de structure mais identité. Les passerelles sont donc ouvertes et les ponts jetés. Bien entendu les collégiens progressistes continueront à chercher en rond les conditions sociales de la violence quand ils auront encore un pieu dans le cul et un bûcher à leur pied mais c’est normal c’est ça un progressiste

  9. bon , les fafounets ont le droit d’être con aussi ,non ?

  10. Bien sûr allez pour le plaisir, un nouvel opus du fabuleux racialiste soralophobe Xyr : http://www.chezxyr.com/2009/08/mais-pas-avec-nimporte-qui.html
    On comprend que Nabe est un géant, que lui Xyr qui aime Nabe est aussi un géant, que tous les anti-américains c’est que des revanchards tout petits du bulbe et même plein de ressentiment et qu’il faut donc aimer la grande Amérique (sauf Obama qui est noir le salaud) pour être un grand artiste et un homme tout court.

  11. @ memento mouloud
    rien pigé

  12. " mais que son imprudente jeunesse n’avait pas perçu dans la pénombre de la chapelle"

    Un noir dans la pénombre, forcément.

    J’apprécie pas vraiment ce texte, je veux dire, à cause d’une blague (vaseuse certes, mais pensez-vous aux belges de temps en temps ?) et d’une non-réponse on crie au racisme, au fascime et on s’excite le minou ? Vous bossez à la HALDE, sans déc’ ?!
    Ah, ces inquisiteurs modernistes !
    "Que des blancs à Ambroise ?! Damnation suprême !"

  13. Très intéressant ce que tu dit alibekov (russophile ?).

    Tu es sûr que tu appartient à la catégorie des réacs ? Enfin je veux dire, c’est la première fois que je lis quelque chose d’intelligent sous la plume de quelqu’un qui se revendique réac.

    Je voit mal comment tu peux écrire ça tout en linkant des connards comme ilys, xyr, hank, lbdd, cgayb & Cie (et je sais de quoi je parle).

    Peut-être que je te juge un peu vite. Je suis conquis très facilement quand on me fait rire (j’ai bien rigolé sur tes sondages). En tout cas ton blog me laisse un bonne impression.

  14. Bonsoir Paul,

    Ma description d’un noir invisible dans la pénombre n’est pas l’objet d’une galéjade inspirée des one man shows 80′ de Michel Leeb, mais d’une description physique. Comme vous le savez le noir absorbe et le blanc réfléchit. Ne me faites pas dire une fois de plus ce que je ne pense pas, hein ?!

    Bonsoir Monsterleaw,

    Merci pour le compliment, à vrai dire, le courant Réac’ est protéiforme, j’en donne une petite définition éthérée en post 7, en oubliant toutefois de préciser que le naming peut regrouper des orientations diamétralement opposées, mais similaires dans la violence dialectique.

    À défaut d’être de bonne foi, le Réac’ est surtout un sociologue orienté du quotidien, qui prendra le parti d’écrire avec une plume acérée, en allant à contre-sens du point de vue développé par le Système.
    Nous pouvons dire avec du culot, qu’il est l’héritier d’une forme de journalisme engagé, mais agrémenté d’un zest d’auto-dérision absent du corpus gauchiste. Celui-ci est d’ailleurs perceptible chez les contributeurs que tu cite, et pourvus à mon sens d’un réel talent dans cette esthétique néoréac’ tout à fait charmante.

  15. @ mon ami mémento mouloud
    nos pseudo ,loin de nous dissimuler ,révèlent tout à notre sujet
    ou du moins beaucoup
    ainsi , votre affectation a réagir ,sur un fil qui pourrait traiter de l’intolérance du bon françaoui de base à l’encontre du divers ,de l’autre est forcément révélatrice
    vous n’avez pas pris le nom glorieux de jabbar ou de mansour
    vous avez toutefois tenu à rappeler "memento" , et c’est logique ,que vous êtes "autre", vous aussi "mouloud"
    et je salue cette affectation de neutralité , pour être autre ,vous vous concevez aussi comme quelconque ,standard , lambda
    moi aussi je suis lambda
    nous sommes tous lambda
    et pourtant ,la masse a un destin différent , plutot plus cruel que celui des individus ,tantot bourelle (la masse) tantot victime (idem)
    on entend parfois ,et jusque sur ce fil "ce sont les …qui nous ont.." ou bien "les….,ce sont des…….."
    le sont-ils tous ?individuellement ?
    est on comptable individuellement des reproches(vrais ou fantasmés) à faire à la masse ?
    toute masse ,par sa masse même ,a eu un effet dans l’histoire , jusque et y compris la troupe amorphe des moujiks de l’ex empire (et ça n’est pas abelikov qui va me démentir)
    la masse ,les masses , même si on affine et individualise ,reste MASSE ,tout y ramène
    par exemple (un parmi tant d’autre) les pseudo pris sur les fils de discussion
    le mien peut renvoyer à l’immense masse des bataves aux mains poisseuses , pirates de la mer du nord , esclavagistes du nouveau monde et de l’océan indien (ha les délices de la vie coloniale en indonésie) ,auparavant un autre ,à consonnance ibérique aura ,lui aussi renvoyé à la colonisation du nouveau monde ,un peu en dessous du texas
    le votre pourra parler de l’expansion militaite des 7 et 8ème siècle , des razzias incessantes sur les rives nord de la mare nostrum , de la colonisation balkanique ou du magrheb , de l’expansion dans l’océan indien

  16. Monsterleaw, vous êtes un âne.

  17. Mon message est passé à la trappe, dirait-on !

  18. des fafs antiracistes… et soraliens…?

  19. Mhhhhh Sparadra, le terme consacré serait plutôt Nationaux Révolutionnaires.

  20. En parlant de xygay, symbole de l’extrême droite hystérique et femelle, voici le message que j’ai envoyé sous ce billet ( http://www.chezxyr.com/2009/07/la-foi-en-loccident.html ) :

    "La foi en l’occident" avec la photo d’un rockeur anorexique… tout un symbole.

    Pour rappel les États-Unis comptent 70% d’habitants en sur-poids, dont 30% d’obèses.

    Vous vivez dans un rêve (cf tout vos délires où vous sortez votre joker : "ah ouai mais moi je suis un artiste, tu vois, donc tu peux pas comprendre, en plus t’es arabe donc t’es un handicapé mental donc je devrais même pas t’adresser la parole esclave" (sic^1000)…). Vous êtes déconnecté de la réalité. Pas étonnant que vous soyez friands des histoires sur l’invasion muzz. C’est de la science-fiction, du délire, ça crève les yeux.

    Un bon film, avec un bon gros méchant, comme seul les américains savent en concocter.

    Si je me souviens bien, dans un de vos billet vous disiez manquer de sommeil ? C’est parfaitement symptomatique. Vous rêvez debout.

    ——————————————————-

    Message poli, argumenté et donc évidemment censuré.

    Et ce mec se prend pour un génie, un artiste, un résistant… Putain…

  21. Salut monsterleaw,

    J’avoue aussi avoir un problème avec l’iconographie parfois employée par la réacosphère, pour illustrer certains articles à teneur identitaire.

    Les rockeuses tatouées à Rimmel, ou les avortons macrocéphales à perruques ne remportent guère mon adhésion.

    Partant du principe que le procédé sémiologique génère un système binaire dans lequel l’image supplante le texte, il est primordial de penser aux conséquences premières qu’une photo associée au titre, peut avoir sur le lecteur.

    Dans le lien que vous insérez, je tombe sur une photo en noir et blanc succédant au titre "La foi en l’Occident". Je la trouve judicieusement employée.

    D’un prime abord, je vois un petit homme aux épaules étroites vêtu de sombre, écrasé par cette prise de vue en plongée. Il porte des lunettes noires pour se cacher, il doit avoir honte de quelque chose, certainement de ne pas avoir fait beaucoup de sport dans sa jeunesse, ou d’avoir pissé au lit après une cuite.

    Perdu au milieu de nulle part il semble fragile mais le cadrage carré nous renseigne aussi sur sa force. Ses épaules supportent littéralement la ligne d’horizon ; sa responsabilité est énorme. Aussi fiotte qu’il soit, ce type est la seule verticale de la composition, s’il part, le monde s’écroule.

    Il nous regarde, un pied légèrement décalé vers l’arrière. Ceci annonce un voyage imminent mais qui est de sa volonté, de son ressort. Personne ne le chasse, il va se soustraire au spectateur en gagnant la voiture, simplement, les mains dans les poches, signe du dénuement le plus total, en laissant derrière lui un paysage qui restera un désert.

    Évidemment, l’auteur aurait pu employer une illustration héroïque-fantaisie saturée d’un Gaulois chargeant au marteau de guerre, mais l’effet premier degré aurait juste fait vibrer un certain lectorat de FdeSouche avec la subtilité qu’on lui connaît.

  22. Comme le dit Cicéron dans les Tusculanes "un homme qui s’est jeté du haut du cap Leucate ne peut pas s’arrêter suivant sa volonté"

  23. "D’un prime abord, je vois un petit homme aux épaules étroites vêtu de sombre, écrasé par cette prise de vue en plongée. Il porte des lunettes noires pour se cacher, il doit avoir honte de quelque chose, certainement de ne pas avoir fait beaucoup de sport dans sa jeunesse, ou d’avoir pissé au lit après une cuite."

    C’est la deuxième fois que je vous le dit, mais étant donné que les compliments sont rare dans ma bouche je vous le redis : j’aime bien votre humour.

    Pour le reste j’entends très bien ce que vous me dite, que la photo est bien choisie etc, etc. Je ne dit pas le contraire, enfin pas exactement. La photo est bien choisie mais d’un point de vue marketing. xygay, vend, refourgue, nous dégueule sa came, son occident et toutes ses conneries. Moi je me place du point de vue de la réalité, de la qualité réelle du produit qui est vendu. Et ce produit c’est de la merde, de la pure daube (l’occident j’entends, pas la france).

    Ce qui me gêne avec xygay, ce n’est pas qu’il baigne dans un univers imaginaire où l’islam incarne le démon (sans parler des faits divers qu’il invente), c’est qu’il à le culot de venir parler du réel avec sa grille d’analyse cinématographique (exemple : il chie sur soral, un vrai penseur, et vénère finkielkraut, un pur escroc médiatique).

    Bref, qu’il continue à vendre sa merde, mais qu’il n’oublie pas de rajouter le label "science-fiction", des fois que y’aurait des blaireaux qui le prendrait au sérieux.

  24. Je saisis votre point de vue monsterleaw, j’ai voulu argumenter dans le sens cérébral réac, mais je conviens que ce type d’image n’est pas très vendeur pour un public étranger au mouvement, et génère une angoisse adolescente (bien que légitime) à défaut de virilité.

    Pour en revenir à Soral, il n’y a pas une seule de ses interventions filmées que je n’ai raté.
    j’ai réellement encaissé des centaines d’heures d’enregistrements, qui m’ont permis de comprendre sa mécanique cérébrale, son positionnement politique directement inspiré des thèses de Lukács, Clouscard et plus généralement de la sociologie marxiste.

    Sa dialectique me semble imparable dans ce contexte libéral-libertaire contemporain, et dérange puisqu’elle bouscule le pré carré confortable constitué par les parasites sociaux de 68 qui nous assassinent depuis cette révolution rose, et sa cohorte de segmentations de marché (cause gay, lobby qui n’existe pas, féminisme forcement bourgeois, crétin de banlieue modelé en victime).

    Agitprop mêlant le langage universitaire au coups de poing inhérents au terrain, Soral a tout de l’intellectuel complet, bref l’antithèse de la fiote de salon qui fait dans son benouze à l’idée d’une confrontation physique (le seul courage qui vaille d’après lui).

  25. "mais je conviens que ce type d’image n’est pas très vendeur pour un public étranger au mouvement, et génère une angoisse adolescente (bien que légitime) à défaut de virilité."

    Mais bien au contraire !!! Et c’est bien ça le problème…

    L’image véhiculée s’inscrit en droite ligne de la propagande occidentale : "les états-unis c’est cool, c’est la liberté, c’est le rock, c’est les belles filles, c’est la puissance etc, etc."

    Et c’est le fait qu’on continue à vendre cette merde – et que malheureusement ça marche (cf l’aura de xygay) – qui m’irrite, car désolé de ramener certains à la réalité mais, les états-unis c’est un mirage, une illusion. Un empire bâtit sur un génocide, qui ruine la terre entière avec son argent-dette, ses guerres et ses canulars. l’image qui aurait du donc illustrer l’article de xygay, c’est celle d’un cowboy obèse et semi dépressif, fabriquant de la fausse monnaie pour racheter la merde qui le fait sans cesse grossir.

    Mais évidemment là c’est moins vendeur.

    "Je saisis votre point de vue monsterleaw, j’ai voulu argumenter dans le sens cérébral réac"

    Désolé mais vous n’êtes pas un réac. Un réac n’est pas capable d’écrire ce qui suit :

    "Pour en revenir à Soral, il n’y a pas une seule de ses interventions filmées que je n’ai raté.
    j’ai réellement encaissé des centaines d’heures d’enregistrements, qui m’ont permis de comprendre sa mécanique cérébrale, son positionnement politique directement inspiré des thèses de Lukács, Clouscard et plus généralement de la sociologie marxiste.

    Sa dialectique me semble imparable dans ce contexte libéral-libertaire contemporain, et dérange puisqu’elle bouscule le pré carré confortable constitué par les parasites sociaux de 68 qui nous assassinent depuis cette révolution rose, et sa cohorte de segmentations de marché (cause gay, lobby qui n’existe pas, féminisme forcement bourgeois, crétin de banlieue modelé en victime).

    Agitprop mêlant le langage universitaire au coups de poing inhérents au terrain, Soral a tout de l’intellectuel complet, bref l’antithèse de la fiote de salon qui fait dans son benouze à l’idée d’une confrontation physique (le seul courage qui vaille d’après lui)."

    Ayez un peu plus d’estime pour ce que vous écrivez. Vous vous insultez en arborant fièrement le label marketing "réacosphère".

  26. Cher monsterleaw,

    Réac’ veut dire en réaction, je ne crois pas usurper ce joli patch (dont je suis l’auteur) en l’employant sur mon pare-brise, mais votre compliment me touche.

    Tenez, en bouquinant ce matin, j’ai pensé à notre conversation d’hier soir, je vous livre un fragment du livre très mal écrit de Zemmour, "Petit Frère" mais dont un passage résume assez bien la France contemporaine :

    "Les baby-boomers sont vraiment les rois du XXe siècle. Ils ont tiré tout ce qui bougeait quand ils avaient vingt ans, ils ont pris la place de la génération des authentiques résistants en les traitant de fascistes, s’en sont mis plein les fouilles, et arrivés à la soixantaine, ils se débarrassent des jeunes cons en leur filant des diplômes au rabais et des boulots précaires, ils gardent le pognon pour eux et baisent donc les jeunes tendrons qui refusent de se faire sauter par des gars de leur âge qui n’ont pas un sou, aucun espoir d’en avoir avant longtemps, et qui n’osent pas tirer un coup de peur de faire de la peine à leur copine".

    N’est-ce pas un très bon résumé de Misère du Désir ?

  27. "Réac’ veut dire en réaction, je ne crois pas usurper ce joli patch (dont je suis l’auteur) en l’employant sur mon pare-brise"

    Effectivement de ce point de vue, je suis moi-même un réac.

    Le problème c’est que le mot a perdu tout son sens, qu’il y a eu une OPA du système sur ce mot. Aujourd’hui s’afficher réac, c’est s’afficher avec xygay, ilys, cgb etc. Et ces gens-là, la seule réaction qui les anime c’est celle que ressent un chien quand il voit un étranger devant sa niche. Bref, des petits bourgeois qui défendent bec et ongle le système qui les nourrit. Alors je ne voit pas bien ce que vous faites (même virtuellement) avec ces gens-là.

    Bon après si c’est vous le créateur du logo, je comprends que vous vous y attachiez. Mais sachez bien qu’il a été complètement souillé et que quand on le voit on ne s’attend pas à faire face à un national-révolutionnaire. Un peu comme l’image du "che" recyclé par les capitalistes pour vendre des tee-shirts…

    "N’est-ce pas un très bon résumé de Misère du Désir ?"

    Oui.

  28. Une merveille comme ça existe encore?

  29. Bonjour Marie-Thérèse.

    À quoi faites-vous précisément allusion ?

  30. A la France d’Amboise, Ali.

  31. En effet, c’est tout à fait stupéfiant, on ose à peine y croire en découvrant ce monde préservé du béton et de la DDM (Diversité De Masse).

    Imaginez simplement la région en proie aux délires de Jean Paul Huchon, pour vous figurer toute la fragilité de ce trésor.

  32. Vous pensez à ma femme ?

  33. Plutôt à son cul en fait.

  34. je suis rassuré

  35. Qu’est-ce que vous avez contre le racisme bête et méchant ?

    Il faut être un moderne qui s’ignore pour fustiger ces comportements peu charitables mais plein de bon sens.

    Plutôt la prévention par le racisme contre les nègres que la punition de ces derniers dans la tolérance bon teint.

  36. Très bien.
    Maintenant plutôt que la prévention par le racisme (qui n’est plus de la prévention à ce stade), j’aurais préféré que la prévention se fasse en se dispensant de voter Giscard et d’homologuer sa politique de regroupement familiale.

  37. "Qu’est-ce que vous avez contre le racisme bête et méchant ?"

    C’est un peu comme demander : "qu’est-ce que vous leur reprocher aux hommes politiques ?", "qu’est-ce qui vous gêne chez les pédés ?"

    Poser la question c’est déjà y répondre.

  38. Bitru n’est pas comme Limonov, il n’aime pas les nègres, Bitru pense que la modernité c’est la tolérance bon teint (blanche donc), Bitru ne sait pas que la tolérance s’applique aux confessions et aux opinions mais aussi aux maisons closes rarement au taux de mélanine des individus de l’espèce sapiens-sapiens

  39. @monsterleaw

    Va rejoindre la HALDE.

    @Mouloud

    J’adore les africains quand ils sont en Africanie. Limonov suce des bites, c’est un mauvais exemple. La tolérance, c’est aussi supporter son voisin, c’est déjà dur avec ceux de souche française, pas la peine de compliquer les choses.

    @Alibekov

    Vous aurez beau préférer ceci ou cela, vos gamins se les coltineront quand même, les nègres. Sachez les rendre bien racistes pour éviter les ennuis inutiles.

  40. Bitru,

    Je ne crois pas avoir besoin de les rendre racistes, le réel s’en chargera probablement.

    Un proverbe arabe dit d’ailleurs que "Le terrain est une démonstration".

    Comme quoi sur ce blog, nous savons reconaître les grands penseurs, même originaires du désert.

  41. Il y a aussi un proverbe qui dit qu’il n’y a pas pire aveugles que ceux qui ne veulent pas voir.

    Si le terrain était une "démonstration", les français seraient encore français et nous serions pas là à en discuter.

  42. Justement, le proverbe n’est pas français mais arabe.

  43. xygay prépare son adhésion à l’UMP :

    http://www.chezxyr.com/2009/09/crevez-avant-noel.html

    lu sur son site :

    "Il n’y aura aucune révolution. Comme l’a déjà dit XP, il faut juste devenir assez riche et profiter du libéralisme qui permet aux européens de vivre dans des lieux protégés. Ça finira en ghettos sécurisés comme aux USA. Personne n’a été élevé avec l’idée de cause à défendre, il ne se passe déjà rien avec des bulletins de vote – un acte anonyme et quasi passif; il ne se passera jamais rien avec des armes. C’est du faux espoir pour lecteur de fdesouche.com, c’est la même méthode de pensée qu’au NPA que de se faire plaisir à imaginer une révolution.

    Comme le dit RdB sur ILYS, il n’y a pas d’autres solutions que de prendre sa carte UMP pour tenter d’améliorer sa situation professionnelle et le salaire qui permettront de vivre loin de la faune."

    A ce qu’il parait l’expression "chrétien à babouche" aurait été copyrighté par le blog gay-friendly ILYS.

    Je me permet donc de prendre à témoin les lecteurs de ce blog, pour breveter l’expression :

    "Reconquistador en pantoufle"

  44. C’est tout leur problème Monsterleaw, ils ne causent pas l’anglais, chavirent au mot d’expatriation et constatent que déjà 10 % de fils d’algériens s’ébattent dans les catégories supérieures et non dans une fosse à purin, leur racisme c’est leur gagne-pain, leur manière, leur seule manière d’être un peu français, enfin eux disent occidental

  45. « L’écologie est une religion. Une religion chrétienne. Catholique dans notre pays. Sentiment de culpabilité, apocalypse, indulgences, pater et ave, etc. Intelligemment, ils ont tout repris. Et cela nous parle. Tant qu’il existe la même quasi-impossibilité d’incroyance que celle mise en exergue par Lucien Febvre en d’autres temps et pour une autre époque. »

    Mike Steeve Donovan, barman chez Ilys

    Précisons pour Mike Steeve, l’autre temps c’était 1943, l’autre époque c’était celle de Rabelais, le concept c’était celui d’outillage mental, il était emprunté à Bachelard, Gaston de son prénom, la thèse défendue, l’incroyance ne pouvait exister au XVIème siècle a, depuis, été abandonnée.

    http://ilikeyourstyle.net/2009/09/16/julien-coupat-vote-la-taxe-carbone/

  46. Всем привет! Предлагаю Создание сайтов от 2000 руб. Огромные скидки до 3 августа.
    Команда профессиональных веб программистов всегда рада помочь Вам в создании сайтов. Опыт – более 250 сайтов различной сложности.
    Мы делаем одностраничные сайты, сайты-визитки, интернет магазины, блоги, форумы, каталоги и многое другое.
    Пишите на gridrain@mail.ru

  47. WebRussianWomen -чумачечшие знакомства, чат, загрузки

  48. Каждому Доброго времени суток! Если вы хотите начать настоящее дело в интернете, но не знаете, в какую сторону двигаться, начните с информации на странице сайта Деньга-Сайт!

  49. Femmes à poil et à vendre slaves, charme garanti, téléphonez à Igor ou s’adresser directement au bar chez Léonid, 2 place des acacias à Bruxelles (traduction libre du texte ci-dessus)

  50. Finally…Equipage

    I visited the Hermes shop in search of a 100ml bottle of Equipage and located it. the doorman was gracious to open the doorway for me and the son and greet us very good afternoon. On getting into and staring close to seeking for the fragrances a more youthful sales gal with eyeglasses arrived over and asked how she could aid. I located my ‘hermes kelly‘ and indicated I would carry on to appear close to. The sales gal hovered close by and when I seemed at the enamel bracelets she came over and discussed the approach of how they are created.

    The profits dude downstairs greeted us as we seemed at ties and sneakers. I was dressed easily – plaid shorts and RL polo but felt I was taken care of as a customer ought to be.
    It is Hermes. Of program the objects are gorgeous.
    As I ogled an unbelievably lovely hand-stitched crocodile hoodie, an exceptionally welcoming salesman walked by and respectfully explained "There are only 3 of them in the United States. Go ahead and try it on." I responded "Oh, no way, I can’t." He warmly repeated himself, "Go ahead and attempt it on, be sure to." I speedily eradicated myself from the predicament, trying to management myself, knowing how incredibly simple it would have been to hurdle throughout the close by glass ledge, knock above the Safety Guard and lightning-bolt out the entrance door, scale the aspect of the developing, and lizard-leap from building-best to developing-top rated until I attain the predictable basic safety of my own common apartment, exactly where I could thereafter stay peacefully rocking back-and-forth in a darkish corner grappling My Treasured. To estimate Jerri Blank (Strangers with Candy), "Alter. Can we adjust?"
    What is fantastic about Hermes is the consumer service. Very quite knowledgeable SAs and you they can refurb something!

    I get irritated when folks come into the shop just to ask for a Birkin. There are so a lot of other gorgeous bags (not to mention ready-to-use and components).

    Only criticism is the return policy. You better get property quick with your scarf to make it matches the outfit you had in brain and much better get back to the retailer ASAP if it does not!
    Overall, you get what you shell out for and I would suggest a pay a visit to to this shop even though in NYC.
    The 5 stars are for the merchandise.

    As for the sales support, when I went into the Boston retailer with an acquaintance, the SA’s stopped chatting amongst on their own as we walked in and stood at interest. We were welcomed and taken care of most graciously.
    I firmly believe that you get from other individuals the identical perspective you put out, as in every place of daily life. I uncover it interesting that individuals can arrive to the very same store or restaurant and one particular will praise it to the skies although the other people are disgusted and unfavorable. This is clearly the cause why.
    If you go in sensation afraid and feel like you may well not belong there, the folks will decide on up on it.
    If you really don’t believe you should have good support, you won’t get it.
    If you are arrogant and defensive, they will replicate that. If you are hostile and unfriendly, ditto. And so forth.
    By default, you get the greatest chance for great services if you wander in donning Hermes in some sort, the more seen the much better-e.g. a Kelly or Birkin bag and/or scarf. (but beware-do not put on fakes!!!!!) And dress genuinely properly. No prole caps or running footwear or jeans-unless of course you wear them with significant diamonds.
    You ought to also don’t forget that Hermes has to bargain with a big tourist crowd who-as numerous folks are these days, sadly-often lack simple manners. And hordes of ladies demanding Birkins…who are not in a position to acquire them anyway but just want to touch 1. Sigh.
    I not too long ago examine a correct story of a female who introduced her Birkin into Hermes and rested it atop a counter to search at something close by. An additional client arrived over and asked her if it was real. She explained indeed. And this woman then selected up the purse and exclaimed "but it’s so heavy!"
    The bag’s operator mentioned: "that’s since it has all my factors in it."
    The female then proceeded to Vacant OUT THE OWNER’S BAG!!!!!!! onto the counter, to the amazement of the SA nearby.
    Shocked, the operator stopped the female and told her the bag was not for sale and that it was hers.

    btw, it actually is genuine that you can purchase a Birkin (or Kelly) in the keep-there is no waiting around record except if you want to order a special skin. You just have to devote a significant quantity in the store and then inquire if they have a Birkin to match your hermes replica birkin bags no matter what (s). The creator of "Getting Home The Birkin" is absolutely appropriate about this.

    Indeed it’s outrageous, but as often, income talks.

  51. It’s true that we agree congregate these modern regulations not later than the journey’s end of august. Any longer the poser is how to accede with them. uninitiated in the kindly chute commission is vast, but we in any case necessity to polish scant things. These facts are esintial reason of our following dilatation, and we all realize that this is completely true.

    I everlastingly lack to shed
    I again desideratum to shed
    I always paucity to shed
    I everlastingly desideratum to shed
    I again lack to clarify
    I always desideratum to make clear
    I unceasingly paucity to explicate
    I unceasingly desideratum to clarify
    I everlastingly paucity to make clear
    I always desideratum to explicate
    I everlastingly lack to clarify
    I everlastingly desideratum to shed
    I again paucity to explicate
    I everlastingly paucity to explicate
    I unceasingly need to make clear
    I always lack to explicate
    I unceasingly need to clarify
    I unceasingly paucity to explicate
    I again desideratum to make clear
    I always need to clarify
    I again need to clarify
    I again lack to clarify
    I unceasingly desideratum to explicate
    I always paucity to make clear
    I everlastingly lack to explicate
    I again need to make clear
    I always paucity to shed
    I unceasingly lack to shed
    I everlastingly desideratum to explicate
    I always paucity to shed
    I again lack to make clear
    I again lack to clarify
    I again desideratum to shed
    I again need to explicate
    I again paucity to make clear
    I always lack to explicate
    I again paucity to clarify
    I always lack to make clear
    I always need to clarify
    I again desideratum to shed
    I always lack to explicate
    I always need to shed
    I everlastingly lack to make clear
    I always need to explicate
    I always need to shed
    I everlastingly paucity to clarify
    I unceasingly desideratum to clarify
    I always need to clarify
    I always lack to shed
    I everlastingly desideratum to clarify
    I unceasingly desideratum to clarify
    I again need to shed
    I again lack to explicate
    I again desideratum to shed
    I unceasingly lack to make clear
    I everlastingly paucity to explicate
    I everlastingly lack to explicate
    I everlastingly paucity to clarify
    I everlastingly paucity to explicate
    I again paucity to make clear
    I again paucity to make clear
    I unceasingly need to shed
    I unceasingly need to shed
    I again desideratum to shed
    I unceasingly desideratum to clarify
    I everlastingly need to make clear
    I again lack to shed
    I everlastingly paucity to clarify
    I always desideratum to clarify
    I unceasingly need to clarify
    I again paucity to shed
    I again desideratum to clarify
    I everlastingly lack to clarify
    I everlastingly desideratum to make clear
    I unceasingly desideratum to clarify
    I always desideratum to clarify
    I everlastingly lack to explicate
    I again need to explicate
    I always lack to explicate
    I unceasingly lack to clarify
    I everlastingly need to make clear
    I again need to clarify
    I always paucity to shed
    I always need to make clear
    I unceasingly desideratum to shed
    I everlastingly desideratum to shed
    I always need to make clear
    I again need to clarify
    I again lack to clarify
    I again desideratum to shed
    I always need to clarify
    I everlastingly desideratum to make clear
    I again lack to shed
    I everlastingly paucity to clarify
    I everlastingly lack to shed
    I always lack to shed
    I always lack to make clear
    I always desideratum to shed
    I everlastingly lack to make clear
    I everlastingly paucity to shed
    I always need to clarify
    I again desideratum to explicate
    I always lack to clarify
    I again desideratum to explicate
    I again need to explicate
    I everlastingly lack to clarify
    I always desideratum to make clear
    I always lack to explicate
    I again desideratum to shed
    I unceasingly need to explicate

  52. You make a fantastic point. Got some good information here. I think that if a lot more people today thought about it that way, they’d possess a better time get the hang ofing the problem.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 56 autres abonnés

%d bloggers like this: