Publié par : bouteillealamer | août 4, 2009

Matinik cé ta nou Matinik cé pa ta yo

11_3_maillard

Quand je lis une information relative aux Dom-Tom et plus précisément à la Martinique, mon esprit ne peut se soustraire à l’image vaporeuse surgit d’un souvenir lointain alors que j’étais encore au lycée ; celle d’une soirée de Jour de l’an délétère, passée dans une boîte afro de la capitale.

Un noir visiblement achevé par la dynamique des stroboscopes associée aux Whisky Coca, ressassait une pensée en ponctuant sa phrase d’un mouvement pétulant de la main : « le rhum, c’est la boisson du nègre » Tu comprends ? « le rhum, c’est la boisson du nègre ». Le téléphone portable venait de faire son apparition, du moins était-il devenu abordable, et ce bon noir éméché portait précisément à la ceinture, un mobile anthracite à antenne rétractable.

Avec le recul, cette vision du téléphone clipé à ce pantalon moutarde à pinces, traduit très certainement le summum de la lose, mais remis dans son contexte, il développe un tout autre message basé sur la recherche d’amour-propre et une forme de dignité évanescente. Cet Antillais était très fier de son téléphone. Le témoin lumineux vert clignotait de manière ininterrompue, ayant l’air de murmurer « viens près de moi, je vais te parler de la négritude, du théâtre engagé de Patrick Saint-Eloi, de l’esclavage, et surtout du rhum ; c’est la boisson du nègre ».

Relance : 30 millions de plus pour les Antilles nous apprend le Figaro

Chiffres à l’appui : entre les deux départements, 1430 véhicules ont bénéficié de la prime à la casse ; 98 entreprises ont bénéficié de l’intervention de l’État ; 4277 emplois ont été aidés depuis le début de l’année ; 206 000 foyers fragiles ont reçu plus de 30 millions d’euros ; EDF a programmé près de 50 millions d’euros d’investissements… Au total, le plan de relance s’élève à 196 millions d’euros pour la Martinique et la Guadeloupe. […].


Responses

  1. d’accord sur tous les points
    sauf
    sauf le rhum
    le rhum ,bordel !
    dialogue extrait d’uranus ,de marcel aimé
    -passez moi astyanax ,on va filer en douce,attendons pas d’avoir les poulets à nos trousses
    -ha que vois je , un homme enfin !
    voulez vous du rhum ou voulez vous du vin blanc ?
    – du rhum
    -c’était du rhum que buvait mon hector………
    bon ,c’est pigé ?
    du rhum

  2. Vous allez me détester Kobus, mais je suis softdrink, ce qui en soirée ou dej’ d’entreprise, constitue un sujet d’étonnement à chaque fois renouvelé.

    quant à Uranus, je crois me souvenir d’une mémorable scène jouée par Galabru, où il est question de jouissance et de dénonciation. J’y vois à chaque fois une analogie avec nos comités de vigilance citoyenne.

  3. ne serait ce que pour vous entendre dire « vous êtes bien bon » , je vous répondrais « qui suis je pour vous détester ? » ou alors « je suis chrétien -ce qui est faux- je me dois de pardonner aux hommes qui ne boivent pas de rhum »
    et ,effectivement , je vous pardonne
    est ce vous ou phantom of ben gazza qui ,dans une chronique aujourd »hui passée à la déchiqueteuse ,avez parlé d’un voyage autour de la mare nostrum et du teint jaunatre des cirrhotiques charmant les ashkénases de tel aviv ou de heilat ?
    si vous voyez une analogie entre un personnage de marcel aymé et notre époque mortifère………..je peux rien pour vous
    la jouissance pénale est ,aujourd’hui ,à la fois obligatoire , équitable et remboursée (en effet , l’aide juridictionnelle gratuite procède de cet aspect « gratuit » et donc « accessible au plus grand nombre ») pour tout dire bien vue , respectable , saine en un mot
    un peu comme le fait de se branler sur internet en prétendant lutter contre ses pulsions pédophiles (« si je fais ces cochoncetées devant mon ordi ,je vais pas tringler des petites thaïlandaises à phukett »)
    alors que les personnages de marcel aymé et de l’histoire en général ,donc révolue ,donc éteinte , avaient cette part de honte ,de transgression d’interdit antique ,qui nous les rendaient proches ,et en quelques sortes ,accessibles à la rédemption
    de nos jours ,c’est une jouissance légale ,encouragée ,dépouillée des horipaux judéochrétiens de culpabilité
    d’ailleurs ,ça va céder la place à autre chose ,sûrement ,il y a accoutumance ,comme pour les sérial-killers
    je sais pas si vous me suivez , là ?

  4. Bonsoir Kobus,

    Je pense que vous faites allusion à un texte de Phantom, qui relatait un voyage en stop à Tel Aviv, ou un soldat israélien assis à côté de lui dans un pick up, et contemplant des enfants palestiniens courant après le véhicule, lui dit « don’t worry, if they come too close, I shoot them ».

    Pour rebondir sur votre questionnement relatif à la jouissance appliquée au pénal, il me semble en effet que la pulsion sadique s’exprime autour du racket institutionnalisé ; donc de la possibilité de taper sa victime au portefeuille.
    La perversion est double et absolue, puisque d’une part vous gagnez du fric de manière légale (conscience dépouillée des oripeaux judéochrétiens selon vous, boostée en plus d’après moi, par le légalisme protestant), de l’autre, vous assistez à la mise à nue du condamné, à sa mort sociale programmée par son appauvrissement.

  5. ami abelikov
    non , ce qui frappe dans la jouissance pénale d’aujourd’hui ,c’est son caractère revendiqué ,au grand jour ,c’est une fierté d’être pénaliste , une pride , la pride de la peine ,de la peine pour autrui , de son emmerdement maximum(pas que ça rapporte ,en effet , ou plutot si ,mais pas seulement )
    en gros ,les emmerdeurs se lâchent ,ils sont fiers et revendiqués , fiers d’emmerder en rond , de forcer les autres à devoir se justifier , devoir aller devant le tribunal , devoir se taper la visite à l’avocat ,à l’expert , les communiqués de presse , tout le toutim
    avant la jouissance pénale était un peu solitaire , un quasi onanisme juridique
    là ,ça devient un peu la love parade
    ça serait la « prosecussion parade »
    avec en tête les associations de lutte pour , de lutte contre , et surtout les associations de patients à qui on doit la notion juridique épastrouillante de « responsabilité sans faute » , qui annule le dicton « c’est la faute à pas d’chance  »
    il FAUT que ce soit la faute à QUELQU’UN , qu’on puisse emmerder , poursuivre ,persecutter .
    une personne qui m’est proche ,au soir de sa vie professionnelle , décida , sur un coup de tête ,de servir la communauté et de faire de l’aide juridictionnelle gratuite (les émoluments auquels il autait pu prétendre étant reversés à la caisse des jeunes avocats necessiteux), ce fut , me dit il après, une plongée dans l’âme humaine contemporaine ,celle des désoccupés refusant les rendez vous pour des affaires où ils étaient mis en cause (« vous comprenez , venir c’est accepter , de toutes façons vous êtes payé pour , non ? » « ben ,non , mon con ») , celle des quérulents additionnant les entretiens pour peaufinner la statégie de l’emmerdeur (« on va lui faire cracher les tripes à ce fumier »)
    au bout de 6 mois , ce fut la démission ,retraite , bérézina ,abandon de poste
    c’est un peu ce qui caractérise l’époque , la possibilité d’afficher ,de s’afficher ,de se revendiquer
    de se définir , en meute , animés (bien sur et qu’alliez vous croire) par les meilleures intentions du monde , le problème n’est pas là , et puis on y a droit , à tout ça ,cette transparence , cette quérulence ,cette méchanceté ,cette opiniâtreté dans la revendication ,cette visibilité
    de se montrer
    car tout est là , on doit se montrer , c’est une ostention perpétuelle , un défilé , une pride en somme
    ça a commencé par les tarlouzes , pourquoi le leur refuser ici , en francie , en francisqueland ?
    puis les autres se sont précipités là dessus comme des croquants sur un héritage de cousin veuf , ce fut le tour de tous les autres , des antiwacistes , des verts ,des déconoécolos , des pédagogues ,des amoureux de l’environnement , et pour finir les plus ridicules parmi les ridicules , les robins des toits qui luttent contre les mauvaises vibrations des antennes à téléphone portable .
    on pourrait en dire sur ces derniers , seulement que la cour d’appel ,ne reconnaissant aucun préjudice , a ordonné le démontage des antennes , invoquant une mesure de précaution ou conservatoire
    lorsque c’est toi qui invoques le principe de précaution (« j’opère pas votre mari ,il est trop pourri , principe de précaution  » ) t’en entends de belles ! t’es un fumier ,une merde ambulante , une purulence !
    en revanche ,pour faire chier le monde et ordonner le démontage d’une antenne , alors là , y a que des avis favorables !
    tiens ,invoquons le principe de précaution pour les éoliennes , qui sèment des morceaux d’hélice chez les voisins (à titre informatif , une pale d’hélice fait environ 300 à 350 kg ) , ou pour le chien du voisin qui hurle la nuit (il aboie , il peut bouffer un gosse , non ? hop , euthanasie !)
    et pour la première question ,c’était ce texte dans lequel les voyageurs autour de la mare nostrum avaient pécho l’hépatite alcoolique , et la constipation afférente , pour séduire milles nattes et nombril velu

  6. la « Cassecouilles Pride », voilà ma foi un concept en conformité avec les enjeux du millénaire (Millenium Goals pour faire cool).

    Je ne peux toutefois m’empêcher de faire un parallèle entre le pénaliste, ce nouveau fantassin créé pour répondre aux modalités de fonctionnement du Gotha européen, et la chute d’un Empire bouffé de l’intérieur par ses propre métastases.

    Cette fin a quelque chose de pathétique, une civilisation achevée par une armée de petits cadres efféminés…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :