Publié par : bouteillealamer | août 27, 2009

L’Identié Nationale ou le marché de dupes

Du temps de feu PKK, mon binôme Phantom of Ben Gazzara avait rédigé, comme à son habitude, un petit papier érudit à teneur prophétique, sur le ministère de l’Identité Nationale. Ce projet faisait alors partie de la panoplie de VRP de Nicolas Sarkozy en quête des voix frontistes, au même titre que la lutte contre l’immigration et l’insécurité ;  un joli joujou à trois embouts donc, dont le manche sera au final actionné par le maquereau à la plus grande surprise de la Gueuse et du cocu.

Les électeurs,  issus de la droite nationale, qui ont contribué  à la victoire de Sarkozy, ont été empapaoutés comme il n’est pas permis car leur bêtise est sans limites. C’est d’ailleurs la nature de toute élection de convoquer le citoyen dans le cercle étroit où rayonne son plus intense manque de discernement.

Le simple bon sens aurait du les avertir qu’un type qui emploie comme faire-valoirs de campagne, Enrico Macias, Faudel et Dominique Farrugia, est plutôt mal parti pour représenter une Identité Nationale en conformité avec les attentes d’un public en quête  d’endogamie, même fantasmée.

Les natios pris dans l’ euphorie hystérique des tourbillons de promesses viriles qui ne mangent pas de pain, ont tout simplement oublié que la définition de l’Identité Nationale variait selon que l’on se positionne du côté des valeurs anciennes, ou du libéralisme libertaire conceptualisé, autrefois, par Michel Clouscard et repris au vol par Alain Soral. Le premier déniant au second le droit de se dire son disciple.

Un intervenant hystérique (dont je tairai le nickname pour lui éviter une seconde humiliation) était d’ailleurs passé à côté de cette critique formulée par Phantom, en imaginant que ce dernier conspuait tout simplement le principe d’Identité Nationale, alors qu’il s’agissait d’une mise en garde contre la publicité métissophile qui allait s’ensuivre puisque la France c’est désormais ce qui viendra après-demain.

Pour ceux qui n’ont toujours pas compris le principe d’une identité (a)nationale libérale-libertaire, conforme à la vision du gouvernement  :

«La France a été une terre d’invasion, au départ, et ensuite une terre d’immigration. Ce qui fait que la France est par essence un peuple métissé […] C’est notre histoire […] notre identité nationale est une identité républicaine […] soit vous dites : la France c’est une terre d’identité chrétienne, ce qu’elle a été historiquement, soit vous dites, aujourd’hui elle est d’abord une terre d’identité républicaine : liberté, égalité, fraternité, respect du droit des minorités, égalité homme-femme, laïcité.»

Eric Besson, ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire.

J’espère que tu as maintenant compris, cher petit.


Responses

  1. Le texte rédigé pour Besson, je ne sais où vous l’avez trouvé Alibekov mais ça sent sa pépite. C’est un texte mythologique, la France terre d’invasion et d’immigration c’est un résumé sacrément délirant de l’Histoire de ce pays.

    Si on part de la conquête de la Gaule, on trouve deux périodes d’invasion (le III-VIème siècles pour être large et le IX-Xème avec les belles brutes blondes de Scandinavie chères à Nietzsche, par modestie je tais la chevauchée arabo-berbère du VIIIème siècle et les actes de piraterie qui firent de la Garde-Freinet un bon point de mire pour les razzias). A partir du Xème siècle, aucune invasion à signaler, la France et l’Angleterre ne devenant deux Etats et deux nations opposées qu’au cours et après la guerre dite de cent ans. L’immigration de masse intervient à partir du XIXème siècle. Donc entre le Xème et le XIXème siècle, la France est l’entité géographique la plus peuplée d’Europe et elle le doit à ses seules forces.

    Il faut donc en venir au délire.

    La France chez les scribouillards de Besson c’est une Terre et comme le dit si bien Platon les femmes imitent la Terre donc la France est une femme. Dès lors on voit bien que le principe viril se trouve chez les envahisseurs et les immigrants, la France étant une simple matrice. Etrange pour des gars de droite de se prendre pour une matrice à accueillir des vagues alternativement guerrières et pacifiques de spermes du monde entier. Il suffit de lire la phrase, « la France est par essence un peuple métissé » pour comprendre que les sycophantes de Besson malmènent à la fois la langue française, la logique, l’Histoire pour aboutir à cette sentence qui se voudrait consensuelle.

    Pour finir le concept de « terre d’identité républicaine » est d’une bêtise tellement outrée qu’on se demande si les types payés par Besson se sont payés sa tête. En premier lieu « liberté, égalité, fraternité » sont ce que Kant appelle des principes suprasensibles, on aurait du mal à les trouver sur terre, ce sont des Idées, en un mot un projet auquel à l’origine les jacobins apportaient le codicille suivant, « ou la mort ».

    « Respect du droit des minorités, égalité homme-femme, laïcité » sont des normes juridiques. En agglutinant les deux groupes on postule que les normes traduisent les Idées, on fait donc de la propagande à deux balles et on n’a toujours pas indiqué ce qui fait de ce pays une terre d’identité républicaine.

  2. comme vous mémento j’ai séché sur ce texte
    en math lorsque j’étais petit on disait « remplace un terme par un autre des deux cotés de l’égalité »
    par exemple « notre identité nationale est une identité républicaine » d’où « identité nationale égale identité républicaine » et « la france est une terre d’identité républicaine » d’où « la france est une terre d’identité nationale »
    ce qui sonne bien et qui va contrarier m’sieur besson (il sera encore plus laid )
    quod era demonstratum

  3. Implacable démonstration Kobus

  4. allez je peut faire encore pire !
    prenons la dérivée de « identité » c’est « identitaire » ok?
    prenons la dérivée de nationale » c’est « pays » ok?
    prenons la dérivée de « république » c’est « révolution » sa dérivée à son tour (donc dérivée seconde de république) c’est « terreur » ok?
    dérivons « notre identité nationale est une identité républicaine » ça donne « le pays identitaire est la révolution identitaire » ça va jusque là ?
    maintenant dérivons le terme « révolution » tout seul ,un peu comme dans l’intégration par parties mais à l’envers (ça ne se fait pas mais je n’en aie cure)
    on a donc « le pays identitaire est la terreur identitaire »
    convaincu ?
    demain on s’aidera de la physique des particules pour prouver que toute formation politique est un état instable en équilibre dynamique

  5. @ memento
    ce soir je suis ko
    mais demain preparez vous à une avancée scientifique décisive
    exemple : « dérivée seconde de la fonction d’onde de la cruche poitevine et délire fécond des nunuches à poitrine » ou « permutations circulaires et soupe populaire » ou encore « de la non influence du cinéma de jacques tati sur le serieux des élites françaouaises »
    bon ce soir une tisane et au lit

  6. Hélas brave kobus, les analogies médiatiquement visibles sont malheureusement trop souvent sociologiques et pas assez mathématiques, on gagne en doctes contrevérités vaselinesques ce qu’on perd en roboratives démonstrations ab absurdo.

  7. pour tous, faisons comme le brave Wiles, démontrons le théorème suivant. Pour tout n >2, je suppose que l’équation suivante xⁿ + yⁿ = zⁿ n’a pas de solution entière. En option découvrons qui est le père de cette énigme qui mit trois siècles à se résoudre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :