Publié par : bouteillealamer | janvier 11, 2010

Sampling et Rébellion

bruce

Face aux mises en scène lénifiantes destinées à fourguer une tonalité sexy au Gouvernement, je préfère largement la confrontation au réel en rendant visite à mon cousin producteur lequel charrie dans son studio un large panel de la Diversité de banlieue.

Il est difficile de trouver un dénominateur commun susceptible de rassembler cette population, disons que celle-ci, d’ascendance africaine, oscille entre le groupe d’ados vierge de toute malice, le frère de braqueur, ou l’indépendantiste martiniquais en arrêt maladie depuis 3 ans en métropole. Tous travaillent dans le secteur de l’informel ou occupent un job intermittent dans la grande distribution qui s’enorgueillit d’embaucher au SMIC la France Black Blanc Beur. Largesse gratifiée du sticker « la belle Diversité » distribué par le Conseil Régional aux négriers poètes ; entraves et poésie excitant et apaisant, dans le même temps, l’âme de l’individu blanc rédimé.

Tous sont des fumeurs de shit invétérés, bromure collectif canalisant certaines poussées d’adrénaline. Ils se disent africains, mais trouvent 50 Cents politiquement plus engagé que Fella Kuti, si bien que personne n’est dupe, et que leur caleçon descendu au raz des fesses fait office de ralliement au même titre que le poing levé des Black Panthers, recyclé en fist fucking. Le plus souvent d’une politesse exquise, ils deviennent vite orduriers au son lancinant du sample, ils posent de manière « sale » mais en essayant de le faire proprement, cassant leur tire-lire pour bénéficier d’une ou deux heures d’enregistrement, ils exploitent la moindre piste de Pro Tools pour clamer leur amour d’une Algérie fantasmée, aux courbes de vieille salope défraîchie dès que le tissu bicolore tombe, niquent la France sans trop savoir pourquoi, mais paniquent face cette homosexualité latente quand on leur dit que cette France qu’ils baisent, c’est eux-mêmes. Ils se la font mettre profond mais refusent tout de même cette passivité honteuse de nullo toy boy de l’immigration bien élevée. Aussi ils brament une soi-disant colère.

Aucun ne pratique l’Islam, tout au plus se gavent-ils de loukoum en rotant des hamdoullah les jours de fête. Ils écoutent, fascinés, quand une personne parle d’un air solennel, si bien que ces pépites peuvent facilement ingérer du concept publicitaire quand une phrase tient la route.

Moi et mon cousin avons donc tenté une expérience. Dès que l’occasion se présente, nous les orientons vers Égalité et Réconciliation en vue des régionales. Alain Soral n’est d’ailleurs pas un inconnu pour eux. Toujours lucides, ils y voient une résistance au Système. Un peu de vulgarisation et le relais, en cercles concentriques, se met en place comme par magie. Mais la tournée de bédeau passée, ils retournent à ceux qui les paient. Liasses à la Dassault ou emplâtres sociaux de la gauche, avec népotisme en sous-main. Il serait assez jouissif d’imaginer les faire-valoir de Droite et de Gauche esquintés par une onde de choc populaire. Mais habitués aux enculades, les banlieusards ne croient pas à la politique tandis que les politiques les tiennent pour des singes échoués, Soral jouant la partition du dresseur d’ours dans les fêtes foraines.


Responses

  1. Bon j’imagine bien Soral en slip, la lippe dopée au silicone, la voix éructante au micro distillant sa prose d’un jet saccadé et comme pris d’une hypnose bavarde, jacter avec 300 de vos chanteurs de charme s’enfilant en backrooms sur les cris de le « peûple est de rétûr »

  2. Chanteurs de charme, je ne sais pas, mais la dernière fois, il y avait de quoi tourner un film porno avec la chanteuse.

  3. canal bouteille à la mer, bad trip in my ass, ça te va comme titre ?

  4. ha eux aussi veulent s’en sortir par la musique………
    décidemment ils auront tout gobé
    la leçon pseudoamériconne le rapeu les gangsta le folklore quoi
    allez savoir POURQUOI ces gentilles pépittes font TOUJOURS ce qu’on attend d’eux
    sur le mode sociologique s’entend
    nouveau commandement de l’assistant social de « quartier » (si quelqu’un peut m’éclairer sur ce qu’est un « quartier….)
    « black tu es et restera
    de la musique de djeun tu ferras
    du shit frelatté tu fumeras
    de la tole tu tateras
    pour t’en sortir l’effort tu dédaigneras
    mais ta plainte tu chanteras
    et le travail aux blancs tu laisseras »
    et on pourrait ajouter
    « et les blancs pas si mauvais bougres feront semblant de s’y interesser »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :