Publié par : Memento Mouloud | février 17, 2010

Charles Bronson raconte les aventures de Jean-Foutre Bienmembré

Dans ce temps obscur, le célèbre chroniqueur que je ne nommerai pas eu égard à ses parents, s’appelait Jean-Foutre Bienmembré et il n’était pas exempt d’un certain savoir-faire avec le sexe faible, une façon d’euphémisme pour affirmer que ce folliculaire contourné avait ce plaisir pervers à pratiquer, indistinctement, le cul.

Le soir de son 15ème anniversaire, alors que Jean-Foutre comptait se rendre au plus vite dans les arcanes de la sainte et très républicaine Ecole Normale afin de se préparer à l’agrégation et parfaire sa philosophie, sa mère tout émue par les mérites d’un fils si aimant, eut des mots malheureux qui furent à l’origine du sodomite fou terrorisant jeunes demoiselles et moins jeunes, éduquées ou rustres, que nous connaissons aujourd’hui.

Je ne sais ce qui se passa dans l’âme de ce jeune homme à l’esprit brillant mais il prit sa mère par le bras, la poussa dans le haras jusqu’à son cheval, l’attacha pieds et poings liés au cou de l’animal avant de taper à grands coups de bêche le derrière de la bête afin qu’elle traînasse le colis de chair et d’os sur toutes les sentes de la région jusqu’à ce que mort s’en suive.

Son père eut un sort plus enviable si l’on accepte de servir de mère porteuse à un couple de trois jeunes taureaux de 200 kilos munis de membres aussi roides et fermes que le prie-Dieu du père Sodomière, l’engin mesurant 10 pieds, trois pouces selon les dires d’une jeune donzelle rescapée.

D’ailleurs il est fort intéressant de constater que les rapports de Jean-Foutre avec les animaux sont sans aucun doute liés à ce dramatique évènement familial.

Je ne sais si l’idée vint du président ou d’une missive du Commissaire à la Diversité. Toujours est-il qu’un exorciste, du nom d’Abdul l’Erudit, se rendit au milieu de ses ouailles restaurer la paix civile et celle de esprits. Arrivé au bas de la colline du Vieux-Lubrique, son cortège fit arrêt sur le bord du chemin et l’homme prit sur lui de s’agenouiller devant la Madone qu’il déshonora du nom de petit Minet. Alors qu’il récitait sa sourate serrant de ses doigts un chapelet orné d’un verset en ivoire, un cri effroyable s’échappa d’une ferme sise au lieu dit du Fourremerde. Les serviteurs commencèrent à s’inquiéter et si le cri n’avait pas pris la forme d’un homme se dirigeant vers eux à travers champ comme un sanglier en rut, en bon médecin averti je crois qu’ils n’auraient pas pris la fuite laissant seul et prostré le brave homme qui les avaient tant gâtés de ses faveurs langagières et de ses harangues multiculturelles d’où il ressortait que la croix était comme le croissant et David, le neveu de l’ange Gabriel. Ce dont je puis vous assurer c’est que les souffrances de Notre-Seigneur sur la croix furent comme l’ombre tutélaire de celles dont souffrit notre bon pasteur mahométan.

Alors que l’exorciste réalisait un acte véritable de courage en essayant de racheter les pêchés ignobles de Jean-Foutre par une prière spontanée, l’affreux sodomite endiablé le prit par l’oreille et le traîna à travers champs et orties jusqu’au lieu-dit du Fourremerde. Je ne saurais rendre la relation exacte de ce crime inexpugnable mais la vérité est chose à ne pas laisser dans l’ombre du mensonge.

Les témoins que j’ai pu rencontrer dans mon enquête sur les faits et méfaits de Jean-Foutre dans le beau pays de France sont tous d’accord sur un point : on entendit durant trois jours les cris du brave homme à vingt lieus à la ronde et ce serait encore voiler le ciel de ne pas déclarer qu’aux dires des témoins qui sont entièrement de bonne foi, on retrouva le légat présidentiel sur le coin d’une table, épuisé comme un cheval de labour, le cul et le ventre rempli d’une mixture innommable avec dans les narines de savoureux bouquets de persil et un collier de gousses d’ail en guise de chapelet.

Selon quelques vilains du lieu, éloignés des senteurs cosmopolites, de ces hommes qui ne s’embarrassent guère d’ornements, on retrouva le chapelet orné du verset en ivoire lors d’une battue, lié autour du sexe d’un phacochère qui, semble t-il, avait l’anus plus dilaté qu’à la normale, toujours d’après les dires et témoignages locaux qui ne concordent pas à la manière du Décret de Gratien. Toujours est-il que la signature de ce Démon fait homme fut déclarée indubitable et qu’il fut donc décidé d’en appeler au pays tout entier afin d’y mettre un terme.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :