Publié par : bouteillealamer | juin 7, 2010

CAFricains

Avant toute chose, souhaitons la bienvenue à Abiba qui débarque du Cameroun grâce à un visa touristique obtenu par son mari suite à un astucieux dessous de table. Abiba prévoit de rester, en France, pour accoucher, et compte sur la bienveillance du pays de Cocagne pour lui permettre d’obtenir une régularisation, enfant oblige. Dans un ou deux ans, après quelques séjours  dans des hôtels borgnes et s’ils ne brûlent pas, la famille entière obtiendra des services sociaux un logement pour « mère célibataire » et un job permettant de financer l’intégration de chacun à une société largement désintégrée par les mécanismes astucieux du marché. Bien entendu, de précieux conseils ont été prodigués à Abiba par sa tante qui réside en France depuis cinq ans et qui avait, elle même, reçu des conseils audacieux d’une cousine qui résidait en France depuis dix ans. C’est comme une pyramide de Ponzi qui fonctionnerait à l’argent public, du subprime d’Etat pour pauvres choyés.

Direction Seine-Saint-Denis pour assister à des funérailles dans une famille africaine, nous arrivons aux pieds de tours bétonnées construites à côté d’un terrain vague. Je pense immédiatement au Sommeil du Monstre d’Enki Bilal, paysage apocalyptique d’une crasse repoussante, et population issue d’un autre monde.  Des grappes de barbus au profil borné, fringués à la mode d’Islamabad sortent du néant, leur regard m’est parfaitement étranger, j’y lis un mélange de peur et de crétinerie ; assis sur un banc, en face de voitures à tunning crachant du son Alpine, des jeunes écoutent du Raï and B (histoire de faire « français » et pas ricains) en empilant des mollards vitreux sous leurs semelles.

Devant la porte d’entrée, un tas d’immondices en provenance des MacDo, KFC et du primeur local, peaux de bananes et épluchures de cacahuètes composent un tapis d’humus étrange. Une petite dame accompagnée de son fils de dix ans, tente désespérément de rendre cet habitat vivable en ramassant au passage, trois barquettes de frittes égarées pour les déposer méthodiquement dans la poubelle. Tri sélectif de la Sisyphe locale. Une fois rentrés dans l’immeuble, un jeune balance les restes de son chawarma devant la vitre du sas. La Sisyphe communiste n’est plus là. Elle ramassera demain.

Nous gravissons la tour Est, escalier B en traversant un couloir de boîtes aux lettres surchargées de patronymes maghrébins émergeant parfois de tags délavés. Putain quelle odeur intense d’urine ! L’effet est immédiat, j’ai envie de pleurer, cette sensation augmente en pénétrant dans l’ascenseur. On me conseille de ne pas m’appuyer sur la paroi en acier brossé dont les traces verticales couleur rouille m’indiquent que le matériau est aussi réactif que du papier PH coloré à la pisse.

Arrivés au douzième étage, nous avons le choix entre la porte décorée d’une sourate en arabe ou la porte surchargée de stickers de la Mecque et de la Kaaba.

Nous croisons un couple d’ouvriers retraités d’une gentillesse exquise. Nous leur demandons si Konaré habite ici. Ils nous répondent que sa troisième femme réside en face de chez eux au dixième, mais que Konaré habite dans la tour Ouest avec sa seconde femme. Car l’ouvrier français retraité est devenu ethnologue à ses heures perdues.

L’escalier C est déjà encombré d’une vingtaine de personnes attendant leur tour pour exprimer leurs condoléances ou pour s’inviter à manger. Soixante-dix personnes en tout issues de trois familles. Certains apprennent qu’ils sont apparentés parce que leur père a eu des enfants avec une cousine germaine, ou qu’un demi-frère a été marié avec une sœur avant que le brave Konaré ne prenne une quatrième femme. Les détours de l’arrosage spermatique sont innombrables mais le sperme qui se transmet est béni par Dieu. Inch Allah.

J’arrive non sans mal à atteindre le point névralgique de la maison et m’installe par terre à côté de deux barbus en boubous équipés de keffiehs. L’un lit le Coran interactif téléchargé sur son iPhone, l’autre profère, sans s’arrêter, des bénédictions suivies de réponses scandées toutes les dix secondes par l’assemblée. Une sorte de Pachinko islamique.

Des femmes nous apportent des bassines remplies de riz gras et de jus de mouton. Bon appétit. Par petits groupes de cinq, nous mangeons de la main droite en scandant hamdoulah. Un mantra coranique. Dès qu’une fille surgit de la cuisine pour faire le service, au moins un type, la bite en feu, s’enquiert de savoir  à qui elle est mariée. J’ai l’impression d’être en face de proxos soucieux d’acquérir de nouvelles chèvres à placer dans un bois quelconque. Mais il faut être misécordieux. ils cherchent une cavité utérine pour abriter leur trop-plein de sperme. Ils cherchent à s’exhaler, à se répandre, le plus nombreux possible dans la plus grande misère spirituelle, si répétée qu’elle en devient une seconde nature. Hamdoulah.

J’apprends que ce beau monde troussé de charia vit des allocations familiales. Chaque mâle installé a généré dix à douze enfants si bien que les femmes bénéficient d’un logement attribué par la mairie. Ou l’égalité française rencontre la polygamie archaïque. Il est d’usage de croire que les Africains polygames  vivent sous le même toit que leurs concubines. C’est absolument faux. Chacune doit pouvoir bénéficier d’une relative autonomie matérielle susceptible de traduire la puissance financière de son mari. Question de prestige. Avec le jeu des allocs, l’Etat du ventre s’est invité dans l’hexagone. Le principe est bien évidemment faussé si l’on s’en tient à la seule force de travail mais la manne est bien réelle. La France républicaine consent donc à offrir un logement particulier à chaque femme d’un africain polygame installé sur son territoire dès lors que l’africain en question se fait discret. Les allocations sont capitalisées par le mâle alpha-coranique qui redistribuera une somme ridicule à ses compagnes. Il les tient dans la détresse et l’Etat français lui sert de tuteur et de masque pour sa puissance. Pourquoi s’en priver ? L’objectif est de réunir assez d’argent pour célébrer un nouveau mariage avec une épouse toujours plus jeune pour l’engrosser et augmenter le cercle spermatique de la puissance d’un seul. Comme l’a dit Platon, certains sont féconds par l’esprit, d’autres par les bourses pleines.

Abdallah raconte à son voisin que l’argent de la CAF lui sert à construire une maison à Bamako afin de loger sa quatrième femme, qui a vingt ans. Moussa quant à lui a des problèmes avec la Préfecture. Il a déclaré que la sœur de sa femme était également sa deuxième femme, cette dernière est donc sommée de quitter le territoire sous trente jours. Moussa est un peu con. Le fonctionnaire français est un type si habitué au marché où l’on vend des mensonges que lui servir la vérité c’est s’attirer son courroux. Sa belle-soeur refuse de retourner au pays, « ils vont penser quoi de moi si j’y retourne », « les gens y croient là que j’ai une bonne situation en France deh, ils vont se moquer de moi si je reviens et que je n’ai rien, je reste ». Abibatou s’est donc planquée chez une cousine résistante en attendant de se faire oublier. Espérons qu’elle échappera aux milices sarkozystes.

Et ces récits durent à n’en plus finir. Malek, Oumar, Tariq et leurs problèmes de bonnes femmes et de thunes, de rivalités entre co-épouses, de planifications maritales, d’enfants consanguins et débiles (de la sorcellerie selon eux). Je suis au bord de l’écœurement, c’est la France. Des types installés, depuis les années 1960, vivent dans une sphère culturellement et spermatiquement hermétique, régie par l’Islam maraboutique et l’esprit grégaire du trou du cul du village subsaharien.

J’entends que l’Afrique sous l’administration française coloniale était bien plus agréable, l’école et l’hôpital y étant performants et gratuits. La nostalgie camarade. J’en conclus qu’ils parlent pour moi. Ils m’accueillent. Ils sont gentils. Je suis désormais un des leurs.


Responses

  1. Tellement ahurissant que si ce n’était vous, je penserais à un faux, Ali.

  2. Bonjour Hank,

    Je suis encore sous le choc, ce que j’ai vu dépasse l’entendement. Quand vous vivez cela de l’intérieur (la population musulmane subsaharienne est très fermée donc peu encline aux témoins), je peux vous dire que les guignols du spectacle pro papelars passent pour des collabos de premier ordre, des dingues au service de la mise en coupe réglée du pays.

  3. … une sorte de bolossage civilisationnel, en somme …

  4. Mince, on dirait mon immeuble dans quelques mois!

  5. … Même pas un bolossage, ils viennent peser sur notre pays et le transformer car on leur permet, sans penser à mal ; c’est possible, c’est préférable à la situation là bas, on le fait et puis c’est tout.

    Ça ressemble plus à la fine fin du roman de Soral où le héros se suicide par enculages massifs dans des backrooms sordides ; jolie image que l’on peut d’ailleurs appliquer au bonhomme même.

    Le plus marrant dans tout ce cirque c’est l’image de consanguins et de pédophiles qui colle aux blancs-blancs (pour un point de vue gauchiste/banlieue sur la question regarder Banlieue à la ferme ou Sheitan) quand c’est en fait les musulmans sans frontières qui y excellent…

  6. La France, un backroom géant … En effet, jolie image ^^

  7. Cet article est hallucinant.

  8. Te souviens-tu Ali de cet ascenseur délirant de Montreuil qui s’ouvrait sur des no man’s land inconnus ?

  9. Bigre….

    C’est surtout le couple de petit vieux qui donne des frissons… Que l’on inflige ça aux plus faibles de nos compatriotes européens, que l’on puisse nier leur calvaire, cela relève de la faute politique de très gande ampleur, de celles qui méritent, bien plus qu’unse sanction électorale, quelque chose comme la haute cour de justice.

    L’ennui c’est qu’il n’ y aucun responsable identifiable, ou même assez identifiable pour faire un lampiste un tout petit peu crédible.

  10. La pauvreté inflige beaucoup de choses XP, seulement on aura du mal à fusiller ou juger la pauvreté

  11. Tout à fait d’accord avec toi XP, ce couple fait les frais du « laboratoire expérimental de la Diversité ».

    Des élus préfèreront envoyer une famille de maliens habiter à Vincennes en face du lac pour répondre aux critères de mélange, que d’offrir cette chance à d’honnêtes travailleurs de souche à l’image de ces petits vieux. Condamnés à vivre dans une réserve pour donner le change de la mixité sociale, prouver dans les rapports ministériels que cette politique délirante a été rentable au bout du compte, qu’il N’Y A PAS de ghettos raciaux.

    J’imagine très bien la prochaine, étape, une police politique empêchant les blancs de s’enfuir de leurs quartiers par une étroite surveillance.

  12. Je ne vois pas le rapport avec la pauvreté. Les petits vieux de la classe populaire sont bien plus riches et ont bien plus de confort que leurs parents, grands-parents…. Lesquels ezn auraient rêvé, du confort des HLM, et de tout ce que les ouvriers ont dans leur assiette… Mais ils ne vivaient pourtant pas leur calvaire, puisque ne subissant pas la submersion ethnique de l’Europe.

    Ca plus votre méconnaissance de la france de JP Pernaut (et donc l’incompréhension de son journal, elle semble assez germanpratine, votre vision du pays.
    Jamais vécu à Angoulème? Ou à Dijon? Pas de famille d’agriculteurs ou vous auriez passés vos vacances d’été? Pas de petits cousins ayant très bien réussi dans la vie avec un BEP? Pas de copains garagistes qui regardent la starac? Pas de vieux potes étant passés par la case prison?

  13. @Alibekov

    « J’imagine très bien la prochaine, étape, une police politique empêchant les blancs de s’enfuir de leurs quartiers par une étroite surveillance. »

    On en a déjà pris le chemin avec la loi SRU, puisque la loi oblige désormais les gens à vivre ensemble.
    Concrétement, cela veut dire que si les deux petits vieux touchaient un petit héritage miraculeur leur permettant de s’acheter un deux pièces dans un quartier préserver, une partie de leurs anciens voisins les suivraient, parce que c’est la loi.
    Un petit immeuble flanbant neuf avec cinq montées? Hop, une allée HLM au milieu des quatre allées de copropriétaire, histoire de leur faire comprendre que ça ne sert à rien de fuire le grand moloch métisseur.

  14. XP, j’ai tout ça en magasin, ne vous fatiguez pas sur la litanie du germanopratin qui ne connaît rien à la réalité de la France, la première des réalités c’est le travail, il me semble que vous en êtes très loin.
    Ali, le 93 est un dépotoir, un département laissé à la dérive, j’en suis parti précisément pour cette raison

  15.  » la première des réalités c’est le travail, il me semble que vous en êtes très loin. »

    Pardon??

    Le monde du travail, le vrai (un résultat=un chèque) je le connais parfaitement.

    Vous pouvez en dire autant?

  16. Allons allons, messieurs, un peu de tolérance, que diable!

  17. Comment, mais comment, mais COMMENT avez-vous pu tenir dans un tel environnement sans faire au moins une crise de Grand mal ? J’ai déjà des vertiges quand je me trouve en compagnie de gauchistes relativement pâles, je crois qu’une telle expérience m’arracherait des hurlements de rire et d’horreur mêlés jusqu’à ce qu’on m’exorcise à coups de chasse-mouches.

  18. Vous êtes un peu le coussin péteur de la réacosphère Xp, il en faut c’est sûr, tolérance comme dit Isha

    J’avais le vertige Stag, si je vous raconte tout il vous faudra plus qu’une fenêtre pour prendre l’air, disons le grand nord à pleins poumons dirait Alibékov

  19. C’est fatiguant cette manière de toujours flirter avec l’insulte, l’insinuation calomnieuse, l’acharnement pour finir par une bonne grossierèté…
    C’est la jalousie qui vous fait vous comporter comme ça, comme le confirmerait la bonne dizaine d’article que vous m’avez peu ou prou consacrer?
    Vous savez, si personne ne vous lit, moi, je n’y suis pour rien… Un peu de travail pour rendre vos billets un peu plus fluides, et vous devriez finir par en attirer, des lecteurs.

  20. Coussin péteur? Je serais tenté de vous répondre que vous en êtes un autre, mais pour dire vrai je n’en sais rien; je suis comme tout le monde, je ne suis jamais allé au bout de l’un de vos billets. Je ne peux donc pas juger^^

  21. y’en a qui ont des problèmes avec l’orthogaphe du passé « composer » apparemment. Bisou au Mouloud. Allah et Yahvé te gardent.

  22. « y’en a qui ont des problèmes avec l’orthogaphe du passé « composer »  »

    Tous les trolls qui moisissent au fond d’un blog sur lequel personne ne va jamais faute de talent essayent de donner le change en relevant les fautes de frappes, c’est une loi du net immuable, le classique des classiques du trollage….

  23. Bonbonbon, je m’apprêtais à m’excuser de poser une question idiote à Alibekov, à savoir son post est-il un témoignage véridique, ou enjolivé, ou de la littérature pure et simple (certains dans la réacosphère se flattant de mélanger l’un et l’autre), mais il y a déjà répondu.

    Le plus hallucinant (mais on a le choix) étant sans doute la petite dame qui se donne encore la peine de ramasser les ordures des autres pour les mettre à la poubelle.

    « J’imagine très bien la prochaine, étape, une police politique empêchant les blancs de s’enfuir de leurs quartiers par une étroite surveillance. »

    En effet. Remarquez la fréquence extrême, dans le discours immigrationniste de bon ton (c’est à dire pas chez les foux furieux des Indigènes de la République) de l’expression : « Que vous le vouliez ou non ».

    Remarquez la fréquence (et la violence) avec laquelle, sur les blogs, les gauchistes condamnent ceux qui envisagent l’émigration, les qualifient de traîtres, les menacent du peloton, etc. Nostalgie de l’URSS.

    Mais tout cela peut changer. C’est en train de changer en Angleterre. Cameron vient d’annoncer du sang, de la sueur et des larmes pour tout le monde pendant de longues années : il va tailler à la hache dans les dépenses publiques. Et pas seulement en diminuant le nombre de voitures de fonction des ministres, hein.

    Réduction massive du nombre et du salaire des fonctionnaires, des dépenses sociales, des retraites du service public… Ce qui a permis au Canada de sortir du déficit en quelques années.

    En gros, il annonce ce que Sarkozy aurait dû annoncer dès son élection.

    Et tous les partis reconnaissent que le pays a merdé avec l’immigration à gogo. Dire qu’il y a trop d’immigrés et que l’immigration ruine le pays n’est plus l’apanage du BNP. Ca se dit désormais chez les conservateurs, et même chez les travaillistes.

  24. XP, on évite d’insulter les dames, surtout les dames réacs.

    C’est pas comme si on en avait des mille et des cent, donc les rares qu’on a, on les met sur un pied d’estale (comme je l’ai déjà vu écrire), on se prosterne devant et on leur fait une cour de bon ton.

    Surtout si c’est pour chercher d’aussi mauvaises querelles.

    Merci.

  25. C’est poi qui cherche querelle, Robert? Vous êtes sûr?

    Et puis réac, c’est comme réacosphère, je ne sais pas trop ce que ça veut dire, et je ne suis pas trop sûr d’en être.

    A part ça excellent, votre commentaire, comme vos interventions dans lea bouche de métro Causeur… Je ne suis pas sûr que vous ne donniez pas de la confiture à des cochons, mais enfin… Moi, je n’ai plus la force de faire ça.

  26. Stag, la crise de fou rire je l’ai eu samedi dans un contexte similaire, je vous réserve un prochain billet explicatif de ma conversion à l’Islam hamdoulah, loué soit Mohamed.

    Memento,
    Je me souviens en effet de cet ascenseur d’une cité de Montreuil, de cet effet monte charge du 8e passager dessiné par Giger. Je me rappelle aussi de l’antillais qui se pointe comme si de rien n’était « bonjour m’sieurs dames », le visage ensanglanté par un jet de canette en pleine face.

    Bonsoir Bob Marchenoir,
    J’ai l’immense regret de vous apprendre que tout est véridique, seuls les prénoms ont été changés afin de diluer le témoignage dans une sorte d’anonymat de bal masqué. Remarquez, entre momo et baba vous, avez vite le fait le tour. Tenez, vous qui êtes un esthète de l’art tribal ou du performing extrême, saviez-vous comment on punit les voleur au Nord de la Côte d’Ivoire ? En leur enfonçant un clou de forge au sommet du crâne. Le pire c’est que le type reste vivant, se balandant comme un légume avec son paratonnerre au sommet de la tête, mieux vaut pour lui ne pas traîner au champ les jours d’orage.

  27. Très intéressante et instructive comme expérience.

    Juste une question personnelle, comment peut-on être lucide et fréquenter (et probablement aimer dans votre cas) le continent africain ?

    PS : Vous avez des photos de vos paratonnerre mobile ?

  28. Général Gonzo,

    C’est le paradoxe des amoureux de l’Afrique, difficile d’expliquer ces expériences émotionnelles, disons que ce continent nous donne l’impression de vivre, en comparaison à la zombification de l’Occident, mais ce constat relève d’un poncif, je sais. Baroque et Fatigué a vécu à Brazza également, peut-être dispose t-il d’une batterie d’arguments susceptibles de vous convaincre. Pour ma part, je n’ai jamais réussi à faire passer le message à des sédentaires.

    Apprécier l’Afrique ne veut pas dire pour autant regarder d’une certaine tendresse, l’invasion destructrice de la France par tous les branleurs du village et de la ville poubelle du Tiers-monde. Les principaux responsables sont à mon sens les petits gauchistes de merde et les animateurs d’RFI, qui encouragent les africains dans un système de revanche basé sur un déroulement de l’histoire fantasmé.

    Les Africains sont parfois de petits enfants ayant une tendance naturelle à la paranoïa et au délire de persécution. Leur expliquer « qu’ils ont construit la France », « Libéré le pays » et que l’épopée coloniale n’a rien apporté à part la mort et la désolation, constitue le préalable à leur sous-développement mental, donc à tous nos problèmes. Ce sont des arguments de cancre de plateaux TV dans lequel le blan(cul)pabilisé et le noir un peu paresseux fondent cette indécente relation. Cette imagerie panafricaine (des intellos noirs de la Sorbonne des années 50-60) est purement occidentale, je le rappelle.

    Il faut faire attention à ce qu’on leur dit.

    NB : Je disposais de photos de rebelles en shorts Adidas en train d’exhiber des têtes coupées sur un pont et de bouffer des bras et des jambes, mais j’ai perdu la clef USB qui les contenait quelque part en Afrique de l’Est.

  29. Très intéressant, Alibekov. On est loin du réac de base, fréquemment aussi obtus et dogmatique que le très fatiguant gauchiste à dreadlocks.
    Je présume que vous n’avez plus vingt ans depuis pas mal de temps. 🙂

    • Ben en fait j’ai 30, mais j’ai été idéologiquement déniaisé à 22 en partant en coopération.

      • Aah, étonnant … Je vous imaginais un tantinet plus vieux.
        Enfin, bref …

  30. Manger son adversaire n’est pas considéré comme un acte de cruauté selon notre vision d’ occidental mais simplement pour s’ impregner (le terme est léger) de la force de son ennemi surtout si ce dernier s’est batty avec férocité et courage.

    De nos beuacoup de frnçais ne risquent plus rien!

  31. @Alibekov

     » Ce sont des arguments de cancre de plateaux TV dans lequel le blan(cul)pabilisé et le noir un peu paresseux fondent cette indécente relation. »

    Il n’y aq pas AUSSI de la paresse chez le blanc, dans cette affaire?

    Cette histoire de l’Occident toujours coupable, forcément coupable, même si on en fait les frais, c’est reposant pour l’esprit. C’est clair. Celui qui a les richesses sans les matières premières les a volé… Le pauvre qui a pourtant les matières premières a été volé…. Pour la culpabilisation, il suffit de dire qu’on y est pour rien personnelement, que ce sont d’autres blancs, les coupables…Et hop, le tour est joué.

  32. Granpas,

    Il ne faut pas négliger non plus le sadisme de ces peuples, la finalité du cannibalisme est bien évidemment rituelle, mais la perspective de pouvoir s’amuser en torturant une petite proie isolée, reste une variable constante.

    XP,

    Oui, le gauchiste est forcément paresseux dans son raisonnement manichéen, mais ce dernier aura beau se dédouaner en occupant 15 minutes avec des clandos, les marches de l’Opéra Bastille en anorak de pauvre (Guy Bedos), il n’en reste pas moins que le résultat de cette action conduira un jour ou l’autre au bolossage du collabo perçu avant tout comme un blanc. La finalité sera de toute manière contre-productive sur le long terme, un peu comme pour ces filles naïves éprises du petit caïd donc dans le fantasme de la protection, qui terminera partagée dans une tournante.

    • Où comment joindre l’utile à l’ agréable!

  33. Les bras m’en tombent.

  34. Très intéressant témoignage !

    Fréquentant occasionnellement des Africains chrétiens, je suis heureux (cocorico, en tant que chrétien…) de pouvoir dire que ça se tient beaucoup mieux. Et on croise tous les jours dans le RER des originaires de Côte d’Ivoire ou d’Afrique centrale qui parlent un français sans accent, occupent des postes d’employé de bureau, de petit fonctionnaire, etc., sont monogames, ou du moins, le sont autant que les « de souche » le sont.

  35. Merci XP. Je sais que je cède au vice en commentant sur Causeur, mais bon.

    Alibekov : pouvez-vous prendre contact avec moi à l’adresse suivante SVP ?

    alibekov [at] spamex.com

  36. Au fait Alibekov, on te regarde de quel œil dans ta belle-famille toi le toubab converti ?

  37. Je ne suis pas encore converti, donc pour l’instant je suis en dessous du statu du chien sur l’échelle de la pureté, une sorte de Diable qui détourne les filles musulmanes du droit chemin, un adorateur de fétiches, un juif errant corrupteur qui plus est.

    Tout rentrera dans l’ordre quand j’aurai franchi le Rubicon des adorateur du tapis, leur petite cosmogonie de merde pourra reprendre sa régularité à deux neurones, mais ceci fera l’objet d’un prochain billet.

  38. Mais Ali, pourquoi ne pas proposer une conversion chrétienne à Madame? Après tout, cela peut la tenter.Évidemment, cela signifie la fin des relations avec sa famille et sans doute des risques à encourir à votre encontre (et aussi à son encontre).

  39. La Crevette,

    Proposer la conversation chrétienne à ma femme n’aurait aucun sens, puisque son disque dur est programmé pour être musulmane. Je la respecte dans son packaging d’origine, c’est la différence entre eux et nous.

    Ma conversion en plastique est uniquement faite à des fins politiques, je me tape pas mal de ne jamais connaître ces ploucs qui refusent de me parler comme des gamins le feraient avec un camarade qui porte un sous pull jaune, mais le lien social/familial est déterminant à l’équilibre d’une femme ou d’un homme musulman d’origine africaine. Si ce lien est rompu la personne finit par s’étioler.
    Ils stagnent, nous réfléchissons, de toute manière il suffit de voir à quoi ressemble le monde musulman pour être tranquillisé sur l’avenir. Je n’ai pas de mépris pour eux, je me sens juste supérieur.

    S’ils m’avaient demandé de me convertir au Voodoo, j’aurais également consenti à ce rituel de façade, peut importe la religion ou le média, puisque les apparences priment sur la foi. Ce qui compte c’est qu’ils aient l’impression que j’adhère à leur dogme, et ce subterfuge est très aisé puisque vous devenez musulman à partir du moment ou vous répétez mécaniquement le rite dévolu à leur culte en leur présence.

    Ces types ne me demandent pas de connaître la mystique musulmane, d’étudier au sens chrétien/juif, ils me demandent juste de singer des mouvements à la con. On ne peut pas raisonnablement demander à une personne d’avoir la foi un 15 minutes, en imposant un ultimatum de conversation, sauf chez les Musulmans. et ce paradoxe me plait. Je contrôle la situation, eux la subissent.

  40. Et ça ne perturbe pas son disque dur que tu ne te convertisse qu’en façade ?

    Je veux dire que vous allez fatalement vivre ensemble, y’aura pas de fatal error ?

    • Non parce qu’elle s’en tape. Comme à l’accoutumé, la demande vient du Pater, c’est lui que je dois séduire, ce qui me conforte dans ce rapport omniprésent de l’Islam et de l’homosexualité.

  41. Je vous embrasse aussi Marie-Thérèse

    « Réduction massive du nombre et du salaire des fonctionnaires, des dépenses sociales, des retraites du service public… Ce qui a permis au Canada de sortir du déficit en quelques années. » Bravo Robert Marchenoir, en effet c’est formidable comme perspective la réduction des déficits, après ce sera le mur de la profitabilité à franchir, encore après l’efficience retrouvée, toujours plus tard la victoire totale sur les rendements décroissants, un doux rêve d’ externalités toujours positives et d’accommodements raisonnables entre frères humains productifs

    Fandenimier, tout à fait d’accord mais allez expliquer de telles transmutations à des types qui sont persuadés que tout africain est un double de babouin dont le QI stagne dans la zone 29-35

    Pour la conversion je te comprends Ali, si l’Occident « blanc » doit ressembler à Xpé autant jouer les passe-murailles islamiques

  42. « Proposer la conversation chrétienne à ma femme n’aurait aucun sens, puisque son disque dur est programmé pour être musulmane. Je la respecte dans son packaging d’origine, c’est la différence entre eux et nous. »
    (…)
    « le lien social/familial est déterminant à l’équilibre d’une femme ou d’un homme musulman d’origine africaine. Si ce lien est rompu la personne finit par s’étioler. »

    Tout ceci est vrai et c’est le principal problème avec les musulmans : sans leur communauté, leur famille, ils ne sont plus rien, positivement. La singularité n’existe que comprise dans le groupe.

    Mais on peut sortir -exceptionnellement- de cet « engrenage », rien n’est jamais définitif, c’est aussi ce qui fait que l’Homme est supérieur. Les exemples de Fandenimier sont assez positifs je trouve.
    Votre femme, à votre contact et en regard de ce qu’elle constate de sa famille peut un jour vouloir plus et mieux, personnellement. Vous êtes encore jeunes et c’est une chance de plus.
    Si elle voit que pour vous ce plus et ce mieux ne valent rien (puisque vous vous êtes « converti » sans moufter à sa religion, même si ce n’est qu’une conversion de façade, je n’en doutais pas à dire vrai au vu de ce que vous écrivez), elle ne pourra jamais le connaître vraiment et surtout le désirer. Vous avez un rôle éminent à jouer dans ce domaine. Si vous ne témoignez de rien, si pour vous les valeurs chrétiennes ne valent pas tripettes,c’est fort regrettable pour elle : on veut toujours le meilleur pour celui qu’on aime.
    J’avais recueilli ce témoignage assez fort et beau de ce musulman converti , il dit mieux que moi ce que je veux exprimer:
    http://oralaboraetlege.blogspot.com/2010/02/quelle-est-la-place-dans-leglise-pour.html

  43. Oui, je voulais ajouter que j’ai un ton affreusement « moralisateur », je ne sais pas être autrement que maladroite. Excusez-moi.

  44. Du tout, il faut bien un peu de prosélytisme de chaque côté, hein ! 😀

  45. Je note dans votre lien trois passages éloquents qui me confortent dans ma connaissance du sujet, et qui révèlent que notre vision du monde musulman est bien conforme à sa réalité, et non le fruit d’un quelconque fantasme :

    « Ceci est très important car pour un musulman, ce dernier fait partie d’une Masse où l’individu, sa liberté personnelle est niée ».

    « J’avais appris par cœur, comme tout enfant musulman, treize sourates du Coran. Mais sans les comprendre. Et en écoutant les émissions de radio, je me posais la question de savoir pourquoi on m’avait enseigné quelque chose sans me l’expliquer ».

    « Lorsqu’un musulman se convertit au christianisme, il perd tout lien avec sa communauté, sa famille etc… (dans le meilleur des cas, car il peut subir des représailles physiques de la part de ses proches) ».

  46. C’est splendide. Memento Mouloud m’a appelé Xpé.
    C’est fascinant de voir à quel point les choses se passent toujours ainsi avec la catégorie de personne à la quelle il appartient! propos salace, attaque ad hominem, métaphores à base sur la matière et verbiage….

    Ainsi, des dixaines de muslulmans et/ou de soraliens, à bout de nerf m’ont appelé un jour Xpé, mais jamais personne d’autre. Etonnant, non?.
    Mon conseil: convertissez vous au libéralisme économique, vous y gagnerez au moins une chose: vous ne serez plus d’allusions soraliennes à votre bite, vous ne trufferez plus vos mots de « pets », quand vous serez en face d’un contradicteur (Xpé, XP le coussin péteur, le tout en moins de 24 heures…) et vous deviendrez moralement meilleur.

    Car je vous l’assure la première différence entre ceux qui pensent comme moi et ceux qui pensent comme vous, elle se tient d’abord là: notre langage ne trahit jamais une attirance quelconque pour le salace et le putride, pas davantage qu’une propensien à la calomnie.

    Allez, consacrez moi un onzième billet que personne ne lira, si ca peut vous soulager^^

  47. Hey! Mais c’est que les grands esprits se rencontrent.

  48. « notre (des barres) langage ne trahit jamais une attirance quelconque pour le salace et le putride, pas davantage qu’une propensien à la calomnie. »

    En tout cas il trahit une bonne grosse propension à l’erreur grossière et au manque de finitions.

  49. ah voilà qu’il en arrive enfin à son sujet favori, le mudder in the mud.

  50. Ali, ne faites pas cela. Convertissez-vous au pastafarisme et créez des ponts mais ne faites pas ce que vous dites. Se faire traiter de chien par un chameau est un plaisir de crocodile.

  51. Certes, Babouche, certes les finitions laissent à désirer, c’est rustique dirons-nous, parfois, mais le fond et solide, la maison est bâti sur du roc, la pensée est costaude et elle tient sacrément la route. C’est pas de la bouillabaisse.

  52. Dieu du ciel^^ : EST solide!!! est BATIE!!!

  53. Peu importe les fondations si elles servent à loger des petites frappes qui, en position de force, se permettent sur autrui ce qui les rend elles-mêmes implorantes et contrite et toutes penaudes victimes auto satisfaites lorsqu’elles ne le sont plus.

  54. mais passons, ne pas nourrir le troll insignifiant.

  55. @Babouche

    Merci! mon commentaire manquait en effet de finition… Il manquait une touche à mon portrait du mauvais blogueur:
    A l’insulte, la grossiereté, la délation, la lourdeur du style et l’inévitable absence de lecteur qu’elle provoque, il faut ajouter cette mauvaise manie de commenter l’orthographe de ses contradicteurs dans l’espoir de faire diversion, ainsi que cette habitude de faire masse pour compenser la superiorité des arguments. Comme sur Oumma.com, dites donc^^

    Je savais que ça viendrait…. C’est une mécanique en fait, tout est prévisible.

    Théoriquement, devrait venir la victimisation, l’espoir de faire passer l’agressé pour l’agresseur… Et le redoublement des insultes.

    Nous verrons bien….

  56. @La crevette

    « . C’est pas de la bouillabaisse. »

    Arrêtez de tourmenter ce pauvre Mouloud avec vos allusions!

    Au fait, vous avez vu????

    « Dieu du ciel^^ : EST solide!!! est BATIE!!! »

    C’est trop beau pour être vrai, on va croire que j’ai inventé cet Anatole^^

  57. « Peu importe les fondations si elles servent à loger des petites frappes »

    « Petites frappes »…. Voilà, tout se passe comme prévu^^

  58. « (….) ce qui les rend elles-mêmes implorantes et contrite et toutes penaudes victimes auto satisfaites lorsqu’elles ne le sont plus. »

    Rhoo! C’est joli, mais qu’est-ce que ça veut dire?
    Un message codé? Une formule alchimiste? Une phrase de reconnaissance entre initiés?^^

  59. Par la barbe du Prophète, je vous demande de vous arrêter. Quelle image allons nous donner de l’Oumma ?

  60. A y est, il est converti le Ali. Y parle comme eux. Tout est foutu^^
    Quoique « par la barbe du Prophète », c’est pas très respectueux, ça me parait un peu blasphématoire tout de même. Va falloir mieux planquer votre jeu Ali pour plaire au padre.
    Si vous dites : « Chiens! arrêtez de déblatérer sur cette terre d’islam! Ou je serai obligé de vous punir à coup de clés de pipe!Pour votre bien à tous! Vermisseaux! Infidèles! » ça me parait déjà plus… conforme.^^

  61. @Ali

    ARRH! Si c’est toi qui le demande, alors, je m’arrête.
    Et puis c’est vrai…. Que vont penser de nous ces chiens de Koufar, si on continue?

    Je te fais juste remarquer pour finir que c’est pas moi qui est ouvert le tir, et même que j’ai attendu d’avoir reçu pas mal de bouses de vache sur la gueule avant de répliquer…

    Tu es dans les casques bleus?¨^ ^

  62. L’avantage avec ce genre de truffe est qu’il croit qu’il est le seul à faire de l’humour, ce qui en fait un parfait cobaye de laboratoire virtuel, dans une demi heure il tourne dans sa petite roue la bouche en coeur. Trop classique. Il ne maîtrise pas l’outil.

  63. @Anatole

    On écoute Alibekov! On ravale sa rancoeur et on passe à autre chose!

  64. hop ! encore un tour ! c’est fête ce soir…

  65. Xpé, les considérations de style venu d’un adepte de Jean-Pierre Pernaut doublé d’un ancien agent immobilier à la retraite je m’en tape absolument. Les leçons de morale d’un type qui perd son sang-froid dès que surgissent trois casquettes de racailleux, je n’en parle même pas. Pour le reste Xpé, vous n’êtes ni libéral, ni écrivain, ni réactionnaire, ni quoi que ce soit d’autre qu’une particule élémentaire en mal de célébrité. Vu qu’on n’est pas chez Ilys, ici on ne censure personne pour ce qui est d’Ali l’habitude des psychotiques lui vient de loin, un côté psychologue-explorateur, ils vous transmettra ses honoraires en fin de cure.

  66. C’est qi’il veut avoir le dernier mot, le petit Anatole!
    C’est touchant…

  67. Bon, si je vous dis que vous avez gagné, ça vous va?:)

  68. Comme vous rêver d’avoir le dernier mot, je vous le laisse!!!

    Heureux???

  69. « Heureux??? »

    xp ne fait plus de tours dans sa roue, il nettoie son clavier…

  70. Merveilleux fair-play d’XP, restons sur ce geste sportif d’une rare élégance.

    Putain tu compares mon efficacité à celle d’un casque bleu, quelle humiliation !

  71. Ah oui, c’est vrai, merde!

    Je voulais dire un soldat de tsahal faisant faire demi tour à une flottille humanitaire turque, mais mes doigts ont fourché!

  72. […] who collects the state benefits, of which he gives back a tiny amount to his women.” Read it all here. Posted in Uncategorized Tagged Costs of Mass Immigration, France, Islamization […]


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :