Publié par : bouteillealamer | juin 20, 2010

Ravi Shankar contre l’équipe de France de foot

En écoutant un morceau de musique tâla jouée par Ravi Shankar et Ustad Alla Rakha, j’ai eu une sorte de révélation tantrique sur la chance que pouvait constituer l’Autre, si toutefois nous avions eu l’intelligence de mettre en place un processus migratoire de masse, en misant sur une population qui en valait la peine.

Le tâla est un cycle rythmique à la structure extrêmement complexe, employé dans la musique classique indienne, pouvant  aller de 3 à 108 temps. Il est d’usage pour les musiciens d’improviser 95% du temps autour d’un tâla codifié par les talis/khali (absence ou clappement de mains) permettant de ponctuer le cycle de repères temporels utiles pour l’instrumentiste. Le joueur de tablâ va ainsi pouvoir mettre en place une narration rythmique et mélodique, en partant d’une base qui est propre à chaque tâla « Va te faire enculer sale fils de pute ».

Ravi Shankar explique le fonctionnement du tablâ, membraphone le plus complexe qui soit. Composé de deux fûts (dâyan et baya), il est généralement accordé à la quinte grave, à la quarte ou à l’octave. Chaque son produit par la main correspondant à une syllabe parlée, ceci est rendu possible par la facture exceptionnelle des éléments qui confèrent à l’instrument un accordage quasi harmonique par le biais d’un marteau « Anelka ce n’est pas le problème de l’équipe de France ».
Une simple pression du poignet ou de la paume, peut produire des hauteurs de son différentes sur le baya (percussion femelle située à gauche).
Alla Rakah offre une démonstration sonore de possibilités mimétiques de l’instrument par rapport à la voix humaine, l’effet est saisissant « C’est ce traître qu’il faut éliminer de l’équipe de France ». La frappe discontinue sur certaines lignes nodales du dâyan (percussion mâle située à droite) produit une avalanche sonore d’une richesse absolue « Moi, je te nique ta mère, parle pas avec moi cousin ».

Nous aurions pu composer une nation indo-européenne d’une richesse absolue en intégrant le génie indien à notre pays accueillant. Au lieu de cela, nous vivons avec l’acculturation la plus crasse de l’Afrique, nous vautrons dans la stupidité du sous-développement, associée à la brutalité sociale d’une France en perdition, trouvant dans l’obsession monomaniaque de l’Islam, un moyen d’occuper la vacuité consécutive à sa perte d’autorité.

Tabla Solo in Japtal


Responses

  1. Pour qui connaît bien le Royaume-Uni et les problèmes liés à l’immigration indienne (Hindous ou Pakis), votre texte paraît bien enthousiaste. Et qu’on ne me dise pas que seuls les Pakis en l’occurrence forment les bataillons des « racailles » d’Outre-Manche. Et cela fait bien longtemps que les « jeunes » Indiens « anglais » ont cessé d’écouter Ravi Shankar ou Nusrat Fateh Ali Khan, pour se plier à la mode hip hop, musique électronique, trip hop et autre sous-culture, dans un délire multi-cul obamaniaque (le meilleur représentant de cette sous-culture métissée de curry et de tam tam étant Asian dub foundation).
    Vos espérances indo-européennes sont des chimères, et vous le savez bien : vous trouverez davantage d’adeptes du « hip-hop halal » (sic) ou du emo pour pré-ados petits-bourgeois que de lecteurs de Max Muller ou Daniélou. Même parmi les Indiens.

    Cela dit votre texte s’inscrit parfaitement dans la tradition française. Car c’est un trait bien français que de regarder toujours ailleurs en espérant trouver chez l’Autre un Nous annonciateur de lendemains qui chantent.

    Maurras ne disait-il pas :
    « Nous passons, sans y prendre garde, sur la plus triste et la plus fâcheuse de nos habitudes d’alors, d’aujourd’hui, de toujours : les Français ne s’aiment pas eux-mêmes, comme Français. Ils ont peu d’affection et peu d’estime pour la nature de leur peuple, pour ses traits distinctifs et pour sa figure constante. Et s’ils y pensent, c’est pour regretter, pour déplorer ou même accuser le tempérament national : « Nos Français ! Vous les connaissez ! Tous les mêmes ! » Et en avant, notre légèreté, notre versatilité, notre manque de sérieux, de patience ou de profondeur ou encore de force… Le Français moderne est toujours prêt à s’effacer devant la première nation venue, en s’inclinant, en lui disant : Après vous, après vous, s’il vous plaît… »

    Et ces mots exaltés et mélancoliques que Musset mit dans la bouche de son Fantasio :
    « Ah ! que je voudrais être de ce grand ou de ce petit peuple qui passe ! Que ne suis-je cet Illyrien ! Ou ce Scandinave ! Voyez comme il est bien, voyez comme il est beau ! Ce peuple qui passe est charmant. Ses vêtements sont pittoresques ; ses chants populaires, originaux ; tout comme son théâtre qu’il a tiré tout entier de son propre fonds. Il n’est pas à la remorque des Grecs et des Romains, lui ! Il a des penseurs, lui ! Des poètes, lui ! Il a des maîtres dans tous les arts… »

    Méfiez-vous. Derrière Fantasio se cache comme souvent, tapi dans l’ombre, Chauvin. Ce Chauvin qui, comme tout nationalisme qui se respecte, noie son ressentiment et son égalitarisme plébéien dans la détestation de la hiérarchie (Louis Dumont) et de sa propre image (renversée en haine de l’Autre) : en somme Fdesouche et One, two, three viva l’Aldjérie même combat. Indo-européanisme délirant et Multiculturalisme délirant même combat. Aussi.

    Et ce Fantasio Chauvin là, juste ciel, est moins attirant que son homonyme Ingrid Chauvin.

  2. Bonsoir EL Mansur,

    « Vos espérances indo-européennes sont des chimères, et vous le savez bien ».

    Oui je le sais, le désespoir m’a fait écrire un machin sous le son hypnotique des Tablâs. J’ai bien conscience de la dégénérescence contemporaine des indiens installés en Occident, mais de longs mois passés au sein de leur communauté, dans le cadre d’une mission internationale (mais aussi avec les Paki, qui m’ont paru nettement plus primitifs), m’ont convaincu que leur culture dispose de quelque chose de particulier, d’insondable et d’exotique pour un français déjà assimilé au Maghreb donc à une certaine pauvreté qui y est afférente. Mais peut-être que ce jugement catégorique, est intimement lié aux habitudes d’ordinaire contractées par les vieux couples. Aujourd’hui, plus de surprises possibles entre la France et l’Afrique.

    Pour le côté universaliste typiquement français, vous avez raison, mais mon intention était de créer une fiction autour de la substitution d’une population par une autre. Que serait la France si les Indiens remplaçaient les Africains ? Mon intime conviction me pousse à imaginer une France sans problèmes sociétaux majeurs, du moins au niveau de la sécurité des personnes et du civisme. Un rapide passage dans les points nodaux urbains, nous renseigne sur la spécialisation des groupes présents : Les Indiens vendent clandestinement des posters et des toupies en plastoc, sans aucune forme d’agressivité physique ou verbale. Disons que la méfiance des Français est proportionnelle aux agissements particuliers d’un groupe, les Africains constituant certainement le summum de la délinquance citadine, donc du rejet. Pas de chauvinisme dans ce constat, juste une colère sourde et une volonté de comprendre.

    Un proverbe d’Aurobindo Ghose laisse à penser que tout n’est pas perdu :

    « Dans la providence invisible des choses, nos plus grandes difficultés sont aussi nos meilleures occasions ».

    NB : Essayez de rester dans les parages, j’aurai besoin de votre point de vue sur l’Islam, l’occasion se présentera prochainement.

    A très bientôt.

  3. « J’ai bien conscience de la dégénérescence contemporaine des indiens installés en Occident »

    Hola hola! mollo!

    • Je faisais uniquement allusion à ces affreux jeans bouffants délavés portés par les indiens parisiens dans les années 80. 😀

  4. C’est après la révolte des Cipayes, que les anglais ont inventé une Inde éternelle, les français avaient plutôt le tropisme musulman comme récéptacle d’une Tadition égarée dans une consigne du passé

  5. les Bleus, Racaille football club ? http://fr.sports.yahoo.com/video/linterview-yahoo-sport-thomas-s%C3%A9n%C3%A9cal-150044103.html;_ylt=AqTQoZ1y7kjvd4q8Dy61.2LigigB;_ylu=X3oDMTJ1NTY1dGlsBG1pdANQbGF5bGlzdCBiYXIgb3JpZ2luYWxzBHBrZwM4YjE4NTFkYi1hNDM3LTMyNDktYjdkOC0zMjY5ZDMzOGVmNzYEcG9zAzMEc2VjA01lZGlhUGxheWxpc3RCYXI-;_ylg=X3oDMTBncGpwM2N0BGxhbmcDZnItRlIEdGVzdAM-;_ylv=3?pb_list=7056e234-62f6-44f1-bd68-c663c5c03b4d


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :