Publié par : Memento Mouloud | juin 21, 2010

La France multi-culturelle : les chinois de Belleville contre la délinquance afro-maghrébine

Près de 8500 personnes, selon la police, ont défilé entre la rue de Belleville et la place du Colonel-Fabien, dans le nord-est de Paris.

Le Parisien

Le cortège est calme mais vers 17 heures, une femme se fait dérober son sac. Selon plusieurs témoignages, les voleurs sont pris à partie par les manifestants et se réfugient au commissariat, sac à la main, pour éviter d’être lynchés. Vers 17 h 35, de nouveaux incidents éclatent entre une cinquantaine de jeunes manifestants et de jeunes extérieurs au cortège, d’origine maghrébine et africaine. Jets de bouteilles, d’œufs, poubelles brûlées: des camions de CRS et de gendarmes investissent l’intersection du boulevard et de la rue Belleville.

Des gaz lacrymogènes permettent d’écarter les manifestants de l’artère principale. Menottés, trois personnes d’origine asiatique sont interpellées et acheminées vers un camion, sous les huées. Rapidement, la foule prend à partie les camions des forces de l’ordre où sont placés les manifestants interpellés. Un homme brandit un drapeau chinois sous le nez des CRS. La centaine de personnes concentrée devant les camions bleus lèvent le poing au ciel en scandant «Libérez !».

«Il y a tout le temps des vols de sac, dans la rue. Des viols, aussi», explique une commerçante, sur le pas de la porte. Sur les trottoirs, les badauds interloqués questionnent des manifestants. «Je me suis fait voler 4000 euros à mon mariage. Au moment du buffet, je me suis rendue compte que j’avais plus rien. C’est tous les jours comme ça, ici », s’indigne une femme.

« Appelez la police, appelez la police, panique une passante. Ils vont tabasser les petits Maghrébins là-bas. Regardez-les, ils y vont ». Pendant presque une heure, la tension est vive dans la rue. A 19 h 30, le groupe renverse une deuxième voiture en bas de la rue. Cette fois, c’est une auto banalisée de la police. Autour de la carcasse, plusieurs groupes en viennent aux mains.

Les camions des forces de l’ordre reviennent et bloquent rapidement la rue. Nouvel échauffourée. «Libérez, libérez», scande la foule. Quelques manifestants engagent le dialogue avec les gendarmes. Dix minutes après, applaudissements: « C’est une personne de la mairie, je crois qui vient pour calmer le jeu». Il est plus de 20 heures, les manifestants sont appelés à se diriger vers le métro avec la promesse que les interpellés seront libérés le lendemain.

Libération

Un avocat à la cour de Paris, Sun Hanguang, a dit que le gouvernement français n’attache pas d’assez d’attention à la sécurité publique qui se détériore lors des périodes sans élections. Les Chinois d’outre-mer sont ainsi devenus les cibles privilégiées des voleurs.

Le représentant des hommes d’affaires Chinois de Belleville, Wang Jiaqing, a indiqué que la ville est devenue un véritable marché du vol, ce qui constitue un autre coup dur après la crise financière et la dévaluation de l’euro. Si cette situation perdurait, on ne serait pas loin de la faillite.

Le Quotidien du Peuple

La deuxième grosse vague d’immigrants, celle des Wenzhou, a déferlé à partir du milieu des années 1980. "Entre 1982 et 1990, la population asiatique de Belleville s’est accrue de 63 %, relève le sociologue Patrick Simon. Les Wenzhou étaient moins urbains et moins cultivés que les Teochew, moins argentés aussi – des "ploucs qui ne pensent qu’au fric", comme les décrit crûment un Shangaïen cité dans Quartiers libres, l’indispensable gazette "du 19 e et de Belleville". Ils sont aujourd’hui à la tête de la plupart des commerces.

Tenus par des Kabyles, les cafés de l’époque maghrébine résistent pourtant vaillamment – Les Folies, Le Vieux Saumur, La Vielleuse… Tout comme Le Caire, la célèbre épicerie de la rue de Belleville, qui, "depuis dix-huit ans", vend loukoums, épices et huile de jasmin. Non sans mal : "Depuis l’arrivée des Chinois, j’ai perdu 50 % de mon chiffre d’affaires", se plaint Abdel l’Egyptien.

A Belleville, chacun vit entre soi. Est-ce vraiment nouveau ? "Là, avec les Chinois, ce sont des mondes entiers qui arrivent – des mondes hiérarchisés, avec toutes les strates sociales", remarque Roselyne de Villanova, chercheuse à l’Ecole d’architecture de Paris-Belleville.

"Vous voyez, là, cette dame qui marche sans trop se presser ? Elle tient un sac en plastique, comme si elle venait de faire des courses. Mais c’est pour donner le change : en réalité, elle fait le trottoir. Cette prostituée est une Dongbei, une native de la Chine du Nord., explique à son auditoire, planté à l’angle des rues de la Présentation et du Faubourg-du-Temple, le bateleur iconoclaste Donatien Schramm, 49 ans.

A quelques mètres de l’herboristerie de la rue Civiale (grenouilles séchées, haricots rouges, nids d’hirondelle…), des petites annonces underground, rédigées en chinois, ont été scotchées à une gouttière. On y propose de tout, au noir : " Celui-ci vend des cigarettes. Cet autre veut partager un appartement. Là, c’est une offre de coiffure à domicile et, dessous, de baby-sitting – sûrement une Dongbei, qui cherche un emploi de nounou", traduit Donatien Schramm. "Il y en a un, regardez, il propose carrément des faux documents pour avoir la carte Vitale (sécurité sociale) ou la CMU (couverture médicale universelle). Par contre, le suivant est plus banal : il répare les voitures…", poursuit le guide bellevillois.

Dans le mensuel bilingue Canard laqué, il y a aussi des petites annonces. Un quadragénaire "français" recherche une jeunesse Asiatique "mince, câline et séduisante", tandis qu’un autre, quinquagénaire et divorcé, parle d’une "dame asiatique", dont il n’exige rien, "pourvu qu’elle soit gentille". Les deux annonces font miroiter un "mariage possible".

La journaliste Patricia Wong, qui a réalisé pour Envoyé spécial (France 2) un reportage sur les prostituées dongbei à Paris, confirme que les "marcheuses" de Belleville n’ont guère d’autre issue, pour quitter le trottoir et l’enfer des sans-papiers, que de "se trouver un mari français". Certaines apprennent le français, "afin d’avoir plus de chances de contact".

Tous, hommes et femmes, dorment dans des logements "sous-loués par des Chinois, généralement wenzhou", où s’entassent "jusqu’à vingt personnes". Le marchand de sommeil se fait payer "120 euros par mois, pour chaque lit", précise Patricia Wong.

Les Chinois rois de l’économie souterraine ? Les plus honnêtes ne disent pas non. "Ils trouvent toutes les failles du système – même les plus petites. Ce sont les rois de l’adaptation", corrige Donatien Schramm. Ainsi, à en croire certains Bellevillois, les ateliers de confection, si fréquemment pointés du doigt, à cause de leur main-d’oeuvre en partie clandestine, se seraient déplacés vers le quartier voisin de Sedaine-Popincourt (11 e arrondissement), avant d’essaimer en banlieue nord, vers La Courneuve, Drancy ou Aubervilliers. "On ne délocalise pas le travail, mais la main-d’oeuvre", confirme le commandant Philippe Duplan, de l’Ocriest.

Sans le recours à la tontine, bien des commerces de Belleville n’auraient pas trouvé de repreneur. "Grâce à la tontine, des sommes d’argent parfois très importantes peuvent être réunies très vite. Pour payer un mariage ou un appartement", explique l’universitaire Pierre Picquart.

« La vérité, c’est qu’on ne veut pas nous entendre", assure Ngo Thieng, évoquant les problèmes d’insécurité contre lesquels des centaines de personnes avaient manifesté, en octobre 1999, à Belleville, à l’appel de l’Association des Chinois résidant en France.

"Dans la rue, les gens disent parfois des choses blessantes", intervient l’une des filles de Ngo Thieng. Agée de 10 ans, la petite Céline a le sens des nuances. A l’en croire, "ça n’est jamais arrivé à l’école". A celle de la rue Général-Lasalle, comme dans la plupart des autres établissements scolaires du quartier, on compte désormais "un bon tiers" d’élèves asiatiques. "On est ravis ! Surtout quand on a connu la ghettoïsation des années 1980", se félicite la directrice, Brigitte Delorme.

Le mythe du Chinois-premier-de-la-classe ? "Mais ce n’est pas un mythe, c’est vrai !", assure-t-elle. "Ravi" aussi, le patron de la librairie de la rue de Tourtille, Le Genre urbain. "Dans la classe de mes gosses, le niveau a été tiré par le haut", constate Xavier Capodano. Selon lui, les Chinois de Belleville ont "sauvé le quartier". Signe des temps, depuis un an, le libraire compte parmi ses clients quelques adolescents chinois.


Responses

  1. "les voleurs sont pris à partie par les manifestants et se réfugient au commissariat, sac à la main, pour éviter d’être lynchés"
    :-)

  2. On dirait une scène du Pigeon

  3. Bien chère Soeur,
    Bien cher Frère,

    Si tu es comme moi effaré(e) par le suicide ethnique de l’Europe occidentale. Si, comme moi, tu constates qu’une des principales causes de ce suicide est le relativisme universaliste hérité des Lumières [...]. Si comme moi tu constates que tous les grands médias sont sous le contrôle de l’oligarchie dont ils diffusent massivement et presque exclusivement l’idéologie dominante.

    Alors tu seras persuadé comme moi que, la partie étant déjà pratiquement perdue, la seule issue est de se regrouper en réseaux et de travailler concrètement sur le terrain pour avoir quelque chance d’administrer au peuple de France l’antidote au poison qui le tue (et qui nous tue), et de pouvoir, peut-être, retourner la situation et sauver un jour notre pays de ce désastre.

    Pour cela, nous devons réaffirmer notre identité: La France n’est qu’accessoirement le " pays des droits de l’homme ". Elle est d’abord et surtout la " Fille aînée de l’Eglise ", et l’Europe à un autre nom : La Chrétienté.
    [...]

    Chère Sœur, cher Frère, si comme moi tu n’es pas croyant(e), pour toi et pour moi j’ai inventé le concept de " christianiste "[...]
    Etre Christianiste, cela signifie que, SANS ETRE CROYANT, tu te présentes comme défenseur de l’héritage chrétien de l’Europe et de la France, et que tu es prêt(e) à pratiquer, au moins occasionnellement, la liturgie et les rites antiques de l’Eglise, non par croyance, mais par fidélité à tes ancêtres. Et aussi pour manifester ton refus de la désincarnation spirituelle de la France et de l’Europe. Pour que les églises et cathédrales, sanctuaires de ton identité multiséculaire, ne deviennent pas de simples musées, vestiges d’un peuple et d’une civilisation qui ne sont plus.

    Nous serons désormais une mouvance parmi d’autres du christianisme. Une sorte de "catholicisme identitaire européen de résistance". [...]
    Alors "CONVERTIS"-toi:

    http://www.albinus.org/christianitas/inscript.php

    • je voulais dire : bof… -> réponse au post ci-dessus

  4. Cool Albinus, Maurras c’était déjà une sorte de christianiste, perdre la foi mais sauver l’Eglise, ça se révèle toujours très fragile ce genre d’échafaudage

  5. bof…

  6. Le coup du chevalier, ça fait un peu intermittent rescapé d’un spectacle estival, au pire OTS revival

  7. Les musulmans sont les cellules d’un cancer appelé Islam. Ce cancer s’attaque à tout ordre qu’il soit chinois, juif, ou chrétien.
    Quand j’ai vu l’autre jour ) la télévision F.Fillon inaugurer une mosquée, je me suis dit que tout était vraiment fini.

  8. La France multi-culturelle : les chinois de Belleville contre la délinquance afro-maghrébine Bouteille à l'Amer Very nice post. I just stumbled upon your weblog and wished to say that I have really enjoyed surfing around your blog posts. After all I’ll be subscribing to your rss feed and I hope you write again soon!

  9. Nice post at La France multi-culturelle : les chinois de Belleville contre la délinquance afro-maghrébine Bouteille à l'Amer. I was checking constantly this blog and I’m impressed! Very helpful info specifically the last part :) I care for such information a lot. I was seeking this certain information for a long time. Thank you and best of luck.

  10. La France multi-culturelle : les chinois de Belleville contre la délinquance afro-maghrébine Bouteille à l'Amer I was suggested this website by my cousin. I’m not sure whether this post is written by him as nobody else know such detailed about my trouble. You’re wonderful! Thanks! your article about La France multi-culturelle : les chinois de Belleville contre la délinquance afro-maghrébine Bouteille à l'AmerBest Regards Yoder


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 58 followers

%d bloggers like this: