Publié par : bouteillealamer | juillet 6, 2010

Racketté par des Suédois

Photo prise aujourd’hui même dans le rayon librairie d’un supermarché.

On remarquera les efforts illustratifs inouïs déployés pour que la fiction ne soit pas semblable à la réalité, des fois que nos enfants finissent par faire d’odieux amalgames. Il est bon de rappeler que cette collection s’intitule  Ainsi va la vie, nous sommes donc en présence d’un support pédagogique contemporain.

On connait la chanson, illustrer la violence urbaine en employant des protagonistes noirs ou arabes, constitue sans nul doute le plus odieux des amalgames. L’éditeur neutre pourra donc compter sur la très consensuelle profession d’illustrateur pour enfants, afin de contourner la réalité et d’offrir au lecteur la possibilité d’associer les actes de délinquance à la méchanceté rieuse. Il dessine donc une caractériologie.

Je ne sais pas ce qui relève le plus du racisme, dessiner une bande de jeunes africains en train d’agresser un enfant à la sortie de l’école, afin de calquer la narration sur la réalité du terrain et des statistiques franciliennes, ou bien traduire l’événement en impliquant un blond et un roux, pour cacher maladroitement ce que tout le monde sait déjà : une certaine délinquance est un fait de jeunesse et la jeunesse francilienne est relativement plus basanée que la jeunesse bretonne.

L’option caractériologique fait délibérément l’impasse sur la Diversité française, pas un seul frisé en vue, même en arrière plan ; plutôt étrange à l’heure des quotas obligatoires et du comptage de noirs et de métisses sur le moindre support imprimé ou filmé. Nous pouvons facilement en arriver à la conclusion suivante : Il est interdit de dessiner un agresseur noir ou arabe. Car le noir et l’arabe ne sont jamais jeunes, ils sont avant tout noirs et arabes.

Par conséquent, il convient de cacher pudiquement la jeunesse agressive, en particulier noire ou arabe, en employant non pas des asiatiques ou des indiens, ce qui n’aurait aucun sens pour désigner le phénomène de racket à l’école mais en utilisant un type disparu, le loulou de banlieue sorti tout droit d’une chanson de Renaud.

Personne n’est dupe de l’artifice, seuls les faux-derches du Système se donneront du mal à essayer de convaincre que la formule retenue est en tout point conforme avec le social, en prétextant que le contraire ferait le jeu de et serait insultant envers TOUS les afro-maghrébins. Mais le problème est bien là. Il ne s’agit pas de faire d’amalgames, mais de décrire le réel, de peindre ce qui existe, sans la volonté d’impliquer au sens judiciaire du terme l’ensemble de la population afro-maghrébine dans un procès en responsabilité, si possible en arrêtant de croire que leur bêtise afro-maghrébine innée les pousserait à se sentir insultés par la description de leur quotidien.


Responses

  1. Oui !!
    Et sur le blouson de celui de droite c’est un chat de Maus, d’Art Spiegelman, sur l’étagère d’a coté.
    Juste à coté.
    Deux messages pour le prix d’un, y’a pas de petite économie.

    Maintenant pas d’inquiétude. Les gamins sont pas cons. L’ Instinct.

  2. Dans le même esprit, mais culpabilisant :

    Campagne contre les vols dans les transports en commun par tracts orange -pardon « flyers »- de la police pour les usagers sur Paris.

    « Votre smartphone attire la convoitise, soyez discret et vigilant. »

    En gros : C’est pas le rat qui va vous le prendre l’anomalie. VOUS êtes le problème.

  3. AG,

    Très bon le chat nazi de Spiegelman en écusson de bande, on se croirait dans la typologie de West Side Story. Oulala, attention aux Jets et aux Sharks, ça va se disputer sur le terrain de basket.

    Le coup du smartphone me fait penser aux filles violées que l’on accuse d’avoir « provoqué » par leur tenue indécente, tout ceci est dégueulasse et conforme à la lâcheté administrative française.

  4. Notons que le code vestimentaire des agresseurs (jogging/capuche) est, lui, conforme à la réalité. Ce qui n’a pour effet que d’accentuer une fois encore le déni ethnique du réel.

  5. MBFR,

    Tout à fait, conceptuellement on peut le faire à l’envers, avec ces jazzmen blancs peints au cirage, dont la fonction était de ne pas choquer le CSA de l’Amérique ségrégationniste.

  6. Il y a bien plus immonde, bien plus franc et direct dans la volonté, non plus de masquer le réel mais de le changer en profondeur : http://www.cmic.ch/2008/11/07/les-filles-aussi-chassent-le-dragon/

    De Gaulle avait filé l’éducation aux bolchos, un demi-siècle plus tard ils la partagent avec les hystérocrates.

    • les filles aussi chassent le dragon?
      les machos prennent aussi du rond

  7. Leur dinguerie est sans limites, vous verrez apparaître prochainement de jeunes chasseurs de dragons à sensibilité homosexuelle, ou des chevaliers noirs, afin de répondre au cahier des charges de leurs lobbies respectifs.

  8. Peut être hors sujet mais tellement amusant!

    Pour la non représentation de « chances pour la France », vous êtes les seuls à ne pas savoir qu’ ils sont tous sans exception trés attachants, humbles, sympathiques et tolérants.

    Si les français tous des sales racistes, partageaint leurs maisons avec les SDF venus en ce pays et cela malgré des conditions d’ hébergement horribles comme ceux qui sont obligéd de vivre dans un appartement d’ une HLM neuve devant chez moi; ils ont un petit balcon de 20 m2 au lieu de la grande place du village, insoutenables images. Leurs pauvres enfants obligés de se nourrir de nourriture non conformes à leurs habitudes alimentaires, un scandale.

    J’arrête cette misérable litanie car je pleure des larmes de crocodile.

  9. Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, LA LOI : « Il est strictement défendu de représenter, visuellement ou auditivement et sur quelque support que cela soit, la diversité dans des situations qui puissent indiquer ou même suggérer des comportements, des habitus ou des moeurs pouvant porter préjudice, d’une manière directe ou indirecte, à cette même diversité. La peine prévue envers le contrevenant, en vertu de la prééminence tacite de la promotion du vivre-ensemble et de la lutte contre les heures les plus sombres de notre histoire laquelle prévaut sur toutes autres considérations même si ces dernière sont ou peuvent s’avérer d’importance critique pour les individus ou la collectivité, est l’exécution sociale publique. »

  10. (alinéa 239981 : « La loi susmentionnée ne s’applique bien entendu qu’aux individus n’étant pas issus ou ne faisant pas partie de la-dite diversité, sans quoi celle-ci doit de facto être considérée comme non-applicable afin de ne pas entrer en contradiction avec elle-même. Kikoolol. »)

  11. Je pensais a leur decharge que c’etait vieillot … Depot legal le 1er mars 2004. Feu a volonte !

  12. Et je passe sur le nom du dessinateur, n’etant pas coutumier de ce genre de reproches.

  13. Quelle sera la prochaine étape? Illustrer la natalité en hausse par le biais d’une famille de cathos tradi ?

    • … le passage à tabac de femmes voilées danoises par des hell’s angels norvégiens en marge d’une gai-pride islamique ?

  14. Et pourquoi pas une construction d’Eglise !

  15. Excellente photo de négation de la réalité.
    Excellente remarque de A.g. sur l’inversion criminel-victime.

  16. Impressionnant et tellement vrai !

    http://mieuxavant.wordpress.com/2010/07/07/les-chewing-gums/#more-101

  17. Dîtes moi cher Alibekov

    La bouteille de Rum ,est ce un porto-ricain ?

  18. Quelle bande d’enculés ces rouquins !

  19. Désolé de vous décevoir Granpas, je ne bois que de l’eau gazeuse, je ne pourrai donc pas vous renseigner sur ce millésime.

  20. Ahahahaha, converti jusqu’à l’os !

    • Babouche,
      ç’est comme ça depuis toujours, avant même cette conversion que je repousse par peur du ridicule. 😀

      • Alikebov

        Mon beauf frére picole encore plus qu’ un polonais mais ne mage pas de porc, religion oblige 😆

  21. Ah ah ! C’est excellent ! Ces propagandistes sont tellement niais, c’est tellement énorme que personne ne peut y croire.

    En fait, ils jouent contre eux avec des conneries comme ça. Cette illustration hurle de l’absence de diversité… A se demander si c’est pas l’idée d’un réac.

  22. C’est vrai que tout ceci a les apparences d’un odieux fake, mais combien de couillons pour y croire encore ?

    • Oh! plein de monde pour y croire et s’accrocher à cette fausse réalité qui fait moins peur, qui est moins perturbante que la vraie… Et puis ces livres touchent la petite enfance, alors ce sont les enfants qui sont aveuglés dès le départ… C’est ça le problème. Un enfant ça croit ce que l’adulte dit, écrit ou lit. Il est vrai que la réalité les rattrape assez vite mais le bourrage de crâne est total. C’est vraiment « Le meilleur des mondes ».

      • S’ils continuent d’investir tous les supports de manière exponentielle et cherchant toujours plus loin dans la jeunesse peut-être, mais j’ai du mal à croire que tout cela va continuer très longtemps. Une prof gauchiste à moi en primaire nous avait faite lire un joli livre sur un sympathique noir qui tagguait pour la bonne cause du coeur de la gentille blanche bourgeoise malgré le harcèlement fachiste de son directeur d’école.

        Crois moi ça ne m’a pas plus marqué que le fait que cette prof ait passé des nuits avec ce bel enfant d’ébène, bien fait pour sa classe (mais pas pour son âge)… Tout comme dans la blague, un gros zizi certes, mais trois ans d’avance. Une aubaine pour les ridées !

  23. J’ai du mal à comprendre ce que vous entendez par « propagande » puisqu’aucune considération ethnique n’est véritablement affirmée dans ce dessin. C’eut été de la propagande grossière si la scène avait montré des leucodermes molestant un négrillon à la sortie de l’école. Ils n’ont mis que des blancs car de nos jours, la majorité des français étant encore constituée de gwers, le choix de représenter des gaoulis traduit plutôt une intention de neutralité. La blancheur est employée ici pour son caractère « normatif », le dessinateur n’a pas voulu représenter des blancs mais des gosses. Il s’agit plutôt d’une occultation de la composante « diversité » de la société correspondant au parti-pris de ne pas l’associer à la négativité de la question du racket que d’une volonté de désigner sciemment les blancs dans le traitement de cette question.

    • Très juste sur la couleur blanche normative (un peu comme la couche de préparation avant de passer la glycero), mais nous parlions de propagande insérée dans un projet global de déni du réel, avec pour finalité de taire tous les aspects négatifs perpétués par les afro-maghrébins, et ainsi permettre à une omerta de garder le contrôle d’une situation précaire, sans endosser la responsabilité de ce projet politique de portes ouvertes, et de son corolaire de violence.
      Vous avez raison sur la volonté des éditeurs ne pas accuser les blancs d’agression (bien que cette couverture le suggère de fait), mais cet artifice est surtout employé afin de ne pas désigner les noirs/arabes comme coupables de racket, ce qui constitue une NEGATION sociologique. Si vous préférez employer négationisme à la place de propagande, je n’y vois aucun inconvénient.

      Quant à la perspective de représenter des blancs en train de racketter un noir, je crois qu’un pas serait vite franchi entre propagande par omission et inversion délirante des valeurs, mensonge tellement énorme et contreproductif pour la bonne cause des gentils, que nous serions obligés d’admettre que les imprimeurs ont inversé le négatif lors de l’imposition des plaques.

      • Le terme « déni » me semble plus approprié pour caractériser l’attitude consistant à ne présenter la diversité que sous son aspect positif; pour avoir discuté avec des antiracistes il n’y a chez eux pas réellement de volonté de nier que la plupart des arsouilles sont afro-maghrébins mais plutôt la conviction que la « couleur » constitue un critère secondaire voire un élément hors-propos dans le cadre d’une réflexion sur les phénomènes actuels de violence; la parade dialectique à toute prise en compte des aspect identitaires à travers une lecture de la situation dans laquelle s’embourbe la société française consiste à dire que le malaise provient de données purement sociales: les afro-maghrébins sont violents car pauvres et discriminés. La négation ne porte pas sur l’ethnie-race-communauté effective dont proviennent la plupart des fouteurs de merde mais sur le poids de l’appartenance ethnique-raciale-communautaire dans la radicalité avec laquelle ils nourrissent leur violence. La propension à représenter la situation du racket sous un aspect ethniquement neutre ne vient pas tant d’une volonté de cacher l’identité ethnique de la plupart des racketteurs que d’un simple réflexe idéologique qui consiste à considérer cette donnée comme hors-sujet.

  24. Sauf que quand un dessinateur pour enfants dessine des gosses, il s’empresse d’y rajouter un divers pour faire bonne image. Bizarrement là non, il a peut-être eu un problème de placement du personnage…

  25. Le facteur intéressant dans la spécificité raciale des délinquants, est de savoir si elle est issue de la rencontre antagoniste de deux cultures aux usages diamétralement opposés, ou si elle constitue une originalité occidentale (nouvelle culture de croisement), nourrie par une dialectique systématique de l’excuse et de la compassion à l’encontre des noirs/arabes (mélange de christianisme et de marxisme incompris), conduisant à l’élaboration artificielle d’un voyou aux origines africaines, décomplexé car soustrait aux règles de la civilisation.

    En revanche, un blanc délinquant « néonazi » n’aura pas le bénéfice de l’excuse sociale, il sera désigné comme blanc néonazi avant tout. Son origine sera évidemment mise en valeur, il ne viendrait pas à l’idée d’un éditeur d’illustrer une couverture de livre sur la mouvance nazie, en employant des noirs, pour éviter de porter atteinte à la dignité des blancs dans leur ensemble. Personne ne s’insurgerait du « côté caricatural » d’une iconographie « respectant le réel » d’une scène de défilé nazi dans les rues de Varsovie.
    Alors pourquoi faire une exception pour le reste ?

  26. C’est bien ta seconde option qui est la bonne Ali, des personnes pauvres venant d’une culture ou le mâle est surévalué, où les crimes et délits sont punis de manière radicale et où par conséquent l’apprentissage de la responsabilité à avoir de ses actes et l’introspection qui en découle quand faute il y a sont moindres (peur d’une punition extrême, pas d’apprentissage par l’erreur style je me brûle j’arrête de jouer au feu, là ils se tiennent à l’écart de la cheminée ou perdent se carbonisent un bras d’un coup) ont de bonnes chances de choisir la voie de l’argent et de la vie facile une fois arrivés dans un pays où ils ne gagnent pas automatiquement d’estime quand à leur rang de mâle, où l’on attend d’eux un réajustement autonome de leur manière de faire quand ils enfreignent la loi tant les peines encourues portent peu préjudice à l’intégrité morale et et aucunement à celle physique de la personne et où de surcroit par leur statut d’immigrés ils se voient collectivement désignés comme étant victimes d’une sorte d’engeance généralisée du peuple autochtone…

    « Alors pourquoi faire une exception pour le reste ? »

    Pour ne pas faire éclater au grand jour la vérité que tout le monde a sur le bout de la langue : les traiter comme nous nous traitons nous-même ne marche pas, pour les africains du moins, nous créons des monstres toujours plus nombreux et monstrueux à mesure que le temps passe et qu’ils s’installent ici en nombre.

    Je ne sais pas si c’est très clair mais la réacosphère a déjà analysé cela en long et en large…

    On peut rajouter à tout cela le facteur « Islam », dans une période particulière de sa vie de religion ou confrontée à la fois à une modernité qui tend à l’amoindrir dans ses terres natales en tant que religion totale (contrôle religieux, social et légal) et à un vide spirituel dans les terres où ses croyants s’installent en masse qui lui assure un monopole à venir semble prendre l’option de la fuite en avant, des centaines de milliers de petits rebeux de par l’Europe croyant mener le jihad à chaque fois qu’ils cassent une tête, brûlent une voiture ou violent une sous-prolétaire… Et des millions d’adultes soutenant l’avancée de leurs lois religieuses sur nos lois laïques.

  27. bjr

    L’excuse de l’origine sociale n’a aucun sens sinon de brouiller et dévoyer la réflexion : elle est idéologique , hors explication sociologique. Sinon comment comprendre que Rachida Dati soit devenue ministre et qu’un de ses frères dealer et taulard ? Le gamin qui pique un portable dans la veste de son voisin par envie n’a rien à voir avec la racaille qui séquestre et assassine un jeune Juif dans une cave, ni avec le dealer frangin de Dati . On peut « comprendre » le gamin mais les autres doivent finir au trou !
    En marge de cette histoire j aimerais préciser que je suis marxiste et léniniste pour faire bonne mesure : donc ni « de gôche  » ni « gauchiste » et que je milite pour l’immigration zéro , pour un retour limité dans le temps au droit du sang et pour l’application de la déchéance de la nationalité .

  28. Bob,

    Votre vision coercitive du traitement de la délinquance et de l’immigration, est conforme au vrai Marx, je n’y vois donc aucun paradoxe.
    Je serai tout de même plus sévère que vous sur le traitement à infliger au gamin qui pique dans le blouson de son camarade de vestiaire, et probablement issu du même milieu social. Lumpen prolétariat contre petites gens, petits larcins ou vols avec violence liquéfiant l’équilibre social. Je crois que nous ne devons pas transiger.

    Pour le cas Daty, Soral nous aurait expliqué que sa nature féminine lui permit d’user de charme et de vendre son cul au plus offrant, l’intégration étant plus facile pour une jolie fille de banlieue, pressée de s’y échapper. Son frère en revanche, n’aura pas les atouts susceptibles de le rendre sympathique aux yeux du pouvoir, sauf peut-être auprès des touz du Quai d’Orsay éprises d’orientalisme.

  29. Ali

    Un gamin n a pas besoin d’être issu du lumpen pour chaparder un portable ou de manger des bombons dans le supermarché .Il lui suffit d’être pauvre , d avoir faim de ce qu il ne mange jamais et de désirer être comme les autres . C’est en quelque sorte une façon de redistribution illégale mais si peu coûteuse.Si explication sociologique il doit y avoir c est bien dans ce cas là et ça justifie d ‘un traitement forcément différent de la délinquance avec violence conjuguée à une composante raciste notamment. Cette micro délinquance est liée aux inégalités générées par la société de classe et ne disparaîtra qu’avec elle. Elle doit être à mon avis sanctionnée mais avec compréhension. Parler de liquéfaction de l’équilibre social ici me semble très exagéré et de nature même à discréditer l’idée d’ordre .

  30. Bob,

    En France, le chapardage n’est pas lié à une quelconque question de subsistance immédiate comme j’ai pu le constater en Afrique. Au Cameroun, des enfants des rues m’ont encerclé pour me piquer 15.000 FCFA afin d’aller grailler ou de s’acheter des tong en plastique pour ne pas marcher pieds nus. Ce qui pour la population locale était d’ailleurs inexcusable.

    Ici le vol des jeunes est motivé par le désir de l’objet qui ne sert à rien. Vous ne verrez pas (encore) de jeunes gamins fondre sur des supérettes pour faire main basse sur le stock de produits alimentaires, taper dans le rayon boîtes de conserve et Bernard Loiseau.
    A mon sens, le rapport de cause à effet entre la faim est le vol commis par des jeunes en France, est une erreur de jugement. Tout ce petit monde mange correctement, peut-être pas très équilibré, mais sans risque de carence irrémédiable, soyez-en certain.
    Maintenant, un point de vue associant le petit larcin à la différence de classes est aussi équivoque. Il est de notoriété publique que les voleurs de banlieue ne détroussent pas les habitants du XVIe arrondissement, mais leur voisin, celui qui trime pour 1300 euros. C’est en ce sens que je plaide pour une tolérance zéro, la vraie.

  31. Pour être en bleu un tiers de l

  32. Oui, c’est bizarre, brusquement, en regardant cette couverture, on se demande où est passée la diversité…
    Cette façon de gommer tout ce qui pourrait contrarier la pensée unique, cette façon d’occulter et finalement de manipuler la réalité, ça rappelle ces photos retouchées sous le régime stalinien, quand les visages de Trotski et Kamenev étaient soigneusement effacés, comme s’ils n’avaient jamais existé.

    Il arrive qu’on change aussi le sens des mots pour travestir la réalité: le mot « jeune » en est le plus bel exemple: ne seraient-ce pas des « jeunes » qui rackettent?

    La négation de la réalité par la bien-pensance, et la réduction de la liberté d’expression, c’est une nouvelle forme de totalitarisme qui se profile. La gauche ne cesse de brandir la menace fasciste et le souvenir des « heures les plus sombres de notre histoire ». Or l’histoire ne se répète jamais à l’identique et il n’y aura pas cette fois de petit moustachu et de croix gammées. Le régime totalitaire qui se profile est celui de la Halde et du MRAP.

  33. Pour être en bleu un tiers de la journée je confirme absolument l’absence de relation entre besoin alimentaire et délinquance.
    Les grandes surfaces se contrefoutent des gamins qui mangent les biscuits dans les rayons ou ne poursuivent pas les gens qui passent avec du pain de mie sous le manteau. Un avertissement est donné quand le même revient trop souvent ou que cela se transforme en buffet a volonté rien de plus.
    C’est une excuse miteuse des égalitaristes au grand coeur qui, quand ils ne sont pas atteint de schizophrénie sociale mentent honteusement pour avancer dans leurs progrès.
    Par contre les Dvds, les jeans de marque, les téléphones portables, la valeur ajouté avec une marge commerciale de 60% comme pour apple là çà discute moins, même pour des montant de 20 euros.

    Alibekov : Le phénomène d’attraction pour les plaisantes conneries ne touchent malheureusement pas que les jeunes. Une anecdote qui j’éspère ne déviera pas trop sur une catégorie de personne que l’on pense institutionnellement touché par la « misère » : les immigrés.
    Lors du cirque médiatique de cachan dans le gymnases que les clandestins ont occupés car ils s’étaient fait expulser de leur précédentes position; une société de gardiennage avait été embauchée pour surveiller leurs affaires qui ne rentraient pas dans le batiment. Les employés de la société se sont fait choper en train de se servir, remplissant un break.
    Réaction quasi unanime des flics présents -réellement !- : « Purée ils font chier mais leurs piquer leurs trucs quand même ca se fait pas… » ou quelque chose d’approchant.
    Stupéfaction à l’inventaire : écran plasma d’un mètre, pc, hi-fi etc…
    Par contre çà pleurnichait pour de la bouffe ou un paquet de couche.
    J’ai peut-être une encore une part de candeur mais je suis persuadé que cette confusion dans la hiérarchie des besoin est supérieure à un esprit de lucre ou d’escroquerie, évidement existant lui aussi.

  34. @ bob
    « il lui suffit d’avoir faim de ce qu’il ne mange jamais ,d’être pauvre et de désirer être comme les autres »
    il y a tout dans cette phrase
    tout !
    toute la sociologie et la théologie de la libération ,toute l’alliénation par la consommation , tout le marxisme dogmatique qui nous baigne depuis notre enfance
    et même intra-utéro ( je dois dire….ma mère , la sainte femme , était éduc nat et comme telle….)
    il reste à inventer quelque chose d’imprévisible , une sociologie de la possession , de la domination quelle que soit la classe sociale ( décidemment , je retourne dedans ! classe ! classe sociale ! senghor écrivait  » j’effacerai de vos murs nos sourires banania » mais c’est de nos têtes qu’il faut effacer la « classe sociale »)
    on intitulerait ça « sociologie de l’imprévisible »
    douleur pour les quelques bourdivins encore en vie

  35. j’avais déjà repéré la dame:

    http://kroulik.blogspot.com/2009/06/parite-bien-ordonnee.html

  36. Ce sont quand même les Suédois, ou leurs ancêtres, qui ont inventé le racket avec leurs raids européens lastminute.com. 🙂

    Etrange exemple d’un peuple qui a surmonté son atavisme… Les fous furieux sanguinaires se sont posés et ont fait place à l’homo tranquilus, placide et poli, sauf à la sortie des écoles donc. Qui aurait pu le prévoir à l’époque? (qui s’en souciait surtout? oui, bon).

    Y a-t-il un espoir pour les « peuples au sang chaud » d’aujourd’hui? Une brochette de spécialistes sur un plateau d’arte (en hors d’oeuvre) pourrait peut-être en débattre… Théma: Des affreux Vikings aux gentils Suédois. Ce serait un fabuleux argument en faveur de l' »évolution des peuples ».

    Finalement, ces Barbares d’Europe septentrionale aujourd’hui parangons de l’homme civilisé ont quand même foutu le bordel dans « la » civilisation supérieure de l’époque (la méditerranéenne: les Romains avaient le soleil ET la supériorité économique, fan!)

    On devrait quand même leur laisser leur chance à ces racketteurs, dans quelques milliers d’années ce sont eux qui décerneront les prix Nobel.

  37. Très fort les belles brutes blondes comme aurait dit Nietzsche, d’abord des raids, puis la Normandie, ensuite l’Angleterre avec tapisserie en relique, ensuite la Sicile, plus tard la Grèce avec Jérusalem dans le viseur, puis come back avec Charles XII stoppé devant Moscou, au final Greta Garbo évanescente, après fin de l’histoire, on batifole

  38. Et Dolph Lundgren faire-valoir de du Ritalo-américain Stallone. Sic gloria… Greta Garbo comme dernier scud Viking? Pourquoi pas!

  39. Et tout ça pour une première de couve … Imaginez ce que cela aurait pu donner pour une affiche.

  40. Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J’ai appris différentes choses en vous lisant, merci à vous. Bonne journée à tout le monde ! Fabienne Huillet neonmag.fr


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :