Publié par : Memento Mouloud | septembre 12, 2010

La question juive selon Léo Strauss

Il existe une glorification par les juifs de n’importe quelle médiocrité juive plus ou moins intelligente ou brillante, qui est aussi pitoyable qu’elle est risible. Cela me rappelle des villageois qui ont vu naître leur premier physicien et qui l’acclament pour cette raison comme le plus grand physicien qui fût jamais. Ce penchant à l’auto-glorification dans des domaines où il n’y a pas de raison de se glorifier est une honte. Le fait que nous ayons aujourd’hui un si grand nombre de juifs remarquables vient du déclin général, de la victoire générale de la médiocrité. Il est très facile désormais d’être un grand homme[…]

L’établissement de l’Etat d’Israël signifie, bien qu’il puisse être un progrès dans l’assimilation juive, une réaffirmation de la différence entre juifs et non-juifs [or] le peuple juif et son destin sont les témoins vivants de l’absence de rédemption. Tel est le sens du peuple élu : les juifs sont élus pour prouver l’absence de rédemption […] La vérité du mystère ultime ne peut être niée même par le juif incroyant de notre époque. Ce juif incroyant, s’il a quelque éducation, est ordinairement un positiviste ; s’il n’en a pas, il sera du moins un croyant en la marche triomphale de la Science. En tant que savant il réduira le problème juif à quelque chose que l’on peut identifier : les minorités religieuses et ethniques. Bien entendu dans ce processus l’unité du phénomène examiné disparaît complètement. […]

A mesure que l’antagonisme entre juifs et chrétiens disparaît, d’autres antagonismes surgissent ; et l’on ne peut présumer que ces antagonismes soient indifférents à la différence entre juifs et gentils […]

Le désir d’avoir quelqu’un à mépriser n’est pas limité aux gentils. J’ai connu des juifs qui avaient le même désir. Tout homme ambitieux au sens vulgaire de ce mot a ce désir […]
Si vous voulez en finir avec les préjugés ou expérimenter le métissage sans heurts, il vous faudrait former des colonies, où ne vivraient que ceux qui ont rompu avec leur héritage juif ou leurs origines passées chrétiennes voire toutes autres origines. Cela ne marche pas au niveau des simples recettes machiavéliennes pour se débarrasser du malheur même si cela peut fonctionner dans quelques cas individuels, d’ailleurs pourquoi cherchez des solutions parfaites ? […] En effet les solutions sans défaut dont certains rêvent et ont rêvé ont abouti, soit à rien, soit à une plus grande bestialité que les solutions imparfaites dont se satisferont toujours les gens raisonnables […]

Si l’on part de prémisses claires et honnêtes, il faut rejeter toutes les tentatives d’interpréter le passé juif en terme de culture. Ou l’on choisit la Torah telle que la Tradition la comprend ou on parie sur l’incroyance car la culture ne saurait remplacer la croyance qu’elle a abandonnée. […] En remplaçant Dieu par le génie créateur du peuple juif, on abandonne, on se prive d’une source de compréhension humaine. Je ne veux pas minimiser les danses folkloriques, la langue hébraïque, le « pèlerinage » en Israël et bien d’autres choses mais elles ne sauraient en aucun cas remplacer ce q’il y a de plus profond dans la Tradition.


Responses

  1.  » l’absence de rédemption  » ?

  2. A mon avis, il faut partir de l’assertion suivante de Léo Strauss « Il n’existe pas de solution du problème juif. L’espérance d’une telle solution vient de la prémisse selon laquelle tous les problèmes ont une solution », achoppement du rationalisme tel que nous l’avons reçu en héritage des Lumières et pour élargir le propos sur la rédemption ou plutôt son absence, je vous donne toute la phrase « La racine de l’injustice et de l’absence de charité, choses qui abondent, ne se trouve pas en Dieu mais dans les actes libres de ses créatures, dans le péché. Le peuple juif et son destin sont les témoins vivants de l’absence de rédemption », il évoque donc l’échec de la prédication salvatrice du Christ. Il veut donc dire « l’existence des juifs, du moins leur persistance dans l’Histoire constitue une double limite : à la prédication chrétienne, à la prédication positiviste ». En ce sens Strauss est un pessimiste, pour lui l’antisémitisme (mot qu’il déteste) n’est pas derrière nous mais devant

  3. « Il n’est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. »
    Henri Queuille

  4. Je pense que le problème juif est à la fois le problème ultime et sa résolution (carrément). Car, d’après la Bible, « une partie d’Israël [aujourd’hui on parlerait de la majorité] est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à ce que la totalité des païens soit entrée. Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit:

    Le libérateur viendra de Sion, et il détournera de Jacob les impiétés; et ce sera mon alliance avec eux, lorsque j’ôterai leurs péchés. » (Épître aux Romains chap11 vv 25-27+Esaïe 59:20-21).

    Autrement dit, l’échec de la prédiction salvatrice de Christ est non seulement prévue mais a une fonction précise: laisser le temps à toutes les nations (tous les peuples) de se tourner vers Dieu, l’Éternel, toujours Dieu d’Israël quoiqu’il arrive.

    Les non-juifs, croyants, devraient donc remercier le peuple juif pour le salut et prier afin que ces derniers l’acceptent pour eux-mêmes. Yapluka. (Andiamo!)

  5. Point de vue chrétien, Alice

    Oui mais Titus, les juifs sont une question pas un problème car tout problème a une solution comme dit le manager en se grattant les burnes

    • « point de vue chrétien, Alice »

      Je sais, je ramasse ma bourse, ma tunique mais je ne secoue pas encore la poussière de mes pieds… [/mode chrétien errant ON].

  6. Les juifs sont un peuple témoin – Ils sont depuis 2000 ans endurcis dans l`erreur mais ils viendront au Christ juste avant la fin comme le dit l`Apocalypse.

    Tout cela se fera selon la volonté divine et ni nous ni les juifs n`y peuvent rien.

  7. Michel, je vois bien votre espérance mais il y a d’autres interprétations possibles. Les juifs ont survécu alors qu’ils devaient disparaître, de même que le christianisme survit à ses schismes, au déclin de l’Eglise militante ainsi qu’aux danses de saint Guy des évangélistes. Mon hypothèse c’est qu’il existe un lien entre ces deux phénomènes, donc que les voies de la parousie ne passent pas forcément par une disparition du peuple juif, ni même par le « règne » en chair et en os du Christ. Ce faisant, je vous l’accorde, je m’écarte du chemin de l’Apocalypse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :