Publié par : Memento Mouloud | novembre 8, 2010

L’affaire de la crèche Baby-Loup : prends le voile et tire toi (avec l’oseille)

Natalia Baleato est une sage-femme de formation, cette réfugiée politique qui a fui le Chili de Pinochet puis l’Argentine de Videla a été amenée à fréquenter les femmes de la Cité des poètes (Chanteloup les Vignes dans les Yvelines) dans le cadre d’un travail universitaire sur la prévention du sida.

Alors que leurs maris pointaient au chômage quand ils n’avaient pas disparu dans la nature, travailler était devenu pour les femmes une nécessité vitale :  » Sans diplômes, à peine francophones, les seuls emplois qu’elles trouvaient comme femmes de ménage dans les entreprises exigeaient des horaires particuliers, souvent la nuit. Pour avoir une chance de s’en sortir, il fallait leur offrir une solution adaptée de garde d’enfants.  » C’est ainsi qu’est née Baby Loup, crèche associative qui a pour particularité, unique en France, d’être ouverte 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

Pour des centaines de femmes du quartier condamnées à une exclusion certaine, Baby Loup, qui a ouvert ses portes en 1991, est devenu un instrument d’émancipation et d’insertion. En effet, Natalia ne s’est pas arrêtée là : cette petite femme, qui semble structurée pour déplacer des montagnes, permet à des dizaines d’habitantes du coin de suivre des formations de puéricultrice et d’obtenir un diplôme d’Etat. Autant dire qu’on ne saurait imaginer initiative plus progressiste. Natalia organise des activités pour les familles, tout en tenant sa crèche d’une main de fer :  » Il est vrai que je suis à la frontière de l’action sociale, explique-t-elle,mais, quand on travaille avec la petite enfance, on ne peut pas s’autoriser d’approximation.  » La crèche, qui emploie 18 personnes, accueille chaque année plusieurs centaines d’enfants, parfois en urgence dans les cas de violences conjugales ou d’hospitalisation des parents. Après Cathy Guetta, Elisabeth Badinter a accepté d’être la marraine de l’association.

Dès 1991, Fatima Afif est recrutée comme assistante maternelle. Arrivée du Maroc à l’âge de 3 ans, Fatima est une figure du quartier, le genre dont on dit qu’elle a  » la tchatche « – en clair, une  » grande gueule « . Baby Loup finance sa formation, au terme de laquelle elle obtient, en 1997, un diplôme d’éducatrice jeune enfant. Elle est alors embauchée comme directrice adjointe. Entre-temps, elle a épousé un jeune homme du quartier  » entré en religion « .

Le foulard islamique que Fatima s’est mise à porter suscite quelques tensions avec Natalia :  » On ne peut pas transiger sur la neutralité. Je n’ai rien contre aucune pratique ou croyance, mais les enfants doivent apprendre qu’ils peuvent choisir.  » Parmi les employées, plusieurs portent le hidjab, mais ne font aucune difficulté pour l’enlever pendant leur travail. » Lorsque je suis en sortie avec les enfants, on me reproche parfois de ne pas être une bonne musulmane parce que je l’enlève, mais ça m’est égal « , confie Gul. Fatima prétend aujourd’hui que son voile n’a jamais posé de problème.  » Elle jouait à cache-cache avec le foulard et le règlement intérieur de la crèche, explique Natalia,et je ne passais pas mon temps derrière elle, mais je lui demandais régulièrement de le retirer. «  » Mais pourquoi en fais-tu une telle affaire, ce n’est qu’un bout de tissu « , répliquait Fatima, qui finit par récolter un avertissement.

En 2001, elle part en congé maternité. Son absence, au cours de laquelle elle cumule deux grossesses et deux congés parentaux d’éducation, dure six ans durant lesquels elle passe du hidjab au jildeb. Quelque temps avant la date prévue pour son retour, Fatima interroge les unes et les autres, multiplie les critiques, s’étonne que l’on ait embauché tant de  » Françaises  » en son absence. » Elle essayait de semer l’embrouille « , résume Elodie, directrice adjointe et déléguée du personnel. La version de Fatima, jointe par téléphone au Maroc, est toute différente :  » Je sentais que je n’avais plus ma place à Baby Loup « , dit-elle dans un flot de paroles dont il ressort que Baby Loup, c’est elle.  » Demandez, dans le quartier, tout le monde me respecte, répète-t-elle. J’étais devenue dérangeante parce que j’avais pris trop d’importance.  » Elle remarque que les enfants accueillis à Baby Loup sont majoritairement musulmans. » Des femmes voilées, ils en voient toute la journée, alors où est le problème ?  » Sympathique, volubile, contente d’elle, Fatima, c’est le genre  » pétroleuse voilée « .

A l’automne 2008, Fatima tente de négocier son départ et demande 12 mille euros d’indemnités, qui lui sont refusées. A partir de là, les récits divergent. Natalia affirme qu’elle a refusé d’enlever son voile, ce que Fatima nie. En tout cas, son retour, en décembre, se solde par une altercation violente avec Natalia et une partie de l’équipe, au point qu’elle récolte une mise à pied immédiate. Elle refuse de quitter les lieux. » Essaie d’appeler la police et je mobilise toutes les voilées du quartier « , aurait menacé la récalcitrante. Dans les semaines qui suivent, elle organise des réunions, sollicite des attestations de ses anciennes collègues. » Elle m’a demandé d’écrire que toutes les salariées de Baby Loup travaillaient avec le voile, explique Maya, femme de ménage, dans un témoignage adressé au tribunal.Je lui ai dit que ce n’était pas vrai, mais elle m’a répondu que même si ce n’était pas vrai, je devais l’écrire car, entre musulmans, il ne faut pas se trahir. « 

Elle travaille les parents au corps, faisant courir sur la crèche et sa directrice des bruits de plus en plus déplaisants : non seulement elle n’aime pas l’islam, mais elle s’en met plein les poches. Au sein du personnel, elle parvient à créer une véritable scission. Les congés-maladie se succèdent, obligeant la crèche à refuser des enfants, à la grande colère des parents. Certains réclament que l’on serve de la viande halal, d’autres que l’on réveille les marmots pour la prière. Quelques-uns tentent de faire un putsch lors de l’assemblée générale de l’association, ouverte à tous. En vain, mais l’ambiance devient pesante.

Au conseil des prud’hommes de Poissy, que Fatima a contacté dès le début des hostilités, on lui a, dit-elle, suggéré de saisir la Halde. La dernière décision de Louis Schweitzer, en mars 2010, sera de lui donner raison au prétexte qu’on ne saurait, dans un espace privé, » prévoir une interdiction générale et absolue à la liberté religieuse « . Fatima Afif réclame, dès lors, 80 mille euros de dommages et intérêts.

Jeannette Bougrab a précisé par voie de communiqué que le cas en question était de nouveau à l’étude depuis le 13 octobre dernier, précisant: «comme toute décision administrative, elle [la première décision] peut faire l’objet d’un recours gracieux.» Le réexamen a été décidé, indique la présidente, à la lumière d’«un principe fondamental de notre République qui est la laïcité».

Natalia Baleato est arrivée en avance. Alors que la directrice de la crèche Baby-Loup patiente dans le hall des Prud’hommes du tribunal de Mantes La Jolie, dans les Yvelines, un petit cercle composé de ses avocats, de ses proches et de ses soutiens se crée progressivement autour d’elle. On l’imagine stressée, anxieuse. « Pas vraiment. J’aurais juste préféré que cette affaire ne prenne pas cette dimension », nous confie-t-elle. Mais son visage lui dit le contraire. Tendu, il trahit l’appréhension…

De son côté, Fatima Afif, la salariée voilée et licenciée en 2008, s’est faite un peu attendre. La salle d’audience est déjà pleine lorsqu’elle arrive, un voile mauve cachant ses cheveux et une pochette la protégeant des caméras et des flashs des photographes. Jusqu’à présent, elle n’a fait aucune déclaration et compte bien rester silencieuse. Depuis la médiatisation de l’affaire, c’est la première fois que Natalie Baleato et Fatima Afif se revoient. Pourtant, les deux femmes ne se regarderont même pas.

Le Point/Elle/20 minutes


Responses

  1. ca fait exactement 25 ans que je milite contre l’immigration , contre ce dumping social mais aussi contre ces moeurs d’arriérés ! Déchéance de la nationalité française et renvoi dans le pays où elle est né = le Maroc !

    • Un bon coup de pompe dans le cul ne serait pas superflu. Deux ans de congés maternité tous frais payés et elle vient mordre la main qui la nourrit, quelle c.nne. Il faut fermer cette crèche qui ne sait pas choisir ses collaborateurs, ou plutôt, qui ne va pas au bout du processus d’intégration des pompeuses d’allocs allogènes, si ingrates soient elles.

  2. En effet, en toute logique cette musulmane accomplie devrait prendre ses valises et s’installer dans un vrai pays tout de vert vêtu en déchirant sa carte d’identité française, en renonçant à toutes les malfaisances de l’Etat impie (allocs, droits sociaux, etc.). Si elle ne le fait, on en conclut que tout ça c’est un jeu de signes et de provocations qui se traduit par le titre de Jean Yanne : Moi y’en a vouloir des sous

  3. des parasites, voilà ce que ce sont. faut pas chercher plus loin. rasoir d’occam.

  4. sur la photo je reconnais l’affiche de rimbaud et baudelaire mais pas le 3ème
    si quelqu’un a une idée….

    • Victor Hugo (il me semble)
      htt*://jack.sigurson.online.fr/litteratures/auteurs/hugo_jersey.jpg

  5. @Bob Forrester

    Les moeurs arriérés, vous les trouvez aussi chez un paquet de péquenots surement plus français que vous.

    Ceux-là vous militez aussi pour leur expulsion ?

    @Titus

    Ce n’est pas une conne. Cette femme a parfaitement compris de quelle manière pouvait lui bénéficier l’idéologie toute progressiste du « choix » ainsi que les droits de l’homme (devenus droits à la différence).

    Elle a parfaitement raison de le faire, il faut être idiot comme un français pour s’imaginer que l’état serait notre allié et que toute réclamation indûe à son égard serait du parasitisme malvenu, alors que tout bien pesé, l’état français est devenu le plus gros des parasite.

    @Memento

    Un jeu de signes et de provocations ?

    Plutôt un théâtre des opérations dans lequel c’est à qui fera le mieux plier l’état.

    LEs français, avec leurs vieux réflexes légalistes et étatistes, sont déjà largués dans l’affaire.

    • @ Bob Arctor
      « Les moeurs arriérés (…) un paquet de péquenots surement plus français que vous. »

      Certes, l’argument est connu.
      Oui, il y a des salauds aussi chez nous, mais ce sont *nos* salauds.
      Tout comme il y’ a (l’) LE idiot du village.
      Inutile d’importer ceux des autres.

    • Au fait Bob, réflexes légalites et étatistes, c’est un peu tautologique, seul l’Etat fixe le cadre légal, les citoyens comme dans n’importe quel pays s’en arrangent.

    • « Elle a parfaitement raison de le faire »
      et ben non, parce qu’elle va perdre, comme tous ceux qui pousseront le bouchon trop loin. Donc mauvais calcul pour elle, néanmoins le barbu qui la tient aura bien tenté le coup.

  6. 80 000 euros de dommages et intérêts pour quoi?
    Cette Fatima, après 6 ans d’absence rémunérés, a réussi à casser l’unité des personnels et des parents qui faisait fonctionner cette crêche.
    Si les prud’hommes donnent raison à cette militante islamiste, Natalia n’a plus qu’à fermer son oeuvre. Dommage pour les parents qui la soutiennent et qui ont besoin d’elle. Mais le mal est fait.

  7. Renvoyez cette bâchée et son barbu de mari en pays d’islam et sans un dinar.

  8. Il me semble que la dénommée Fatima Afif n’agit pas seule, son plan est parfaitement concerté, il s’agit bel et bien de prendre le contrôle de la crêche en épuisant sa fondatrice et en encourageant ceux qui résistent encore à l’islamisation à prendre la porte. Elle a saisi la Halde comme un levier, elle savait qu’un verdict en sa faveur rendrait la vie impossible à ses adversaires. J’ajoute que la pétroleuse en question ne peut agir sans l’accord et la tutelle de son mari, j’en conclus que cette affaire est un ballon d’essai. L’islamisation de certains territoires, si elle s’accomplit, se fera par le bas et le milieu associatif, par la fermeture de la « communauté », par l’entrisme, non par le suppositoire piégé et la couscoussière fumante

  9. @Bob Forrester

    Les moeurs arriérés, vous les trouvez aussi chez un paquet de péquenots surement plus français que vous.

    Ceux-là vous militez aussi pour leur expulsion ?

    ————

    Non. Ils sont français, eux; Peu importe à quel point ils sont « arriérés », ils sont des notres (Français « de souche », quoi…).

  10. C’est une histoire édifiante, exemplaire à plus d’un titre.

  11. Il me semble aussi

  12. Un aller simple pour le bled, c’est la solution.

  13. libanisation, balkanisation ; + le brésil pour le métissage négro-blanchette ; + USA pour les gangs

    bienvenue dans la france d’après

  14. Anthony, nous sommes d’accord, mais le musulman intégriste français à la Fatima Afif aimerait bien le beurre, l’argent du beurre et un chapelet en or pour le guide suprême de son futur territoire frankistanais rendu à la vraie religion. Vous nvous souvenez la phrase d’Audiard, les cons ça ose tout c’est même à ça qu’on les reconnaît. Madame Fatima appartient à cette catégorie

    Kippa, vous en connaissez beaucoup de brésiliens musulmans ? Ils portent des strings verts ? Quand ils participent au Carnaval, ils brandissent un Coran en vibrant des hanches ?

  15. Kippa, vous en connaissez beaucoup de brésiliens musulmans ? Ils portent des strings verts ? Quand ils participent au Carnaval, ils brandissent un Coran en vibrant des hanches ?

    ????????????? pas compris

  16. Sommes nous ou pas dans un état laïque?
    Les signes exterieurs et ostentatoires de religion n’ont pas lieu d’être dans ce pays.

  17. Kippa, j’ai prolongé votre addition

    Anniel, aucun Etat dirigé et composé par des musulmans n’est laïc, c’est un concept absolument étranger à l’Islam

  18. le problème derrière tout ça c’est aussi, bien plus prosaïquement, qu’on ne peut tout simplement pas virer quelqu’un qu’on ne peut plus voir en peinture en France.

    Si on acceptait le fait que c’est totalement idiot de forcer des gens à travailler ensemble, on embaucherait plus facilement dans ce pays de crétins, et les problèmes de discriminations de calmeraient pas mal je pense. Si vous n’êtes pas convaincu que si jamais cette si gentille jamila à l’entretien d’embauche va vous traîner devant le mrap et la halde si jamais vous la virez parce qu’elle ne fait pas l’affaire finalement, ben vous lui laissez sa chance. Et ça donne moins d’occasions aux discriminés de tout poil de se plaindre du racisme et de culpabiliser un peu plus la masse.

  19. Et vice versa, e.m, partir derechef quand on n’en peut plus

  20. …et donc libérer l’emploi, des + de 50 ans notamment. Ce qui évitera les histoires affligeantes type france telecom.
    Ce qui est fou c’est que ça me semble être du simple bon sens alors que plus ça va plus les gens semblent complètement dépendre ‘psychologiquement’ de leur travail, et souhaiter bloquer encore plus la situation. Le discours de la gauche là-dessus est d’ailleurs parfaitement schizo, entre volonté de ‘libérer’ les gens de leur travail (rtt, société du loisir, culture obligatoire) et soutien absolu des employés en cas de licenciement, sous-entendu il est odieux de vous retirer votre emploi donc sans lui vous n’êtes rien.

    • « il est odieux de vous retirer votre emploi donc sans lui vous n’êtes rien. »

      et les traites tu les payes avec des poils de cul ?

  21. sur internet à des pervers japonais ça peut le faire.

  22. Pourquoi japonais, e.m ?

  23. meilleur rapport vice/pouvoir d’achat a priori 🙂

  24. Avec vieillissement intégré

  25. Etre accueillie en France, formée gratuitement et embauchée par la crèche… tout simplement fatima afif c une ingrate et s’en fiche completement de l’avenir des enfants de cette creche en demandant 80000 euro elle n’a pas pensé une seuel seconde q’elle pouvait entrainer la fermuture de cette creche . cette femme elle n’a rien de musulmane…quelle mauvaise publicité pour les marocains ils n’avaient pas besoin de ça.
    Si le voile est si important pour elle, qu’elle parte vivre en Afganistan. La France ne s’en portera que mieux. vive la France, vive l’Algerie, vive la laicité

  26. On est tout à fait d’accord Réda, son véritable motif, c’est le ressentiment, la jalousie mal digérée qu’elle maquille sous des atours religieux foireux pour se donner bonne conscience


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :