Publié par : Memento Mouloud | novembre 23, 2010

Arts contemporains : Nobody Fucks with the Jesus


Responses

  1. Même pas de la merde. Du grand rien-qui-coûte-cher.
    Des escrocs bien dans leur époque!

    • j’ai cru un instant que vous parliez de « ze big lebowski » qui est – à mon esns- l’oeuvre cinématographique la plus accomplie et la plus inclassable de ce début de siècle – même si elle date de l’autre siècle-

      on peut en effet mettre les modèles de pollock en parrallèle avec « les 3 grâces » de lukas kranach’ dont le louvre nous abreuve de reproduction dans la presse nationale en nous demandant de cracher au bassinet
      hé bien ces 3grâces sont brulement modernes
      pour leur époque certes
      pour la notre plus encore
      l’une-à gauche – nous tourne le dos
      on ne voit que ses guibolles à moitié grassouilettes et à moitié musculeuses pas des patounettes de manequin -qui au dire d’un ami hélas défunt lui rappelllaient les siennes lorsque au revier de buchenwald il fut près de voir passer la faucheuse- et ses fesses qui doivent réjouir l’honnète homme . de quoi planter ses dents
      la 2ème nous fait face elle combat sa nudité par le port d’un chapeau qui a l’époque dut faire jaser sévèrement ; pensez donc ! quasi un chapeau épiscopal ! avec bords frangés ! de quoi se faire excomunier !
      la dernière à droite de la composition se tient en équilibre sur une pointe et tire sur l’autre
      un peu comme on faisait en fin d’échauffement à l’escrime voyez pour éviter de trop se solliciter l’insertion du droit de la cuisse sur l’épine iliaque
      loin de lui camoufler l’entrecuisse ça nous force à l’imaginer – écrassée entre le pubis et la masse des adducteurs-
      bref kranach’ a tout inventé
      c’est pas pour ça que j’irais raquer mon obole
      depuis tout petit les manifestations pieuses m’insupportent
      pour ne rien dire des manifestations collectives et républicaines

      • Peur d’être en mauvaise compagnie, d’entendre le tout venant du poncif, je vous comprends Kobus

  2. pollock du grand rien qui coûte cher ? heu…

  3. Plus l’art est inconsistant plus sa valeur se fixe sur le marché, c’est le nouveau PMU


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :