Publié par : Memento Mouloud | décembre 10, 2010

Sabrina : cadavre en sursis du bois fleuri

Les faits, se sont produits entre 2003 et 2006. La victime, Sabrina, était âgée de 19 ans à l’époque. Le calvaire que ses parents lui ont fait subir laisse sans voix. En mars 2006, la police judiciaire de Meaux avait fait éclater l’affaire du « camp de l’horreur ». Ils avaient investi le hameau de Bois-Fleuri, situé au bord de la N 3, à Claye-Souilly, entre Paris et Meaux, où Sabrina a vécu des années de calvaire. L’avocate de Sabrina raconte : « Elle a subi des violences physiques, morales, psychiques, innombrables. À la fois des coups : on lui a brûlé les oreilles, on l’a tondue, on lui cassé le nez à coups de sabot, elle a été brûlée avec des cigarettes, des tisonniers. Elle a été violée à de très nombreuses reprises ». Les policiers avaient découvert qu’elle n’était pas la seule victime. Maurice et Jean-Luc, aujourd’hui âgés de 58 et 56 ans, ont été régulièrement battus et martyrisés.

«Florence m’a emmenée dans le bois avec Françoise. Elle m’a dit qu’elle voulait m’enterrer avec de l’acide. Que je ne verrai pas mes 30 ans », a expliqué Sabrina. Eric Labbez, 33 ans, a passé deux ou trois mois « avec tout ce petit monde » selon l’expression de la présidente, Anny Dauvillaire, juste avant que l’affaire n’éclate en 2006. Quand il arrive à Bois-Fleuri, la commis du couple formé par Florence Carrasco, 36 ans, et Franck Franoux, 51 ans, est déjà « en mauvais état physique ». « Est-ce que vous allez la protéger ou est-ce que vous allez vous y mettre aussi? » lui demande la présidente. « Je vais m’y mettre aussi », reconnaît-il. Il aurait bien aimé être le petit copain de Sabrina mais l’envie n’était guère partagée. « Ça m’a énervé, je lui ai donné des coups de poing, de pied, de louche. »

Cet accusé est d’ailleurs à l’origine d’une plaie qui va s’infecter à l’intérieur d’une jambe de Sabrina. Oui, il a brûlé la jeune femme avec des cigarettes et un tisonnier aux bras, aux jambes, sur les mains et le visage. Des actes de torture qui « faisaient rire les autres ». Franck Franoux nie formellement avoir participé à ces sévices, Florence Carrasco et Eric Labbez affirment le contraire.

La cour a donc découvert hier l’incroyable scène survenue dans les bois, lors de laquelle Florence a voulu supprimer Sabrina. L’avocat général, Edmond Stenger, est persuadé que la petite esclave était devenue un « cadavre ambulant, qui encombre car il bouge encore un peu ». Françoise Franoux, belle-sœur de Franck, s’insurge mais n’explique pas sa présence sur les lieux : « J’étais là parce que Florence m’avait dit de venir. » Florence assure qu’il ne s’agissait que d’un simulacre d’exécution. Quant à Franck Franoux, il explique être arrivé à temps, avoir vu une pelle et une corde et avoir sauvé la vie de Sabrina. Sur ce point, la victime est d’accord avec lui.

Dans le box des accusés, c’est un homme et une femme qui font figure de principaux tortionnaires : Franck Franoux, 51 ans, et Florence Carrasco, 36 ans. Sabrina était leur esclave dans cet ancien camping où étaient implantées plusieurs caravanes. D’autres tortionnaires avaient également été identifiés et interpellés. Parmi eux, les propres parents de Sabrina, qui l’avaient vendue au couple 5000 F (750 €) pour payer une dette.

« La mère ne peut pas expliquer les raisons de ces actes », explique l’avocate de la mère de la jeune fille, qui ajoute que « sa cliente a toujours vécu dans la misère, que ce soit dans son enfance, ou avec son époux. » Elle était absente à l’audience mardi matin. Elle a dû, en effet, subir de nombreuses opérations depuis 2006.

Deux jeunes gens, Anthony R. et Tristan G., âgés aujourd’hui âgés de 20 ans mais mineurs au moment des faits, ont comparu devant le tribunal pour enfants de Meaux il y a quelques mois pour des violences commises à l’encontre de Sabrina. Ils ont été condamnés à un mois de prison avec sursis.

Le Parisien/ Le Post


Responses

  1. Le côté peu romantique du lumpenprolétariat chéri ( inconnu ) des bobos !

  2. Pire, Bob, quand ils le voient, ils s’empressent de l’oublier via un discours adéquat


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :