Publié par : missypropaganda | septembre 9, 2011

Out Siders 2012 (5/45), Christine L.

Sommet du G7. Il faut encore chaud à Marseille pour un début septembre. Dans une arrière-salle à l’abri des caméras. Le téléphone portable crépite. Avant de sonner.
 » – Nicol..
– … mais que voulez-vous que je fasse si les bourses dévissent. Je ne peux pas…
– … mais je ne suis que la directrice générale. Ce n’est pas moi qui prend les décis…
– Arrê-Tez de Crier, Nico..
– Non. Je ne peux pas sauver la Grèce !… Et je ne le veux pas…
– Nicolas !
– quoi Tapie… quoi Tapie…
– … mais vous me menacez !

Elle raccroche. Se tourne. Range son  BlackBerry dans son sac.
Elle avance, entre dans la salle de conférence. Et sourit. L’air un peu ailleurs.


Responses

  1. Une femme rédactrice ?! C’est vraiment le bordel ici !

    • Effectivement Yann, on dirait bien que le taulier ne contrôle plus grand chose. Même si je n’ai pas vraiment d’infos sur la question, je le sais capable d’être aller recruter un shemale ce week-end. Mais ne vous inquiétez pas, même dans ce cas, je garde mon bustier bien ajusté.

  2. perso , j’ai du mal à dénigrer la mère lagarde
    le fait que le pouvoir ai été aux abois au point de sucrer le poste de miniss’ de l’économie et du budget aux habituels énarques et/ou seïdes de bercy en dit long sur l’impasse budgétaire qui se profilait depuis vilaine lurette
    pas que je sois un libéral en économie ( un ultralibéral pour reprendre la terminologie mélanchonienne ou mérdiatique) , ho non , loin de là
    mais on ne peut manquer de se dire que tout le monde à interêt à endetter et endetter encore nos arrière-petits nenfants , sauf eux , bien sûr ( et encore)
    savons nous que , hier c’était 10% , mais demain bientôt 15 puis 20% des retraites par répartitance que nous empruntons sur lémarchéfinancié ?
    la retraite par répartitance , hein , pas une retraite par capitalisation , qui , elle , a fondu comme beurre au fourneau
    et que pour pallier cet emmerdement , on a voulu faire travailler deux ans ( deux ans , diable ! le bagne , putain , le bagne !) de plus nos aimables prolos de service public ( pas vraiment au service du public , hein , je galèje )
    levée de bouclier ! grèves , manifs , ultimatums ( va savoir si on devrait pas dire ultimata ?) menaces
    chez les teutons , en face , faut voir ce que le plan hartz leur a réservé
    et ils l’ont fait , ces cons
    total , les voilà hors d’eau
    hé bien , les économistes bien pensants ( oui , je lis charlie hebdo et l’immonde) nous assurent que c’est un feu de paille , que ces machine-outils qu’ils vendent leur boufferont la croissance sur le dos , lorsque les noiches les fabriqueront eux mêmes
    un point de vue de luddites , il me semble

    • Kobus, même si je ne suis pas si éloignée que cela de vos arguments, j’ai quand même un peu de mal à vous suivre sur Miss La Garde.

      Pour vous répondre plus précisément, je pense que deux principaux éléments, à son propos, sont notables. D’abord, une belle tendance à l’affairisme (certes discret, mais tout de même !) et ensuite que sa première carrière américaine n’est pas aussi lisse qu’elle aime le dire. Son importance au sein d’un think tank, le CSIS (Center for Strategic and International), les personnes qu’elle y a côtoyé et les idées défendues par ledit centre, font pour moi qu’elle ne peut pas occuper une fonction comme celle de ministre, dont la première charge est de défendre -uniquement- les intérêts de son pays.

      Quant à savoir quelle ministre elle a été, je pense que les chiffres et statistiques sont connus. Ses actions, en particulier, au ministère des finances (d’ailleurs quelles sont-elles ?), n’ont influé sur rien : ni la (dé)croissance, ni sur le nettoyage des finances publiques, ni sur la fraude et l’évasion fiscale (la vraie, pas celle du pinpin qui se fait gauler sur la liste suisse de HSBC) !

      • à propos de l’évasion fiscale , il est plus profitable de faire payer l’impôt à tous les foyers fiscaux ( moins de la moitié pour l’instant , juste comme ça en passant) que de payer des aviseurs et des procès pour quelques Habominables profiteurs de guerre qui seront de toutes façons rattrapés un jour ou l’autre
        le fait de s’acharner dessus ( pète-en-court ,lagardoche et autre viconte) n’est qu’un enfumage de plus , un cosmétique destiné à cacher notre incontinence budgétaire
        un peu comme le fait de porter des couches culottes lorsqu’on s’est fait désocler la boîte à cachous et qu’on perd ses légumes , voyez ?
        que notre endettement soit le fait de la démission devant les lobbies

      • Kobus, je suis entièrement avec vous sur les raisons de l’endettement qui est, en train grande partie, lié à une démission collective.
        Je pense également, que pour des raisons politiques et « d’intégration sociale », tous les foyers, même les plus pauvres, devraient payer l’impôt et la taxe d’habitation. Nous serions, ainsi, une bonne fois pour toutes, débarrassés de ce débat qui, à mon avis n’a pas de sens ! Demander 150 € par an (soit une somme de 10 ou 12 € par mois) serait une possibilité.
        En même temps, je me souviens que, dans ma jeunesse étudiante, je fus vacataire au Trésor Public. Et que, pour des raisons de coût, le recouvrement des créances les plus faibles, devait être absolument abandonné, selon les directives mêmes du Trésorier. Pourquoi ?
        Bien trop onéreuses et pas rentables. Entre le timbre (celui de l’avis, difficile de coller un paiement électronique à un ‘rmiste), la gestion des listings informatiques, la mobilisation du personnel, les rendez-vous à accorder pour ceux qui demandent des délais, l’ouverture d’un guichet (beaucoup de pauvres n’ont pas le bon gout d’avoir accès aux chèques ou au TIP puisqu’ils sont toujours à découvert, ils viennent donc payer en liquide – pas mal de pièces d’ailleurs- d’où une multitude d’opérations de caisses, etc), le résultat de l »opération est simple : vous perdez beaucoup d’argent !
        Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Il faut attendre (pour qu’à la fin l’opération soit hypothétiquement rentable) une bonne petite accumulation d’impayés pour poursuivre. Et là badadoum, condamnation, dette (30 %) + pénalités de retard (30 %) + frais de justice (40%). On recommence (lettres, etc.) et on ajoute l’ensemble des opérations de saisie avec huissier. Et s’il n’y pas de salaire (ce qui est quand même souvent le cas !), pas de saisie ou alors symbolique (quelques euros par mois). Et on continue.
        Au passage, j’ai aussi le souvenir que la plupart des personnes se déplaçait et payait leur impôt ou demandait des échanciers et les respectait, d’ailleurs.

        En revanche concernant l’évasion fiscale, impossible pour moi de vous suivre ; d’abord je ne parlais pas des quelques « happy few » qui occupent nos amis des médias mais plutôt des habillages fiscaux de certaines entreprises (multinationales mais aujourd’hui aussi des PME) qui ne payent pas, peu ou plus l’impôt.
        Dans le désordre, celles qui ont carrément expatriées leurs sièges sociaux (Air France ou Airbus à Amsterdam), celles qui déclarent des pertes « fictives » en France et leurs bénéfices à l’étranger (au hasard Total ou Carrefour), celles qui « faussement » délocalisent (Renault et l’ensemble des banques de la catégorie majors), celles qui abusent à longueur de journée des prix de transferts (l’ensemble de la distribution) – prix de transferts d’ailleurs qui sont surveillés au total par… 300 inspecteurs de Bercy pour toute la France -, celles qui déclarent leurs salariés au Bamboulabourg ou au FreeTaxLand alors que ces derniers ne quittent jamais Marseille ou Limoges.

        Dans ce bel inventaire, j’éviterais de citer aussi les rétrocommissions des importateurs versées aux centrales d’achat, les joint-venture avec versement des bénéfices dans la partie tax-free de la société, les fausses domiciliations de sociétés, bancaires ou individuelles, les « investissements » défiscalisés dédiés exclusivement aux expatriés dans des secteurs purement spéculatifs qui étouffent l’économie réelle (en clair l’immobilier).

        Faire simplement appliquer la loi fiscale, et je n’ai aucun doute là-dessus, suffirait largement à faire dégonfler cette « fausse crise de la dette » qui n’est en plus, à mon avis, que l’un des derniers ressorts trouvés par les fonds en tous genres pour dégager les marges nécessaires pour payer les intérêts qu’ils ont stupidement garantis à leurs propres clients.

  3. maverdave !
    fausse manoeuvre
    on recommence
    que notre endettement soit le résultat de la lâchetée abyssale de notre classe politique devant les revendications de tout ordre et d’abord des syndicats de la fonction publique ( qui on le sait ne votent jamais pour la droite mais qui paralysent le pays quel que soit le gouvernement si on fait mine de pas defférer à leurs injonctions ) ou celui du Kapitalisme qui , pingre comme pas permis , a compensé les hausses de salaires espérées et jamais arrivées par des injonctions à consommer et donc à s’endetter ( pauvre classe moyenne ! tombée dans le piège de la consommation et de l’endettement ! si ç’avait été que les prolos ! mais la classe moyenne ! se faire poirer comme ça ! pour un écran plat ! ou un sam’suffit en bretagne !), le fait demeure ; le pays est endetté jusqu’à la 7ème génération et ça fait au moins une génération maintenant que nous le savons sinon deux ( soit 50ans)
    serait temps de tenir un discours responsable aux citoyens , voyez
    ou alors faut espérer une guerre qui efface les dettes ?
    ou une inflation à l’Hallemande ou façon zimbabwéenne ?
    je ne sais quelle solution est la plus enviable

  4. Mais bien sur que ça finira par une bonne guerre comme d’hab.

  5. Le muzz de l’équipe a déserté, c’est le bordel, Yann, normal

    J’entre dans votre débat, le dernier budget excédentaire date de 1973, comme nous sommes en 2011, j’en conclus que l’endettement exponentiel de l’Etat n’est pas une politique passagère mais voulue. Mon hypothèse Kobus, c’est que les gars de l’Inspection des Finances ont raisonné comme vous : « on ne viendra pas à bout des syndicats, droits sociaux, transferts, etc donc il nous faut une discipline qui vienne de l’extérieur, une sorte de Père Fouettard qui va leur tanner le cul et faire passer tout ça pour une purge tout ce qu’il y a de naturel ». En terme vague ça s’appelle les marchés financiers qui doivent se résumer à 5 mille types sur la planète, ce qui permet des dîners aux chandelles en comité restreint. Comme on le voit, piloter l’économie capitaliste dérégulée est tout à fait impossible (c’est un peu l’analogue séculier de la foi en la résurrection de la chair) donc on va vers une nouvelle euthanasie des rentiers par sauvetage en catastrophe (on appelle ça des nationalisations) du secteur bancaire

    Pour Harz, Kobus, il me souvient que ce type fournissait syndicalistes et administrateurs de Volswagen en putes made in Russia, le parfait réformateur progressiste d’aujourd’hui

  6. Yann, les deux dernières guerres françaises (Afghanistan, Libye) ont visiblement servi à propulser des islamistes « constructifs » au pouvoir, les suivantes devraient donc transformer la France en membre actif d’Oumma com


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :