Publié par : Memento Mouloud | janvier 16, 2012

Edward Hopper : American Memorial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Responses

  1. ça rappelle tellement l’ambiance des romans policiers américains des années 40 et 50. En passant une Amérique fort peu « diverse » que j’aimais bien.

  2. Chaque toile est un véritable plan de cinéma. Le cadre y est d’une importance extrême, toute la rue est vidée de son activité si bien que le hors-champ est aussi important que ce qui est représenté. Notez que c’est une Amérique qui ne doit rien à la télévision

  3. Aujourd hui, le tabou est tomb , surtout après la violence extrême qui s est d ploy e Daraa.

  4. Hopper m’a toujours fasciné, et glacé à la fois.
    Comme si était représentée une certaine idée américaine du tabou du toucher, de désespoir sans désespoir, comme un descendant urbain de Grant Wood.
    Une sorte de ‘ Streetcar named NOdesire »

  5. Tout y est désactivé, vidé d’affect, un peu comme les clones de Body Snatchers d’Abel Ferrara, reprise de celui-ci :


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :