Publié par : Memento Mouloud | juin 12, 2012

La drôle de Dame de « Charlie » Hollande

La drôle de dame autour de Charlie Hollande est plus vorace qu’il n’y paraît. La première Dame n’aime pas Dray, elle le laisse donc à la porte, elle n’aime pas qu’on l’appelle Rottweiler, elle exige des excuses, elle n’aime pas la première femme de son mari, la femme fatale comme l’appelait le tandem Bacqué / Chemin, elle rend donc public, un petit tweet, un peu langue de vipère, un peu, peau de banane pour que Madame Royal trébuche, qu’elle disparaisse, aspirée dans le collecteur des ambitions fanées, car la première Dame est journaliste et les journalistes étant ce qu’ils sont, d’éternelles commères, de perpétuels concierges, des écrivants à qui on ne la fait pas, qui écrivent comme tout le monde et comme personne, c’est-à-dire pour le lecteur pressé qu’ils ont toujours été, qui ne connaissent rien mais pontifient sur tout, pages vierges sur lesquelles peindre toutes les avanies du monde, la première Dame donc, reprend le rôle laissé en carafe par Mussolini. Elle fera parler d’elle, ce sera un sujet par jour, fini Carla et ses mocassins, ses yeux baissés de petite fille sage, Madame Trierweiller veut jouir du pouvoir et veut qu’on la voit jouir, alors elle fonce, elle n’attend pas.

La méchanceté se lit sur les traits de cette femme qui n’évoque DSK qu’afin que le lecteur retienne qu’elle fut la plus belle journaliste de Paris. Elle pense la probité et l’honnêteté des chimères chez les autres et une nature chez elle. Elle excelle donc en intrigues ouvertes, en basses œuvres, vite exécutées, vite oubliées, mais qui ne trouvent jamais de fin, car son ambition ne la laissera pas au repos. Elle passe donc sa vie penchée sur un écran et quand elle le quitte, elle dispose de cette faculté qu’ont les journalistes et les policiers de pénétrer, de sonder les pensées de derrière sans jamais trop s’avancer, en économisant chaque parole, en maugréant des phrases toutes faites et qui appartiennent au jargon du temps, si bien qu’on se demande si cette Dame n’a jamais parlé autre chose que la langue pâteuse des rédactions, vibrant au rythme des bouclages et des coups de sang. Néanmoins quand on se mêle de choses importantes, cette attitude insupportable et presque inintelligible n’est plus de saison, elle déparait.

Madame a renoncé au sexe depuis longtemps, sinon, Madame n’aurait pas pris un corrézien normal pour compagnon, mais le sacrifice du plaisir, de la cougar vibrant entre ses cuisses et sa ménopause, elle ne l’a pas fait pour rien. Elle l’a fait pour qu’on sache qu’elle serait cassante et hautaine, pour effacer des décennies de flagornerie, et d’immondice, des millénaires de soumission. La première Dame se prend pour la Merteuil, elle veut venger son sexe, elle agit en homme, en homme de fer, manœuvrier, souriant, trompeur et c’est ainsi que croyant trouver un président pour tous, les français ont élu un couple de justiciers à la façade bonhomme et propre sur soi.


Responses

  1. Pourquoi évoquer Mussolini ? C’est faire trop d’honneur à cette intriguante à l’image de notre époque (médiocre) que de la comparer au plus grand homme d’état italien du XXème siècle…

  2. Mon "intuition", Memento, aidée par l’expérience (c’est à dire la somme des erreurs dont j’accepte de me souvenir) ne m’avait guère trompé sur cette personne.
    Après Danielle Mitterand et Carla Bruni, nous assistons à l’avancée inexorable de la vulgarité et de la vacuité assumées et mises en avant comme "modèle".
    Gageons que sous peu, si ce n’est déjà fait, les écoles de commerce et de "management", proposerons ce type "identificatoire" à leur clientèle féminine, et comme "compagne ultradésirable" à leurs pendant masculins.
    Mais après tout, lorsque le désir humain est sensé se réduire à la "pyramide de maslow", il n’ y a plus de limites.

  3. Le seul truc positif la concernant, c’est son comportement envers Dray ^^.
    Tout le reste est à vomir.

    • Et encore…
      Quand on connaît les moeurs de ces gens-là, on se dit que c’est peut-être un écran de fumée…
      C’était ma séquence langue de vipère.

  4. Joaozim, Mussolini fut le premier journaliste à occuper le pouvoir, il a donc utilisé les méthodes du journalisme pour gouverner et inventé le premier Etat spectaculaire au sens debordien du terme. Le résultat, ce fut le désastre sans précédent des années 1940-1943, une véritable humiliation en regard de laquelle celle de mai-juin 1940 est une aimable plaisanterie. Pour ce qui est des hommes politiques italiens, on les a toujours pris pour des cons, mais Giolitti, Einaudi, de Gasperi, Andreotti, Moro, Craxi étaient loin d’être des abrutis ou des hommes incapables de mener l’Italie entre de multiples écueils. En tout cas, ils n’ont pas échoué à ce niveau, assez lamentable, où Mussolini a laissé l’Italie

    D’ailleurs, je la perçois Hippocrate comme l’exact produit du féminisme historique, au même titre que Ségolène Royal. La nouvelle Eve avance en compagnie du président normal, c’est-à-dire de l’homme totalement dévirilisé, Sarkozy n’étant jamais qu’un enfant turbulent qui joue les adultes (le copyright est déposé chez Copé). Le style Hollande, ce serait la pente naturelle d’Obama en plus sportif, mais tout président américain est un chef de guerre, pas un chef de rayon, ça lui interdit certaines postures.

    Carine, il faudrait m’expliquer en quoi une première Dame peut se permettre d’interdire de présence un cacique socialiste aussi antipathique soit-il et surtout en vertu de quelle intimité, son président de mari l’accepte (je me souviens que Cécilia Sarkozy faisait aussi la pluie et le beau temps lorsque son mari ne jurait que par elle). C’est ça qui me chiffonne, pour utiliser une litote

    • Bien sûr qu’elle n’en avait naturellement nullement le pouvoir.
      Mais elle l’a pris.
      Et ça m’a fait du bien pour Dray.
      C’est clair néanmoins que ça en dit long sur le couple formé par mollusque et sa favorite interchangeable.

    • Naturellement dans l’affaire il n’y a ni première dame ni même d’épouse.
      Le terme première dame a particulièrement le don de m’horripiler, et encore plus quand il est appliqué à une concubine pour ne pas employer de mot plus vulgaire, surtout, employé qu’il est par des thuriféraires de la démocratie, de l’égalitarisme et des droits de l’homme. J’ai entendu ce matin, avec plaisir, quelqu’un la nommer Twitterweiler, c’est joli je trouve. Ne nous plaignons pas d’elle, objectivement elle roule à droite.

  5. Excusez Memento mais Hollande et Trierweiller ne sont pas mariés. Pour reprendre le joli mot de Woland appelons-la la Première Favorite, Royal n’était pas marié non plus à Hollande. Et je vous rejoins sur le cas de Dray, l’homme aux montres dispendieuses lâché par le PS qui a par contre soutenu Ali Soumaré.

  6. Une femme qui se farcit un Hollande au lit ne peut etre qu’une arriviste ( comment dit – on : pute ??? )certes pas une femme …

    • Chris, tous les goûts sont dans la nature comme dit le proverbe. Ainsi il existait une rue à Lisbonne où les femmes qui vendaient leurs charmes comme on l’écrit rapidement, étaient toutes affublées d’une particularité (unijambiste, aveugle, bossue, naine, etc.). On ne sait pas où se loge la libido mais dans le cas de Hollande, c’est assez clair. Ségolène Royal comme la première Dame actuelle sont absolument anti-sexuelles, suffisantes, pimbèches, moralineuses, dominatrices, à ceci près qu’on image parfaitement l’actuelle en combinaison sado-maso, un fouet à la main. De là à imaginer François Hollande façon bondage, j’ai un doute

      • moive j’ai pas de doutes à me représenter machin dans les rets,façon bondage, voyez?
        je développe?
        oui?
        ok
        ligotté sérré sérré ,sur un chevalet
        baillon boule et/ou pomme dans la bouche
        et le pendant légumier de la pomme dans l’autre orifice ( ou orifesses si on veut ….)

        je sais, je suis ignoble

  7. Daredevil, Marine Le Pen et Louis Aliot, non plus, vous l’appelez le premier Favori, le Mignon ? Les socialistes soutiennent le bienheureux Soumaré qui joua si bien son rôle dans les émeutes de Villiers-le-Bel, ils soutiennent aussi Pupponi à Sarcelles, d’ailleurs plébiscité. L’UMP fait de même, donc tout va bien

    Twitterweiller, c’est pas mal du tout, Paul-Emic, le socialisme c’est le tweet plus la démagogie comme n’aurait pas dit Lénine

    • Le Pen et Aliot ne sont pas à l’Elysée.
      Je parlais de Soumaré par rapport à Dray non pas le fait qu’ils soutiennent un condamné de justice. Le PS la joue moraline quand c’est Dray et ses montres et parle ensuite de laisser une chance à Soumaré. J’y vois un mépris ou une infantilisation (c’est pareil) des issus de : "avec vous une condamnation n’a pas le même sens".

  8. Ils n’y sont pas mais ils désireraient y être, non ?. Sinon, j’avais bien compris Daredevil, mais Pupponi est un homme du clan DSK, on lui demande de "couver" celui qui jouait double jeu donc le médiateur durant les émeutes de Villiers-le-Bel. Il le vire pour abandon de poste, ça donne cet entretien :

    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Pupponi-Soumare-une-erreur-de-casting/

  9. Pour ceux que les poncifs grandiloquents intéressent, je vous recommande ce petit texte : http://maximetandonnet.wordpress.com/2012/06/13/le-neant/

    • j’hallucine, Memento.
      Le dénommé "tandonnet" a réellement été conseiller présidentiel? c’est ça le niveau des conseillers présidentiels, ou c’est du second degré?

  10. Très bien vu, copain.

  11. Merci, l’ami, tiens je balance le lien sur Cioran : http://www.culturalgangbang.com/2012/06/un-siecle-decrivains-emil-cioran.html

    Du tout Hippocrate, Nixon avait Kissinger, Sarkozy, Tandonnet, vous voyez le niveau de l’analyse. Patrick Buisson relève d’une autre espèce. Dans son bouquin sur Vichy, on sent à la fois le type passionné par la période, donc érudit et le fielleux qui distille ses boules puantes et donne, entre autres enfumages, Eugène Deloncle, Jean Fontenoy ou Bernard Faÿ pour des folles perdues manoeuvrées par les nazis sans bien sûr avancer aucune preuve concluante. Une sorte d’histoire vue par le petit trou de la serrure, un truc de journaliste qui mêle le récit et les faits comme si le récit relevait de l’exactitude et non d’une sorte de décrépitude du poème épique. Si vous ajoutez Guaino, vous avez le trio magique

  12. Trouvé sur le net:

    "Changement d’Angle de vue:
    Au fond, moquerie pour moquerie, cette » guerre des dames » pourrait tout à fait être tournée à l’avantage de « l’esprit français », léger, libertin, ironique, galant et courreur de jupons, et habitué aux « liaisons dangereuses ».

    Chiche que les moqueurs ne sont « pas cap’ » ,engoncés dans des principes rigides et quasiment puritains qui sont étrangers aux descendants spirituels de Philippe d’Orléans et de Bel-Ami."

    Assez séduisant à mes yeux, mais quel "directeur de com’" oserait

    "

  13. Vous voyez Ségolène et l’autre chez le régent, vous ? On est loin, très loin de Madame du Deffand

    Kobus, ignoble ce serait la même scène avec un concombre, je dirais que vous respectez les convenances

    • Voyons Memento, c’était une dérision, un fantasme, de courte durée mais libérateur.
      N’ayant pas la tête bien faite, et leurs instincts ayant été bridés précocément ( tout à fait visible dans le cas de Ségolène), il est est évident que ces "grues" ne seront jamais des "dames" dignes "du temps d’avant"

    • allons allons, je pourrais bousculer les convenances en feignant d’utiliser du matériel synthétique

      en lui prétant cette intention , plutôt

      genre lapin ou canard ….silicone, métal satiné , bref la haute technologie là où ne devrait exister que la perversion

  14. Sur Trierweiler le Point dit que tout part d’une dispute entre Hollande et elle : http://www.lepoint.fr/politique/elections-legislatives/trierweiler-royal-femmes-au-bord-de-la-crise-de-nerfs-14-06-2012-1473337_573.php

  15. Incapable de se maintenir, incapable de ne pas prouver qu’elle est « indépendante » et toute pleine de son caractère hargneux, car il est bien connu qu’un président normal arbore à ses côtés une pétasse tout à fait normale et que les français normaux trouveront la situation normale, Feydeau à l’Elysée, en somme. Cette fois-ci c’était Royal, donc jalousie of course, la prochaine ce sera où et avec qui et pourquoi ?

  16. Les premières « B.Mother » de France, voilà ce qu’elles sont, en effet, leur sens de la dignité donc de leur rang est si pervertie et leur humour si absent, qu’elles en inventent presque un style

    Kobus, je veux bien l’imaginer poursuivi déguisé en lapin par une Trierweiller, harpie SM, dans un Carrefour absolument vide, du côté des produits laitiers, le tout évidemment filmé par Depardon


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 58 followers

%d bloggers like this: