Publié par : Memento Mouloud | octobre 19, 2012

L’affaire Florence Lamblin ou un pénultième avatar de la jewish connection ?

A l’origine de cette affaire, une enquête lancée en février qui a mis au jour un réseau d’importation de cannabis entre le Maroc, l’Espagne et la région parisienne. Ce réseau avait déjà importé plus de huit tonnes de cannabis à cette époque et le produit de ce trafic était blanchi par « une machinerie complexe », selon le parquet de Paris. « Cet argent provenait d’un immense trafic de stupéfiants, portant ces six derniers mois sur huit tonnes de cannabis (soit 40 millions d’euros de bénéfices) », selon Europe 1. Le parquet évoque des flux financiers « considérables », de près de 12 millions d’euros pour les seuls mois de mai à octobre 2012.

Le 15 octobre, Jérôme Boursican, alors avocat de Florence Lamblin (EELV), mise en examen pour blanchiment dans l’enquête sur un trafic de drogue, assurait sur Canal+ que sa cliente « ne démissionnera pas » de son mandat de conseillère du 13e arrondissement de Paris. « Ma cliente va rester adjointe mais s’est retirée de sa délégation ».

« Je souhaite qu’elle puisse se défendre, mais je suis tout à fait satisfait qu’elle ait quitté ses fonctions de maire-adjoint », avait dit dimanche le maire de Paris, Bertrand Delanoë, ajoutant qu’elle « devait se poser la question » d’une démission de son mandat de conseillère d’arrondissement. L’avocat de Florence Lamblin s’est demandé « pourquoi les adjoints socialistes mis en examen ne démissionnaient pas ? », assurant que M. Delanoë « avait dit beaucoup de bêtises ».

Le député EELV Noël Mamère a été le premier écologiste à demander lundi la démission « immédiate » de Florence Lamblin, mise en examen dans une affaire présumée de blanchiment de fonds lié au trafic de drogue. « C’est un fait divers. Il y a une élue d’Europe Ecologie-Les Verts qui est concernée par cette affaire. Elle dit ce n’est pas de l’argent sale, c’est de la fraude fiscale. Si c’est de la fraude fiscale, il faut qu’elle démissionne immédiatement de ses fonctions, puisqu’elle reconnaît elle-même qu’elle n’est pas en règle avec la loi, a déclaré le député-maire de Bègles sur France Inter. Quand on est un élu, on est en règle avec la loi »

Au total, 19 personnes ont été mises en examen en France et en Suisse, dont neuf sont sous les verrous, dans cette affaire de blanchiment d’argent de la drogue. L’enquête a mis au jour un vaste réseau franco-suisse, démantelé cette semaine – un système très organisé mêlant trafiquants, blanchisseurs et « cols blancs » peu scrupuleux en quête de liquidités. A la tête de cette organisation se trouvent les trois frères Elmaleh, mis en examen et écroués, l’un à Paris, les deux autres en Suisse. Mardoché, l’un des frères, aurait été le premier maillon de la chaîne. Il aurait organisé le trafic de drogue depuis le Maroc, en passant par l’Espagne, jusqu’à Paris. Là, le cannabis était vendu. L’enquête a permis d’établir que ce manège ne touchait pas la seule banlieue de Nanterre, mais une grande partie du marché du deal de cannabis parisien, rapporte Le Matin.ch. Mardoché aurait alors eu pour rôle de collecter tous les fonds retirés de la vente. Il aurait donné une partie de cet argent à de riches français disposant de comptes illégaux en Suisse mais qui avaient besoin de liquidités.

En échange, Meyer Elmaleh, l’aîné des frères, aurait débité de leurs comptes suisses la somme équivalente à celle offerte en liquide par Mardoché. Ainsi, le transport d’argent en liquide de la Suisse vers la France n’était pas nécessaire, il ne quittait pas l’hexagone et la fraude fiscale restait invisible. Simultanément, l’argent de la drogue ressortait blanchi par ce système de compensation. Meyer Elmaleh est un gestionnaire de fortune indépendant. Il était responsable, depuis 2010, de la société de gestion de fortune, GPF, dans le quartier de Rive, au centre de Genève. Cet établissement, créé par son beau-père il y a 35 ans, est réputé pour son sérieux sur la place financière.

GPF possède un compte chez la banque britannique HSBC de Genève, or le frère cadet Nessim Elmaleh, était employé dans cette banque. Il aurait utilisé sa position privilégiée dans l’établissement pour ouvrir des comptes et transférer les sommes d’argent retirés des comptes des évadés fiscaux. A partir de là, l’argent était réinvesti dans les différentes affaires de la famille. Un quatrième membre de la famille possède un poste à la direction générale de la banque. Il n’aurait toutefois pas été inquiété par la justice.

La spécificité de ce trafic de drogue réside dans son ampleur, dans la complexité du système financier qui blanchissait l’argent, mais aussi dans la faible connexion entre les deux. Meyer Elmaleh devrait jouer de cette faiblesse. Alors que lors de la perquisition de son domicile, la police genevoise a découvert 1,1 million d’euros en liquide et 160 montres de luxe, Me Stickel-Cicurel, son avocat fait savoir que son client « admet avoir fait ces opérations de compensation mais conteste avoir travaillé avec de l’argent issu d’un trafic de drogue. D’ailleurs à ma connaissance du dossier, je ne comprends pas ce qu’on lui reproche au-delà du problème fiscal », rapporte la Tribune de Genève. Pour la défense, cette affaire concerne l’exil fiscal de riches français et non un trafic de drogue.

Les enquêteurs disposeraient notamment de « retranscriptions de conversations téléphoniques codées », selon cette source. Ces « véritables professionnels de l’ingénierie financière » auraient amassé de très « importantes commissions », selon le parquet de Paris, grâce à la mise en place depuis plusieurs années d’un système parfaitement rodé.  « Les banques ont ce qu’elles appellent des ‘commis-voyageurs’ qui passent la frontière avec une mallette contenant les fonds de leurs clients. C’est de la fraude fiscale », a expliqué une source judiciaire suisse. Mais ce système peut également être utilisé pour blanchir de l’argent : « Quand un client demande des fonds à sa banque à Genève, ce n’est pas son argent qu’on lui apporte, mais celui de la drogue et il ne le sait pas. Son compte est ensuite débité puis l’argent passe par des comptes intermédiaires et se retrouve à Londres, d’où il est reventilé », détaille cette même source.

Etrangement, Un responsable à Paris du trafic de drogue lié au vaste réseau franco-suisse démantelé est parti au Maroc avant son arrestation, rapporte mardi le journal suisse Le Temps. Cet homme d’origine marocaine a été présenté comme un ami d’enfance par Meyer Elmaleh, le gestionnaire de fortune, principal suspect en Suisse, lors d’un interrogatoire, rapporte le journal. Il aurait expliqué que cet ami lui aurait proposé un arrangement permettant à ses clients de disposer en toute discrétion de liquidités en France contre des virements de leur compte suisse vers des « donateurs cherchant à fournir de l’argent en toute discrétion à des personnes ou des institutions en Israël ou ailleurs ». Cette personne serait en fait un gros bonnet du trafic de cannabis en provenance du Maroc vers la France et il avait quitté Paris pour le Maroc juste avant la vague d’arrestations du 10 octobre. Le journal indique également que l’assistante de Meyer Elmaleh, interpellée puis libérée sous contrôle judiciaire, notait dans un « petit cahier à spirales » toutes les transactions, y compris les noms des bénéficiaires. Une vaste documentation a été saisie lors des perquisitions à la société de Meyer Elmaleh, à son domicile et au domicile d’un de ses frères, gestionnaire chez la banque HSBC également maintenu en détention, et à celui de son assistante. MeMaurice Harari, l’avocat du frère de Meyer Elmaleh, détenu à Genève, a par ailleurs indiqué au Temps que « le dossier contient des photos où l’on voit des remises de sac mais on ne sait pas ce qu’il y a dedans ».

Florence Lamblin, qui a rapatrié cet été 355.000 euros placés en Suisse et jamais déclarés, dit l’avoir fait de « peur » que son évasion fiscale soit découverte. « Je suis élue. Avoir un compte en Suisse me paraissait risqué et me mettait mal à l’aise », a-t-elle dit aux policiers, d’après le quotidien. À la question d’un enquêteur lui demandant pourquoi elle n’a pas profité de l’amnistie fiscale proposée en 2010 par Bercy, elle répond : « J’y ai pensé, mais j’avais peur que cela se sache, peur que cela me nuise vis-à-vis de ma fonction d’élue ». Florence Lamblin, adjointe au maire du XIIIe arrondissement de Paris, a été mise en examen samedi pour « blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs » après la saisie de 350.000 euros dans des coffres lui appartenant.

A demi-mot, Florence Lamblin reconnaît être l’héritière d’une longue tradition familiale d’évasion fiscale. « A l’origine, l’argent, entre 450000 € et 500000 €, était à mon arrière-grand-père. C’était un compte familial, non déclaré. » Lorsqu’en 2005 sa mère décide de lui donner l’argent, elle a « perpétué cet état de fait », indique Florence Lamblin. A partir de là, elle retire de son compte à la banque Pictet de Genève « environ 9000 € par an. Je m’en servais pour les dépenses de la vie courante ». Puis, elle décide de rapatrier la totalité des fonds. « Je suis élue. Avoir un compte en Suisse me paraissait risqué et me mettait mal à l’aise », justifie-t-elle face au policier qui l’interroge. « Pourquoi ne pas avoir profité de l’amnistie fiscale proposée en 2010 par Bercy? » rétorque celui-ci. « J’y ai pensé, mais j’avais peur que cela se sache, élude l’intéressée. Peur que cela me nuise vis-à-vis de ma fonction d’élue. »

En août 2012, elle a toutefois décidé de rapatrier ses fonds en France. Elle a retiré 28.000 euros pour se payer des vacances près de Chamonix. « En septembre, avoue-t-elle, j’ai également loué une péniche à Paris, 1000 € la semaine, pour l’anniversaire de ma fille. J’ai très peu utilisé ma carte bleue durant cette période. » Reste le gros de la somme. Isaac Khaski, son compagnon depuis trois ans et militant vert, ancien pionnier du punk francophone, entre alors en scène. Sa tante habite à Genève. Elle est en ménage avec un certain Albert C., patron de plusieurs sociétés, qui prend les choses en main. Le 16 août, Berty, son surnom, adresse un mail à Florence, accompagné d’un RIB : elle doit virer l’intégralité de son compte vers un autre domicilié à la HSBC. « Je savais juste que je serais ensuite contactée sur mon portable par un certain Marc pour récupérer les fonds, moyennant une commission de 4% », explique-t-elle.

Un véritable scénario de polar se met en place. « J’ai été contactée par Marc aux alentours du 20 août. C’est moi qui ai décidé du lieu, à savoir le siège de la société de mon beau-père, Raymond Khaski, rue Bergère à Paris. C’était un samedi, se souvient Florence Lamblin. J’ai demandé à mon compagnon de m’accompagner, je n’étais pas rassurée. Nous attendions à l’intérieur et nous avons été rejoints par le dénommé Marc. » Ce dernier arrive « avec un sac de supermarché dans lequel il y avait beaucoup d’espèces. Il m’a remis les 355 000 € en billets de 100, 50, 20. Nous avons compté ensemble les paquets, 10 000 € par paquet ». Une version confirmée lors de son audition par Marc, identifié comme Mardoché Elmaleh, « le collecteur » du réseau, chargé de remettre les fonds en liquide à ses « clients ». Des évadés fiscaux pour la plupart, soucieux de récupérer discrètement leur argent placé en Suisse. Mardoché, qui a consigné comme à son habitude la transaction dans son carnet orange, confirme les propos de l’élue, sauf sur un point : « Elle m’a réclamé 200 € de plus car elle croyait récupérer 355200 €, précise-t-il. J’ai dit que je n’étais pas au courant et je suis parti. » « Il avait encore de l’argent avec lui », assure Florence Lamblin, qui, elle, enfourne le cash dans un sac de marque et monte dans sa voiture. Elle est alors photographiée par les enquêteurs qui traquent depuis des mois les acteurs du réseau.

Les 355 000 € ont été depuis presque intégralement saisis. D’abord 30 500 € au domicile parisien de l’élue, répartis « en quatre enveloppes, dont trois de 10 000 € pour [qu’elle s’y] retrouve. » Le tout était « caché sous le dernier tiroir de la commode de [sa] chambre, pour éviter que [sa] femme de ménage et [ses] enfants ne tombent dessus. » « Après la remise des fonds par Marc, j’ai commencé par tout garder chez moi une nuit ou deux, enchaîne-t-elle. Je suis ensuite allée les déposer en une seule fois dans un coffre loué à la Société générale, agence de Tolbiac. »

Un coffre dont Florence Lamblin est cotitulaire avec sa sœur, mais dont elle est la seule à posséder la clé. Réflexion faite, elle choisit finalement de transférer 164 000 € dans un autre coffre, loué fin août pour l’occasion, toujours à la Société générale, mais cette fois à l’agence des Gobelins. A-t-elle cherché à spolier sa sœur? « Si j’ai ouvert ce second coffre, c’est parce que je ne voulais pas la mettre en porte-à-faux », justifie-t-elle. Les policiers mettent également la main sur « quatre lingots d’or, donnés par [sa] grand-mère en 1988 en cadeau de mariage. Ils ont une valeur sentimentale », prévient Florence Lamblin. Et valent aussi près de 160000 € au cours actuel de l’or. Elle s’est engagée dans un communiqué à régulariser sa situation et à payer « jusqu’au dernier euro » de pénalité fiscale.

Prudente, elle s’est choisie un nouvel avocat, Me Jean-Marc Fedida, un « ami » d’Arnaud Montebourg dit l’incorruptible et l’avocat d’Alain Madelin et de Didier Schuller, deux anciens d’Occident. Elle est aussi coachée par Anne Méaux, patronne d’Image 7, tsarine de la communication politique et ancienne du parti des forces nouvelles. Architecte et urbaniste de profession, Florence Lamblin possède 40 % des parts de la société Kobisha SARL qui édite le site sexecolo.com. Elle y propose une gamme de godemichés  métalliques, canards vibrants et« lapinous » « garantis sans phtalates, solides et durables »On y croise également un« lubrifiant anal à l’extrait naturel de goyave » et des DVD X « certifiés sans silicone ».

On peut d’ailleurs se demander si cette information anecdotique n’est pas ressortie afin de masquer cet aspect jewish connection qui était déjà à l’œuvre dans l’escroquerie massive à la taxe carbone. Dans les deux cas, blanchiment ou escroquerie s’appuient sur les dispositifs bureaucratiques de l’UE et ceux des paradis fiscaux et des marchés financiers qui permettent de tels flux dont on voudrait prétendre, du côté des moralineux, qu’ils sont exceptionnels alors qu’ils sont la norme.  Les antisémites y trouveront de quoi les renforcer dans leurs convictions, les anticapitalistes de quoi les raffermir dans leurs fantasmes de grand soir, les pigeons militeront pour une nouvelle baisse des charges et plus d’impôts du tout pour les « créateurs », tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes et Florence Lamblin retournera à ses godemichés garantis.

Le Monde / Le Point / Atlantico / Le Parisien / Yabiladi/ BAM


Responses

  1. merci d’avoir compilé tous ces journaux que je n’aurais pas eu le courage de lire.
    Pour le reste les mots ne viennent pas tellement je suis écœuré par ce mode de filous et d’aigrefins, grands moralisateurs comme de bien entendu.

    • le lubrifiant anal à base de goyave, faudrait pouvoir essayer , je trouve
      les lapinous aussi
      et les petits canards…
      pareil…
      pas confondre la goyave avec la papaye
      dont on extrait la papaïne, enzyme utilisée pour faire fondre les hernies discales
      tu te colle une dose de papaïne dans le fion, t’es élargi comme l’avenue de la grande armée ….tout le monde peut y passer, l’arme à la bretelle !

      • un humour anal qui trahit un manque ?
        Ou alors du 26eme degré qui m’échappe.

      • mais je manque de rien, moive !
        c’est pour ça que je suis pas client de florence lamblin et de sexecolo.com !
        je prevenais simplement les clients de bien faire gaffe aux ingrédients entrant dans la composition du gel anal …
        un peu comme pour tout d’ailleurs….
        ce qu’il y a dans la bouteille n’a souvent qu’un lointain rapport avec ce qui est marqué sur l’emballage…ou sur ce qu’on croit qu’il pourrait y être marqué….
        regardez les pignoufs qui nous gouvernent depuis 30ans….

      • Et la culture du topinambour sur les hauts plateaux de Bornéo vous en pensez quoi Kobus ?
        [ du diable si je comprends un traitre mot de ce qu’il raconte]

      • bornéo, mon pauvre ami, je saurais même pas le situer sur une carte
        si j’ai fait cet apparté sur les vertus comparées de la goyave versus papaye, c’est que les deux fruits sont souvent confondus , ainsi que l’extrait de leurs noyau , que l’extrait de noyau de la papaye ( la papaïne, donc) sert à dissoudre les hernies discales ( enfin, servait , aujourd’hui , principe précautionneux oblige, on laisse souffrir les gens)et que la lamblin vend du gel anal à base de goyave
        imaginez le truc si le mannard de bornéo se goure de colis et envoie de la papaïne à la place de goyavine chez sexécolo….

      • j’aime bien votre aparté « du diable si je comprends un traître mot de ce qu’il raconte »
        ça fait très molière
        on s’est reconnu dans le tiâtre mon garçû !

  2. Les filous et les aigrefins utilisent parfaitement les connexions entre optimisation fiscale et économies grise-noire. Dans le cas présent, Meyer Elmaleh joue la carte communautaire pour se protéger mais aussi pianote sur une forme de chantage à propos des riches clients parisiens qui ont eu recours à ses services or le point de départ de ce trafic vient du Maroc et le point d’arrivée se situe dans les cités de Nanterre, il y a là comme un arrière-plan qu’on ne nomme pas. D’ailleurs qu’en pense sa majesté Mohammed VI ? Et les petits dealers employés par la société en commandite Elmaleh ? Jean-Marc Ayraut a raison, surtout ne débattons de rien

    Kobus, vos précisions techniques enchanteront Flo et Isaac

    • Mouloud tu es bien sympa mais le cannabis et le traffic de drogue on pas attendu les Emaleh (2 juifs moisis) pour arriver du Maroc.
      Ce sont majoritairement les marocains qui dealent cette merde en France. C est surtout cela la réalité.

      • On apprend plein de choses en vous lisant Romain, c’en est même extraordinaire

      • sont ce des moissons effectuées par de petits producteurs, dans une agriculture saine et raisonnée?
        le prix sert-il à rétribuer justement le paysan du monde ,avec un partage équitable des richesses?
        n’intervient-il aucun intermédiaire, aucun pesticide, aucun OGM?
        les communautés villageoises chez lesquelles sont cultivés ces plants de canabis fêtent elles la récolte de façon traditionnelle , avec danses et chants rituels , ancestraux et immémoriaux , dans le respect mutuel de la différence qui , si elle nous différencie, nous rend plus fort car elle ne nous tue pas ? ou pas trop? ou pas encore , m’sieur l’bourreau?
        est on sûr que le capitalisme sauvage, apatride et niouyorquais n’a rien à voir là dedans , non plus que les trafiquants floridiens qui roulent carrosse avec putasses est-européennes fortement pourvues en attributs féminins?

        difficile de répondre à tout ça , hein?
        enfin, si tel était le cas , j’achèterais sans hésiter

  3. Si ce truc est avéré c’est tout simplement stupéfiant. On nage en plein délire. Chapeau pour la compilation d’infos

  4. En effet LD, on nage en plein délire

    Kobus, je vous aurais bien vu dans la Food and Drug Administration

    • avant de réussir le concours de l’internat des hôpitaux , je me suis sérieusement pensé à faire chercheur
      chercheur en pharmacologie….le mec qui regarde pourquoi les interactions médicamenteuses ( médica-menteuse….lacanien un jour….) tuent autant que l’abstention thérapeutique….
      en plus c’était pas si dur, j’étais passé par la fac de science, avant , la biologie, le ribosome, les interactions….toutes ces merdes, je connaissait pas trop mal….

  5. comme quoi on en revient toujours aux grecs, le pharmakon c’est toujours le remède et le poison, indiscernablement

  6. En effet, Kobus, là on sentait parfaitement la culture classique de Paul-Emic

    • mais je crois l’avoir froissé, le garçû ne répnd plus….

  7. En même temps, Paul-Emic est intrigué par votre maniement singulier de la langue française, Kobus

    • maniement singulier?
      en quoi est il singulier?
      je me pense écrire correctement,être compréhensible, sans plus, sans fioritures ni afféteries
      savoir s’il soupçonne une éducation particulière là dessous…..
      sûrement…..
      faut dire qu’une orthographe sans tache , c’est un peu une preuve d’un passage en dehors de l’éduc naze, de nos jours….
      pareil pour un vocabulaire supérieur à 100 mots…

  8. Ah bon, je dirais qu’une fréquentation assidue des industries dites culturelles produit ce genre de choses. L’Education Nationale n’étant plus une Institution mais le « miroir de la Société », elle réfléchit, comme on dit

    • ho putain , la contradiction dans les termes !
      la culture ne peut avoir aucun rapport avec l’industrie, sinon elle n’est plus culture
      enfant légitime d’anciens « bacs philos » , moi même scientifique un peu raté , inhumaniste en diable, désabonné de tous les journaux et magazines culturels , de toutes les téloches et radios ( sauf vronze cul qui me sert à garder ma haine chaude et vivante ) , je ne fréquente rien, ni personne, ni surtout les besogneux de la culture de masse
      le simple fait d’aller chercher la culture dans des lieux dédiés, des sites dédiés, pour une culture dédiée, formatée…..me paraît pas clair

  9. On est d’accord pour la contradiction ou comment transformer Baudelaire en saucisses

    • mais y en a que ça choque même pas

      prennez le cas de cette petite fiotte de fréderic martel…
      avez son « magazine des zindustries culturelles » sur vronze luc

      je me pense que ce qui l’a alléché c’est « le magazine des industries cul »

  10. petite fiotte de Frédéric Martel, c’est exactement la définition qui me srait venue sous la plume, merci Kobus

    • et j’ai édulcoré….
      entendre ce garçû se rouler dans la suffisance et le contetement de soi….
      un appel à l’entartage….
      avec des tartes à l’étron…

      • Notre président donne le signal, l’UMP suit

  11. POLITIQUE – Les appels à la démissions s’était multipliés, notamment chez EELV, après la mise en examen de Florence Lamblin, maire adjointe du XIIIe.

  12. Merci pour l’ensemble de vos questions Kobus, Gérard Depardieu est-il mêlé à cette affaire lugubre ?

    • de quelle affaire lugubre parlez vous?
      de toutes , je suppose
      tout est lugubre, ces jours ci
      beuark

  13. même le ciel breton, j’étais assez loin de Brest mais le plafond était vraiment bas, pas deux heures de soleil en une semaine

    • ha , vous vous souvenez que je suis brestois….d’adoption, mais bon

      pour le ciel bas, c’est normal ……rotation de la terre, conflit front chaud/front froid, force déviante de coriolis, étendues marines riches en vapeur d’eau

      la source de la vie en somme

  14. la source de la vie, un titre à la Bergman


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :