Publié par : Memento Mouloud | janvier 24, 2013

La liste ciné-club

b6

Voici la liste Bepoper beboper

Beboper a proposé sa liste des cent meilleurs films que t’es un con si tu les aimes pas, avec tout autant de partialité, je propose la correction de la liste qui deviendra « que t’es vraiment un châtré du cortex et une mijaurée tout juste bonne à pépon Fabrice du Loft si t’accroches pas». Je précise que le classement ne garantit en rien l’ordre des dilections, de plus elle n’est pas exhaustive

  1. Le bon, la brute et le truand- Il buono, il brutto, il cattivo (Sergio Leone 1966) 
  2. Le pigeon-I soliti ignoti (Mario Monicelli 1958) 
  3. Le fanfaron-Il sorpasso (Dino Risi 1962) 
  4. La balade sauvage-Badlands (Terrence Malick 1973) 
  5. Le cercle rouge (Jean-Pierre Melville 1970) 
  6. The Big Lebowski (Frères Coen 1998) 
  7. F for Fake (Orson Welles 1973) 
  8. Ludwig, le crépuscule des dieux– (Luchino Visconti 1972) 
  9. L’homme à la peau de serpent-The Fugitive Kind (Sidney Lumet 1959)
  10. Khroustaliov, ma voiture-Khrustaliov, mashinu !   (Aleksey German 1998)
  11. New York-New York (Martin Scorcese 1977)
  12. Brazil (Terry Gillian 1985)
  13. Les tontons flingueurs (Georges Lautner 1963)
  14. Nosferatu, fantôme de la nuit (Werner Herzog 1979)
  15. Zabriskie Point (Michelangelo Antonioni 1970)
  16. Le plein de super (Alain Cavalier 1976)
  17. To be or not to be (Ernst Lubitsch 1942)
  18. L’audience-L’udienza (Marco Ferreri 1972)
  19. Voyage en Italie-Viaggio in Italia (Roberto Rossellini 1954)
  20. Raphaël ou le débauché (Michel Deville 1971)
  21. Les bas-fonds (Jean Renoir 1936)
  22. Chungking Express (Wong Kar-wai 1994)
  23. Œdipe roi-Edipo re (Pier Paolo Pasolini 1967)
  24. Prima della rivoluzione (Bernardo Bertolucci 1964)
  25. La tête contre les murs (Georges Franju 1958)
  26. L’invraisemblable vérité-Beyond a reasonable doubt (Fritz Lang 1956)
  27. Un homme dans la foule-A Face in the crowd (Elia Kazan 1957)
  28. Le Feu follet (Louis Malle 1963)
  29. Fellini Roma (Federico Fellini 1972)
  30. Mam’zelle Charlot-A woman (Charles Chaplin 1915)
  31. L’impossible Monsieur Bébé-Bringing up Baby (Howard Hawks 1938)
  32. Frankenstein s’est échappé-The curse of Frankenstein (Terence Fisher 1957)
  33. Le Corbeau (Henri-Georges Clouzot 1943)
  34. Alice’s restaurant (Arthur Penn 1969)
  35. Pick-pocket (Robert Bresson 1959)
  36. Buffet froid (Bertrand Blier 1979)
  37. Ma nuit chez Maud (Eric Rohmer 1969)
  38. Requiem pour un massacre-Idi i smotri (Elem Klimov 1985)
  39. Une étoile est née-A star is born (George Cukor 1954)
  40. Les fusils-Os Fuzis (Ruy Guerra 1964)
  41. Les quatre cavaliers de l’Apocalypse-The four horsemen of the Apocalypse (Vincente Minnelli 1962)
  42. Antichrist (Lars von Trier 2009)
  43. Apocalypse now (Francis Ford Coppola 1979)
  44. Arizona Dream (Emir Kusturica 1992)
  45. Chronique des années de braise (Mohammed Lakhdar-Hamina 1975)
  46. Sunset Boulevard (Billy Wilder 1950)
  47. Sedmikrasky-Les petites marguerites (Vera Chytilova 1966)
  48. La barrière-Bariera (Jerzy Skolimowski 1966)
  49. Répulsion (Roman Polanski 1965)
  50. L’incinérateur de cadavres-Spalovac mrtvol (Juraj Herz1969)
  51. The killer- Dip huet seung hung (John Woo 1989)
  52. Remorques (Jean Grémillon 1941)
  53. Le chagrin et la pitié-Chronique d’une ville française sous l’Occupation (Marcel Ophuls 1969)
  54. La mort aux trousses-North by northwest (Alfred Hitchcock 1959)
  55. Les demoiselles de Rochefort (Jacques Demy 1967)
  56. Le Mépris (Jean-Luc Godard 1963)
  57. Django (Sergio Corbucci 1966)
  58. Train de nuit-Pociag (Jerzy Kawalerowicz 1959)
  59. Les diables-The devils (Ken Russell 1971)
  60. Meurtre dans un jardin anglais- The Draughtsman’s Contract (Peter Greenaway 1982)
  61. Les sept samouraïs- Shichinin no samurai (Akira Kurosawa 1954)
  62. Dead man (Jim Jarmusch 1995)
  63. Kamikaze club- Kyokatsu koso Waga Jinsei (Kinji Fukasaku 1968)
  64. Old Boy- Oldeuboi (Park Chan-Wook 2003)
  65. Bonjour-Ohayô (Yasujiro Ozu 1959)
  66. Ivan le Terrible-Ivan Groznyy (Sergueï M Eisenstein 1944)
  67. Le fantôme de la liberté (Luis Buňuel 1974)
  68. Vive la France (Michel Audiard 1973)
  69. Vincent, François, Paul et les autres (Claude Sautet 1974)
  70. Un Singe en hiver (Henri Verneuil 1962)
  71. Vivement dimanche ! (François Truffaut 1983)
  72. Le mouton enragé (Michel Deville 1974)
  73. La collectionneuse (Eric Rohmer 1967)
  74. L’insoumis (Alain Cavalier 1964)
  75. Le samouraï (Jean-Pierre Melville 1967)
  76. La Nuit du chasseur (Charles Laughton 1955)
  77. Zelig (Woody Allen 1983)
  78. L’armée des ombres (Jean-Pierre Melville 1969)
  79. Don Giovanni (Joseph Losey 1979)
  80. Monika- Sommaren med Monika (Ingmar Bergman 1953)
  81. Solo (Jean-Pierre Mocky 1970)
  82. Heat (Michael Mann 1995)
  83. Y a t-il un français dans la salle ? (Jean-Pierre Mocky 1982)
  84. Lili Marleen (Rainer Werner Fassbinder 1981)
  85. Scènes de la vie conjugale- Scener ur ett äktenskap (Ingmar Bergman 1973)
  86. Pat Garrett and Billy the kid (Sam Peckinpah 1973)
  87. Body Snatchers (Abel Ferrara 1993)
  88. Que la bête meure ( Claude Chabrol 1969)
  89. Memories of murder (Bong Joon-ho 2003)
  90. Jin-Roh, la brigade des loups (Hiroyuki Okiura 1999)
  91. Dionysos (Jean Rouch 1986)
  92. Un monde sans pitié ( Eric Rochant 1990)
  93. Barry Lyndon (Stanley Kubrick 1975)
  94. Kill Bill (Quentin Tarantino 2003-2004)
  95. L’armée Brancaleone- L’armata Brancaleone (Mario Monicelli 1966)
  96. Profession Reporter (Michelangelo Antonioni 1975)
  97. Faces (John Cassavetes 1968)
  98. Volte-Face-Face-off (John Woo 1997)
  99. La fureur du dragon- Meng long guo jiang (Bruce Lee 1972)
  100. Faux-semblants-Dead Ringers (David Cronenberg 1988)
  101. Shock Corridor (Samuel Fuller 1963)
  102. L’homme qui tua LibertyValence-The man who shot Liberty Valence (John Ford 1962)
  103. La traversée de Paris (Claude Autant-Lara 1956)
  104. The Chaser-Chugyeogja (Na Hong-Jin 2008)
  105. Kwaïdan-Kaidan (Masaki Kobayashi 1964)
  106. Hana-Bi (Takeshi Kitano 1997)
  107. Quand la ville dort-The asphalt jungle (John Huston 1950)
  108. Docteur Jerry and Mister Love (Jerry Lewis 1963)
  109. Usual suspect (Bryan Singer 1995)
  110. Le roman d’un tricheur (Sacha Guitry 1936)
  111. Voyage au bout de l’enfer-The deer hunter (Michael Cimino 1978)
  112. Le labyrinthe de Pan-El laberinto del fauno (Guillermo del Torro 2006)
  113. La vie sexuelle des belges (Jean Bucquoy 1994)
  114. Ces messieurs-dames-Signore e signori (Pietro Germi 1966)
  115. La comédie de Dieu-A comédia de Deus (Joao César Monteiro 1995)
  116. Valmont (Milos Forman 1989)
  117. Cadavres exquis-cadaveri eccellenti (Francesco Rosi 1976)
  118. Another Country (Marek Kanievska 1984)
  119. Affreux, sales et méchants-Brutti, sporchi e cattivi (Ettore Scola 1976)
  120. Assault on precinct 13 (John Carpenter 1976)
  121. La bataille d’Alger-la battaglia di Algeri (Gillo Pontecorvo 1966)
  122. Abyss (James Cameron 1989)
  123. Certains l’aiment chaud-Some like it hot (Billy Wilder 1959)
  124. L’an 01 (Jacques Doillon 1973)
  125. Louis, enfant roi (Roger Planchon 1993)
  126. Le troisième homme-The third man (Carol Reed 1949)
  127. l’Homme qui voulut être Roi-The man who would be King (John Huston 1975)
  128. Les douze salopards-The dirty Dozen (Robert Aldrich 1967)
  129. Arsenic et vieilles dentelles-Arsenic and Old Lance (Franck Capra 1944)
  130. Shoah (Claude Lanzmann 1985)
  131. Mon oncle d’Amérique (Alain Resnais 1980)
  132. Falstaff -Campanadas a medianoche (Orson Welles 1965)
  133. Les affranchis-Goodfellas (Martin Scorsese 1990)
  134. Scarface (Brian de Palma 1983)
  135. Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon-Indagine su un cittadino al di sopra di ogni sospetto (Elio Petri 1970)
  136. Lost in translation (Sofia Coppola 2003)
  137. Gilda (Charles Vidor 1946)
  138. L’aventure de Mme Muir-The Ghost and Mrs Muir (Joseph Mankiewicz 1947)
  139. Lettre d’une inconnue-Letter from an unknow woman (Max Ophüls 1948)
  140. Il était une fois en Amérique-Once upon a time in America (Sergio Leone 1984)
  141. Blow-up (Michelangelo Antonioni 1966)
  142. Welfare (Frederick Wiseman 1975)
  143. Hôtel du parc (Pierre Beuchot 1992)
  144. Meurtre d’un bookmaker chinois-The killing of chinese bookie (John Cassavetes 1976)
  145. Dossier Secret-Mr Arkadin (Orson Welles 1955)
  146. Le château de l’araignée-Kumo no sujo (Akira Kurosawa 1957)
  147. Regarde les hommes tomber (Jacques Audiard 1994)
  148. O’Brother (Joel Coen 2000)
  149. Panique (Julien Duvivier 1946)
  150. Le jour se lève (Marcel Carné 1939)
  151. Les chaussons rouge-The red shoes (Michael Powell / Emeric Pressburger)
  152. Shutter Island (Martin Scorsese 2010)
  153. L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (The assassination of Jesse James by the coward Robert Fort d’Andrew Dominik, 2007)
  154. Les amants de la nuit (They live by night de Nicholas Ray 1949)
  155. Johnny Guitar ( Nicholas Ray 1954)

Responses

  1. Il y a là-dedans des films que j’ai adorés mais aussi tout plein que je ne connais même pas. Je suis donc les 2/3 d’un con.

  2. pas exhaustive vous dîtes… donc
    105 : Lawrence d’Arabie (David Lean – 1962)

  3. Du tout Paul-Emic, je vous invite juste à compléter

    Cliff, je vais continuer, ce sera le seul post autoextensible

  4. D’accord, j’attends donc votre salve

  5. Le meilleur Bruce Lee, c’est Opération Dragon, notamment la dernière scène culte dans la salle des miroirs. Pour ceux qui connaissent…

  6. je la laisse mijoter Cliff

    Celle-ci Sébastien ? : http://www.youtube.com/watch?v=tIpCaMXCrb4

  7. C’est cette scène. Vous l’avez en entier ici :

    http://www.vkstreaming.com/vk-streaming-action/926-operation-dragon-streaming.html

    (A partir de 88′).

  8. Merci Sébastien, mais j’ai un faible pour la fureur du dragon, tourné en Italie avec Chuck Norris dans le rôle du faire-valoir, à part Plan 9 from outer space, aucun film ne flirte autant avec le ridicule absolu, c’est même une marque de fabrication du cinéma de Hong-Hong tant le réalisme à l’occidentale est inconnu de la plupart des réalisateurs chinois

  9. A l’origine Beboper avait établi cette liste pour faire pièce a celle des enculés de critiques des cahiers du cinéma
    Erreur
    Il eût fallu mettre dedans QUE des films de beaufs,des bronzés, des  »visiteurs » et des connard le barbant….
    Et pas renchérir dans l’esthétisme niais
    Il y a de la matière, d’ailleurs…
    Un ouvrage de..forestier,je crois…101 nanards
    Et un site  »nanarland »

    Que du bon

    • Pas d’accord, KOBUS, et trop facile ! Répondre aux prétentions intellectualistes d’une bande de cons par le mauvais goût d’une autre, très peu pour nous ! Et puis, je ne sais pas comment font les gens, mais à titre personnel, les nanars ne me sont JAMAIS sympathiques, je n’arrive tout simplement pas à les regarder (films de coups de pieds, de zombies, de super héros, films salaces, films à effets spéciaux et autres âneries surjouées).

      Je pense que des gens « comme nous » peuvent revendiquer des listes contenant des films « sublimes » et des films sans prétention mais très bien faits et humains. Pas besoin de jouer au gros beauf pour faire pièce aux gens des Cahiers, genre le punk qui pète à table devant sa grand-mère pour montrer qu’il n’aime pas les conventions sociales.
      Du reste, un des intérêts (oh, très relatif) d’une telle liste, c’est d’emmerder ceux qui n’y voient pas leurs totems habituels.

      Un détail MM : ce n’est pas la liste des « 100 MEILLEURS films que si tu les aimes pas t’es rien qu’un con », c’est juste la liste des « 100 films etc…. » La drôlerie, dans le fil des commentaires que nous reçûmes, c’est que tout le monde avait cru lire « 100 meilleurs » alors que ma liste n’y prétend pas. Et bien sûr, chacun y est allé de sa petite préférence, comme si elle était contradictoire avec la mienne.
      On s’en fout, c’est pour s’amuser…

      Ceci dit, ta liste est bien (je ne connais pas tous les films) mais j’y ai trouvé deux films que je considère comme ratés absolument. Comme je constate que l’époque est au grand sérieux quand on parle cinéma, je ne saurais laisser passer ça. Je te propose donc le choix entre
      1) une liste d’insultes que je déverse sur ta tête
      2) un duel au point du jour
      3) un procès pour antisémitisme

      • J’aime ,parfois la facilité, les raccourcis et le simplisme
        Faut dire que je viens d’une famille,excellente d’ailleurs,de gauche
        Enfin,un peu
        Un peu beaucoup,même
        Mais bon
        Proposer une contre liste serait avouer que quelque part ,ces petites crevures des  »cahiers » ont eu UNE idée, une fois dans leur vie
        Et même une bonne idée
        Ce qui est proprement inaceptable
        Ces petits marquis,critiques rancis ,qui n’ont jamais rien branlé de leur existence sinon démonter les films de ceux qui étaient étrangers à leur coterie ou encensé leurs agnats et coniats,ces hobereaux de la culture ,donc,ne sauraient avoir plus d’une idée dans toute leur existence
        à savoir  »comment quitter ladite existence sans faire trop de vagues »
        A t on sincèrement besoin de critiques de cinéma?
        à quoi foutre cela peut il bien servir,le critique de cinéma?
        Pour te dire qu’un film est brillant ou à chier,ne le sent tu pas dans tes tripes,dans ton toi?
        Y a t il besoin d’un mode d’emploi pour aimer,comprendre,détester un film?

        Je me pense que non
        Et que ce classement n’est que le fais nez de la nécessité journalopiste de base  »vendre du papier » ou  »faire mousser la platitude »

        Hug!
        Kobus avoir parlé !
        Se retirer maintenant sous son wighwam avec sa sqaw!

      • Ha bavordavel!
        LE FAUX NEZ!

      • Et puis faut dire que dans vos listes,y en a beaucoup que j’ai pas vu….
        Ce qui me chagrine un peu
        Motivé qui me pensait homme de culture…..si on accepte que le cinéma en fasse partie

  10. Même le pire Nanard, Kobus, dispose d’une esthétique, c’est ce qui change de la télévision dont le seul intérêt était et reste le direct. Les Cahiers ont lancé un référendum critique franchouille sur les 100 meilleurs films de tous les temps :

    je n’ai pas mis Citizen Kane, L’aurore (Murnau), l’atalante (Vigo), M le Maudit, Chantons sous la pluie (Stanley Donen, Gene Kelly), Vertigo mais j’aurais pu, les enfants du paradis, la prisonnière du désert, les rapaces (qui l’a vu dans la première version de Stroheim, plus de 7 heures ?), Rio Bravo, Voyage à Tokyo, les contes de la lune vague, les lumières de la ville, le mécano de la General (Buster Keaton), Nosferatu version Murnau, le salon de musique (Satiajit Ray), Freaks (Tod Browning mais j’aurais pu), Johnny Guitar, La maman et la putain (Jean Eustache), le dictateur, le Guépard (mais j’aurais pu), Hiroshima mon amour, Loulou (Pabst), Casque d’or (Jacques Becker), la comtesse aux pieds nus (mais j’aurais pu), les contrebandiers du Moonfleet, Madame de, le Plaisir, l’avventura, le cuirassé Potemkine, les enchaînés (mais j’aurais pu), le parrain (mais lequel ?), la soif du mal, le vent (Victor Sjoström), 2001, Fanny et Alexandre, la foule (King Vidor), huit et demi, la jetée (Chris Marker), Amarcord, la belle et la bête (Cocteau), Comme un torrent (mais j’aurais pu), Gertrud (Dreyer), King Kong, Laura (Otto Preminger), les 400 coups, la dolce vita, gens de Dublin, Haute pègre, la vie est belle, Monsieur Verdoux, la passion de Jeanne d’Arc (Dreyer), A bout de souffle, la grande illusion (mais j’aurais pu), Intolérance (Griffith), Partie de campagne, Playtime, Rome ville ouverte, Senso (mais j’aurais pu), les temps modernes, Van Gogh (Pialat mais j’aurais pu), Elle et lui (Mac Carey), Andrei Roublev (Tarkovski), l’impératrice rouge (von sternberg), l’intendant Sansho, Parle avec elle (Almodovar), The Party (Blake Edwards), Tabu, Tous en scène, les vacances de Monsieur Hulot, America America, El, en quatrième vitesse, Lola, Manhattan, Mulholland drive, Nuit et brouillard, la ruée vers l’or, le Scarface de Hawks, le voleur de bicyclette, Napoléon (Gance).

    En conclusion, ma liste et la leur diffère sur 73 œuvres et la mienne contient 150 films, ce n’est pas vraiment marginal. Ce qu’ils défendent c’est l’histoire des partis pris des cinéphiles universitaires, c’est-à-dire à quelques exceptions près ceux qui ont pris au sérieux les Cahiers des années 1950-1960. On a donc la chaplinophilie, la vigomania, les courants hawksiens-hitchcockos, Mizoguchi superstar, la comédie quasiment bannie, le documentaire réduit à Marker, Billy Wilder au piquet ainsi que les plus grandes œuvres du cinéma italien (à part Fellini-Antonioni-Visconti), le cinéma d’Europe centrale méprisé, Cocteau porté au pinacle, le cinéma russe joué en duo Eisenstein-Tarkovski (le juif et le mystique), le retour aux fondamentaux époque Rohmer (Griffith/Murnau), Welles supra-génie (mais sans la dame de Shangaï ou Mister Arkadin voire le procès), Hong-Kong et la Corée aux oubliettes, et on en passe

    Pour la liste des Cahiers :

    http://www.cahiersducinema.com/100-FILMS.html

  11. Nice read, I just passed this onto a colleague who was doing a little research on that. And he actually bought me lunch because I found it for him smile Therefore let me rephrase that: Thanks for lunch!

  12. Kobus, la liste que j’ai lue rassemblait tous les critiques d’un âge certain, pas seulement ceux des Cahiers

    Beboper, j’hésite les 2 premières solutions sont les miennes, pour le film absolument raté je vois Volte/Face et Kill-Bill, j’ai faux ?

  13. Je pensais plutôt à La tête contre les murs, mal fichu et mal joué selon moi, et Arizona dreams, devant quoi je me suis emmerdé gravement.

    Sinon Volte face, dans mon souvenir, c’est un truc impossible (les mecs qui changent de tronche en recourant à la chirurgie, c’est ça?) du genre interrogeons-nous sur l’identité, le statut de l’Autre, qui suis-je où vais-je, dans quel état cours-je ?…

  14. J’ai hésité avec les yeux sans visage mais on ne peut pas dire que Pierre Brasseur joue mal, quant à Jean-Pierre Mocky, c’est exactement le même type de non-jeu que celui de Clint Eastwood, on l’aime ou pas. Vous vous êtes emmerdé sur Arizona Dream, c’est un peu le problème de certains films ou livres, on n’y entre pas toujours du premier coup et puis comme disait Cioran on ne commence à le lire, vraiment, un livre qu’en le relisant.

    Volte/Face ne me paraît pas un film sur l’identité. Comme pour tous les John Woo, ou presque (j’enlève la cargaison de films foireux qu’il a tournés), son catholicisme est primordial. John Woo traite de notre partialité, nos appartenances à des familles étroites ou élargies, de l’intimité du bien et du mal qui en découle, de cet inextricable mélange de traîtrise et de fidélité qui est le lot de toute vie, si bien que seule la grâce (les colombes de l’esprit saint planent toujours dans quelques plans) permet de démêler

  15. Thankyou for helping out, fantastic information.

  16. Great stuff many thanks!!

  17. b6. Voici la liste Bepoper : beboper. Beboper a proposé sa liste des cent .


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :