Publié par : Memento Mouloud | mars 1, 2013

Selon Mediapart, Laurent Obertone serait le pélicastre jouisseur

Invitée sur le plateau de « Des paroles et des actes » sur France 2 le 21 février, Marine Le Pen a de nouveau brandi le livre La France Orange mécanique, de Laurent Obertone, dont elle avait déjà assuré la promotion sur le site du Front national. La formule de Xavier Raufer qui y dénonce l’« ensauvagement d’une nation » semble avoir fait mouche auprès de la présidente du FN, qui répète l’expression à chacune de ses apparitions médiatiques.

Mais qui est Laurent Obertone, l’auteur de ce livre ? Questionné sur son choix d’écrire sous pseudonyme par Guillaume Erner sur France Inter, le jeune homme explique qu’il ne « veut pas mêler (sa) famille à (son) travail » et qu’il aurait reçu des « menaces à la suite de la parution de ce livre ». « On m’a proposé une protection policière », affirme-t-il. Impossible à vérifier, puisque la direction générale de la police nationale a pour habitude de ne« jamais donner ce type d’information, pour des raisons de sécurité ».

Présenté par son éditeur comme un journaliste de 28 ans, « honnête et sérieux », auteur d’un livre « qui n’est pas politisé », Laurent Obertone est diplômé de l’école supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, dans la filière Presse hebdomadaire régionale. Il y a connu une« scolarité sans couac », nous assure-t-on à la direction de l’école, où on dit avoir le souvenir de « quelqu’un qui écrivait plutôt bien, pas facho, plutôt catho tradi ». Et où on explique qu’Obertone a demandé à ce que ne soit pas divulgué son vrai nom. « Il nous a dit qu’il nous en tiendrait pénalement responsable. Et le soir même, il était en conférence à la librairie du Furet du Nord. C’est un peu bizarre comme anonymat… » Le message a aussi été passé aux camarades de sa promotion de taire son vrai nom. 

Car après recherche dans les trombinoscopes de l’école de ces dernières années (envoyés à tous les adhérents de l’association des anciens de l’école), puis enquête dans les méandres du web, le jeune homme se révèle en fait être un blogueur star de la réacosphère. Un blogueur qui n’a jamais lâché son premier pseudonyme, « l’Ubiquiste », qui apparaît dès mai 2008 sur la toile (sur le site participatif come4news) jusqu’en décembre de la même année. Au menu de cette page, six articles dont « Obama-le-métis ou le triomphe de la bêtise », ou « Lettre ouverte aux détracteurs invétérés de Jean-Marie Le Pen » 

Mais c’est en octobre 2008 qu’Obertone crée un autre blog à la durée de vie bien supérieure. Nommé cette fois-ci « le Pélicastre jouisseur, le blog de l’ubiquiste », il va rapidement être repéré dans la blogosphère d’extrême droite, qui se délecte de ses« saillies au vitriol ». Dans la réacosphère, il est souvent cité comme « le pélicastre ». Dans les commentaires, il signe « l’Ubiquiste ». Sur le web, où manifestement le ménage a été fait pour faire disparaître toute trace, il est quasiment impossible de retrouver ce blog, qui fut pourtant une référence trois années durant.

Contacté le 25 février, son éditeur dit ne pas être au courant. « Nous n’avons pas connaissance d’une quelconque activité de Laurent Obertone sous un autre pseudo, affirme Simon Riaux. Il n’a jamais été question de ça. Et j’avoue que je l’imagine très difficilement. » De son côté, Laurent Obertone nie farouchement et affirme qu’il ne connaissait pas le blog du Pélicastre jouisseur jusqu’à notre coup de fil à son éditeur. « Il doit y avoir une erreur, je n’ai pas d’ancien blog », affirme-t-il. Une affirmation  étrange, pour qui indique comme loisirs dans le trombinoscope de l’ESJ l’« écriture (romans, nouvelles, blogs) ».

Pourquoi cette dénégation, alors que plusieurs anciens de l’ESJ nous ont pourtant confirmé avec certitude, mais sous couvert de l’anonymat, qu’il était bien l’auteur de ce blog ? « Quand on l’a su, il ne se cachait pas réellement », dit une ancienne camarade, qui se rappelle aussi avoir assisté à une discussion avec plusieurs personnes parfaitement au courant de l’existence du lien entre le Pélicastre et le futur Laurent Obertone, un an après l’école, lors d’une soirée des 15 ans de la filière PHR.

 « Le Pélicastre est un blogueur assez actif dans la réacosphère depuis trois ans, explique le sociologue Yannick Cahuzac, qui étudie les stratégies de l’extrême droite sur Internet (lire notre “Boîte noire”). Il n’affiche pas de soutien à un parti mais appartient au courant islamophobe et navigue entre la “galaxie fdesouche” et la fraction jeune de la réacosphère. Il est repris sur des sites comme “No country for white men”, “In-nocence” de l’écrivain Renaud Camus, sur le blog de Didier Goux mais aussi “Amiral Woland”, “Fromage Plus” ou “French Carcan”, qui, à travers un discours jeune et subversif, défendent un discours antimoderniste qui peut se révéler extrêmement réactionnaire. Sur “Fdesouche”, on retrouve beaucoup de commentaires renvoyant vers son blog. »

À l’été 2012, alors que l’éditeur Ring, tout juste créé, fourbit déjà depuis quelques mois le plan média du futur livre de Laurent Obertone, La France Orange mécanique, le blog du Pélicastre a été fermé au grand public. « Le blog entre officiellement dans une période de transition, explique un message écrit. Quelque chose se prépare, quelque chose qui interviendra probablement dans les prochaines semaines, au pire dans les prochains mois. Nous y travaillons, je n’en dirai pas plus pour l’instant. » Seuls les internautes “invités” y ont désormais accès.

Pourquoi une telle précaution ? Les habitués du Pélicastre ont leur petite idée. « Je pense qu’il était important pour LO, maintenant qu’il est invité sur les plateaux télé et qu’il a réussi à faire parler de son livre dans les médias traditionnels, de ne pas apparaître associés aux commentateurs de son blog », explique l’un d’eux sur le blog de l’Amiral Woland.

On trouve aussi une autre trace de l’Ubiquiste. En février 2011, est ainsi publié en autoédition un livre intitulé Manifeste nauséabond. Là encore, Laurent Obertone nie être l’auteur de ce manifeste, soigneusement tu lors des passages télé ou radio pour la promotion de La France Orange mécanique. « La France Orange mécanique est mon premier livre », dit-il.

Le livre est épuisé mais Didier Goux en fait le résumé sur son blog : « Dans son Manifeste nauséabond, que je suis en train de terminer, le Pélicastre jouisseur (qui signe son livre L’Ubiquiste) pose clairement comme avérée non seulement l’existence des races (qui me paraît en effet aller de soi) mais également leurs inégalités, ce qui est beaucoup plus sulfureux. »

Car les fidèles du Pélicastre ne se voilent pas la face et parlent ouvertement de « racialisme » voire de « racisme » à propos de leur blogueur préféré. « Ce que je crois des théories racialistes, c’est uniquement ce que j’en ai lu sous la plume de Chute Finale ou du Pélicastre, ainsi que certains textes propagés par Pakounta »indique un blogueur, qui précise avoir acheté « le livre de Pélicastre », sous le titre « Confession d’un racialiste réticent ». Un fan de la première heure dit lui s’être fatigué de « son outrance racialiste obsessionnelle ».

« Tu devrais monter un front commun avec le Pélicastre : Pour un racisme décomplexé, racisme total ou la mort, ce genre de truc, ça aurait de la gueule »plaisante un blogueur sur un autre blog, « certifié réacosphère », comme l’affiche fièrement son bandeau. « Que reprochez-vous au Pélicastre, par exemple ? Son racisme, ou le fait de l’intellectualiser ? » lui répond son interlocuteur.

En 2010, le magazine Le Ring, futur éditeur de La France Orange mécaniquecritiquait lui-même cette réacosphère obnubilée par l’immigration, en y incluant le blog du Pélicastre. « On s’attend – en théorie – à des conversations éclairées sur Maistre, Rivarol, Péguy, peut-être même Guénon, sur quelques ronchons plus récents, sur la messe en latin, sur l’articulation entre tradition et innovation, les conditions d’une République réactionnaire, la valeur des idées politiques de Bonaparte », écrivait Pierre Schneider, chroniqueur maison.

« En pratique et sur certains d’entre eux, et ce malgré la présence parallèle d’excellents billets et de plumes talentueuses, on lit trop souvent l’irrépressible envie d’écrire sur plusieurs pages bicot nègre crouille bamboula raton youpin bougnoule et j’en oublie certainement, regrette Pierre Schneider. C’est l’obsession de certains et c’est trop souvent le seul problème jugé digne d’intérêt : l’immigration en France, fixée dans la figure de ses racailles. »

Il poursuit : « On rapporte voluptueusement les agressions de “Français de souche” par des Sénégalais, on recopie en boucle ces photos de blancs en train de se faire tabasser par des casseurs en queue d’une manifestation, et, toutes les fois que c’est Mamadou plutôt que Raymond qui est impliqué dans un fait divers, on mentionne son nom. En guise de trou normand, on fait un petit couplet sur le dernier happening d’Act up devant une église et c’est reparti pour un tour. »

Mais ça, c’était avant que le Pélicastre soit devenu Laurent Obertone.

Mediapart


Responses

  1. Médiapart et ses affidés jouissent littéralement de la dénonciation, et des ravages que l’inconséquence de leurs actes peut avoir sur leurs victimes ainsi que leurs familles.

    Sinon, quelle intérêt d’associer le visage d’Obertone à la plume trash d’un blogger protégé par l’anonymat ? Ces petites manoeuvres de rats, me rappellent les listes de dissidents à abattre, constituées par les journalopes acquises aux thèses génocidaires de Simone Gbagbo lors des événements en Côte d’Ivoire. Avec en prime la satisfaction de garder les mains propres, lorsqu’elles poussent les autres au meurtre. Manoeuvre qui peut s’avérer utile en cas de comparution future au TPI…

    • Y a que Simone Gbagbo?
      J’aurais vu d’autres noms…
      Des tas ,en fait…
      Lorsque la mediacratie dit  »à mon commandement….epaulez, visez…feu ! »

  2. Mediapart et Plenel, fidèles à leur vocation de rats…
    Des misérables chasseurs de têtes.
    Peu importe la réalité décrite par le livre, ce qu’il faut, c’est sasser l’auteur.
    Misérables blattes…

  3. j’ai vu ce monsieur dans l’emission de laurent ruquier :et je me suis sentie mal a l’aise :ce monsieur ne me parait pas tres net;(fume-til?…… °APRES AVOIR ESSAYE de comprendre ou il voulait en venir sic? j’ai ferme le poste

  4. MEDIAPART accuse Lauteur de ce livre d’ être extrème droite parce que MEDIAPART est une filiale du PS. Si ce livre était sorti il y a 2 ans LE FIGARO aurait qualifié Laurent Obertone d’ extrème droite parce que LE FIGARO est une filiale de l’ UMP… Doit on en conclure que seule l’ extrème droite peut dire la vérité et défendre les victimes face à tous ces criminels… Continuez messieurs les soit disant journalistes et vous verrez le résultat aux prochaines élections… les stupides Français en ont marrent d’ être informés par des médias subventionnés par l’ état, un coup à droite et un coup à gauche… viols, meurtres, cambriolages etc… sont l’ histoire de la vie et les victimes n’ ont qu’ à se débrouiller toutes seules… beurk beurk…!!!

  5. « Avec en prime la satisfaction de garder les mains propres, lorsqu’elles poussent les autres au meurtre. »
    C’est exactement la démarche de Mustapha Al Atrassi, l’arabe de service.
    Lorsque Obertone a quitté le débat, il a fait mine de le suivre en disant « je veux voir où il habite ».
    C’était dit en riant, cela a d’ailleurs fait grassement rire, mais c’était dit.
    Si une racaille le prend au mot…

    • Vous ne ferez jamais d’un caïman un tronc d’arbre, de même que vous ne ferez jamais d’une racaille, un animateur propret de plateau TV.
      Al Atrassi est l’exemple même du contrat aidé, rattrapé par sa nature de délinquant au moindre coup de chaud.

    • J’ai pas vu l’émission (pas de télé..)
      Gageons que ça devait être électrique
      Devait falloir une grande force d’âme pour tenir le choc
      Un peu comme lorsque Robert Ménard avait écrit »vive Le Penn » et qu’il était passé sur le ‘mouv »,radio de service public peuplée uniquement d’emplois aides,de racailles, en somme

  6. Ce qui me marque c’est le manque d’élégance du personnage, au moins aussi ridicule que cette idée de placer son nom à chaque page de son ouvrage (idée de l’éditeur, de l’auteur ?).

  7. Ne soyez pas aigri Mouloud, avouez qu’avec des raisonnements primaires, pas mal de marketing et un talent certain pour la formule, il a réussi là une belle échappée.

  8. Titus, honnêtement vous le trouvez élégant ?

    Ensuite, quand bien même j’aurais des aigreurs, j’aurais franchement des raisons d’en avoir à force d’être pillé sans être cité et lu dans un parfait silence, sans compter les diffamations diverses et les insultes. Je vous prends un exemple. Depuis, quelques jours des milliers d’internautes sont passés par ce site, je dis bien des milliers, observez le nombre de commentaires. Je comprends que ce connard d’Obertone préfère combattre sur Atlantico, où officie cette grosse baleine tantouzarde de Cormary, Mediapart et non la seule Louise Fessard, c’est mieux pour l’ego. Je comprends que le Ring qui prétendait chercher le nouveau Joseph de Maistre une lampe à la main soit tombé sur le Pélicastre, comme vous dîtes c’est le marketing, quitte à ils auraient pu choisir Xyr. Dans le registre post-fascist friendly il est nettement plus talentueux.

    J’observe que les tartuffes de gauche sont formidables. Au moment de l’affaire Merah, Jamel one bouze expliquait qu’il y avait des milliers de Merah en France, qu’il en connaissait des tonnes, lui. Or un Mohamed Merah c’est un délinquant multi-récidiviste, bénéficiant d’une large impunité, dont les agressions et la dangerosité étaient avérés, qui était passé à la haine active de la France en général et au meurtre en série visant les « traîtres » musulmans et les juifs. Dans la série des meurtres de Mohamed Merah, il n’y a pas de français dit de souche, Titus. Mais one Bouze trouvait des excuses à Momo Merah, c’était la faute de la France si Momo Merah était comme ça, c’est toujours la faute de la France. C’était la pensée one bouze, une pensée binaire et racialiste, la même qu’Obertone.

    J’avoue que je ne suis pas sensible à ce genre de pensée et d’esprit car Jamel ou Obertone, c’est la même grimace publicitaire et la même sorte de talent. Après qu’il soit d’extrême-droite, je m’en fous et ce n’est pas la question. Il est libéral-racialiste, la gauche est plutôt libérale-métissolâtre, les deux sont libéraux, ils font partie du problème, pas de la solution.

    Enfin vous avez observé que la réacosphère réagit comme la presse communiste des années 30, tous derrière le dada Obertone. A partir de là, je ne peux plus décemment me dire réactionnaire. Vous mettrez ça sur le compte de mes aigreurs, me ne frego. Disons que je suis un réfractaire comme Michéa, Dufour ou de Benoist.

    • Vous êtes bien le seul, à ma connaissance et à part les vautours gauchiards, à ne pas apprécier la démarche de LO.
      Il fallait que les choses fussent dites, non ?
      Et il les dit !
      Donc, merci à lui, pour ma part.
      Et un grand respect, parce que c’est courageux d’être ainsi lâché au coeur de la meute.
      « On est tous derrière lui ? »
      Non, il est au coeur de la réacosphère, entouré.
      Pour une fois, et c’est rare, je ne suis pas d’accord avec vous.

    • Mouloud, vous avez raison de ne pas trouver Obertone élégant, en cela vous êtes encore réac. Je sais que les thèses assez basiques qu’il ne fait que suggérer dans ce livre vous horripilent, néanmoins tout le monde n’a pas votre culture, votre patience ni votre degré de conscience, soyez un petit peu indulgent pour ceux qui ont trouvé chez Obertone une transcription à leur portée, sans concept, basée sur des faits.

      Obertone a effectivement a arrondi ses angles et le système l’a avalé, pour ainsi dire gobé. Ce que vous voyez comme un manque d’élégance tient peut-être à ces petits reniements qu’il a consenti, au moins en façade, pour occuper la place d’un Zemmour libéral.

      • Et bien !
        Si vous trouvez que devoir se méfier quand on rentre chez soi, devoir répondre aux attaques les plus bizarres, c’est être gobé par le système, je ne vous suis pas.
        Manque d’élégance, Memento ! Comme si on en était à l’élégance…Je trouve que L.O. n’a vraiment pas manqué « d’élégance » samedi, face aux hyènes puantes qui étaient devant lui.
        Vous trouvez vos derniers billets « élégants », MM ?
        On parle de réacs ou de dandys, Titus ?

      • « soyez un petit peu indulgent pour ceux qui ont trouvé chez Obertone une transcription à leur portée, sans concept, basée sur des faits. »
        Titus, mais c’était exactement le propos du livre : des faits.
        La théorisation et les solutions, c’est du ressort des politiques.
        LO ne prétend qu’avoir fait un travail de journaliste.
        Les hyènes ont d’ailleurs essayé de lui faire dire ses solutions.
        Ce n’est pas son boulot.
        Ce n’est pas un essai politique, c’est un état des lieux.

  9. M.M, je comprends bien pourquoi tu n’aimes pas Obertone… Au fond, évidemment, je partage un peu ton sentiment à son sujet (et tes raisons)… du moins je les comprends.
    Car peu importe au fond qui il est : ce qui lui est arrivé aurait pu tomber sur n’importe quel autre blogueur du même genre – a.k.a : le genre jeune, langue bien pendue, autoproclamé couillu et avide de /sensations irl/. Ne vois-tu pas, au final, que le gars sur qui les projecteurs sont braqués aujourd’hui se retrouve, de fait, menacé tant dans sa vie privée que professionnelle, par la société dans laquelle nous vivons ?
    S’il est effectivement journaliste, ne risque-t-il pas de perdre son emploi ? S’il perd son emploi, que des étrangers le reconnaissent dans la rue, voire le menacent, sa vie de famille ne va-t-elle pas en pâtir ?
    Le fait que tu relaies largement les allégations de la grande presse relatives à sa supposée identité irl me chagrine un peu. A-t-on besoin d’aider les délateurs d’Obertone a publiciser le contenu de leurs délations ?

    En l’occurrence moi je trouve sympathique le petit mouvement de solidarité en sa faveur qui est né dans la réacosphère. Même si sur bien des points la vision d’Obertone (l’individu pensant) est éloignée politiquement de la notre, son constat social est le nôtre ! … et tout mouvement de solidarité spontanée est bon à prendre. Un peu de fraternité dans nos rangs (nous qui d’ordinaire, en bons gaulois belliqueux des familles, nous distinguons surtout par notre irréductible propension à vouloir nous distinguer les uns des autres, à marquer avec le plus d’insistance nos différences les plus ténues, a.k.a notre obsession de tuer le frère qui est en notre ennemi, et de prendre pour ennemi de préférence celui qui pourrait être notre frère) fait chaud au coeur par les temps qui courent. – Cela malgré l’aspect légèrement sectaire, communautariste, qui se pourrait effectivement se dégager, à force, pour des yeux profanes, d’un tel consensus (même si en réalité il n’y a de consensus qu’apparent).

    • D’accord avec votre commentaire. Sur tous les points.
      Y compris celui-ci:
      « nous qui d’ordinaire, en bons gaulois belliqueux des familles, nous distinguons surtout par notre irréductible propension à vouloir nous distinguer les uns des autres, à marquer avec le plus d’insistance nos différences les plus ténues, a.k.a notre obsession de tuer le frère qui est en notre ennemi, et de prendre pour ennemi de préférence celui qui pourrait être notre frère »

      L’unité dans nos rangs ne serait pas un mal, au vu de la situation dans laquelle on est plongés. Voire un consensus partiel, devant l’ennemi commun. A condition de définir l’ennemi commun et c’est là que les difficultés commencent, je sais.

      Mais les viols, les agressions, les braquages, le déni de justice, les abattoirs halal, la discrimination dite « positive », l’afflux quotidien d’immigrés supplémentaires, et j’en passe et j’en passe… je crois que ça devrait faire une unité de base chez nous, réacs, réfractaires, et anarchistes de droite. Il y a toujours des gens qui se veulent hors du troupeau.
      Mais ils ne peuvent rien faire seuls, sans le troupeau. C’est comme ça. C’est la réalité que je vois.
      D’autres en voient ptet une autre, pour citer Ruquier ^^.

  10. « comprends que le Ring qui prétendait chercher le nouveau Joseph de Maistre une lampe à la main soit tombé sur le Pélicastre, comme vous dîtes c’est le marketing, quitte à ils auraient pu choisir Xyr. Dans le registre post-fascist friendly il est nettement plus talentueux. »

    Bien évidemment ! Mais Xyr a tout perdu quand il a essayé de vendre à Kersan une poule qui ne lui appartenait pas. 🙂 Kersan quand à lui est passé à côté du manche lorsqu’il n’a pas voulu comprendre que l’ignominie xyrienne n’était qu’un perfectionnement objectivé de la sienne-propre. C’est le syndrome de Peter-Pan qui lui a fait manquer son fils spirituel, dans la mesure où il a prétendu se substituer à lui.

  11. Bizette, Carine, je ne prétends pas convaincre et j’essaie d’expliquer pourquoi je n’aime pas ce livre. Bizette, un point fondamental : la notoriété qu’il a acquise le protège absolument. Je ne me souviens pas que Zemmour ait été agressé dans la rue, ce sera la même chose pour lui, son avenir de transfuge de la droite radicale passé à la droite présentable le protège désormais mais aussi le tient en laisse. Je vais te dire Bizette ce qu’aime, par-dessus tout, le système en place : les repentis de la radicalité. Ce que ces cons de gauchistes ne comprendront jamais, c’est qu’en établissant l’identité overstonienne-pélicastro-ubiquiste, ils accomplissaient le rite essentiel d’adoubement. On le voit parfaitement quand on lit ça http://www.lebreviairedespatriotes.fr/2013/02/13/laurent-obertone-tous-les-pays-heterogenes-ont-une-criminalite-tres-forte/ et puis ça. http://www.rue89.com/2013/03/01/rencontre-avec-lauteur-zemmourien-de-la-france-orange-mecanique-240132

    Ensuite, mon cousin qui ne lit jamais autre chose que les journaux professionnels agricoles et les dépliants pour les machines allant du tracteur à la moissonneuse a acheté pour la première fois un livre et c’était celui d’Obertone. Comme nombre de lecteurs obertoniens, il n’ira pas jusqu’au bout et ne lira que des passages dans cette prose entre Détective, Transe-Dimanche et le bréviaire frontiste pour un monde meilleur. La plupart des gens n’achètent d’ailleurs pas les livres pour les lire mais pour les exhiber, de même qu’ils lisent pour se trouver confirmer dans leurs préjugés d’origine diverses. Balzac le disait déjà au début du XIXème siècle.

    • Memento
      Je pense que votre cousin va lire ce livre, parce qu’il va constater que ce qu’il pressentait vaguement comme non-dit à la vue ou à l’écoute des journaux correspond à la réalité.
      Il va se dire qu’il avait raison d’avoir des doutes quand il entendait parler des exactions des « jeunes », il va se rendre compte qu’on l’a toujours pris pour un con en lui demandant de payer des impôts pour arroser les banlieues, leur construire des stades, des gymnases, des bibliothèques, qu’ils s’appliquent à cramer dès que l’occasion s’en présente.
      Les gens décryptent, en ayant mauvaise conscience, en se disant que ce qu’ils pensent n’est pas bien, que c’est « raciste » et que le « racisme » c’est mal.
      Là, il va se dire que décidément, il n’avait ptet pas tort de penser que basta, ça suffit.
      Alors, après, on peut discuter du bien-fondé. Est-ce bien que votre cousin qui ne lit jamais ait cette prise de conscience ?
      Moi je pense que oui, il est majeur, il a le droit à l’information.
      Les criminels sont ceux qui le méprisent en la lui refusant au quotidien, alors que c’est leur boulot de la lui apporter.

  12. Ouiais putain, y rentre dans le système ce mec, en fait il se fait un max de fric à la place de Xyr, pis après il est bien à l’abri de tous les emmerdes, le Obertone, et les classes laborieuses elles, ben elles peuvent crever.

    C’est beau le point de vue de Sirius.

    ps : allez, commentez, les gars, faut pas passer comme ça sans rien dire, ça fait de la peine au taulier.

    • Dixie, quelle surprise ! Vous êtes venue constater que le point de vue de Sirius ressemble à la vue qu’on a depuis le toit de la synagogue…
      Si vous mettez votre nez (presque) partout, vous avez peut-être été témoin de mon exclusion du blog du Pélicastre pour avoir bousculé Xyr un jour où il le méritait. Le monde est si petit qu’on en vient à comprendre pourquoi Sherlock Holmes ne se séparait jamais de sa loupe.

      • Hum, j’étais plutôt ironique avec le « point de vue de Sirius » 😉
        Quand à Xyr, je l’adore, j’en ai parlé x fois, bien avant qu’il n’atteigne la célébrité avec son fameux  » c’est l’histoire d’un mec ».
        Je trouve simplement que c’est un peu minable de taper sur Obertone alors qu’il a le grand mérite d’avoir déclenché un débat sur un sujet tabou en s’exposant (quoi qu’en dise Memento).
        Ceux qui considèrent qu’il est trop raciste, trop nauséabond (ou pas assez, va savoir^^) et qui ont tant de choses intéressantes à dire devraient essayer de faire leur propre bouquin.
        Après tout quand on a visiblement les moyens d’édifier les
        foules, c’est dommage de ne pas le faire.

      • D’accord avec vous sur Obertone.
        Xyr, je l’ai toujours trouvé un peu surévalué comme écrivain, mais surtout je sens poindre en lui le petit bonhomme qui réalise qu’il va avoir du mal à trouver du boulot avec sa formation d’informaticien de bas niveau qui ne se prend pas pour de la merde.
        Sur ce, je vais prendre ma cuillère de bicarbonate, c’est bon pour les aigreurs, mieux vaut prévenir.

      • l’anagramme de loupe ,c’est « poule »
        j’aurais aimé,moi aussi, être inséparable d’une poule
        poule de race comme il se doit
        plumage et ramage de choix, talons aiguilles et bas résille….
        moi, c’aurait été ,plutôt que bas résille, bas instincts….

  13. Je ne comprends pas cette théorie qui veut que le travail d’Obertone ait automatiquement empiété sur celui de Xyr !?

    L’un n’empêche pas l’autre, me semble-t-il ?

    Et d’ailleurs, Xyr tient-il vraiment à sortir un ouvrage disponible en librairie ?

    Obertone a le mérite d’ouvrir la voie, ce qui est déjà pas mal, surtout dans la France de 2013.

    Libre aux autres de s’y engouffrer à sa suite et de le dépasser.

  14. Nom de d’là ! Vla les pégus !
    Quand ils sont lancés sur Xyr, y’a plus moyen de les arrêter. [Nan mais quelle idée ai-je eue aussi de lancer le sujet, aussi… Misère. -_-‘]

    Ce que j’apprécie surtout c’est la finesse , dénuée de tout matérialisme, de leur analyse : Obertone en voleur de gamelle, Xyr en génie incompris. Lol

    En même temps ils n’ont pas totalement tort : je me demande sérieusement si « Obertone », qui au fond est un brave type (sisi Mémento !) méritait de travailler avec cette enflure, mégalomane et à demi analphabète, de Kersan. Et si Xyr aurait intérêt à sortir de la pénombre qui lui permet de continuer à donner l’illusion de briller.

    @ Roberta : la loupe il n’y a que ça de vrai.

    • N’est-pas -lol- j’apprécie également la finesse de votre analyse -lol- j’ignore ce qu’est un pégu, donc j’attends vos lumières -lol- avant de me fâcher -lol- pour rire.

      • Ce que j’appelle les « pégus » ? Peut-être ceux qui ont tendance à confondre un peu vite « droit dans ses bottes » et « droit du fumier »… Ceux qui semblent oublier qu’on ne nait pas réactionnaire, mais qu’on le devient « en réaction à », ce pourquoi il est vain quand on se réclame de ce courant, de prétendre nier l’histoire (celle de la 2nde guerre mondiale ou la révolution), renier Voltaire, chier sur la culture, tondre Marianne, annuler la démocratie, bref jouer les gros cons.

        Pour le reste, je n’ai peur que d’une chose, comme dirait l’autre, et c’est d’une certaine décadence. Non pas que je veuille m’en faire le pourfendeur attitré, mais je ne puis seulement permettre qu’elle m’éclabousse… Je suis dèjà une cible facile… Et sachant que quand on joue à ces jeux-là, on est toujours peu ou prou contaminé…

        En revanche le génie n’a rien à craindre de moi ! Plutôt coupée en morceaux qu’en travers du chemin d’un grand homme… 🙂

      • Comme vous tardiez et que l’immense Kobus van Cleef avait aussi utilisé ce mot dans un débat à références médiévales, je me suis décidé(e) à googueler la chose. Je n’ai obtenu qu’une référence sérieuse: un site des « Fans Créatifs de Kaamelot ».
        Bon. Ça c’est fait.
        Ah oui, merci pour ce superbe morceau de langue de bois massive -smiley- que je ne sais encore si je vais mettre sur ou dans ma cheminée -smiley-.

      • La référence est assumée. Vous avez qq chose contre la culture populaire ? « Pégu », c’est un compromis « sympatoche » entre plouc et péquin moyen. J’évite en général de traiter carrément les gens de ploucs, par respect pour mes ancêtres… En revanche je ne vois pas pourquoi je devrais, en leur nom, abdiquer mon combat contre la pesanteur.

        M.M n’a pas tord de dire qu’il se dégage une odeur de lisier de ces éditions Ring : leur évidente fascination malsaine de toujours pour « l’ultraviolence » à la Kubrick d’une part, leur revirement d’opinion récent (évidemment intéressé) à l’égard de la réacosphère tendance Desouche, de l’autre. Il n’y a pas si longtemps là-bas figurez-vous, on ne jurait que par la vie New-Yorkaise ou parisienne, et on crachait allègrement à la gueule de Monsieu Popu’.

        En ce qui concerne le fait que je dise m’effrayer d’une certaine décadence, je ne vois pas ce qui vous permet de ma sincérité. La décadence ce n’est pas seulement le vice, mais le vice conjugué à la vieillesse, c’est-à-dire à la fois son omniprésence et son oubli. Moi je n’oublie rien. Je suis Nietzschéenne : le poids des siècles je vis avec, les anciens et les modernes je les porte sur les épaules. Notamment parce qu’il n’y a d’anciens et de modernes qu’en Occident. Si je me dis Occidentale, pas moyen, à moins de penser de façon sénile, de prétendre rendre hommage à ma terre et à mes morts en biffant tout le XXe siècle d’un trait… Si je me dis contre-révolutionnaire pas moyen de nier la Révolution.

        Ou voyez-vous la langue de bois ?

  15. Carine, je vais résumer le livre d’Obertone : la France est sous la menace des bamboulas et des crouilles qui non seulement vous piquent vos cigarettes, vos caisses et vos impôts mais violent vos femmes, vos filles et vos grands-mères en vous fracassant le crâne sur le trottoir qu’après des flics, sous la contrainte de la centrale de surveillance de Bisouland et les oukazes de la gauchosphère, maquilleront en crise cardiaque. Après les salauds jouent à la play ou se matent des films pornos en prison en fumant du crack et de la marie-jeanne puis se convertissent à l’Islam puis reviennent toucher des allocs en roulant en Merko dans un environnement culturel, sportif et commercial very smart puis re-violent votre fille. Donc une seule solution, faute de couler le bateau de renvoi au large de la Corse, la prison et la guillotine.

    Je vais vous dire Carine, Obertone devrait demander à Raufer des tuyaux sur les raisons qui poussent des types en groupe à défoncer à la barre à mine un type esseulé, il s’y connaît le Xavier, il devrait répondre parce que je doute qu’il ait oublié son passage à Occident. Pour le reste, Obertone n’aligne pas des faits mais expose une litanie raciste. A la différence d’Obertone, je connais assez d’afro-maghrébins honnêtes pour éviter d’affirmer ou de laisser entendre que « chez eux », le viol, les agressions à plusieurs et le meurtre sont culturels.

    Bizette, « au fond un brave type », j’ai toujours su que vous aviez un grand coeur

    Dx, Obertone s’expose, Booba s’expose, Depardieu s’expose, Hollande s’expose, Zidane s’expose, Musso s’expose, Omar Sy s’expose, BHL s’expose, etc ; les pompiers ne s’exposent pas, les flics ne s’exposent pas, les postiers ne s’exposent pas, les retraités désargentés ne s’exposent pas, les employés d’EDF ne s’exposent pas, ceux de GDF, non plus, les chauffeurs de bus ne s’exposent pas, les profs ne s’exposent pas, les médecins et les ambulanciers, idem, les commerçants et les patrons, les gars des chantiers, les plombiers, les parents qui éduquent correctement leurs enfants, ceux qui mettent leur poing sur la gueule à des racailleux insistants, ceux qui les admonestent, ceux qui rentrent tard le soir dans des RER blafards, etc. Pour le reste nul n’est tenu d’écrire un livre surtout quand il est mauvais. Pour le reste, France orange mécanique est le pendant du film authentiquement raciste Taken qui a lui aussi très bien marché, y compris auprès des lascars. Obertone partage le même physique que le réalisateur de Taken, ce même aspect négligé et cette fausse contenance que donne le port de la barbe, avec le même embonpoint naissant. The new french man ?

    Cretinus, Obertone a eu de la chance et c’est tant mieux pour lui, il a donc raflé la mise sur le marché de la dénonciation droitière des racailleux, the right man in the right place. Evidemment, il a profondément bousillé le travail et rendu invisible ce qui viendra après lui. Je suis certain qu’un James Ellroy ne serait pas repéré, encore moins un nouveau Muray. Le problème, pour lui, ce sera son deuxième livre, mais bon ça peut marcher, après tout Zemmour est aussi mauvais qu’Obertone et fait désormais figure d’égérie réacophile.

    Roberta, Xyr a une carrière de Leo Taxil devant lui, il devrait écrire un truc genre, « les salauds de la réacosphère » sous-titré, l’enfer vécu d’un jeune informaticien, avec portraits à charge et dénonciations, il ferait le buzz, rue 89 lancerait la machine, Mediapart l’applaudirait, Ruquier lui demanderait un autographe, toute la réacosphère serait de nouveau sur le grill, ce serait formidable

    • Devinez, ami Mouloud, pourquoi je vais reprendre deux fois des nouilles aujourd’hui ?

  16. « A la différence d’Obertone, je connais assez d’afro-maghrébins honnêtes pour éviter d’affirmer ou de laisser entendre que « chez eux », le viol, les agressions à plusieurs et le meurtre sont culturels. »
    Je suis très heureux de cette phrase Memento (au point de faire un commentaire) j’espère sincèrement que les bataillons d’afro-maghrébins honnêtes viendront grossir nos rangs contre les afro-maghrébins malhonnêtes lors de la lutte finale inévitable, c’est à dire détruire leurs frères pour vivre en harmonie avec… avec qui au juste… je n’aurai jamais du commenter.

  17. Quel rapport entre la phrase que vous citez et la suite, Coach Berry ?

  18. C’est fou ça, ces sociologues de gauche qui fouillent la « réacosphère » ! on est même plus libre de ces opinions dans ce pays, maintenant, les sociologues gauchistes vont fouiller votre vie privé. En quoi ça les dérange que la droite se réinforme sur les affaires du pays. qu’il s’occupent de sujet moins politiques car ils ne sont pas payés pour être des porte-parole et des défenseurs des idées de gauche !…

    • si si vous êtes libres de vos opinions, par contre vous avez visiblement du mal à les assumer.

  19. Gigston, ce ne sont pas des sociologues de gauche mais des journalistes de gauche donc ils enquêtent et s’ils avaient voulu fouiller dans la vie privée d’Obertone, ils auraient sorti son nom, ses parents, ses amis, tout le toutim, ils ne l’ont pas fait. Donc si on reprend les choses depuis le début ça donne la séquence suivante : contre toute attente, le livre d’Obertone se vend bien et il est défendu comme un livre, non pas de droite même modérée, mais comme un simple constat-réquisitoire. Louise Fessard, journaliste à Mediapart, livre sur fond d’enquêtes téléphoniques auprès des experts, un article à charge contre le bouquin qu’elle trouve raciste et quelque peu antisémite. Obertone saisit sa plume et attaque, non pas Louise Fessard, mais Mediapart, réunissant autour de lui la grosse caisse de la droite blogueuse et non-blogueuse. Il publie son article sur Atlantico tout en sachant qu’aucun lecteur de droite ne lie Mediapart donc que le lecteur de droite lambda sera acquis à sa cause selon le réflexe pavlovien qui veut qu’on est dans un camp ou dans un autre. Puis, Obertone fait le tour des plateaux, rue 89, Mediapart prennent peur. La rédaction de Mediapart dépêche 4 journalistes pour dévoiler la véritable identité idéologique d’Obertone donc pour annihiler sa légitimité : elle émet l’hypothèse que le pélicastre jouisseur et Obertone ne font qu’un or le Pélicastre est indéniablement raciste, comme la plupart des révoltés surgis du catholicisme sociologique. Obertone réplique en assignant en justice Mediapart, ce qui aura pour conclusion nécessaire de dévoiler la véritable identité d’Obertone et éventuellement du Pélicastre si les deux sont distincts. Les seuls qui feront une bonne affaire là-dedans, ce sont les gars du Ring : comptez 200 mille exemplaires vendus à 18 euros vous avez 3,6 millions d’euros pour un livre mal imprimé, mal broché et sans aucun travail éditorial.

    « Ce que j’appelle les « pégus » ? Peut-être ceux qui ont tendance à confondre un peu vite « droit dans ses bottes » et « droit du fumier »… Ceux qui semblent oublier qu’on ne nait pas réactionnaire, mais qu’on le devient « en réaction à », ce pourquoi il est vain quand on se réclame de ce courant, de prétendre nier l’histoire (celle de la 2nde guerre mondiale ou la révolution), renier Voltaire, chier sur la culture, tondre Marianne, annuler la démocratie, bref jouer les gros cons. »

    Belle envolée Bizette


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :