Publié par : Memento Mouloud | avril 4, 2013

Cahuzac, sa femme, le GUD, Bruguière, la femme à Copé et les autres…

Si l’histoire du compte non déclaré de Jérôme Cahuzac est un lourd secret, c’est parce qu’elle est avant tout une histoire de famille inavouable. Celle de Jérôme Cahuzac, ou plus exactement de son ex-femme. Patricia Cahuzac est en effet la cousine de la femme d’un avocat parisien, Jean-Pierre Emié. Ce dernier était installé rue Marbeuf, aujourd’hui rue de Marignan, dans le 8earrondissement de Paris. Il porte au sein d’un petit cercle le surnom de « Johnny le boxeur ». C’est un ancien du GUD, l’organisation étudiante d’extrême droite réputée pour ses méthodes musclées. M. Eymié est associé au sein de son cabinet avec un autre avocat, lui aussi ex-« gudard », Philippe Peninque, l’homme qui a ouvert le compte de Jérôme Cahuzac à UBS en 1992. Et qui est aujourd’hui conseiller proche de Marine Le Pen.

M. Péninque, un ex-avocat, spécialisé à l’époque dans les montages fiscaux, a, dans un premier temps prétendu qu’il était possible qu’il ait ouvert le compte de M. Cahuzac dans le cadre de son activité professionnelle d’alors. Il affirme qu’il était avocat spécialiste en « relations financières avec l’étranger »« Si le juge me convoque et qu’il me montre des documents, peut-être que je pourrais confirmer », a-t-il dit. M. Péninque a reconnu avoir entretenu des relations amicales avec M. Cahuzac, qui était alors médecin. Il a affirmé ensuite : « Ce qui est illégal c’est de ne pas déclarer un compte, pas d’aider à l’ouvrir. Jérôme Cahuzac avait besoin d’un compte, je l’ai aidé à l’ouvrir. »

Marine Le Pen était-elle au courant de ce scénario ? M. Péninque prétend en avoirinformé la présidente du Front national : « Je lui ai dit que j’étais ami avec Cahuzac et que peut-être que dans le cadre de mon activité professionnelle, j’avais ouvert ce compte. » Marine Le Pen a réagi en minimisant le fait que l’un de ses proches conseillers apparaissent dans l’affaire Cahuzac. « C’est un acte complètement anodin. Un de mes amis avocats a ouvert, il y a 25 ans (quand j’étais en licence de droit) un compte à l’étranger pour le compte de son client. Ouvrir un compte à l’étranger est complètement légal, c’est de ne pas déclarer les fonds qui est illégal. »Mme Le Pen reconnaît par ailleurs que M. Péninque lui a dit hier qu’il avait ouvert le compte de M. Cahuzac à l’étranger. Mme Le Pen considère les révélations du Mondecomme « une attaque » contre elle. « Le système se défend mal », conclut-elle.

Peninque et Emié sont les grands amis de celui qui est alors chirurgien de profession, et pas encore ministre du budget de François Hollande. La petite bande se retrouve régulièrement depuis la fac, autour d’un golf, à Vaucresson ou à la Baule. Ou encore dans la jolie maison du cap Benat, près du Lavandou, dans le Var, chez les Emié. Jerôme Cahuzac se met à la boxe et au vélo, comme ses deux amis.

« Tout cela forme une petite fratrie très familiale », racontait un proche ces derniers jours. Jérôme Cahuzac fraye alors en plein « Gud business ». Une bande virile, un univers clos, où on ne fait des affaires que dans l’entre-soi. Emié et Peninque jouent les« rabatteurs ». Le premier adresse des clients au spécialiste des implants capillaires. Le second, grand manitou des activités du clan, s’occupe, lui, de l’argent et des affaires. C’est ensemble que cette petite bande décide d’investir, en bons franc-maçons ?, dans des mines au Pérou via une SCI nommée La Rumine, fondée par un autre « gudard », Lionel Queudot et sa femme. Ce dernier a expliqué à ses amis qu’il y avait de l’argent à faire,« dix à quinze fois la mise », selon un témoin de l’époque.

Plusieurs opérations sont réalisées, dont la dernière vire au fiasco. Le gouvernement péruvien met le holà. Plusieurs investisseurs perdent sèchement leur mise. Jérôme Cahuzac, lui, a déjà une petite aura. Il fera partie des clients chanceux qui auraient été remboursés par Lionel Queudot, expliquait il y a quelques jours au Monde un financier, assurant que « l’argent allait ensuite sur un compte UBS ».

On a, depuis, beaucoup entendu parler de Lionel Queudot, en raison notamment du rôle qu’il a joué dans la délivrance en 1998, d’un vrai-faux passeport à Alfred Sirven, l’ancien « numéro deux » de la société pétrolière Elf. Curieusement, de l’argent de M. Sirven avait transité sur certains comptes de M. Queudot, découvrent à l’époque le juge genevois Paul Perraudin et son homologue parisien Renaud van Ruymbeke. Celui-là même qui, aujourd’hui, est chargé de l’affaire Cahuzac.

Un autre personnage fait son apparition fin décembre dans l’histoire Cahuzac : l’ancien juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, qui fut candidat UMP aux législatives de 2007 face à Jérôme Cahuzac, qui l’avait facilement battu. Michel Gonelle explique fin décembre à l’AFP : « Je ne sais pas comment cet enregistrement  a atterri chez Mediapart. Je n’y suis pour rien mais le juge Bruguière y est certainement pour quelque chose », affirme l’avocat. Interrogé, l‘ex-juge a reconnu avoir détenu l’enregistrement, mais dit l’avoir « détruit » sans l’avoir écouté, et dément l’avoir transmis à Mediapart.

Le Journal du dimanche a apporté de nouveaux éléments, en rappelant que le ministre est actuellement en instance de divorce avec son épouse Patricia, par ailleurs également dermatologue et spécialiste de la chute de cheveux, et son associée dans leur clinique commune. Toujours selon le Journal du dimanche, le couple se déchire notamment sur le devenir de l’appartement. Or, selon l’hebdomadaire, Mme Cahuzac a fait suivre son mari par des détectives. L’un de ceux-ci aurait rencontré Rémy Garnier et rédigé des rapports pour le compte de l’avocate de Patricia Cahuzac. Une avocate qui n’est autre que MeIsabelle Copé, sœur du président proclamé – et contesté – de l’UMP.

Autre information, venant cette fois de Paris-Match : des détectives privés auraient eu à travailler, dans le cadre de cette séparation, sur plusieurs pistes, et notamment « l’éventualité d’un compte ­ouvert à l’UBS à Genève et le nom de Marc D., un cadre de la banque suisse ayant pu avoir connaissance de circuits ­financiers ­offshore, ­aujourd’hui basé à Singapour ». Selon l’hebdomadaire, les détectives seraient allés à Singapour, et auraient rencontré Rémy Garnier.

Cet ancien inspecteur des impôts du Lot-et-Garonne (département d’élection de M. Cahuzac), aujourd’hui à la retraite, jure ne pas être la source de Mediapart. Mais le site s’est beaucoup appuyé sur un mémo écrit en 2008 par celui que ses collègues surnommaient « Colombo », selon Sud-Ouest, et qui soulève une série de questions autour de la situation fiscale de M. Cahuzac.

Le quotidien régional révèle que M. Garnier avait mal digéré une intervention de Jérôme Cahuzac, en 1999, afin de faire effacer le redressement fiscal d’une entreprise de sa circonscription, qui faisait suite à une enquête de l’agent du fisc. Ce dernier aurait ensuite consulté, sans autorisation, le dossier fiscal de M. Cahuzac, ce qui lui aurait valu un avertissement.

M. Garnier – un personnage connu dans sa région, mais aussi controversé –  estime que cette affaire l’a conduit à être mis au placard par l’administration, contre laquelle il a intenté quatre procès, toujours en cours. Lors d’une audience, il a ainsi expliqué qu’un « aviseur »‘ (informateur anonyme) lui aurait indiqué que M. Cahuzac avait ouvert un compte suisse « entre 1988 et 1991, époque où il officiait comme conseiller du ministre de la santé, Claude Evin« .

C’est aussi en marge d’un de ces procès, afin de justifier sa consultation illégale du dossier fiscal du futur ministre, qu’il rédige le mémo reprenant ses interrogations, et dont il reconnaît aujourd’hui qu’il contient des « lacunes ». Point important : la défense de Rémy Garnier est assurée par Me Michel Gonelle, ancien maire RPR de Villeneuve-sur-Lot, qui fut battu en 2011 par un certain… Jérôme Cahuzac. Me Gonelle se défend de toute implication dans l’affaire.

A l’appui de sa plainte en diffamation, Me August, l’avocat de M. Cahuzac, invité d’Europe 1 mercredi, met en avant les erreurs dans le mémo de Rémy Garnier : il « a également prétendu (…) que Jérôme Cahuzac avait, je cite, ‘une villa à Marrakech et une maison à La Baule’. Moi je dis pourquoi pas une hacienda au Mexique ? »

Le 2 avril, c’est la mise en bière. Le Canard Enchaîné, à paraître le lendemain, explique que Jérôme Cahuzac a indiqué aux juges qu’il avait bien possédé un compte en Suisse, tranféré à Singapour, et dans lequel se trouvent environ 600 000 euros.Dans l’après-midi, l’ancien ministre publie sur son blog un billet dans lequel il reconnaît tous les faits.

« J’ai rencontré les deux juges aujourd’hui. Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600.000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris.

A Monsieur le Président de la République, au Premier Ministre, à mes anciens collègues du gouvernement, je demande pardon du dommage que je leur ai causé. A mes collègues parlementaires, à mes électeurs, aux Françaises et aux Français j’exprime mes sincères et plus profonds regrets. Je pense aussi à mes collaborateurs, à mes amis et à ma famille que j’ai tant déçus.

J’ai mené une lutte intérieure taraudante pour tenter de résoudre le conflit entre le devoir de vérité auquel j’ai manqué et le souci deremplir les missions qui m’ont été confiées et notamment la dernière que je n’ai pu mener à bien. J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remords. »

Quelques minutes plus tard, l’homme est mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

Le Monde


Responses

  1. Un article relativement intéressant, merci. Après Bitcoin c’est comme tout … il y a des dérives et forcément le filoux s’en donnent à coeur joie. Dommage car le principe de Bitcoin est vraiment génial je trouve. Une discussion intéressante sur Bitcoin et l’illégalité : http://linuxfr.org/users/haypo/journaux/bitcoin-plateforme-d-echange-illegale-demantelee-en-france


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :