Publié par : Memento Mouloud | octobre 12, 2013

La France à genou devant le Qatar : l’exemple des lycées français

Najat Vallaud-Belkacem a indiqué ne pas comprendre les inquiétudes sur les investissements du Qatar en France, estimant qu’il s’agissait de « business » et qu’il fallait s’en réjouir, lors d’un entretien avec le Bondy Blog sur la chaîne France Ô. « Autour du Qatar, un certain nombre d’inquiétudes se sont manifestées, qu’objectivement, à titre personnel, je ne comprends pas, parce que c’est du business », a-t-elle déclaré. « Franchement, on a toutes les raisons de se réjouir que ces pays qui ont de l’argent viennent investir chez nous », a ajouté la porte-parole du gouvernement.

 Au Qatar, un ouvrier pakistanais n’est qu’un sous-homme. Et un expatrié, soumis à un sponsor qatari qui détient au minimum 51% du business, peut être expulsé du jour au lendemain. Pour un excès de vitesse sur la corniche de Doha, un mot déplacé envers un important, un sujet de recherche délicat. Il y a deux ans, une sociologue française qui s’intéressait aux bidouns, ces apatrides du Golfe exclus de la société qatarie, a été expulsée manu militari.

« Dehors les étrangers », clament régulièrement les imams.

Les chrétiens peuvent aller prier à l’extérieur de Doha, dans l’église spécialement bâtie pour eux, mais les sapins de Noël sont déconseillés dans les lieux publics.

Il ne fait pas bon diriger un lycée au Qatar. Pour la deuxième fois en un an, le proviseur d’un établissement français a été contraint de quitter l’émirat, pourtant très en cour à Paris. Cette fois, il s’agit du proviseur du lycée Bonaparte de Doha qui dépend du ministère des affaires étrangères et qui a dû partir précipitamment début septembre après une plainte déposée pour « attitude antimusulmane ».

Selon nos informations, Hafid Adnani, fonctionnaire de l’Éducation nationale en détachement à Doha, a fait l’objet d’une plainte déposée début septembre par la directrice financière du lycée Bonaparte dont il voulait se séparer. D’après plusieurs sources, le proviseur lui reprochait de ne pas détenir les diplômes qu’elle prétend avoir pour occuper son poste. Un conflit professionnel somme toute banal, mais qui a vite tourné au cauchemar. Car la plainte a provoqué l’arrestation du proviseur français. L’ambassade de France, alertée, est intervenue. Mais, en échange de sa liberté, Hafid Adnani a dû faire ses valises, direction Paris, en l’espace de quelques heures et en laissant sa famille à Doha.

Dans l’établissement, c’est la stupéfaction. La rentrée venait d’avoir lieu et rien ne laissait présager, selon plusieurs témoignages, le départ du proviseur.

Mais ni chez Laurent Fabius ni chez Vincent Peillon, on ne souhaite commenter plus avant une affaire extrêmement sensible. L’Élysée se contente, de son côté, de renvoyer vers le Quai d’Orsay et affirme que le dossier n’a pas été évoqué lors des deux entretiens avec les autorités qataries que François Hollande a eus en septembre. La France est de toute façon très en retrait dès qu’il s’agit de condamner les pratiques de la famille régnante.

À l’automne 2012, c’est l’autre lycée français de Doha, le lycée Voltaire, qui en a subi les conséquences : il s’agissait cette fois d’un établissement dépendant de la Mission laïque française, une association fondée en 1900 pour diffuser l’enseignement en langue française dans le monde et actuellement présidée par l’ancien ambassadeur Yves Aubin de la Messuzière.

Inauguré en grande pompe en 2008 par le président de l’époque Nicolas Sarkozy, aux côtés du prince héritier, l’établissement a été voulu par la famille régnante, les Al-Thani, pour scolariser de riches familles qataries (le lycée Bonaparte étant pour l’essentiel fréquenté par des enfants d’expatriés) mais aussi, par exemple, le jeune fils de Ben Ali, qui y étudie depuis l’exil forcé de son père, l’ancien président tunisien. Très vite, les conflits sur les programmes se sont multipliés avec les autorités – c’est le procureur général de Doha qui préside le conseil d’administration. Comme l’a raconté Le Nouvel Observateur, le proviseur a été convoqué en 2010 pour un livre d’histoire contenant des pages consacrées à la chrétienté. « On censurait les livres pour ne pas montrer que la France est productrice de vin ou une femme nue dans le manuel de sciences. Il ne fallait pas chanter non plus les Trois petits cochons en maternelle ! »raconte à Mediapart une ex-mère d’élève.

Pour apaiser les tensions, un nouveau proviseur, Franck Choinard, avait été nommé, avec un salaire deux fois plus important que son prédécesseur. Mais rien n’y a fait : la Mission laïque, qui gérait l’établissement, a été priée de plier bagage fin 2012. « Une première dans l’histoire de l’association », s’étrangle son président Yves Aubin de la Messuzière. La Mission est accusée par les Qataris d’avoir détourné plus de 500 000 euros de la comptabilité de l’établissement pour d’autres lycées dans le monde. À l’époque, le proviseur Franck Choinard soutient Doha et tourne le dos à l’association. Il dépose même plainte à Paris, pour détournement. Mais cette dernière vient d’être classée par le procureur de la République. Surtout, Choinard a lui aussi dû quitter précipitamment le Qatar, accusé de pédophilie – une accusation qu’il réfute. « C’est là encore un dossier monté de toutes pièces par les autorités. Ce sont les pratiques qataries », dit un bon connaisseur de l’émirat.

« Ce sont deux établissements qui fonctionnent. Globalement, cela se passe plutôt bien au Qatar », explique-t-on au ministère de l’éducation nationale.

Mediapart / Le Nouvel Obs / Le Point


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :