Publié par : Memento Mouloud | novembre 12, 2013

Christiane Taubira : portrait façon puzzle

taub

La Garde des sceaux, Christiane Taubira, appartient à la Grande Loge féminine de France (GLFF) qui compterait 10 mille sœurs dans l’hexagone et quatre autres milliers de membres en Europe et en Afrique, le tout réparti en 450 Loges.

Selon certaines sources, elle est élevée au milieu d’une fratrie de 11 enfants, par une mère femme de ménage. Son père est absent, un scélérat écrit-elle dans ses mémoires. Selon d’autres sources, sa mère est aide-soignante et elle élève, seule, ses cinq enfants.

A Cayenne, Christiane Taubira acquiert, par adjudication, en 1987, un terrain pour 205 mille francs. Elle est alors directrice de l’Assistance technique à la pêche artisanale en Guyane. Du 24 de la rue Schoelcher, où il est situé, il faut deux minutes pour gagner, à pied, le port de plaisance, et à peine plus pour rejoindre les rives de l’océan Atlantique, il vaut donc 150 mille euros aujourd’hui. Elle détient ce terrain en SCI (Amazonite) avec ses quatre enfants, Lamine, né en 1979; Nolywé, née en 1981; Diawara, né en 1986 et Djamila, née en 1988. On le voit aux prénoms qu’elle distribue à sa progéniture, cette femme est à la fois très attachée à l’Europe en général et à la France, en particulier. A Christiane Taubira, la totalité des 1500 parts sociales de l’usufruit. A ses quatre enfants, 375 parts chacun de la nue propriété. Et à elle la gérance. Lors de la déclaration du patrimoine des ministres, elle affichera 3 vélos. Elle avait déclaré au JDD, « Il y a en outre deux sujets spécifiques, qui concernent les territoires d’outre-mer et l’Afrique. En outre-mer, il y a eu une confiscation des terres ce qui fait que, d’une façon générale, les descendants d’esclaves n’ont guère accès au foncier. Il faudrait donc envisager, sans ouvrir de guerre civile, des remembrements fonciers, des politiques foncières. Il y a des choses à mettre en place sans expropriation, en expliquant très clairement quel est le sens d’une action publique qui consisterait à acheter des terres. En Guyane, l’État avait accaparé le foncier, donc là, c’est plus facile. Aux Antilles, c’est surtout les descendants des « maîtres » qui ont conservé les terres donc cela reste plus délicat à mettre en œuvre. ».

Son fils a été condamné par la justice pour complicité de vol. Elle avait alors tenté d’utiliser ses contacts afin de faire annuler la condamnation (avec dispense de peine). Le document daté du 5 février 2001, est adressé à celle qui était alors la ministre de la justice, Marylise Lebranchu (désormais  ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique. Christiane Taubira y demande une « annulation » de la condamnation en expliquant qu’à « chaque fois qu’il subit un contrôle d’identité, la consultation du fichier provoque sa conduite au commissariat. » 

 Walwari (éventail en créole) est un parti politique fondé en 1992 par Christiane Taubira et Roland Delannon, qui était alors son mari. Son objectif revendiqué était de « remporter une victoire contre le Parti Socialiste Guyanais, alors omnipotent sur la scène politique locale ». Christiane Taubira en est toujours membre, tout en appartenant au bureau national du Parti radical de gauche (PRG) au nom duquel – ou sur le quota duquel – elle siège officiellement au gouvernement. Comme « secrétaire générale adjointe pour la diaspora à l’étranger » au sein du parti Walwari, on trouve une certaine Nolywé Delannon, la fille aînée de Christiane Taubira. « Les membres fondateurs de cette section Ile De France (de Walwari) sont : Mario BELNY, Diawara DELANNON, Téva DELAR, Aude DESIRE, Aurélie GUELLIL, Lyvia HARMENIL, Patrick HO-COUI-YOUN, Eric LAFONTAINE, Laurent LAPIQUIONNE, Adhams MAGDELEINE, Raymond SARBADY. »

Extrait du programme de Walwari : « Concertation pour l’élaboration d’une ‘Charte de la citoyenneté sociale’ visant à encourager le recrutement de Guyanais dans tous les secteurs d’activité, et notamment dans ceux où ils sont systématiquement écartés… Elaboration de la liste des conditions d’éligibilité aux marchés publics et aux subventions, en y insérant un critère de respect de la ‘Charte de la citoyenneté sociale’… Réhabilitation du statut des langues natives : Créole guyanais, Bushinengue, Langue Kalin’a »

Christiane Taubira n’a jamais réussi à remporter la moindre élection locale. Elle a même échoué deux fois à conquérir la mairie de Cayenne. « Lors de sa première campagne, pour les élections cantonales de 1994, elle a dit qu’en cas de succès il ne faudrait pas compter sur elle pour jouer les assistantes sociales »

En 1993, au nom du parti Walwari, elle vote la confiance au gouvernement Balladur et sera quatrième sur la liste européenne Energie radicale menée par Bernard Tapie en 1994, dont elle apprécie le «magnétisme mêlé de brigandage». En 1997, elle est réélue députée et rallie contre toute attente le groupe socialiste pour finalement le quitter en novembre 2001 rejoignant le groupe Radical-citoyen-vert (RCV).  En 2002, lors des élections présidentielles, elle recueille 2,32% des voix au premier tour, sous la bannière des radicaux de gauche. « Quelques semaines avant le scrutin, il y a eu une rencontre en ma présence avec Claude Bartolone, raconte Bernard Tapie, intime et grand admirateur de la dame. Christiane lui a promis que si Lionel Jospin, en personne, lui demandait de retirer sa candidature, elle s’effacerait sans hésiter. Hélas, Jospin n’a jamais condescendu à lui parler… » Et Taubira est allée jusqu’au bout. Réfléchir aux moyens de faire des Accords de partenariats économiques (APE) « un atout du partenariat » entre l’Union européenne et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) fut la nouvelle mission que le président de la République Nicolas Sarkozy, une fois élu, avait confiée au députée PS guyanaise Christine Taubira.

Taubira a étudié les sciences économiques à Paris-Assas mais aussi la sociologie et l’ethnologie afro-américaine enfin le secteur de l’agro-alimentaire. Alors coiffée comme Angela Davis, elle dévore Fanon, «pleure de rage» sur la mort d’Allende. Elle se rapproche des milieux indépendantistes lorsque des militants guyanais sont accusés à tort d’avoir voulu assassiner des enfants de hauts fonctionnaires pour Noël. Elle milite au parti indépendantiste Moguyde et entre dans la clandestinité après avoir participé aux émeutes de Cayenne. « Tous les deux jours je devais changer de lieu, tout en trimbalant un bébé de deux mois ». Avec la victoire de la gauche en 1981, le Moguyde périclite. Christiane Taubira poursuit sa vie politique, entreprend de longs voyages en métropole, en Afrique du Sud, à Haïti.

Lors d’un déplacement à Sangatte, elle a pété un câble et m’a traitée d’esclavagiste quand je la poussais à poser à côté des élus locaux pour la presse, rapporte Elisabeth Boyer. Christiane est incapable de gérer un groupe : écouter les uns et les autres pour conforter chacun à sa place, faire en sorte que le bateau de chacun aille dans le même sens ». «Elle est capable d’arriver trois heures en retard à un colloque où l’attendent 600 personnes et de lâcher : « En plus, il n’y a plus rien à manger ! »» raconte Blanchard. Elle est condamnée le 27 septembre 2004 par le tribunal des Prud’hommes pour licenciement abusif et rupture abusive de contrat, à verser 5300 euros à son ancienne assistante parlementaire Sylvia Edom.

Lors d’un déplacement de Christiane Taubira à la cour d’appel d’Angers, devant le palais de justice, un groupe d’enfants lui crient « Taubira casse-toi, Taubira dégage, Taubira tu sens mauvais, tes jours sont comptés », raconte AngersMag.info. Sous le « regard amusé de parents fiers de leurs progénitures ». Une fillette de 12 ans la traite de « guenon » mangeant une banane. Elle est ovationnée par l’Assemblée nationale. A gauche et au centre, tout du moins, pour un hommage auquel l’UMP n’a pas souhaité se joindre. Alors que la ministre de la Justice a regretté dans Libération que les réactions aux injures racistes dont elle est l’objet n’étaient « pas à la mesure » du danger pour « la cohésion sociale » qu’elles représentaient, que Malek Boutih a estimé qu’elle n’avait pas été assez protégée, les gestes de soutien politiques se sont soudain multipliés. « Ce n’est pas seulement elle qui est insultée, mais toutes les personnes noires qui sont animalisées », a dit Leonora Miano, romancière camerounaise de langue française, lors de la remise du prix Femina. « Ce n’est pas seulement le roman en lui-même qui est symbolique, mais mon visage qui ressemble au sien ».  La saison de l’ombre décrit le basculement d’un monde pour une communauté africaine confrontée à la traite négrière et à la disparition d’êtres aimés. « Avec ce prix, je suis très contente pour toutes les personnes qui se sentent un peu vengées, aujourd’hui, après avoir été traitées de macaques récemment ». En revanche, Christiane Taubira était l’invitée de l’émission Des paroles et des actes jeudi soir sur France 2. Lors de cette interview, la Garde des sceaux a été confrontée au témoignage de la mère d’une jeune fille victime d’une agression par un récidiviste en liberté. Face à ce témoignage, la ministre n’a pas souhaité réagir.

Christiane Taubira donne son nom à la loi française n° 2001-434, votée le 10 mai 2001, qui reconnaît comme crimes contre l’humanité la traite négrière transatlantique et l’esclavage qui en a résulté mais elle a passé sous silence la traite négrière africaine et arabo-musulmane, contre l’avis d’historiens compétents, y compris africains. Elle s’en est justifiée ainsi: «Christiane Taubira soutient sa position en déclarant qu’il faut éviter d’évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les «jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes.»

En octobre 2013, alors que François Hollande se rend en Afrique du sud, Taubira, présente, rend visite à deux couples locaux de lesbiennes, en compagnie de la compagne du président.

Nommé en juin dernier « conseiller spécial » de la garde des Sceaux Christiane Taubira, Jean-François Boutet continue d’exercer sa profession d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation. Depuis sa nomination au cabinet du ministre, la SCP Boutet, dont il est l’actionnaire unique, a défendu des clients aussi divers que le groupe Axa, le département de Saône-et-Loire, l’Union nationale des associations familiales, l’Urssaf des Alpes-Maritimes ou une société de gaz. A chaque fois, c’est Jean-François Boutet en personne qui porte ces affaires devant la Cour de cassation et le Conseil d’Etat. Récemment, il s’est ainsi retrouvé opposé au musée du Quai Branly, un établissement public – pour le compte d’Axa –, ou bien à la préfecture de police au sujet de la fermeture d’un bar de nuit parisien. Il est aussi intervenu pour Radio Nostalgie dans un dossier d’attribution de fréquence par le Conseil supérieur de l’audiovisuel, ou dans une procédure opposant des associations au ministère de la Culture. Agé de 57 ans, fils d’un ancien président de TF1, Jean-François Boutet est un intime de Christiane Taubira, qu’il a connue au Parti radical de gauche, dont il a été ­secrétaire national et tête de liste à Paris.


Responses

  1. Une escroc.
    « Christiane Taubira acquiert, par adjudication, en 1987, un terrain pour 205 mille francs. »
    L’arnaque guyanaise.
    Le cadastre étant une blague, inexistant dans certaines commune, la distribution des lots et permis de construire sont réservés « aux amis ».
    Ou à ceux qui votent bien mais c’est les mêmes.
    Exception, le facteur. Homme clef, on ne se fache pas avec celui perd le courrier.

    « En outre-mer, il y a eu une confiscation des terres ce qui fait que, d’une façon générale, les descendants d’esclaves n’ont guère accès au foncier. »
    Faux. Particulièrement là-bas.
    Les épidémies ayant tellement ravagées la population, les barrières sociales se sont rapidement effondrées pour répondre aux « besoins naturels » de chacuns. Les descendants ont justement hérité des biens qui leurs revenaient.
    En plus le territoire à pas mal été développé par les colons et les bagnards. Pas vraiment la Réunion.
    A noter également que l’ignorance de leurs histoires est assez frappante.
    Vous demandez l’emplacement de tel ou tel batiment disparu ?? Pfft, ‘sais pas…

    « Elaboration de la liste des conditions d’éligibilité aux marchés publics et aux subventions, en y insérant un critère de respect de la ‘Charte de la citoyenneté sociale’ »

    Mouahahaha,
    Mouhahahahahaha
    Des pages entières dans le journal d’ouverture de marchés bidons ne correspondant à aucun besoin. En tout cas publique.
    Pour le vendeur et ceux-qui les passent on se comprends…

    « Son fils a été condamné par la justice pour complicité de vol »
    Un bouffon. Le ramener était encore le mieux pour lui, histoire qu’il ne termine pas égorgé dans La Crique.

    « rend visite à deux couples locaux de lesbiennes, »
    « Nommé en juin dernier « conseiller spécial » de la garde des Sceaux Christiane Taubira, Jean-François Boutet »
    Mmoui, çà confirme les pratiques locales. C’est même le noyeau du truc voyez.
    Analyse brutale : c’est un coin où on pille tous ensemble et tant que vous fournissez de la chair fraîche, ca se passera bien. La franc-maçonnerie équatoriale.

  2. Merci Ag, pour la contribution au portrait.

    Sur la corruption en Guyane, lorsque j’étais à l’armée, j’avais un ami qui n’était pas vraiment un enfant de chœur mais qui m’a ouvert les yeux sur les pratiques locales vu que son père avait été lessivé avant de se refaire lorsqu’il avait assimilé les règles du jeu.

    Outre qu’une analyse de son génome prouverait à Madame Taubira que son tropisme négro-racialiste, pour parler clair, est une pure projection racialiste d’une métisse démagogue, une seule analyse de l’historique du peuplement guyanais prouve que la revendication afro-créole qu’elle défend est un simple délire : http://gisguyane.brgm.fr/sig_geographie_peuplement.htm

    De plus, la Guyane est une frontière et une frontière armée, de ça, elle ne cause jamais : http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/02/exclusif-le-gig.html

  3. « Sur la corruption en Guyane, lorsque j’étais à l’armée, j’avais un ami qui n’était pas vraiment un enfant de chœur mais qui m’a ouvert les yeux sur les pratiques locales… »

    Ah oui, oui, je vous confirme.
    Quand vous avez été élevé à la prussienne, carré, droit, sur des rails, une seule parole etc, le choc est assez violent. Effectivement moi aussi, c’est un vacciné dans la même galère qui m’a sauvé en m’expliquant qu’en milieu moisi, l’approche claire et frontale n’est pas la bonne.
    Ca forme pas mal même si au retour : « mais ?!?… t’es un vrai connard !!  »
    Ben oui mais essaie avec un autre…

    « …vu que son père avait été lessivé avant de se refaire lorsqu’il avait assimilé les règles du jeu. »

    Quand vous êtes invités à un truc, vous vous rendez compte que c’est vous qui avez payé au final 🙂
    Et oui…! La rareté matérielle plus la racialisation des rapports et surtout la violence font que vous êtes, par blindage ou manoeuvre, forcé a l’adaptation. Tout est fait pour que vous soyez mouillé d’une façon ou d’une autre. Ceux qui mordent gagnent peut-être mais servent de fusibles en cas de problèmes insolubles entre amis. De toute façon ils sont accrochés.
    Pour ceux qui n’avalent pas ça se durcit, voir ça devient même sportif.
    A noter que l’armée, je parle de la verte, n’est pas, à mon observation, aussi vérolée que le reste. Elle à moins d’interaction avec l’extérieur et n’en est pas aussi dépendante, il faut le dire aussi. Les rotations fréquentes évitent également la contamination.

    analyse de son génome+analyse historique => « son tropisme négro-racialiste, pour parler clair, est une pure projection racialiste d’une métisse démagogue »

    Même pas besoin de la science. L’empirisme sur les attitudes locales suffisent largement à classer çà dans l’encule idéologique.
    Ca pleurniche non-stop sur l’esclavage, mais les surinamiens font les travaux agricoles, les brésiliens servent aux constructions, les brésiliennes de consommables, les haïtiens de bétails. Je dis bien : de bétail. Les trafiquants de chaque coin sont les bienvenus.
    Quand arrive la paye ou un litige, on fait appel aux odieuses forces colonialistes d’occupations pour faire respecter la Loi sur les étrangers.
    Même au fond de la brousse, Saül ou Maripasoula, toutes les épiceries sont tenues par des chinois.
    Les administrations sont blanches aux sommets et le reste c’est de l’emplois fictif.
    Sortie des situations de rentes, foncières ou administratives, ils n’en branlent pas une. Pas une. L’économie locale, c’est la perfusion métropolitaine. Sur 100 conteneurs qui arrivent Dégrad des cannes, il y en a 10 qui repartent. Et ce sont les métros en fin de contrats. D’où les éclats de rires quand les postiers ou agents DDE du Mdes font leurs meeting -en créole uniquement-.
    Tiens je voulais mettre le lien de leurs sites, sont même pas capable d’entretenir çà. Faudra se contenter de la Cia :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_de_d%C3%A9colonisation_et_d'%C3%A9mancipation_sociale

    sinon
    « http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/02/exclusif-le-gig.html »

    Moui bon, c’est un spécialiste de rédaction…
    Le groupe auxquels il fait référence c’est le Gi2G, soit le Groupe d’Intervention de la Gendarmerie en Guyane. Effectivement pas des charlots mais ce sont des personnels dédiés, formés au milieu et effectivement plus engagés offensivement mais ils n’ont pas une technicité aussi élevé que le GIGN.
    Des gars biens, pas du tout « seigneurs », mais la forêt vous apprends vite l’humilité. Ils sont souvent mixés avec les pelotons de la métropole en rotation. Un bon souvenir, un mauvais. Pas resté assez longtemps pour avoir un avis clair sur le dispo.
    Après qu’ils aient un peloton en permanence sur kourou, oui, c’est bien possible, mais tout ce qui est forcené en zone gendarmerie, voir police vu le territoire c’est le Gi2G qui le traite.
    Toutefois c’est de la blague, leur mission machin, anaconda ou harpie. Des reconnaissances de l’armée de l’air ou des estimations sur les denrées saisies avant destination permettent d’établir que certains camps atteignent 3 000 personnes.
    Pour comparaison une sous préfecture de l’aube en fait 5 000.
    Grosse clandestinité.
    Une action réelle, hors destruction d’un groupe électrogène ou deux et distribution du document officiel d’expulsion aux rares encore présents, c’est impossible avec des règles démocratiques.
    Le Brésil annonce une production nationale de minerai sans communes mesures avec ses réserves possibles. D’ailleurs pour l’anecdote, vous avez des cartes brésiliennes ou leurs frontières vont jusqu’au Saint-Laurent.
    Tout va bien.

  4. D’ailleurs, dès qu’un casse est commis ou un homicide, on passe la frontière comme au temps de Pancho Villa de l’autre côté du Rio Grande. La France après avoir envoyé pourrir sur place les détenus de droit commun et d’autres qui l’étaient moins (de droit commun) a trouvé que ce site tropical conviendrait pour le lancement des fusées donc la perfusion sert à envoyer en orbite la quincaillerie satellitaire mais c’est le contribuable qui permet à l’aérospatiale d’afficher des bénéfices. Hier soir, je suis tombé sur un reportage crypto-libéral de France 2 sur cette Polynésie française où les charges sociales sont inexistantes de même que l’impôt sur le revenu, mais aussi l’allocation chômage ou le RSA (comme si la première avait un rapport quelconque avec la seconde, mais passons). Le journaliste oubliait de préciser que le règne non pas monarchique mais tyranno-républicain-débonnaire de Gaston Flosse, d’abord branché sur les sites d’expérimentation nucléaire, se payait en taux de corruption inégalé, en intimidations et assassinats et en subventions publiques records. Les confettis de l’Empire coûtent chers et rapportent peu à la métropole, même si certains palpent et vivent des à –côtés de le rente publique. Un dirigeant qui ne serait pas démagogue poserait la question suivante à toutes les populations de l’outre-mer français: voulez-vous être indépendant ? Si oui c’est le statut commun et la doctrine Kennedy revisitée, « ne te demandes pas ce que la France doit faire pour toi mais ce que toi tu fais pour la France » ; si non, démerdez-vous et bonne chance

  5. « D’ailleurs, dès qu’un casse est commis ou un homicide, on passe la frontière comme au temps de Pancho Villa de l’autre côté du Rio Grande. »

    Clair. Surtout à Saint-Laurent. De l’autre coté,St-Georges il n’y à vraiment trop rien a braquer…
    De cayenne, les crevures se faisaient souvent baiser au premier pont ou un seul vl passe à tour de rôle. Attendus ou…passage mal visé :D, là c’était plus drôle.
    Maintenant le point de controle gendarmerie à Belizon, à mi distance sur la N2 à grandement amélioré les choses vers l’est. Même si la voiture vous lâche vous avez moins à marcher pour trouver « la civilisation ». Un téléphone, quoi. Vous avez une division Cayenne/Belizon/Regina/ST-Georges qui vous donne de bonnes chances. Par contre c’est contourné par des boulevards dans la jungle, niveau filtrage trafic/immigration, on reste dans le symbole.
    Les locaux nous avaient prévenus. Jamais de nuit. Sinon jamais s’arrêter.Voir au loin, si obstacle, ne pas aller voir, demi-tour !
    En tant que blanc on aurait été pris en stop mais fallait faire gaffe. Un nègre -j’ai gagné le droit d’utiliser le terme- n’avait aucune chance. Autant pour l’excuse bidon du « je les ai pris en stop… » pour les trois haïtiens présents dans la bagnole… Par contre la voiture laissée n’avait aucun espoir. Dépouillée en 24/48 heures.
    Nouvellement arrivés, on liait contact avec les taxis collectifs :
    Prix théoriquement limité à 29 € ils demandent 40. Parenthèse. Le mec nous raconte qu’il s’est fait sortir de son camion un flingue sur la tempe.
    Nous :  » ‘Tain, un mercedes çà fait chier quand même… »
    Le mec :  » ?!? Vous rigolez, je suis déjà content de pouvoir en parler… »
    C’est des barbares. Un cambriolé à poursuivi ses voleurs avec son coupe-coupe famillial . L’un deux lui jette sa télé à la tête dans la fuite et lui tombe sonné au sol. Il s’est réveillé il lui manquait son coupe-coupe mais aussi trois doigts et pas mal de paquet de viande. Alors qu’ils pouvaient se barrer tranquilles…
    Inceste ou débauche partout, et je suis amish pour le second point, c’est de la pure barbarie, une mascarade.

    « voulez-vous être indépendant ? Si oui c’est le statut commun et la doctrine Kennedy revisitée, « ne te demandes pas ce que la France doit faire pour toi mais ce que toi tu fais pour la France » ; si non, démerdez-vous et bonne chance »

    Mais les mecs (MDES) venaient vous faire chier au terrasses ! Vous êtes des mercenaires, des colons, vous nous prenez des emplois etc…
    On leur disait:
    « Mais on te la donne ton indépendance !! Avec, dans 5 ans ici, c’est Haïti ! On revient mais en mission ONU, là ce sera le jackpot pour nous ! Et indépendant, ta route à la con (celle où il faut 100 en matériaux et dont 30 disparaît on ne sait où…) qui va la payer a ton avis ?! »
    Les mecs étaient verts !!
    Ca sera jamais laché.
    En plus du siphonnage de fric, c’est une source de voix électorales monstrueuse, avec le système actuel. Remarquez c’est lié. Rien que les amérindiens, saoulés à coup d ‘alloc, çà fait du monde.

    « la perfusion sert à envoyer en orbite la quincaillerie satellitaire mais c’est le contribuable qui permet à l’aérospatiale d’afficher des bénéfices. »
    C’est exactement çe que j’ai entendu quand j’ai demandé des comptes en héxagone.
    « Du moment que la fusée décolle tout le reste on s’en contre-fout. »
    C’est là que j’ai regretté de ne pas avoir organisé un ou deux voyages en foret.
    Ah, et : dingue le nombre de Russes qui grouillaient partout.
    Excellent marqueur d’ailleurs du théâtre médiatique de l’indignation diplomatique, des valeurs des lumières, blabla…
    Quand le client veut un lanceur rustique et fiable dans la gamme des 7 tonnes sur le géostationnaire mais sans s’étrangler avec la facture d’ariane, curieusement pas-de-tir et lanceur communient et se rencontrent dans le bonheur, faisant fi des pussy-riot torturées ou d’une tchétchénie rénovée…

    Polynésie connait pas. Mais çà me semble effectivement pareil. Exotisme cliché, en plus qui me laisse absolument froid.

    Pour moi, un passage dans ce coin là sous l’uniforme, ça vous transforme en personnage d’Alan Moore, le Comédien.

  6. ça concorde avec ce que m’avait raconté mon collègue du temps du service, Je résume mais le type était poète à ses heures, « La Guyane c’est pas la France, mec, juste le le far-west du temps de l’homme qui tua Liberty Valence, sauf qu’il n’y aura aucun John Wayne venu épauler un James Stewart encore idéaliste. Ici personne ne commence idéaliste, mais déjà corrompu, comme dit la Bible ce qui n’est ni chaud, ni froid est vomis de cette bouche qu’on hésite à appeler celle de Dieu »

  7. Purée. J’y ai fait un tour vite fait (touriste), mais l’analyse en profondeur que vous faîtes ne fait pas envie. J’avais juste entendu parler de ses histoires de personnes se baladant avec des coupes-coupes (sic !).

    • Dardevil,
      Je crois qu’ils se foutent de notre gueule au passage mais l’office du tourisme avait ce slogan sur fond de forêt primaire :

      « La Guyane, personne ne vous croira. »

      Un pote a mis le poster dans ses toilettes.

  8. Dans un temps pas si lointain, il y avait aussi la visite à la famille amérindienne d’Amazonie typique comme étape subsidiaire du tourisme local. Ce n’était plus le zoo humain, mais ça y ressemblait

    • De ma vie, même dans d’autre coin pas super comme l’asie mais j’ai jamais été en afrique, c’est la seule fois ou j’ai vu une femme déjà bien ivre, siffler une Heineken cul-sec en donnant le sein au gamin.
      Une fois l’épicier malchanceux a eu son camion de livraison hs pour raison mécanique. Plus de bière en début de mois, moment des offrandes sociales RSA et alloc’ = émeute à disperser a coup de trique.
      C’est le stade social juste au dessus de l’Haïtien.
      Exploités là-aussi par les pauvres descendants d’esclaves pour les plus honnêtes ou figurant en bonne place dans les transports douteux des multiples canaux fluviaux pour les autres.

      Par contre leur religiosité m’a toujours surpris.
      Les évangélistes de tous poils s’en frottent les mains d’ailleurs.

  9. Alibékov pourrait vous parler des pillards commandités par N’Guesso qui remontaient Brazzaville en porte-jarretelles et perruques blondes pour s’emparer des forces magiques contenues dans ce genre de vêtements, des corps amoncelés lors de l’assaut parce que certains pensaient qu’ils étaient si bien maraboutés qu’ils étaient absolument invulnérables aux balles, il pourrait évoquer les « patriotes » d’Abidjan scandant « A chacun son français » tandis que les journalistes de Canal + accusaient la France de mener une opération colonialiste après que 10 soldats français avaient été tués et un nombre indéterminé de ressortissants menacés sans Abidjan. Pour ce qui est de mineurs alcooliques, j’ai eu le cas en France, d’une ivoirienne qui avait « des problèmes avec l’alcool ». Elle avait 14 ans, son père la faisait boire depuis l’âge de 6 ans, comme vous le voyez ça peut s’exporter

    • Putain oui. J’ai eu sous les yeux des photos du Liberia.
      Les mecs portaient des gilets de sauvetages. Oranges. Singeant les gilets pare balles de l’armée régulières qu’ils avaient en face.
      Le traitement de certains gendarmes isolés dans la brousse par les kanaks étaient pas mal non plus, pour avoir croisés des Crs qui étaient malheureusement sur place à ce moment.
      Plus vous avancez en âge, plus vous rencontrez de types comme çà plus vous arrivez à la seule conclusion possible.
      L’humanité et surtout l’histoire officielle est une mascarade.

  10. On peut dire ce qu’on veut, et j’aime ce qui a été écrit, mais
    – Taubira est tout ça, oui, mais elle est aussi furieusement intelligente. Sans doute la personnalité politique de premier plan la plus brillante à l’heure actuelle. Je pèse mes mots.
    Et quand je vois l’admiration du peuple pour Valls – « meilleure chance de battre la gauche en 2017 » (http://www.legorafi.fr/2013/10/24/manuel-valls-juge-meilleur-candidat-pour-battre-la-gauche-en-2017/) – quand on connait ses réseaux, et quand on regarde le petit manège entre lui et Taubira, je me demande ce qui est en jeu et si le « bon » camp ne serait pas celui qu’on croit.
    – La Guyane c’est Chicago, OK, mais il y a une vitalité depuis longtemps disparue en France. Et les femmes sont belles. Puis c’est marrant, la gendarmerie construite par les clandestins.

    • « c’est Chicago, OK, mais il y a une vitalité depuis longtemps disparue en France. »

      ????
      Plaisanterie.
      Même le Pôle emploi est construit par les clandos. Si c’est çà c’est pas un signe de fainéantise.

      • De ce que je connais de la Martinique, certains arrachaient les pommeaux de douche pour éviter une attaque massive des esprits (frappeurs ou non). Comme, en Afrique de l’ouest, je ne le vois pas comme une question de fainéantise mais comme l’idée que la réalité est doublée d’un réel formée de forces qu’il faut apprendre à apprivoiser et dont la raison ne rend pas compte. A partir de là, la puissance d’un homme ne se manifeste pas par le « travail » qui est une activité dévolue aux étrangers, aux esclaves ou aux femmes, mais par l’actualisation d’une puissance momentanément mobilisée par un rite (« magique »)

  11. Le truc dans les récits historiques c’est que vous avez deux écoles, ceux qui veulent absolument illustrer une thèse et écartent tous les témoignages ou vestiges qui ne rentrent pas dans la vision préalablement établie et ceux pour lesquels une explication et un récit probables (ce qui parfois ne veut pas dire vrai) supposent de tout prendre en compte, y compris l’ordure

  12. Le premier c’est de la politique. Genre B. Stora.
    Pour moi la vrai Histoire c’est le dernier cas de figure.
    C’est une sale propension de ne jamais vouloir voir que l’agréable. J’ai bien l’impression que c’est la cause des maux actuels en occident.

  13. Xavier, Madame Taubira fut une militante révolutionnaire, elle est désormais ministre, elle s’accommode donc de ce réel où l’argent décide à ce point de tout, comme le dit Surya, qu’il n’y a plus de politique, même de l’argent. Il n’y a que l’existence du parti frontiste, disons le spectre du fascisme, qui permette de masquer l’empressement des anciens révolutionnaires à toucher leur récompense pour avoir tant attendu de prendre le pouvoir. De ce point de vue, elle est effectivement largement supérieure à Valls qui a toujours acquiescé aux « vertus » de ce monde, comme son président, le sieur Hollande, sa famille, celle des porcs d’Etat (je fais référence à Orwell), et son modèle, Sarkozy.

    La France est tout de même salement atteinte, Ag

  14. @A.G. > ça grouille de vie, c’est frémissant, c’est violent.
    Vitalité =/= capacité de travail.
    La France est morne à côté.
    Je ne suis pas en train de vous faire un couplet gauchiste, loin de là, mais un pays dans lequel votre vie n’est pas balisée de A à Z et dans lequel il vaut mieux être armé, ça a une autre gueule qu’un pays dans lequel on planifie l’utilisation de ses RTT pour aller dans les administrations aux heures ouvrables, on « s’indigne » parce qu’on a vu un truc pas bien au JT et on mange le bio de chez « Auchan » tout en fumant du shit transgénique devant une téléréalité.
    Vous voyez l’idée.

  15. Ah ouais. Je vois mieux.
    Donc le Sierra Leone, çà a l’air pour vous Xavier. 😉
    Ca va le taf ?

  16. Tout de suite les grands mots… Non, disons un entre-deux ? Un pays des possibles, tout-à-fait vivable à condition d’en saisir les règles ? Bref…
    Niveau taf, des choses en vue même si ça suit son chemin, je vous tiens au courant.

  17. votre discours Xavier, ça résonne comme ceux du temps de la « frontier », wild, wild west ; on pourrait l’opposer à l’idéal français pavillonnaire, celui dont causait Céline

    • Marrant, je pensais au Texas avant de sortir ma connerie a Xavier…

  18. Yep.

  19. Selon moi, les terres comme la Guyane sont, si l’on suit de vieilles théories cycliques, encore « barbares », riche en vitalité, demandant à être ordonnée, retaillée. Le potentiel est énorme.
    En France métropolitaine, la vitalité a disparu depuis longtemps. Nous continuons mécaniquement, nous sommes réduits à suivre des procédures. Nous n’en finissons pas d’agoniser dans des ruines (bâtiments comme institutions).

  20. Pas mal, le Texas,

    Raisonnement très spenglerien Xavier ou celui du premier Cioran, mais je ne pense pas que les métropolitains soient des sous-produits administratifs, ce pays est en effervescence sous le sommeil apparent

  21. […] suite de l’article: Bouteille à l’Amer. […]


Répondre à A.g. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :