Publié par : Memento Mouloud | novembre 13, 2013

Éric Naulleau selon Anne Sinclair : un antisémite hypocrite qui tue par procuration

dsk

On pourrait continuer longtemps la liste des formations pour lesquelles la vigilante observation de leur doctrine a été plus exigeante qu’on ne l’est aujourd’hui envers le FN. Et au-delà du parti qui embarrasse toute la vie politique, on devrait être plus attentif aux paroles, autrefois imprononçables, aujourd’hui se diffusant comme un cancer dans la société française.

« Guenon » est infect. « Gauche juive » l’est tout autant. Je veux pour terminer, dire un mot de ce livre publié depuis quelques jours, d’Eric Naulleau et Alain Soral, livre dédié à Dieudonné. Un livre à vomir, où Alain Soral, marginal d’une extrême droite ouvertement antisémite, se livre à son habituel délire qui, heureusement, ne touchait plus grand monde. Jusqu’à ce qu’Eric Naulleau, qu’on voit partout, chez Ardisson, au Grand Journal, chroniqueur hier aux côtés de Laurent Ruquier sur France 2, aujourd’hui sur Paris Première ou RTL, se livre à une méchante entreprise de légitimation d’un écrivain connu jusque-là pour sa pathologie obsessionnelle. Par sa seule acceptation de dialoguer avec Soral, Naulleau cautionne, tout en ayant l’air hypocritement de se démarquer, des phrases que je n’avais jamais lues depuis les années 30 et qui provoquent généralement le dégoût.

On sait depuis longtemps que les mots tuent aussi. Et que ceux qui les diffusent sont responsables de l’usage qui en est fait. Pierre Desproges disait qu’ « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui ». On peut détourner cette phrase et soutenir qu’on peut parler de tout, mais pas avec n’importe qui.

Anne Sinclair

BAM : Seul Alain Soral dédicace son livre à Mister M’Bala M’Bala, Éric Naulleau, à Paul Gadenne qu’Anne Sinclair semble ignorer. Ensuite, il est clair qu’Alain Soral poursuit une certaine tradition antisémite française à laquelle il ajoute un négationnisme qu’il baptise du nom de révisionnisme. Éric Naulleau lui oppose Imre Kertesz, peu connu pour son antisémitisme, même hypocrite. Il aurait pu lui poser la question suivante : Auschwitz est-il un mythe ou un fait historique ? Il ne l’a pas fait et c’était une erreur, peu importe. Éric Naulleau est ramené à sa condition de penseur bobo commentateur de foot et un peu niais mais préoccupé par sa prébende tout au long de cet entretien par Alain Soral. Il poursuit, néanmoins, le dialogue, ça ne fait pas de Naulleau un compagnon de route de Drumont. Quant aux phrases qui  provoquent le dégoût, ne se ramèneraient-elles pas à celle-ci énoncée par Éric Naulleau mais reprise de l’ouvrage de Marcela Iacub, Belle et Bête, qui l’attribue à Madame Sinclair « il n’y a aucun mal à se faire sucer par une femme de ménage », phrase ainsi commentée par l’homme des plateaux « la fellation n’entre pas dans les attributions du personnel d’un hôtel, à moins d’entendre dans un sens extensif ce rappel adressé par Pionceux à une employée d’auberge dans le Prix Martin de Labiche ‘’Vous êtes là pour distraire le voyageur’’. Bref de quoi conforter les analyses (celles de Michéa ou certaines des tiennes) qui estiment que le social-libéralisme est devenu l’irréductible ennemi du peuple », phrase à laquelle Soral réplique en appelant Anne Sinclair, Madame Rosenberg, un nom pas très catholique ajoute t-il, avant d’affirmer « cette phrase…exprime parfaitement la vision du monde d’une grande bourgeoise juive, déclarant sans vergogne dans une interview (déclaration épinglée à l’époque par Pierre Desproges qui ne semblait pas particulièrement judéophile) qu’il ne lui viendrait pas à l’idée d’épouser un non-juif ! Ce qui pose problème…c’est la prétention de la dame et de sa tribu à représenter la gauche ! En quoi une rentière qui se prétend du peuple élu – donc d’une sorte d’aristocratie, puisqu’héréditaire et de droit divin, même si c’est une aristocratie sans noblesse- peut-elle se sentir de gauche ? » puis Soral finit par agréger la tribu en question aux « marchands du Temple » et aux « sodomites ».

On le voit Soral recourt à la rhétorique antisémite ( à la fois racialiste et hostile au judaïsme, hostilité qu’il partage avec une partie de la gauche) tandis que Naulleau fait dans le moralisme populiste selon lequel les grands de ce monde, surtout quand ils sont à la fois de gauche et libéraux, sont des méchants obsédés sexuels prêts à tout pour assouvir leurs désirs pervers sur le dos des gens modestes qu’ils courtisent afin d’être élus, avant de les trahir, immanquablement. 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :