Publié par : Memento Mouloud | décembre 5, 2013

Mandela is dead, le deuil mondial est obligatoire, les contrevenants seront châtiés

mandela in algeria

Mandela et le FLN

La révolution algérienne, a représenté une inspiration particulière pour Nelson Mandela, car, a-t-il expliqué dans ses mémoires intitulés sobrement “Le long chemin vers la liberté”, elle était le “modèle le plus proche du nôtre, parce que (les moudjahidine algériens) affrontaient une importante communauté de colons blancs qui régnait sur la majorité indigène”. Il a d’ailleurs appelé l’Algérie, sa seconde patrie.

Lors de sa visite au Maroc en 1961, Nelson Mandela passa “plusieurs jours” avec le représentant du Gouvernement provisoire de la Révolution Algérienne, GPRA, le docteur Chawki Mostefai, qui l’a initié aux différentes étapes de la Révolution algérienne. Le militant, alors âgé de 43 ans, dirige la nouvelle branche militaire de l’ANC, Umkhonto weSizwe (MK, la Lance de la nation). Il reçoit sa première formation militaire au côté de l’Armée de libération nationale (ALN), branche armée du FLN, et du général Mohammed Lamari, une armée qui n’a jamais réussi à prendre pied en Algérie même, contrôlée par l’armée française.

Mandela a été ensuite convié à Oujda ou il a rendu visite à une unité combattante de l’Armée de libération nationale (ALN) sur le front. “A un moment, se souvenait-il, j’ai pris une paire de jumelles et j’ai vu des soldats français de l’autre coté de la frontière. J’avoue que j’ai pensé voir des uniformes des forces de défense sud-africaines”. Deux jours plus tard, Mandela a été invité à assister à un défilé militaire en l’honneur de l’ancien président Ahmed Benbella, à sa libération de prison. En tête du cortège défilaient “des vétérans fiers et aguerris” portant “des armes qu’ils avaient utilisées au début de l’insurrection : des sabres, de vieux fusils à pierre, des haches et des lances”.

Ils étaient suivis de “soldats plus jeunes et tout aussi fiers” dotés d’armes modernes. “C’était une armée de guérilla composée de combattants qui ont gagné leur galons dans le feu des batailles et qui s’intéressaient plus à la guerre et à la tactique qu’aux uniformes et aux défilés”, notait-il. “Je savais que nos propres forces ressembleraient plus aux soldats de Oujda et j’espérais seulement qu’ils combattraient aussi vaillamment.

A l’arrière, il y avait une fanfare militaire assez désordonnée, dirigée par un Homme qui s’appelait Sudani (Souidani Boudjemaa, ndr). Il était grand, bien bâti et sûr de lui, il était aussi noir que la nuit. Il lançait une canne de tambour-major et quand nous l’avons vu (la délégation sud-africaine, NDR) tout notre groupe s’est levé et a applaudi”, se remémorait-il. “J’ai vu que les autres autour de moi nous regardaient et je me suis rendu compte que nous ne l’applaudissions que parce qu’il était noir…. A nouveau, le pouvoir du nationalisme et de l’ethnicité m’a frappé. Nous avions réagi immédiatement, car nous avions l’impression de voir un frère africain.

Plus tard, nos hôtes algériens nous ont expliqué que Souidani était un soldat légendaire et on disait même qu’il avait capturé seul toute une unité de l’armée française. Mais nous l’avons applaudi à cause de sa couleur et non de ses exploits”. Des témoins de ses premiers contacts directs avec les révolutionnaires algériens, l’ont particulièrement impressionné et déterminé dans sa démarche ultérieure. Il se souvient, écrit- il dans ses mémoires, que le Dr Mostefai “nous a conseillé de ne pas négliger le coté politique de la guerre tout en organisant les forces militaires.

L’opinion internationale valant parfois plus qu’une escadrille d’avions de combat à réaction”. Le soutien de l’armée de libération nationale (ALN) s’était, entre autres, traduit par l’intégration de nombreux combattants de l’ANC dans les camps d’entrainement aux côtés des moudjahidine de l’ALN. Par la suite, des rencontres secrètes ont lieu entre les militants de l’ANC et l’État-major de l’ALN, pour les préparer au déclenchement de la lutte armée, raconte au micro de FRANCE 24 Nourredine Djoudi, ancien officier de l’ALN. Nelson Mandela est alors initié à la formation des premiers combattants, au stockage des armes et munitions, au déploiement de l’ennemi, etc. Mais il prend conscience aussi de l’intérêt d’intensifier les opérations diplomatiques afin de sensibiliser le monde entier à la cause du peuple d’Afrique du Sud et gagner ainsi leur soutien. Car il sait que défait militairement, le FLN, de terroriste qu’il était s’est acquis une réputation de mouvement révolutionnaire et de représentant unique d’une nation en formation par la grâce de l’URSS, des Etats islamiques, des pays dits progressistes et par la défection américaine. Ce qui donne dans la novlangue tiers-mondiste de Madiba, l’Algérie avait démontré « sa capacité à mener avec succès une guerre de libération en Afrique contre une armée coloniale puissante, membre de l’OTAN et alliée objectif du régime d’apartheid ».

À son retour au pays en aôut 1962, Mandela est accusé de sabotage et de complot contre l’État et arrêté. Il est condamné à la prison à vie lors du procès de Rivonia en 1964.

Algérie 1 com / France 24 / BAM

Mandela et Cuba

Les relations entre Nelson Mandela et Fidel Castro remontent au début des années 70, alors que le leader sud-africain est emprisonné et que Cuba soutient son parti, le Congrès national africain (ANC). Mais le grand tournant date de 1975, lorsque Cuba commence en Angola une épopée militaire qui durera 15 ans. A 15.000 km de ses côtes, les forces cubaines affrontent directement la puissante armée sud-africaine. Et début 1988, après plusieurs mois de sévères combats, l’armée cubaine se défend bien contre les soldats sud-africains et ceux de l’UNITA à Cuito Cuanavale. Selon la légende anti-impérialiste, Cuito Canavale est une défaite qui sonne le glas du régime d’apartheid. « L’écrasante défaite de l’armée raciste à Cuito Cuanavale fut une victoire pour toute l’Afrique », avait affirmé Nelson Mandela en juillet 1991 lors d’une grande manifestation publique à Matanzas, à l’est de La Havane. « Cuito Cuanavale marque une étape dans l’histoire de la lutte pour la libération de l’Afrique australe. Un virage dans la lutte pour libérer le continent et notre pays du joug de l’apartheid », avait-il rappelé. Dans les faits, l’URSS de Gorbatchev oblige Cuba à retirer ses troupes en échange d’investissements massifs dans l’île et de l’indépendance offerte à la Namibie. Cuba est mise à l’écart lors de la négociation quadripartite qui aboutit aux accords de New-York de décembre 1988 qui entérine le rapatriement des troupes cubaines et l’indépendance de la Namibie mais aussi déclenche le processus qui aboutira à la fin négociée de l’Apartheid. C’est à ce moment que les Etats-Unis retirent Nelson Mandela de la liste des terroristes et ce n’est pas l’effet d’un hasard puisque l’homme qui tient les rênes à Washington est l’ancien directeur de la CIA, George Bush senior et celui qui joue les saints innocents à Moscou fut le protégé du directeur du KGB, Iouri Andropov.

La Croix / BAM

orixa congolais

orixa mandela

orixa européen


Responses

  1. Ça dépend, c’est quoi la peine pour ne pas s’associer au deuil mondial ?
    Si c’est l’excommunication de la societance libérale avancée, c’est déjà fait depuis longtemps, alors je m’en cague….
    De toutes façon il battait de l’aile depuis….. le hic, c’est qu’aucun politrouk n’a pu aller à son chevet pour recueillir ses dernières pensées/recommandations/testament….
    C’est con, hein….
    Hu Hu Hu

  2. Chatiés comment ?
    ..ça me préocupe , parce que je suis contrevenante …une graaaaande contrevenante ..

    • Mort zosiale probablement, avec exécution médiatique pour les plus en vue des contrevenants, pour les autres, inquisition dans l’entreprise, en admettant qu’elle veuille encore du coupable…. ( tiens, une idée de motif de licenciement pour un délégué syndical…. »n’a pas pleuré à la mort de Mandela »,ça justifie tout et le reste )
      Mort sessuelle si contrevenants/es pas mariés/es ,impossible pour eux/elles de trouver un parti ( chaussure à leur pied ou pied à leur chaussure, d’ailleurs cette métaphore pied/chaussure, c’est un peu….. équivoque) et comme on pénalise les relations mercenaires…..
      Mort familiale parfois ( ce qui n’empêche pas de dire à la belle soeur instit »fait chier germaine, mêle toi du contenu des programmes et lâche nous…. enfin, non, ne touche pas aux programmes…. »
      Mort physique ? On n’y est pas encore….

  3. L’ambiance fait penser à une version insignifiante de la mort du petit père des peuples. Le châtiment c’est votre radiation au compte des gentils, Chris, comme le dit Kobus, vous êtes une damnée vivante en évitant le cortège des pleureuses officielles

  4. écoutons Bernard Lugan !

  5. C’est par ici Brebis : http://bernardlugan.blogspot.fr/2013/12/nelson-mandela-licone-et-le-neant.html

  6. Désolé, MM, difficile de vous suivre sur le sujet.
    Vivant avec pas mal Sud-Afs (blanc) autour de moi, et en dépit des erreurs que vous marquez probablement avec justesse dans ce texte (enfin quand même l’Algérie de 1961 et celle qui suivit où elle le rapport !), Mandela demeure et restera un grand homme qui pu, su éviter le grand massacre en 1992. Rien n’entachera cela ! Combien connaissez-vous de pays africain debout, aujourd’hui ? Pour ma part, un seul…

  7. « Mandela demeure et restera un grand homme qui pu, su éviter le grand massacre en 1992 »

    Traduction : çà aurait pu être pire.
    Ca m’a jamais trop convaincu comme argument.

    • AG : d’accord avec vous sur le fait que cela est rapide comme argument, juste une réflexion. Pourquoi alors, ces vieux tarés de l’Apartheid, vont le chercher en taule si ce n’est pour sauver leurs vies (et leurs $) ? En 1992, il faut juste se souvenir qu’aucun pays même l’Angleterre conservatrice n’aurait bouger le petit doigt. Seuls les diamants les intéressaient. La suite a prouvé (Libéria, Sierra Leone) que pendant les massacres (sérieux), les affaires continuent. L’Afrique dans son ensemble n’est pas une place stratégique. Et cela pour personne. Pour sauver leur peau, les Blancs ont sorti Mandela de leur chapeau. Et, historiquement, il a évité le massacre. Il l’a fait. Peut-être en échange d’une vaseuse Commission de Réconciliation Nationale. Mais cela a sauvé des vies et un pays du chaos promis et annoncé.

  8. Vous citez :
    C’est par ici Brebis : http://bernardlugan.blogspot.fr/2013/12/nelson-mandela-licone-et-le-neant.html

    Nelson Mandela : l’icône et le néant
    Communiqué de Bernard Lugan[1]
    (6 décembre 2013)

    Né le 18 juillet 1918 dans l’ancien Transkei, mort le 5 décembre 2013, Nelson Mandela ne ressemblait pas à la pieuse image que le politiquement correct planétaire donne aujourd’hui de lui. Par delà les émois lénifiants et les hommages hypocrites, il importe de ne jamais perdre de vue les éléments suivants :

    1) Aristocrate xhosa issu de la lignée royale des Thembu, Nelson Mandela n’était pas un « pauvre noir opprimé ». Eduqué à l’européenne par des missionnaires méthodistes, il commença ses études supérieures à Fort Hare, université destinée aux enfants des élites noires, avant de les achever à Witwatersrand, au Transvaal, au cœur de ce qui était alors le « pays boer ». Il s’installa ensuite comme avocat à Johannesburg.

    >>>>>>> OK, où est le problème. Mandela ne s’en est jamais caché ! Au passage de Gaulle était également un aristocrate, pas Pétain, par exemple.

    2) Il n’était pas non plus ce gentil réformiste que la mièvrerie médiatique se plait à dépeindre en « archange de la paix » luttant pour les droits de l’homme, tel un nouveau Gandhi ou un nouveau Martin Luther King. Nelson Mandela fut en effet et avant tout un révolutionnaire, un combattant, un militant qui mit « sa peau au bout de ses idées », n’hésitant pas à faire couler le sang des autres et à risquer le sien.
    Il fut ainsi l’un des fondateurs de l’Umkonto We Sizwe, « le fer de lance de la nation », aile militaire de l’ANC, qu’il co-dirigea avec le communiste Joe Slovo, planifiant et coordonnant plus de 200 attentats et sabotages pour lesquels il fut condamné à la prison à vie.

    >>>> Face à un régime comme l’Apartheid, vous faîtes quoi… Pas mal, comme découverte, comme si le terrorisme (aka la Résistance) n’était pas la réponse du faible au fort.

    3) Il n’était pas davantage l’homme qui permit une transmission pacifique du pouvoir de la « minorité blanche » à la « majorité noire », évitant ainsi un bain de sang à l’Afrique du Sud. La vérité est qu’il fut hissé au pouvoir par un président De Klerk appliquant à la lettre le plan de règlement global de la question de l’Afrique australe décidé par Washington. Trahissant toutes les promesses faites à son peuple, ce dernier :

    – désintégra une armée sud-africaine que l’ANC n’était pas en mesure d’affronter,
    – empêcha la réalisation d’un Etat multiracial décentralisé, alternative fédérale au jacobinisme marxiste et dogmatique de l’ANC,
    – torpilla les négociations secrètes menées entre Thabo Mbeki et les généraux sud-africains, négociations qui portaient sur la reconnaissance par l’ANC d’un Volkstaat en échange de l’abandon de l’option militaire par le général Viljoen[2].

    >>>>> Il désintégra l’armée sud-africaine. Entouré d’officiers Sud-Af (tous blancs), il me semblent en forme pour des gars désintégrés. Ils sont d’ailleurs débauchés à grands frais par l’US Army pour assurer la logistique concernant Qatar, Barhein, Afgh, et Soudan. Quand on ne sait pas, on se déplace.
    Par ailleurs, il refusa, la création d’un Bantoustan blanc (cf. Volkstaat). Et on y va, on continue et pourquoi par crier Algérie Française en 2014. Une solution d’avenir, les gars…

    4) Nelson Mandela n’a pas permis aux fontaines sud-africaines de laisser couler le lait et le miel car l’échec économique est aujourd’hui total. Selon le Rapport Economique sur l’Afrique pour l’année 2013, rédigé par la Commission économique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine (en ligne), pour la période 2008-2012, l’Afrique du Sud s’est ainsi classée parmi les 5 pays « les moins performants » du continent sur la base de la croissance moyenne annuelle, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland (page 29 du rapport).
    Le chômage touchait selon les chiffres officiels 25,6% de la population active au second trimestre 2013, mais en réalité environ 40% des actifs. Quant au revenu de la tranche la plus démunie de la population noire, soit plus de 40% des Sud-africains, il est aujourd’hui inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994[3]. En 2013, près de 17 millions de Noirs sur une population de 51 millions d’habitants, ne survécurent que grâce aux aides sociales, ou Social Grant, qui leur garantit le minimum vital.

    >>>> Comparer la croissance annuelle de l’AFS ou Comores ou au Swaziland, je concède que cela est fondamentalement pertinent. Prochaine étape, s’inspirer de Vanuatu pour résoudre les problème français. Cela vous tente… Quant au taux de chômage, pourquoi ne pas aller faire un tour en Espagne, voir en France d’ici 18 mois.

    5) Nelson Mandela a également échoué politiquement car l’ANC connaît de graves tensions multiformes entre Xhosa et Zulu, entre doctrinaires post marxistes et « gestionnaires » capitalistes, entre africanistes et partisans d’une ligne « multiraciale ». Un conflit de génération oppose également la vieille garde composée de « Black Englishmen», aux jeunes loups qui prônent une « libération raciale » et la spoliation des fermiers blancs, comme au Zimbabwe.

    >>> Vrai. Mais l’ANC est d’abord confronté à des problèmes de corruptions comme l’UMP, le PS, la CDU et consort. Pas le FN ! D’accord, d’accord

    6) Nelson Mandela n’a pas davantage pacifié l’Afrique du Sud, pays aujourd’hui livré à la loi de la jungle avec une moyenne de 43 meurtres quotidiens.

    7) Nelson Mandela n’a pas apaisé les rapports inter-raciaux. Ainsi, entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que l’ANC était « en guerre » contre le « gouvernement blanc », une soixantaine de fermiers blancs furent tués. Depuis avril 1994, date de l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela, plus de 2000 fermiers blancs ont été massacrés dans l’indifférence la plus totale des médias européens.

    >>>> Totalement vrai. Jo’burg est une ville très violente. La faute à Mandela qui a créé les Townships, bien sûr.

    8) Enfin, le mythe de la « nation arc-en-ciel » s’est brisé sur les réalités régionales et ethno-raciales, le pays étant plus divisé et plus cloisonné que jamais, phénomène qui apparaît au grand jour lors de chaque élection à l’occasion desquelles le vote est clairement « racial », les Noirs votant pour l’ANC, les Blancs et les métis pour l’Alliance démocratique.

    En moins de deux décennies, Nelson Mandela, président de la République du 10 mai 1994 au 14 juin 1999, puis ses successeurs, Thabo Mbeki (1999-2008) et Jacob Zuma (depuis 2009), ont transformé un pays qui fut un temps une excroissance de l’Europe à l’extrémité australe du continent africain, en un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants, mais de plus en plus réduits, le plus souvent dirigés par des Blancs.

    Pouvait-il en être autrement quand l’idéologie officielle repose sur ce refus du réel qu’est le mythe de la « nation arc-en-ciel » ? Ce « miroir aux alouettes » destiné à la niaiserie occidentale interdit en effet de voir que l’Afrique du Sud ne constitue pas une Nation mais une mosaïque de peuples rassemblés par le colonisateur britannique, peuples dont les références culturelles sont étrangères, et même souvent irréductibles, les unes aux autres.
    Le culte planétaire quasi religieux aujourd’hui rendu à Nelson Mandela, le dithyrambe outrancier chanté par des hommes politiques opportunistes et des journalistes incultes ou formatés ne changeront rien à cette réalité.

    >>> Journalistes incultes, formatés (+niais etc) : on y arrive. Les méchants médias contre la vrais réalités. Combien de SudAfs, combien d’heures passées avec eux. Pas une, à coup sûr.

    >>>>>>> Enorme : colonisateur britannique !!!! Toc, toc. Il y a quelqu’un là-haut. Pour un peuple « blanc » hollandais (prendre le temps de regarder le drapeau SA du temps de l’Apartheid).

    Les Suds-Afs (dont personne ne comprend l’anglais) sont issus d’une Histoire terrible qu’ils n’osent enseigner à leurs propres enfants aujourd’hui. Rassurez-vous, ils sont aujourd’hui toujours aussi racistes. Ils se demandent s’ils ont simplement un avenir, en tant que peuple et en tant que personne. Ils ne se sentent pas menacés physiquement dans leur propre pays, mais après s’être comportés comme de gros salauds, il leur sera toujours difficile de se regarder dans le miroir. Mandela a échangé l’oubli contre une « paix civile », certes imparfaite mais seule véritable issue pour éviter le grand, le vrai massacre ; dans leur cas, si « la valise ou le cercueil » était l’alternative personne ne leur aurait permis de poser leur valise quelque part.

    • Je vous piques vos flèches que j’aime beaucoup :

      2 >>> Un faible qui gagne, ce n’est pas un faible. C’est le biais sartrien du « bon sauvage » écrasé par la supériorité du blanc dont le devoir est de tuer le colonisateur.
      Le vrai colonialisme, puant, travestis sous de bons sentiments. Ce n’est pas parce qu’un zoulou à l’époque de l’apartheid ou un afghan en 2013 ne se bat pas pas avec des avions de chasses à 100 millions pièces qu’il est faible ou inférieur.
      Il est autre.
      Si on parle d’égalité, on le mets au même niveau, c’est lui ou nous et on ne prends pas de gants.

      3 >>> Il n’y a plus d’armée de l’air. Le fait que le personnel migre dans le privée,le privée étrangé est en soi une traduction du délitement, de la destruction de souveraineté. Je vous rassure çà vient en france. Le cadavre bouge encore çà fait illusion mais çà vient.

      4 >>>Ben… oui. quand vous avez l’industrie, les ressources minières et agricoles de l’afrique du sud, les compétances et que vous faites à peine aussi bien que les confettis cités, il y a un problème. Effectivement c’est valable pour la france. Quand vous faites moins bien que les Fidji sur deux ans il y a effectivement un soucis.

      5 >>> Ils font de la politique, on va pas être naïf.

      7 >>> Quand vous donnez effectivement c’est plus du vol. Cf discriminations positives. Mais avec le décrochage en plus ce coup-ci

      8 >>> La peuple est peut-être d’ascendance hollandaise mais le vainqueurs des guerres des boers c’est bien l’angleterre. C’est pratique pour beaucoup, je pense aux australiens de passer çà sous silence, mais c’est quand même Albion et sa marine qui ont fait prospérer les morceaux de terrain.

      « Ils ne se sentent pas menacés physiquement dans leur propre pays, mais après s’être comportés comme de gros salauds, il leur sera toujours difficile de se regarder dans le miroir. »

      Ah ben pourtant, à hauteur de 2000 fermiers blancs massacrés façon médiévale, si isolé, j’avais un taux de mélanine très bas je m’interrogerai quand même un minimum dans ce coin là. Ca aussi le prenez pas mal, mais c’est du flan.
      C’est pas après qu’il faut se poser des questions. Le coup du remords je considère çà comme une manoeuvre dilatoire, une extorsion lacrymale. Quand vous flinguez un môme noirs parce qu’il traverse votre jardin, vous le savez ce que vous faites. Vous ne découvrez pas APRES que vous êtes un enculé. Faut assumer.

      Tiens si vous ne craignez pas hadopi :

      http://www.boulevardhitler.com/bhitler/2013/11/lafrique-en-slip-23-images-de-lafrique-post-coloniale/

  9. Donc ils ont gagnés 20, 30 ans. C’est cher payé pour ériger en saint une crevure communiste.

    « L’Afrique dans son ensemble n’est pas une place stratégique ».
    Les chinois n’ont pas l’air de le penser. Point de vue terre arables et rares ce n’est pas vraiment vrai non plus. Les américains peinent à suivre avec la création d’un commandement militaire dédié et une diplomatie de bon sentiment, voire une vague promesse de visa, qui n’a pas la même pénétration des coeurs et des esprits qu’en occident. Le ventre vide avec juste la peur on est tout de suite moins réceptif au modernisme éclairé. J’en prends pour preuve la gifle inimaginable sous reagan par exemple du président -de malheureusement je ne sais plus où- sur le mariage homo. Qui renvoie l’oncle barack à la peine de mort, abolie dans le pays hôte, à coup de différences culturelles.
    Les enchères montent et ils l’ont bien compris.

  10. Je ne comprends pas sur quels critères vous émettez votre jugement , « Mandela est un grand homme », Cliff. Comme tous les révolutionnaires après Lénine, il a confondu guerre et révolution puis terrorisme et révolution enfin antiracisme et chasse aux « blancs ». Le discours que je cite est assez explicite là-dessus ce qu’il nomme ethnicité, c’est une sorte de solidarité raciale et cette solidarité concerne les noirs. Je suis européen et vous l’êtes aussi, Cliff, en quoi Mandela est-il un héros, pour nous ?

    La fable du massacre empêché en 1992, vous la tenez d’où ? Il n’a rien empêché du tout, il a juste permis à de Klerk et à ses soutiens de masquer un ralliement au « nouvel ordre mondial » (des pères Bush-Clinton) du grand large capitaliste, donc un abandon du petit peuple afrikaaner et un partage du statut de bourgeoisie avec les mieux lotis des xhosas et quelques autres. Mandela est devenu la figure du capitalisme vertueux et de l’affairisme rédempteur, pas mal pour un révolutionnaire.

  11. http://qz.com/155310/nelson-mandela-was-also-a-huge-champion-of-free-markets/

    Puisque les commentaires sont encore fermés :

    On notera les boucles d’oreilles en photo 1.
    Ils se cachent de moins en moins et à mon avis c’est ce qui va les perdre.

  12. Hé, franchement,
    Je sors par hasard d’un reportage sur les funérailles du messie.
    Entre netanyahu qui veut pas s’ y rendre car trop coûteux -si, si…-, le charlot qui se fait passer pour un traducteur pour sourd muets sans y entraver quoi que se soit, l’autre cruche qui deconne comme une vulgaire lycéenne avec son portable a côté de david et barack, en pleines obsèques mais ça devient le vrai gag !!
    On a l’impression que les acteurs ne sont même plus concernés par le sketch, se rendant compte ça tiendra pas la route ou s’ en foutant totalement.

    Ca fait penser aux orgies a Berlin en fevrier 45…

  13. Si le vrai est un moment du faux, c’est moins l’interprète qui est en cause (il me plaît bien avec ses anges qui seraient venus le voir) que cette procession grotesque, ce deuil internationalement hypocrite et cette manière de faire parler le cadavre pour fêter l’assomption du meilleur des mondes possibles et de son héros de guimauve

  14. Pour qui lit l’anglais voici une histoire tout neuve de l’apartheid en 36 chapitres par un afrikaaner qui écrit en Anglais, édifiant. L’apartheid c’est le régime des vainqueurs de la guerre des Boers; les Anglais se sont débrouillé pour faire porter le chapeau aux afrikaaners grâce à la complicité de Mandela, qui n’est pour rien dans la fin du régime. Les afrikaneersi ont fait ce qu’ils ont pu pour l’humaniser, ainsi le plus grand hopital du monde sis à Soweto, Les premiers mineurs étaient afrikaaners, qu’ont se le dise.

    Il faut garder à l’esprit que les français se sont établis en Afrique du sud bien avant les anglais, d’où les Eugène Terreblanche.

    http://mikesmithspoliticalcommentary.blogspot.de/2010/04/time-to-open-pandoras-apartheid-box.html

  15. justice La mémoire humaine est, elle, farouchement rebelle, totalement inaccessible, à l’hypothèse même d’une modification de son état ne procédant pas de l’ajout pur et simple. Ajout, ajouter, adjoindre, ad-jonc-tion, aucun moyen de faire autrement. Si l’on se souvient que le boulanger de notre enfance portait un chapeau bleu, Et que l’on se fasse administrer la preuve que ce chapeau était bel et bien jaune, Nous ne disposons d’aucun moyen opérationnel pour corriger ce souvenir. A fortiori, si le boulanger ne portait en définitive pas de chapeau, même impossibilité : la sup-pression du souvenir chapeau ne se peut pas . Cette différenciation entre Mémoire (humaine) et mémoires (électroniques) ouvre des perspecti-ves sans doute intéressantes (et pour l’instant encore vierges) dans les champs de réflexion liés à l’amnistie judiciaire, alors même que le problème de l’irréversibilité de notre mémoire est déjà relié par de nombreuses ficelles à la problématique de la justice en général : souvenirs, témoins se remémorant une situation, preuves d’un fait basées sur un témoignage, etc. Il est en tout cas satisfaisant d’observer que, par une très courte transitivité, irréversibilité et culpabilité se trouvent ainsi reliées, ce qui confirmerait [s’il en était encore besoin] le rôle écla-tant joué par cette dernière notion dans toutes choses ici-bas .

    • Je me souviens que l’instit portait une chemise grise lorsqu’il a tenté de me faire le cul
      C’était à l’école publique de G… en 70
      Vous croyez que la chemise avait des rayures ?
      P’tet bien, après tout…..

  16. Les afrikaners ont fait le coup des blancs du deep south lors de la période de la reconstruction. Ils ont pris le pouvoir après avoir été défaits en tant que peuple indépendant parce que les anglais ne voulaient pas le partager avec les xhosas, les zoulous ou les indiens (la conversion de Gandhi au nationalisme hindou en étant un des symptômes). Le pouvoir impérial britannique était tout aussi racialiste que celui des boers à ceci près que la vision du premier était planétaire et celle des seconds territoriale. En ce qui concerne l’établissement des « français », il s’agissait d’huguenots chassés du royaume par la révocation de l’édit de Nantes

    Kobus, vous auriez pu ajouter « l’instit était socialiste c’est comme ça que je suis devenu de droite »

    • Non, non, ça c’est venu bien après
      Disons que j’ai jamais regretté ces deux choix, ne pas me laisser enfiler par un porc et résister à la pression societale qui veut que si tu es jeune, si tu es fils de prof, si tu ne portes ni Lacoste ni Weston, ALORS tu doit être de gauche/accepter tout et n’importe quoi jusque et y compris les avances, geste à l’appui, d’un vieux pédagogue répugnant

  17. C’eût été un ratichon,c’est certain, j’aurais pas pu devenir athée puisque je l’étais déjà

  18. Vous êtes donc un athée qui ne pratique pas la sodomie, le pédagogue vous aura t-il détourné de ce rite, Kobus ?

    • certes
      enfin,je ne pratique pas de façon passive
      mais bon
      foin de tous ces souvenirs pénibles…en 1900,le jeune qui refusait de se soustraire aux exigences du cureton était taxé d’impiété,en 1970 celui qui refusait de se soustraire aux exigences de l’instit ou de l’éduc socio-cul était taxé de fascisme, en 2010 celui qui refuse de se soumettre à la drague du métrosessuel est taxé d’homophobe

  19. Quel rapport entre la sodomie et le métrosexuel, Kobus ?

    • aucun, j’eusse dû dire « l’homosessuel militant revendiqué »
      bref ,le fait d’avoir gardé ma rondelle intacte à l’âge de 9ans a peut être fait de moi (mais peut être pas) un momophobe acharné

      inexplicable reste le fait que je sois athée puisqu’aucun rat de sacristie n’a tenté de me la glisser ( en disant « fumez c’est ma bite, avalez c’est mon foutre » ,vous aurez reconnu la plume de choron )

      inexplicable aussi reste le fait que je sois a-républicon ou plutôt anarchiste honteux, genre anarchiste de droite qui sait qu’en dépit de tout, c’est dans les bras de l’état nounou qu’on peut se réfugier lorsque ça chie velu ( comme la suite va le prouver)

  20. Que voulez-vous Kobus, dans tout français qui se respecte, il y a un Bonaparte qui sommeille

    • Bonaparte tentait de pointer les gamins du primaire ?
      ho putain, l’ordure !
      encore une chose que j’ignorais…

  21. Pas le genre de Bonaparte, Kobus, de s’envoyer des gamins. Il préférait les chanteuses poitrinaires. Je faisais référence à votre anarchiste de droite. Soit c’est un Bonaparte, soit c’est un artisan geignard ou un paysan toujours à se plaindre que les temps sont durs. Le problème de la catégorie d’anarchiste de droite c’est qu’elle confond les deux figures


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :