Publié par : Memento Mouloud | janvier 8, 2014

La chasse au Dieudonné est ouverte

marsyas1

Dernière minute

Au terme d’une après-midi qui aura vu la justice administrative jouer du chronomètre, le juge des référés Bernard Stirn, du conseil d’État, a pris la décision en une heure, jeudi 8 janvier, d’interdire le spectacle de Dieudonné qui devait se tenir le soir même au Zénith de Saint-Herblain/Nantes. Plus de 5 500 personnes avaient réservé leur place pour le spectacle qui devait débuter à 20 h 30. Hier soir, plusieurs centaines de personnes massées devant la salle appelaient « à la révolte », criant « Valls, démission ».

Siégeant en urgence à 17 heures après avoir été saisi deux heures plus tôt par Manuel Valls, le magistrat du conseil d’État a annulé une ordonnance rendue à 14 h 30 par le tribunal administratif de Nantes et qui désavouait le choix du ministre de l’intérieur de faire interdire les spectacles de Dieudonné. Cette célérité tout à fait exceptionnelle de la part d’un magistrat du conseil d’État étonnait de nombreux avocats, jeudi soir. Le tribunal administratif avait en effet décidé de suspendre l’arrêté préfectoral qui interdisait le spectacle. Saisi par le ministre, le conseil d’État avait légalement 48 heures pour se prononcer mais il l’a fait immédiatement, voulant rendre sa décision avant le début du spectacle. Il casse l’ordonnance du tribunal et rétablit ainsi l’arrêté préfectoral d’interdiction.

Qui est Bernard Stirn ?

 

Ordonnance Bernard Stirn

Dieudonné ne se contente pas de ses spectacles. Il vend aussi à ses fans régulièrement relancés des DVD, des tee-shirts, des casquettes, des bonnets, des coques pour iPhone, des stylos, des tapis de souris, des mugs, des parapluies, des cendriers, un bric-à-brac de produits dérivés estampillés ou pas de la « quenelle » dont les prix s’étalent de 3 à 20 euros l’unité. Un espace abonnés à 4,90 euros par mois a aussi été mis en place sur le site officiel, aujourd’hui inaccessible.

Dieudonné est un capitaliste comme un autre. Un entrepreneur selon Newsweek. Il offre un espace de variations, le sien. Dieudonné est une équation différentielle.

Les enquêteurs d’Orléans auraient trouvé ce que faisait Dieudonné de cet argent : il l’envoie au Cameroun. Le comédien, qui doit 887 135 euros au Trésor public, a expédié plus de 400 000 euros au Cameroun depuis 2009, dont 230 000 pour la seule année 2013. A croire que l’humoriste ne croit pas à une transaction sympa avec le trésorier payeur général. Dieudonné n’est pas Lagarfeld, il n’a pas une cassette Méry dans ses affaires. Il ne négocie pas avec Bercy ses aménagements d’impôts.

Tracfin, le service de renseignements de Bercy, avait découvert des mouvements financiers suspects autour des comptes des proches de Dieudonné M’Bala M’Bala, et avait saisi le parquet de Chartres en janvier 2013 – les entreprises gérées par sa femme sont domiciliées à Saint-Lubin-de-la-Haye, en Eure-et-Loir. Or c’est sa femme qui a racheté cette propriété mise aux enchères, il y a environ un an, pour payer une dette fiscale de plus de 800 000 euros. La procédure avait été engagée par l’administration, qui lui reprochait de ne pas avoir payé ses impôts et contributions sociales sur plusieurs années.

Dieudonné a refusé de terminer sur la paille. C’est vraiment un infâme cachotier. Comme le disait Jean-Marc Ayrault de Depardieu le mordovien, ce Dieudonné n’est qu’un minable.

Subtil, Dieudonné avait organisé un Dieudothon. Il avait fait appel aux dons de ses fans. Dans une vidéo postée le 8 janvier 2013 sur son site, il s’était adressé à eux en ces termes : «L’administration m’en veut. Ils veulent ma peau. (…) Il va y avoir une mise aux enchères de ma maison que j’ai déjà payée et que je vais devoir repayer (…). Si vous voulez me prêter, cela pourra m’arranger. Si j’arrive à rassembler la somme de 550 000 euros, je resterai propriétaire de ma maison. Si vous êtes assez nombreux, on aura la somme. » Dieudonné remerciait, au passage, ses admirateurs de lui avoir déjà envoyé « 40 000 euros ». Et s’engageait à rembourser ses donateurs, après sa tournée au printemps suivant. On ne sait si cet argent a servi à sa compagne à racheter la propriété en question.

Les banques sont plus directes. Elles injectent des obligations pourries dans le circuit financier et quand celles-ci s’effondrent, elles attendent que le contribuable renfloue. Too big to Fall. Dieudonné est bien Big mais c’est juste de la gourmandise. Même si BHL a tendance à le grimer en Goebbels redivivus, Dieudonné reste ce qu’il a toujours été, une grenouille de talent qui voudrait devenir un bœuf doctrinaire. Un bœuf qu’on écoute. Ce qu’il cherche à être, à paraître, à incarner, ressemble à ce que cherchait Coluche : un habit de pouvoir, le dictateur du rire. Celui  qui n’a pour limite que son ébriété.

Selon le pseudo-Woody Allen (comme il y a un pseudo-Aristote), « C’est un très grand, si ce n’est LE plus grand humoriste juif au monde. L’autodérision sur les Juifs, l’utilisation des stéréotypes que l’on porte sur nous-mêmes ou que les autres nous renvoient, les thèmes abordés comme l’argent, le commerce, la religion et bien sûr l’antisémitisme. Bref tous les ingrédients sont là. Dieudonné est l’archétype même de l’humoriste juif et dans ce domaine c’est un très grand. »

Le pseudo-Woody Allen a pointé le syndrome Dieudonné. Se substituer aux juifs. On appelle ça se prendre pour le Christ.

Patrice Ollivier-Maurel, le procureur de Chartres, a confié en février 2013 une enquête préliminaire au groupe d’intervention régional (GIR) et à la police judiciaire d’Orléans pour « blanchiment », « organisation d’insolvabilité » et « fraude fiscale ». A croire que Dieudonné est du mitan.

Selon le site JSS News, « Dieudonné aime le cul ! Il loue d’ailleurs de temps en temps sa maison pour des tournages de films porno (2 en 2012). Le prix de la location est secret…  Mais on ne loue pas sa maison pour rien (et c’est sans parler du bateau dont Dieudonné est l’heureux propriétaire dans les Yvelines…) !.. Il faut dire que Noémie Montagne, sa compagne, connaît bien le milieu du X. Elle est d’ailleurs très amie (en fait, ils sont divorcés) avec Hervé-Pierre Gustave (HPG), une star du porno ! »

Hervé-Pierre Gustave dément. Le site doit confondre avec Pierre Harlaut,  un petit entrepreneur du porno. Propriétaire de la franchise de sextoys SMB Prod, il gère les boutiques en ligne de quelques-uns des plus gros sites français pour adultes comme Jacquie et Michel mais aussi du Tag Parfait ( * ), un webzine consacré à la culture porn et partenaire de StreetPress. Pierre est, en plus, à la tête de la société Izibiz qui édite une grosse dizaines de sites porno parmi lesquels « Salopes d’élevage », « Scarfesse » ou « Miss sodomie ». Son business model : acheter des vidéos en gros qu’il se charge de revendre sous des marques différentes. A côté de ça, l’entrepreneur a lancé une agence web Roxmedia qui bosse pour des clients prestigieux comme Orange ou Gîtes de France. C’est cette boite qui a développé le site « PornoQuenelle.com ».

Dieudonné a 3 (la Nouvelle République) ou 5 enfants (Metronews) avec Noémie Montagne. Le dernier s’appelle Judas. C’est déjà assez dur comme ça de porter un tel blaze. Les ennemis de Dieudonné en rajoutent à la louche. Il faut que sa femme soit une hardeuse, qu’elle soit pingre, qu’elle n’aime pas les arabes et par-dessus le marché, antisémite enragée..

D’un côté les officines sorties des latrines de l’insulte, de l’autre l’Etat. Dieudonné se trouve pris entre deux feux. Il en jouit comme un type qui se prend pour Jésus.

Les enquêteurs ont mis au jour plusieurs éléments désormais connus : la maison du comédien a bien été rachetée pour 501 000 euros par les Productions de la Plume, dont son épouse depuis juillet 2012, Noémie Montagne, 37 ans, est gérante. Elle possède quatre comptes bancaires. Une partie des comptes de ses proches aurait servi à transférer de l’argent au Cameroun. C’est la compagne de Dieudonné qui est donc au cœur de ce montage. Elle détient la moitié des parts sociales des Productions de la plume, la SARL qui produit les spectacles de Dieudonné. L’autre associée, depuis octobre 2011, est la mère de M. M’bala M’bala. Tout se passe donc en famille. C’est sa femme qui a déposé à l’Institut national de la propriété industrielle les marques « Quenelle + » et « Quenelle ». La première a vocation à être une « chaîne de télévision », selon Dieudonné, vraisemblablement sur le Web. La seconde, elle, aura pour objectif de commercialiser des boissons, alcoolisées ou non.

Créées en 2009, les Productions de la plume sont une société prospère. Selon les comptes déposés auprès du tribunal de commerce, entre fin 2010 et fin 2012, le chiffre d’affaires est passé de 837 000 euros à 1,8 million d’euros. C’est aussi une société très rentable, puisque dans le même temps le résultat net a pratiquement quadruplé, atteignant 230 290 euros en 2012 contre 62 000 en 2010. Tout cela à effectifs quasi constants (dix à onze personnes déclarées).

Dieudonné est donc un entrepreneur qui réussit.

Selon le site JJSNews dont les informations sentent la vase et le purin, la société Ewondo Corp Sarl a été créée le 11 janvier 2013 à Yaoundé et son directeur général serait Merlin M’Bala M’Bala, le fils de Dieudonné. Elle importerait, selon le ministère du commerce, « du lubrifiant depuis Dubaï », et son responsable légal serait Dieudonné lui-même. D’ailleurs, Ewondo est le nom d’un peuple d’Afrique centrale installé au Cameroun et dont Dieudonné est issu comme il est issu du peuple français et de son tissu intime. Aux dernières nouvelles sa compagne n’est pas noire, ni africaine, ni antillaise. Ses enfants, non plus.

Dieudonné fait peur parce que sa réputation est ternie. Aussi il faut s’en démarquer comme d’une injure un peu obscène.  Selon son ancienne productrice, Chrystel Camus, qui lui réclame 450 mille euros « il m’a menti. Il est faux et fuyant, vous seriez surpris, il est très différent de l’image qu’il donne de lui sur scène. Il promet une chose, il fait l’inverse. Et puis, il est totalement manipulé par son entourage, par sa compagne, Noémie Montagne, qui ne supporte pas les juifs, et par son frère, Benjamin Montagne. Dieudonné est leur petit pion, il les suit comme un toutou… Il doit de l’argent au Zenith, à son imprimeur, il nous doit de l’argent, il avait un contrat d’exclusivité, et il a fait trois séances ailleurs, sans rien nous dire… Je me demande où passe l’argent. La tournée a rapporté 3 millions d’euros, et pour sa copine, il n’y a que ça qui compte. Elle a un mépris total pour le public, qu’elle considère comme la vache à lait. Lors d’une tournée, Dieudonné avait même refusé de signer des autographes… quand son beau frère m’a montré l’affiche de son prochain spectacle, avec une croix gammée, j’ai pris peur. J’ai rappelé à Dieudonné que sa précédente tournée s’était bien passée, mais que s’il recommençait, il lui arriverait les mêmes problèmes et qu’aucune salle ne voudrait plus de lui. Je lui ai rappelé que c’est sur mon nom qu’il a pu faire sa tournée. Il m’a dit oui oui, il m’a fait des promesses, mais il m’a menti… En privé, j’ai personnellement entendu des choses horribles dans son entourage très proche : « Il faut les tuer [les juifs], ils n’ont pas assez grillé dans les fours … recevoir des menaces de procès si un journaliste ou une télé filme un extrait de Dieudo sur scène, je ne suis pas habituée à travailler comme ça…je sentais que j’étais comme un corps étranger dans le petit groupe qui l’entoure. Ils avaient peur que je lui ouvre les yeux. Benjamin Montagne, c’est un ancien carreleur, Noémie Montagne, elle était hôtesse, ils n’ont pas supporté que je sois capable de lui organiser une tournée. » 

La messe est dite, la monstruosité présumée de l’humoriste masque le cynisme minable et la médiocrité d’esprit de ceux qui le poursuivent. Avec de tels défenseurs, les juifs servent de paillasson à l’idolâtrie d’un système qui se sert d’Auschwitz comme d’un talisman. La chasse au Dieudonné apparaît dès lors en plein jour, comme le taureau dans la passe dite de Véronique, un rite d’exorcisme.

Le Monde / Première / Street Press / BAM / Dreuz Info


Responses

  1. Euh, la citation de Woody Allen, c’est un fake du Gorafi. Ca fait tache.

  2. Evidemment Xavier que c’est un fake, au même titre que les informations de JJSS News citées par le Monde ou les déclarations lacrymales de Chrystel Camus mais je trouvais que la fiction touchait juste. Cette place du juif, Dieudonné entend l’occuper. On ne voit pas que ce type est psychotique et grandement malade parce qu’il est suivi, il a son public, comme d’autres ont la Bourse comme terrain de jeu (et de Je évidemment). Vous pensez que je dois préciser : ceci est une plaisanterie ?

    En tout cas, merci

  3. Beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses.
    On s’aperçoit -je déconne, d’entrée- que le secret de l’enquête ou de l’instruction, c’est un gag.
    Que le fric quand il est chez dieudonné, ou au cameroun, c’est mal. Plus qu’au Quatar. Ou à Monaco. Vous avez noté ? Dans les débats (huhuhu..) sur les paradis fiscaux, monaco… jamais cité. L’atlantide des lessiveuses. Pourtant c’est pas la sidérurgie le noyau de ressource du… de… enfin de cette tache sur la carte, allez cet arrondissement de nice, on va facher personne.
    Tracfin pour Cahuzac ou le fils Fabius par contre…
    Un peu moins d’acuité le tracfin, petite baisse de forme. Le dossier du jour doit être tiré au sort. Aux dés.
    Et en plus le dieudo, il fait du fric avec le cul. Moi je pensais juste un demi-africain sur le sujet mais non, non. Lui, il palpe en plus. C’est le diable.
    Alors que les femen qui se foutent un poulet dans l’intimité pour un chèque de Soros, l’épouvantail de la cia, çà c’est cool.

    J’ai cru un moment que le mouvement était volontaire pour faire sortir du bois les rebelles au progrès et les sabrer, que c’était structuré, planifié mais rien qu’en regardant des productions propagandistes sur l’affaire cité ici c’est flagrant :
    Ils ne contrôle plus rien réellement.
    Des publications chargées d’appuyer la communication dont j’ai un souvenir respectable, je pense au Point, vous avez vu ce que c’est devenu ? Le site est encore pire. Je suis tombé sur un texte, disparu depuis sur l’autel de la transparence, celui ou ils avaient piraté le spectacle. Mais franchement le truc…même goebels était plus emphasé ou plaisant à lire.
    C’est pas une balle dans le pieds qu’ils sont en train de se tirer c’est le chargeur en remontant tout le corps.

  4. Oups désolé, tellement habitué de voir les fakes du Gorafi repris sérieusement, je n’ai pas réfléchi. 2014 commence bien. Bref.

  5. Ag, beau défilé sans même évoquer Valls : soutien/ami de Bauer, marié selon ses propres termes à Israël sans qu’on sache ce qu’il entend par là, tenant les roms pour des « gens pas comme nous » puis interdisant un spectacle sur le nom d’un pitre dont personne n’explique en quoi son show est explicitement antisémite ce qui revient à adopter en tout la logique du soupçon. Comme candidat à la succession de Sarkozy, sa place est assurée

    Bonne année à vous Xavier. Pour ce qui est de Dieudonné, j’aimerai assez connaître son audience en Iran

  6. Pour Valls, c’est « je suis éternellement lié à Israël par ma femme »

  7. Oui, oui. Mais là aussi les plans de com’ sur le long terme, çà commence a suinter.
    Ca avait commencé avec delanoé, sur M6, je me souviens du reportage fleuve :
    « Hum… moi ? Oh ben, oui, je vis simplement, un petit duplex, une petite réunion du ps par-çi un meating par là, je me contente de peu. Comment ? Hum, ah oui je me fais enculer aussi. Ben c’est plus trop un secret vous savez. Oui, normalement. Comme tout le monde. Pourquoi j’en parle ? Je fais avancer les…les mentalités. Je saute les tabous. Oui, aussi. Voilà. C’était sympa d’être passé, merci, au revoir. »
    Peu après candidature, élection, progrès, bonheur associatif, travaux débiles et hideux partout. Petite colère à la perte des JO, perdus « par des visites du soir dans les chambres d’hotel du CIO » (propos véridique, je le jure).
    Vu que c’est lui qui disait çà je me disait que les mecs l’ont mal pris quand il a fait mine de se tromper de chambre mais non non il parlait de négociation déloyale, de tricherie. Ce que disent les perdants quoi….
    Pour valls je ne crois pas que le terme mariage corresponde à quoi que ce soit. Pour la couleur de la cravate à celle du costume à la limite mais pas plus. On le même processus. Espagnol nourri au grain des young-leaders, fraîchement naturalisé, se trouve une passion pour la politique du pays d’acceuil. Ou hôte. Ou cible, on sait plus trop. Enfin la passion c’est beau. Surtout pour evry en particulier, burlesque et rieuse bourgade. On comprends le coup de coeur.
    Il apparaît de temps en temps, ici un débat, là un « dérapage » à base de blanco. Mais tranquille le dérapage. Il à le bon tablier donc il sort pas de la route. Avec ses diplômes, enfin sa licence d’histoire. Avec sa profession, conseiller en communication. Je sais. Moi non plus a part Machiavel, immédiatement, là je vois pas trop le rapport avec le cursus universitaire. Donc on le mets à l’intérieur puisque evry, j’en ai pas parlé, mais depuis c’est le paradis. Un singapour français. Histoire aussi de signifier aux éventuels copains aigris de la désignation que les rg ou leur version numérique Hadopi, c’est lui qui à la clef. Et le baton qui va avec, si besoin. C’est quelqu’un de conviction çà se sent. Pas parce qu’il transpire abondement sur les tribunes socialistes. Non. Il est ferme, efficace, rapide. Un coté terminator mais pour l’origine synthétique, pour s’infiltrer, destiné à berner les humains restants. Faudrait voir avec des chiens comme dans le premier opus, comment ils réagissent mais çà risque de pas bien être perçu.
    On a eu le coup pour belkacem aussi. Le précédent avait un pied de chaque coté de la montagne elle c’est sur chaque rive. Au cas ou. Même construction, même aptitudes, même assoc’ de potes américaine, même niveau de qualifications mais bon elle comme elle a fait du droit, elle sera à la communication. Je sais, je sais… cherchez pas !
    Il y en a un autre je crois tout juste sorti de chaine. Machin cyphel ou Cyphel machin. Franco-brésilien, forcement talenteux, sa gueule de plus en plus partout, omni-compétent…
    Les roms que vous citiez. C’est un exemple pas mal. Il joue au bonneteau. Un jeu ou les campements sont les cartes et les communes voisines le carton mais hé, là d’où ils partent les gens voient le résultat. Pendant une semaine. ou en retour de vacance quand ils découvrent le pav’ fracturé.
    Il est populaire, il est populaire.
    Il est populaire, c’est Bfm qui le dit. Pourtant partout ou je vais soit on en parle pas de ce type soit c’est pour cracher au sol après. Des micro climats sociaux dans les studios. Ou l’éclairage qui doit influer.
    Mais c’est vrai qu’il y a des « attachements » des réflexes qui sont curieux. Une maladie possible. Le truc de la vache folle ça pas été bien expliqué et avec ces conneries de lasagnes au poney…
    Faudrait demander à Fillon lui pour qui, premier ministre de la france, « la priorité numéro 1 était la sécurité d’israël ».
    Numéro 1 la priorité.
    Du premier ministre.
    Français.
    L’apparition de certaines figure aussi, je pense à klarsfeld, Halter, Atalli… Des mecs inévitables, omniprésents, plombés pourtant par de nombreuses conneries ou aux facultés douteuses, je pense au garde frontière qui veut plus d’immigration mais ici seulement.
    Et quand tout çà c’est dit dans un cabaret privé on a plus de moyen que pour l’affaire… Meric, tiens. Puisque l’autre il crêche encore avec les puces, au mieux, pour ce qui va droit vers une légitime défense.
    Ou cahuzac.
    On Nsa.
    Ou fabius fils.
    Ou lybienne.

  8. Tiens je tombe là dessus juste après :

    Très populaire.

  9. Si je voulais faire preuve d’anti-impostures – l’ on m’accuserait à coup sûr de judeo christiano islamo phobie ( par ordre d’arrivée), de sexisme, avec Sidharta en prime- et que j’en possède le talent ( ce qui n’est pas le cas, heureusement pour la littérature), c’est par le théâtre que je passerais
    Les personnages du scénario:
    Les « Héros »: Akhenaton / le président Schreber
    Le Choeur réduit : Socrate/ Epicure
    L’Oracle( sous forme d’un mendiant peut-être): Nietzsche
    Les « pythies »: quelques ménades gavées de vin et d’amanita muscaria
    Les Divinités: Freud, Themista, et une femelle bonobo
    Les personnages secondaires: Moïse, Christ, Mahomet, Bouddha

    Qu’en pensez vous Memento?

  10. Objection Irena
    N’oubliez jamais qu’une position thérapeutique n’est que rarement philisophique a priori.
    N’oubliez jamais également que ce sont les travaux des grands cliniciens français du XIXe siècle ( Charcot en tête) qui, à partir de l’hypnose clinique, et de renonciation au modèle organique de l’hystérie de conversion, ont mis à jour les déterminismes psychiques inconscients de leur patient(e)s.
    Quant aux neurologues d’aujourd’hui, « véritables scientifiques, » permettez moi d’en rire: ceux dont vous parlez sont plutôt des comportalistes-cognitivistes qui « jouent » à la science parce qu’ils alignent des grilles d’évaluation ou croient que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle constitue un théorie du psychisme, en oubliant qu’un tas de faits ne fait pas plus une science qu’un tas de pierre ne fait une maison; il est pitoyable d’entendre certains d’entre eux énoncer même que nos comportements « moraux » sont « naturellement sélectionnés par l’évolution »..pitoyables pitres conditionnés par le chiffrage.

    Vous parlez du savoir des fous…..hmm hmm
    Certes, « l’artiste est le frère du fou et du criminel », mais le fou peut-être un criminel dangereux, surtout au sens spirituel: les deux « fous » que j’envisage comme « héros »( Akhenaton et Schreber) sont précisément de cette trempe, ayant suivi la route d’une dépersonnalisation suivie d’une reconstruction démente extrèmement similaire, inguérissable puisque leur démence psychiatrique est leur mode de guérison.
    La démence du premier eut, au final, une dimension prophétique, mais la folie, la vraie, est toujours « hubris » mortifère

    • Irena, je ne suis pas psychologue, mais, sans en donner les détails de type « jouer à touche diplôme » j’essaie de ne parler que de ce que je connais bien, voire très bien, sans prétendre à une expertise universelle bien entendu.
      Je n’ai aucune leçon à recevoir en matière de ce qui est science et rigueur scientifique; d’ailleurs, comme toute création, la science est faite de beaucoup d’affect, d’instinct: les obsédés du chiffre sont en général des paresseux intellectuels ou des bornés qui n’ont toujours pas compris que l’adage « connaître c’est mesurer » ne signifie en rien « mesurer c’est accumuler des chiffres »: on les dénomme « statisticiens ».
      Je n’ai aucun exemple d’une découverte scientifique fondamentale qui aurait été issue d’une statistique; le chiffre doit rester un « dégat collatéral » de la pensée scientifique ( regardez d’ailleurs le très faible nombre de constantes fondamentales, chiffrées, elles, permettant de quantifier la manière dont s’imbriquent les pierres de la nature).

      « Mesurer », c’est avant tout ( et c’est très difficile) fabriquer une métrologie, une grille de lecture, une théorie de la mesure.

      C’est d’ailleurs la révolution géométrique grecque qui introduisit une théorie de la mesure ( mesurer la terre, le monde, tel est le sens du mot géométrie) purement démonstrative et dégagée de chiffrages particuliers à tel ou tel cas: aucune culture, si ce n’est la Grèce, ne connaissait le théorème de Pythagore ausens d’un théorème, et non de recettes d’architecte.

      Sur Akhenaton et sa psychose ( paranoïa) il n’est que d’assembler ce qui est tout simplement visible au musée du Caire, (ainsi que les textes et correspondances administratives de cette époque): vous y avez le delire d’influence ( solaire c’est à dire paternel) ,la théorie du genre ( Akhenaton ne savait visiblement plus s’il était homme ou femme, ce qui est compréhensible étant donné sa pathologie déficitaire pituitaire et ses conséquences physiques), se voulant créateur d’une neo humanité  » à son image » Akhenatonienne ( stèles sur lesquelles son épouse et ses filles sont représentées avec les mêmes difformités que lui).
      Schreber en est, à mon avis, la copie pratiquement conforme.
      Des personnages de ce genre se « guérissent » eux mêmes par le délire chronique, mortifère pour les autres lorsque ce sont des personnages de pouvoir: voyez nos oligarchies ( qui comptent également des pervers et des hystériques très aptes à relayer les délires psychotiques), calculateurs impitoyables et dictatoriaux, ne rèvant que d’une neo humanité indifférenciée ( l’obligation de mélange n’étant qu’un moyen de parvenir à ce fantasme: l’obligation de diversité comme postiche du clonage uniformisateur; c’est très fort mais il y a beaucoup de fous adaptés très intelligents).

      Comment les reconnaître?
      Très simple. Le clampin moyen pense en termes personnels, approximatifs, subjectifs.
      Le fou psychotique pense en terme d’espèce, (car que lui importe sa propre mort si l’espèce survit;).Modulation actuelle du message paranoïaque: « quelle terre laisserons nous à nos enfants? »( très fort, car ainsi le fou dirigeant force le clampin moyen à s’identifier à lui ou elle)

      Remarque: aucun des personnages que j’envisage dans ma tragédie imaginaire n’est, par lui-même, un imposteur; les divinités, comme toujours, sont finalement impuissantes; l’oracle n’est pas cru; le choeur réduit est l’interprète des événements en cours et à venir, les ménades sont l’archaïque……

  11. La phrase de Valls est explicite, il tient le mariage pour un sacrement éternel donc il a une conception substantielle de l’âme, celle de saint Thomas. Je doute qu’il le sache mais c’est le sens de sa phrase. Ensuite il est persuadé que la généalogie biologique est équivalente à la substance de l’âme ou que le « sang » est le substrat de l’âme. On bascule donc dans une sorte de racialisme implicite. Enfin, il suppose qu’une alliance contingente est équivalente à l’Alliance spirituelle entre Dieu et Abraham, je vous laisse en tirer la conclusion.

    Ag, je vous propose une hypothèse. La manière Sarkozy consistait à occuper tout le terrain parlementaire, être à la fois de gauche et d’extrême-droite, étouffer l’adversaire, lui imposer la course du lièvre et du suivisme, le laisser dans l’agression et l’indignation béate. La gauche de gouvernement a adopté la même tactique. Valls laboure les terres de droite tandis que Taubira occupe le terrain, à gauche. A mon avis, Valls s’est un peu emmêlé les pinceaux s’il vise le fauteuil présidentiel puisqu’il n’est pas dirigeant de l’UMP. En revanche s’il entend continuer une carrière ministérielle ou d’opposant parlementaire, ça peut se faire. Il incarnera l’aile droite du PS. En revanche Taubira a une probabilité certaine de se retrouver au premier plan en 2017 parce qu’Hollande sera littéralement lessivé et qu’elle ne trouvera aucun adversaire sur sa gauche, ce sera totalement verrouillé.

    Je vous suis parfaitement Hippocrate, la méthode clinique a ouvert la voie à une enquête sur le psychisme humain qui n’a strictement aucun rapport avec le comportementalisme, la morale grégaire ou le nouvel idéal scientifique de transparence complète. Quand j’entends causer le petit darwinien ou qu’apparaissent des notions telles que celle de circuit du plaisir, je conçois la nullité absolue d’une telle pratique scientifique. La psychanalyse est inséparable d’une éthique et d’une rupture avec le romantisme du « Je » génial et créateur ou du Fou qui enseigne. De plus la psychanalyse est l’envers de tout le sublime chrétien du XIXème qui est une variation délirante autour d’un évènement essentiel, « Dieu s’est tu ».

    J’aime assez votre casting, vous verrez que dans mon Empire du sexe, une sorte de feuilleton, ces personnages (peut-être pas tous mais une bonne partie d’entre eux) apparaissent à chaque tirage alphabétique

  12. Chère Irena
    Ce qui est néanmoins parvenu clairement de l’Antiquité egyptienne concernant Akhenaton, outre son iconographie, c’est
    – son universaliste pacifiste et « transnational »
    – la seule intolérance religieuse connue dans l »Antiquité: destruction systématique, idéologique, de l’ancienne religion nationale égyptienne; substitution de religion
    – la qualification d’Akhenaton comme « le grand criminel » après sa disparition
    – la « déréliction » que ce Pharaon à entraîné pour l’Egypte ( crise économique grave, refus de défendre les frontières par « pacifisme » etc…)

    Quant à ce qui est visible dans les musées ( celui du Caire en particulier) et dans les tombes akhénatoniennes, concernant les représentations du Pharaon et de sa famille…c’est aussi parlant que le nez au milieu de la figure……pour qui veut bien faire primer la raison ( grecque?..) sur le charisme des icônes: ce pharaon évoque pour certains une curieuse image , mi paternelle-mi maternelle; la réponse habituelle des guides archéologues ( enfin, soit disant archéologues) est que ce pharaon, sous forme symbolique, était à la fois homme et femme et que certains suggèrent même que ce serait le premier prophète ( je l’ai entendu, sussuré, par un guide musulman profondément croyant, à la a limite du mysticisme à mon avis) : les pauvres, ils ne saisissent pas la portée réelle de ce qu’ils disent; quant aux rayons solaires prolongés de mains………..pensez à la phobie des ondes, des antennes relais, et autres « machineries » agissant à distance directement « dans le cerveau »……soit disant

    Seulement quant il s’agit d’un Pharaon, celà suscite « stupeurs et tremblements  » , alors que pour une pauvre épave au coin de la rue avec les mêmes délires….

    Attention que touche t’on ici, ou plutôt que ne faut t’il pas toucher? L’ancêtre des ancêtres du Livre? L’histoire réelle finalement?

  13. la seule intolérance religieuse connue dans l »Antiquité »

    Oui, la seule historiquement connue, dans des temps où la règle ( y compris en Egypte) était: chacun ses dieux; ça n’empêchait pas de s’exterminer ou de se « foutre grave » sur la figure, mais le prosélytisme de croyance, la conversion des esprits, le « mon panthéon est mieux que le tien donc tu vas l’adopter.. » la religion akhénatonienne en est la seule trace connue.
    Et plus encore, il s’agissait de convertir de force son propre peuple; l’erreur d’Akhénaton a été de « mettre en veilleuse », au nom d’un Dieu unique ( la divinité solaire princeps existait dans la religion d’Amon, mais coexistant avec les autres) , un dieu capital au yeux des égyptiens, et surtout du petit peuple ( qui lui, en général, ne s’encombre pas de subtilités théologiques): le dieu Osiris et sa promesse de vie après la mort……
    A noter que l’absence de paradis ou d’enfer se retrouve dans le judaïsme……

    Sur l’androgynie ( rappelons que la perception des deux sexes chez les petits humains n’est pas un phénomène inné, est met un certain temps à se constituer, sur la base, d’ailleurs, de la perception des différences anatomiques entre femme et homme): la « bisexualité » fondue dans le même corps n’a rien de bien nouveau, mais, et j’insiste là dessus, « bi » veut dire « deux ».
    Jouer avec ou douter de sa masculinité ou de sa féminité est quelque chose de banal, pour qui veut bien un tant soit peu s’écouter… mais il ya toujours « deux »

    Dans le cas de grands psychotiques ( lire Schreber, qui l’écrit explicitement, et c’était un brillant intellectuel) , il s’agit d’une impossibité de différenciation (Schreber devient la « femme de Dieu » destiné à engendrer une humanité schréberienne ): il n’ y a là plus aucune possibilité de distinguer le caractère dual des sexes: c’est pourquoi que les sources de la « théorie du genre » ne sont pas un simple jeu hystérique sur la pondération des deux sexes psychiques au sein d’un même corps, mais une psychose indifférenciatrice………et évidemment stérile…

    La célèbre statue d’Akhenaton n’est pas celle d’un androgyne

  14. L’exhumation de la dignité humaine dans la décision que, je crois, vous ‘linkez’ me semble bienvenue, elle m’a toujours paru comme un beau concept fait de hauteur et de maintien à destination du peuple, tout n’est pas possible

  15. Roulezjeunesse, vous avez raison, autant le Conseil d’Etat fut des plus prudent dans l’affaire de l’arbitrage Tapie/Crédit Lyonnais, autant ce recours à la notion de dignité humaine ouvre un sillon nouveau dans le droit administratif français. A mon avis, presque infini, bravo Mister Stirn

    D’après ce que j’ai lu Hippocrate, peu après sa mort en 1338 av J-C, suite à 7 années de règne, son nom fut rayé de la liste des rois et tous les bâtiments, images et inscriptions qui lui étaient liés furent détruits. On l’a donc redécouvert au XIXème siècle. Le bonhomme, Amenhotep IV, détruit le culte ancien pour lui substituer celui d’Aton. C’est un geste proprement révolutionnaire. Il part de la non-nécessité des cultes traditionnels et leur substitue le possible d’un culte monothéiste. Seulement cette révolution est menée d’en haut. Il est à remarquer qu’elle est précédée par les grandes enquêtes sur le passé menées sous le règne d’Amenhotep III (anciennes annales retrouvées, recherche du tombeau d’Osiris à Abydos).

    Architecturalement, il fait tailler des blocs de grès de petite taille et impose un style décoratif plus « réaliste » (d’après le graffito de son chef sculpteur Bak). Il édifie sa capitale Akhetaton (l’horizon du disque). Il s’agit d’un cirque de montagne vierge. Un cimetière est consacré au taureau Mnévis (donc on reste dans la masculinité). Lui-même est le Taureau puissant aimé d’Aton, Akhenaton, « agréable à Aton » (là on a clairement une part féminine inscrite dans la Titulature). Il hypostasie son nom dans le Disque et se substitue à Osiris jusque dans la statuaire qui le représente en colosse. S’il ne participe pas aux guerres proche-orientales il se fait représenter (et sa femme Nefertiti de même) en train de massacrer ses ennemis. Il rattache les biens des temples à la Couronne, ce qui provoque la destruction de l’économie traditionnelle.

    Aménophis ferme certains temples, détruit les images des dieux, fait arracher leur nom et interdit leur culte notamment les processions liées à une sorte d’épiphanie des dieux sous la forme de l’exhibition de leur statue dans la ville. Il a fermé la voie de l’au-delà. En conséquence il met un terme, du moins il suspend l’ordre social et cosmique. Aussi il introduit la langue démotique dans les textes officiels et permet une variation des styles d’expression. La statuaire se fait plus charnelle, comme si la mort travaillait les corps représentés. Les scènes « quotidiennes » apparaissent. La cacophonie déclenche la panique. On a retrouvé ce graffiti, « Tourne toi vers nous à nouveau, ô maître de l’éternité / tu étais là alors que rien n’existait encore / et tu seras là lorsqu’ils verront la fin / Tu me fais voir les ténèbres que tu donnes / Eclaire-moi, que je te voie ».

    La reine Néfertiti est mise à l’écart, puis meurt. Sa fille, Méritaton, la remplace auprès de son mari dans les cérémonies officielles. Dès lors, Akhenaton radicalise sa révolution. Parallèlement les hittites attaquent la Syrie, ce qui entraîne une épidémie de peste. L’hypothèse de Jan Assman c’est que la conjonction de la théoclastie d’Aménophis et de la peste déclenche une culpabilité traumatisante parmi les égyptiens. L’idée obsessionnelle qu’une faute, presque irrémédiable, a été commise.

    Pour ce qui est du lien avec le judaïsme vous avez la remarque d’Arthur Weigall qui constate que le psaume 104 est la traduction du grand hymne d’Akhenaton et bien sûr Freud qui transforme Moïse en adepte de la religion d’Aton. Plus singulier Manéthon narre une histoire qui mêle lépreux et juifs, référence à la période amarnienne et à l’expulsion des hyksos. Dans ce récit, le pharaon demande à voir les dieux. Aménophis le sage lui répond qu’il doit purifier son pays des lépreux. On les contraint à des travaux forcés. Aménophis comprend que c’est une faute qui sera payée par la domination des lépreux sur le pays, lépreux aidés par un peuple étranger. Il rédige sa prophétie par écrit et se suicide.

    Les lépreux forment une colonie et Osarsiph devient leur législateur. Il leur prescrit de ne pas s’adresser aux dieux, de n’avoir aucune relation avec ceux qui n’appartiennent pas au groupe. Osarsiph fortifie la ville et appelle les hyksos à le rejoindre. Le pharaon renonce à combattre, fait le rappel des animaux sacrés et fuit en Ethiopie après avoir caché les images sacrées. Osarsiph qui domine le pays, par la Terreur, durant 13 ans, devient Moïse. Enfin Aménophis et Ramsès reviennent et le règne des lépreux s’achève. Dès lors l’ennemi religieux est associé aux asiatiques en général et aux juifs en particulier.

    • Bonjour Memento
      De fait, le prêtre historien Manéthon fait d’Osarsiph,un prêtre d’Heliopolis, Moïse, à une époque où, remarquons le, il n’existait nulle animosité particulière envers les Juifs (3e siècle avant JC).
      Sur le thème d’une épidémie de peste qui aurait « confirmé » qu’un grave péché aurait été commis, et sans exclure l’hypothèse épidémique réelle, j’ai l’impression de retrouver une récurrence quasi habituelle en l’espèce où maladie , catastrophes agricoles, stérilité du ventre des femmes etc..sont la conséquence collective, « civique », d’une grave offense, de nature religieuse, commise par un seul ( la « miasma » de grecs);
      Sans vouloir surinterpréter, je remarque le « meurtre » spirituel du père Divin Amon, associée à ce qui semble avoir été une sorte de cosmopolitisme universaliste voulu par Akhenaton ( incluant une grande ouverture à des populations que l’Egypte traditionnelle, échaudée par de multiples invasion ou tentatives d’invasions considérait comme une « peste asiatique » ) peut aisément constituer le creuset mental où la bisémie du mot « peste » peut s’imprimer.

      • Ce qui est aussi très frappant c’est l’usage de l’akkadien à la cour des pharaons. D’ailleurs les tablettes retrouvées sont écrites en cunéiforme et non en hiéroglyphes. Il s’en suit que l’akkadien était la lingua franca du Moyen-Orient et les hiéroglyphes une langue sacrée propre à l’Egypte, donc provinciale. Je note aussi qu’Akhenaton nommé Naphura sur les tablettes, mène sa révolution théoclastique au moment où les hittites reconfigurent toute la région autour de leur imperium. Pour ce qui est de la concrétion entre la peste et l’invasion asiatique, elle me semble des plus usuelles puisque dans les langues indo-européennes on dit des nouveaux-nés qu’ils sont comme la rosée, d’un côté la pestilence, l’étrangeté, l’invasion, de l’autre la pluie fécondante, le sperme, la naissance.

        Sur l’encyclopédie d’El Amarna : http://www.specialtyinterests.net/eae.html#nr

  16. Pour vous répondre à tous les deux ici et plus haut et entretenir un peu la conversation,
    Memento je ressens comme une pointe ironique d’amertume lorsque vous constatez, au fond, que le juge fait absolument ce qu’il veut : condamner à 5 ans d’emprisonnement un voleur de sandwich et relaxer Dassault aviation. ça il n’y a pas grand chose à y faire en l’état à moins de faire élire les juges ou bien d’introduire une sorte de « référé législatif » comme il en existait pendant quelques temps à la révolution, l’on déférerait systématiquement les arrêts des cours suprêmes au parlement. Mais le problème se déplacerait mécaniquement et deviendrait le bon vouloir du législateur.
    Irena, mentionner un mot dans une décision c’est tout de même le commencement du droit, à tout le moins si l’on considère que le droit est un système de signes (et que la décision juridictionnelle est rendu par une autorité qui compte). Il n’est pas du tout dit que la CEDH censurera l’arrêt du Conseil d’Etat. Si vous voulez de la sémantique, il faut s’intéresser au sens que donne le juge du conseil d’Etat à ce terme. Je ne vois pas quel rapport il y a avec la théologie (qui m’intéresse assez peu du reste). Dire que le droit n’a rien à voir avec la théologie c’est sûrement une vérité, dans une limite qui serait académique/disciplinaire.

    • Pour reprendre vos deux exemples Roulezjeunesse, l’ordonnance de Monsieur Stirn aura cette vertu qu’elle ne permettra sûrement pas de condamner un voleur de sandwich dès lors que sa pauvreté est absolument contradictoire avec sa dignité et qu’elle motive son geste, en revanche, elle permettra de condamner le voleur de sandwich dont la motivation était, disons, ludique ou purement hédoniste voire capricieuse. Quant à relaxer Dassault aviation, le Parlement fait beaucoup mieux, il immunise Serge Dassault d’un côté et le gouvernement finance le Rafale de l’autre (rallonge d’un petit milliard d’euros) mais le Conseil d’Etat déboute d’avance tout contribuable qui voudrait s’en plaindre. Enfin, il y a beaucoup de théologie dans le droit mais sécularisée, il y aussi une certaine sémiotique en ce sens que le juge émet un verdict au nom de deux absents, le peuple et la justice.

  17. malheureusement si le présupposé d’un raisonnement descriptif et vrai de la décision n’est pas la dignité de la personne mais la liberté du juge, le conseil d’Etat pourra bien entendu condamner le voleur (agent public) de sandwich peu importe sa dignité.
    la pauvreté n’est pas retenue comme critère de dignité de la personne, en revanche il y a des choses qui y ressemblent comme les conditions de détention (condamnation d’Etats pour non respect de la dignité de la personne dans le cas par exemple de soins médicaux forcés sur un détenu)
    sans garantie aucune, il est cela dit improbable que cette dignité soit infinie; un moyen de l’expliquer pourrait venir de l’économie du droit : l’utilité individuelle que le juge stirn a recherché en prenant cette décision ne s’obtiendra plus dans une série de décisions étendant à l’excès le champ de la dignité

  18. cela dit, la pauvreté indigne serait une bonne idée, il n’est pas dit que les supermarchés l’acceptent ^^

  19. J’en doute aussi, mais je crois que le conseil d’Etat en viendra à rétropédaler avec une force rare à propos de cette notion de dignité

  20. « Dignité humaine » est comme « Res publica »: une expression suffisamment vague pour tout contenir, c’est à dire vide de sens si elle n’est appuyée sur un mythe partagé( analogie physique: l’entropie maximale)
    Il me souvient d’un ami avocat auquel j’avais proposé l’étude suivante: inventorier, à son choix, les arrêts des hautes cours, dans lesquels l’argument de « dignité humaine » constituait le fondement du jugement.
    Dans une deuxième étape, il devait dresser une liste des situations particulières correspondantes, et en dégager la structure « axiomatique »
    ( Parfois, de bonnes « statistiques descriptives » mettent les idées au clair)
    Ce qu’il en est ressorti est la chose suivante: la « dignité humaine » est ce que les hautes cours décrètent être telle.
    Aucune définition, ni même une manière de cerner cette notion par défaut, en creux, n’est vraiment apparue.

    Autant le sentiment personnel de dignité et d’indignité me paraît universel ( et fortement modulé par les prescriptions culturelles) , autant la « dignité humaine », qui n’admet d’ailleurs aucun pendant « indignité humaine »( on préfèrera parler de « monstruosité » , alors que le mal est « banal », merci Annah) me semble une de ces forces « supranaturelles » sensées règler la morale civique: il y a bien de la « théologie » la dedans, mais au sens d’une basse démonologie qui réduirait toute maladie à l’ensorcellement.

  21. Ce qui m’intéresse dans cet arrêt c’est qu’il déborde l’intention du brave Stirn mais aussi les frontières de l’Etat-Nation. C’est un symptôme


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :