Publié par : Memento Mouloud | janvier 13, 2014

(micro)-Regains (néo-pétainistes)

Pétain-Sarkozy

2010, dans un petit village du Morvan, Mouron-sur-Yonne, 99 habitants. C’est un coin perdu entre Auxerre, Dijon et Nevers, juché en lisière d’un parc naturel. En 2009, des jeunes décident de reprendre l’ancienne tuilerie, un bloc de bâtiments délabrés. Leur objectif : animer un lieu mettant l’accent sur la convivialité et le grand air. L’endroit est nommé « La Desouchière » par ses partisans, la maison des elfes pour les zôtres. Plusieurs piliers du lieu sont issus du Bloc identitaire, l’une des composantes de la nébuleuse de la droite radicale qui s’étend des royalistes aux néo-nazis. Ils concrétisent ici la volonté fantasmée de vivre « au cœur du Morvan, en vieux pays celtique, là où de tout temps une rude race a vécu avec ténacité et indépendance ». C’est le regain de Jean Giono qui recommence avec une empreinte Signal affirmée.

Il s’agit aussi de faire la nique aux tarnaciens et autres méchants gauchistes ruraux.

L’implantation fait des petits. Une nouvelle structure émerge début 2011. Il s’agit d’une Amap (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) de l’agglomération dijonnaise. Elle s’illustre par la promotion du terroir d’antan et propose les « paniers grevelons », un assortiment de produits locaux frappés du blason bourguignon. Cette association, le « Cercle Vincenot » (en hommage à l’écrivain régionaliste) est un pseudopode de la Desouchière, avec des membres formés au sein de cette dernière et poursuivant les mêmes desseins. Même le boulanger qui venait de s’installer était arrivé par ce biais.

L’histoire se répète près de Besançon, où trois membres de la Desouchière puis de l’Amap de Dijon s’installent à la Caborne, du nom d’un habitat typique de la Franche-Comté. La boulangerie et des locaux annexes servent de point de ralliement. Des activités sportives et culturelles commencent à attirer la population. Un potager et des vignes sont en projet. Un petit blog au nom de l’association valorise le terroir, l’éthique alimentaire, l’amitié autour d’une bonne table. Mais la Caborne est mise en veilleuse après que le pot aux roses est dévoilé.

Une association nommée Des racines et des Elfes recueille les dons et organise des actions de soutien. Elle « met en place des solutions alternatives positives, constructives et fortement enracinées dans les domaines qui touchent de près ou de loin à la sauvegarde et à la transmission du patrimoine des peuples d’Europe. » On se revendique « Européens, libres, fiers, enracinés et solidaires », on évoque « l’essence authentique et historique du peuple de France », on vante la « restauration de l’âme véritable de ce sol (âme celte, franque, gréco-latine, et slave) », on vend un calendrier pour voyager « au cœur de la France éternelle ».

À « la Desouchière », on envisageait la prise de la Mairie par simple bascule démographique. Le montage immobilier et financier prévoyait le rachat d’une partie significative des habitations du village, en jouant sur la décrépitude des propriétés et le vieillissement de la population locale de bouseux sans conscience « nationale ».

On peut citer comme autre structure, le « Réveil de la Vivre », créé en Bourgogne. Selon ses promoteurs, V.I.V.R.E. est l’acronyme de « valeur, identité, vérité, résistance et espoir ». Ils devaient trouver un local et tenter une expérience de culture biologique en autonomie. Le site Internet du projet relaie des vidéos du Renouveau français (contre le mariage pour tous) ou des articles issus de la revue Eléments. Le projet est en stand-by, le survivalisme et l’établissement en Moisiland ne s’envisagent pas si facilement dès lors qu’on cultive quelque ambition.

Encore active, l’association Racines charnelles, située en Rhône-Alpes. Un blog du même nom relaie les appels à soutenir la « maison des elfes » de Mouron-sur-Yonne, entre des autocollants prônant la légitime défense, le slogan « national, social et radical », ou des extraits des textes rivaroliens de Pierre Vial.

On peut aussi citer la Ferme du Bout du Monde située en Haute-Loire, Retour à la Terre dans l’Allier pour un « ré-enracinement », une antenne des « Vlaams Huis » (maison flamande) à Lambersart dans le Nord, animée par d’anciens membres du FN et plus récemment Jeune Bretagne (issu du Bloc identitaire) qui a acheté pour 330 000 € une bâtisse pour en faire un « centre des identités » nommé « Ti Breizh ». Ce projet semble cependant avoir du plomb dans l’aile puisque Jeune Bretagne cherche à revendre la maison pour financer la création d’une web-TV nationaliste.

Activisme kitsch et combat pour une identité inconsistante, les néo-elfes semblent se perdre derrière les contours de cette porte ouverte dont les celtes disaient qu’elle était la zone de contact avec le monde des morts.

Toufik de Planoise / Lutopik / Basta / BAM


Responses

  1. que le nabot magyar soit la réincarnation du maréchal pét’hain ( mon père me racontait que les goumiers à qui leurs sous off’ avaient dit « à partir d’aujourd’hui vous êtes tous les enfants de pét’hain » , les goumiers donc avaient répondu « antanssion sidi sirjent , nous ni somm’ pas des enfants d’putain ») , quoi d’étonnant ?
    pét’hain, le protecteur de l’Afrance
    choisi et désigné par les rad-socs !
    la seule nuance ,c’est que sur le thème de la grande protectrice, sarko se faisait bouffer la laine sur le dos par zigoulaine royale ( royale ? quel nom stupide en ripoublique….quoique….pas tant que ça ) qui déclara , 2 jours avant sa défaite « votez pour moive, je suis une bonne présidente, je vous ferait pas de mal » ( le même genre de recommandation que l’on fait avant une sodo consensuelle « détend toi, tu sentiras rien »)

  2. Le type qui avait rédigé le discours sur la Terre qui ne ment jamais c’était Emmanuel Berl, le keumé de Mireille et accessoirement un juif de la cour Pétain. C’était aussi l’ancien directeur de l’hebdomadaire majeur du Front Populaire, Marianne. La gauche aime bien effacer cette tare pacifiste parce qu’elle a habillé le maréchal d’une auréole de protection républicaine (le fameux mythe du général qui économisait la vie de ses hommes sur le front). Le vieillard était très pratique pour ne pas diagnostiquer une défaillance collective


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :