Publié par : Memento Mouloud | mai 5, 2014

Le trait antisémite-humanitaire-de gauche d’Aymeric Caron (l’homme meurtri)

Hermann Göring

Alexandre Arcady affirme qu’Aymeric Caron a déclaré qu’on pouvait comprendre [la montée de l’antisémitisme] “parce que des soldats israéliens tuaient les enfants palestiniens. Imaginons déjà comment cette phrase peut être terriblement provocatrice mais la chose la plus extravagante c’est qu’on parle d’un crime antisémite en France, d’un jeune garçon français et que ce monsieur vient comme ça placer des affirmations d’un antisionisme » virulent « d’une façon caricaturale…Je pense que ce sont des raccourcis qui peuvent perturber certains esprits un peu faibles, ces bras cassés qui ont entendu ou regardé une vidéo” et exécuter quelques quenelles. “Ce qu’a fait Aymeric Caron, c’est de la désinformation parce que ce sont des raccourcis absolument abjects”, a-t-il précisé ajoutant que le chroniqueur n’en est pas pour autant antisémite mais seulement antisioniste, caricatural et abject, comme quoi le mot et la chose sont toujours sous le régime de la séparation de corps.

“Faut arrêter avec ça. Qui a vu des propos choquants ? Arcady déforme les propos de Caron dans une séquence qui a été coupée. Point” affirme Laurent Ruquier sur Twitter. “Qui oserait m’accuser moi ou Aymeric Caron d’antisémitisme ?… C’est Alexandre Arcady qui a été choqué et souhaitait couper cette séquence ! Pour finalement aller la raconte à sa façon ensuite…Un comble d’être accusé après ce qu’on a fait pour ce film et la mémoire d’Ilan Halimi qui ne mérite pas ce genre de polémique “, ajoute le célèbre actionnaire de toutes les bonnes causes et grand amoureux des trésoriers payeurs généraux.

Le dialogue, coupé au montage par la production, portait sur le meurtre d’Ilan Halimi. De fil en aiguille, la conversation aurait dévié sur l’affaire Merah jusqu’à ce qu’Aymeric Caron, fiches à l’appui, et sans alcool ni cocaïne, évoque la question des enfants palestiniens victimes des violences de Tsahal car depuis les accusations médiévales de crime rituel il est connu que les juifs tuent les enfants des zôtres avec plaisir voire pour des raisons strictement religieuses. Les statistiques morbides d’Aymeric Caron sont interprétées, par certains, comme une justification des violences antisémites en France, qu’il s’agisse de quatre des sept meurtres commis par Mohamed Merah en mars 2012, ou encore de la torture puis de l’assassinat d’Ilan Halimi par le « gang des barbares » en janvier-février 2006. Ruth, la mère d’Ilan Halimi, a pris la parole pour exprimer son amertume envers de tels propos.

L’émission « Salut les Terriens », diffusée samedi soir, a donc invité l’ami Aymeric pour qu’il émette une autocritique publique. La séquence était intitulée de manière nuancée : « Antisémitisme ? Caron s’explique ». Face aux interrogations de l’inusable membre du comité central de l’Empire du Bien, Thierry Ardisson, le contempteur de la droite bobard s’est fendu d’un « à aucun moment dans cette séquence, je ne justifie l’injustifiable, l’innommable, à savoir le meurtre d’un Juif, la torture et le meurtre d’Ilan Halimi qui est inexcusable ». Après cette avalanche de préfixe en « In » qui signalent souvent une incapacité à poser et se poser de bonnes questions, le bon Aymeric est revenu à son nombril.

Il s’est déclaré « meurtri ». « Mon dernier livre, c’est justement un cri contre la montée du racisme, que ce soit l’antisémitisme, l’islamophobie », s’est-il indigné. De fait, Aymeric Caron justifie moins les actes antisémites qu’il ne déclare sa haine pour un métier de saltimbanque où les mots, littéralement, flottent et ne veulent rien dire. Il perçoit bien qu’à l’approche du mot juif et des juifs, quelque chose décroche dans l’irréel et cet irréel, ce bouchon dérivant à hauteur du collecteur d’opinions, c’est lui, Aymeric qui se sent très faible et aimerait bien se sentir moins vide, donc accompagné dans sa petitesse. A ce moment-là, Aymeric a une pensée émue pour Mohamed Merah au prétexte que le djihadiste aurait touché le réel en mettant à mort des enfants juifs pris au hasard d’une entrée d’école alors que lui ne touche que le compte Twitter de Laurent Ruquier et son insignifiance prolongée. C’est là sa seule meurtrissure

Il a reçu le soutien de l’antisémite de gauche et blogueur de Mediapart, Feredor (roche d’or), « la question que pose Caron (si ce que rapportent les journaux est exact) reste plus que jamais d’actualité. Dans quelle mesure la tolérance et l’indulgence envers l’état colonialiste israélien, l’islamophobie ambiante et l’instrumentalisation de l’antisémitisme, n’alimentent pas l’antisémitisme moderne, c’est à dire celui qui s’appuie non pas sur l’essence d’une « race » (comme c’était le cas par le passé), mais sur des faits et des actes, qui à tort ou à raison (et a priori à raison), sont vécus comme insupportables par les communautés qui s’en estiment victimes. Comme John Kerry l’a exprimé lui-même maladroitement (avant de se rétracter), il faudra peut-être que l’on finisse par considérer « l’état juif » comme ce qu’il est, c’est à dire un état d’apartheid, pour sauver les israéliens d’eux-mêmes et leur permettre de devenir, enfin, un vrai pays » car les juifs n’étant pas des vrais hommes n’ont pas une vraie patrie, CQFD

Direct matin / Le Monde juif info / BAM


Responses

  1. “Qui oserait m’accuser moi ou Aymeric Caron d’antisémitisme ? […] qui ne mérite pas ce genre de polémique “, ajoute le célèbre actionnaire de toutes les bonnes causes et grand amoureux des trésoriers payeurs généraux.
    J’ai eu des difficultés à comprendre (n’ayant vu aucune des émissions).
    Dans la phrase précédente la personne citée est Ruquier.
    Pourriez-vous m’éclairer sur ses bonnes causes (à part l’homosexualité) ?
    Quant à ses amours pour les TPG ?
    Ne me laissez pas mourir idiot. Par pitié !

  2. Et la pub pour Ferrero Rocher ? votre gagne pain ?

  3. OK René, Ruquier avait déclaré qu’il adorait payer beaucoup d’impôt sur le revenu et on l’a vu parader en tête du char du mariage pour tous et autres avancées sociétales, en ce qui concerne Ferrero période Monsieur l’ambassadeur c’est un clin d’oeil à mon partenaire Ali, de plus c’est une pub d’un kitsch absolu

  4. Face à de tels arguments, pourquoi perdre son temps à argumenter en retour? Bande d’aburtis partisans, vous contribuez sans même vous en rendre compte à la montée de ce que vous décriez! Vous découpez des m0phrases pour n’en garder, de façon bien stalinienne, que les éléments qui vous arrangent et leur faire dire autre chose. Votre maîtrise de l’art du hors-contexte est patente, mais vous refusez de voir que la relative tolérance pratiquée par les media et le politique à l’égard de la politique israélienne est une des causes de la montée de l’antisémitisme. Expliquer n’est pas justifier, et voir de l’antisémitisme dans toute réflexion de ce type dessert profondément votre cause, en ce sens qu’elle produit, chez certains esprits un peu fragiles, le sentiment que toute critique est interdite, qu’un « complot » est ourdi, que les « sionistes » contrôlent tout… bref, en essayant de lutter contre l’antisémitisme d’une façon aussi ridicule, vous jetez beaucoup de gens dans les bras d’Alain Soral et autres!

  5. « la relative tolérance pratiquée par les media et le politique à l’égard de la politique israélienne est une des causes de la montée de l’antisémitisme. »

    Quand bien même la « tolérance » dont vous parlez existerait, il n’y a pas de rapport de l’une à l’autre ; l’antisémitisme a des causes qui viennent de loin et, visiblement, elles vous échappent

    « voir de l’antisémitisme dans toute réflexion de ce type dessert profondément votre cause »

    Etre antisémite après Auschwitz, c’est vouloir un nouvel Auschwitz pour causer comme Imre Kertesz, à partir de de ce point le monde se divise en deux, ceux qui estiment qu’on a toujours raison de mal parler des juifs et les autres, visiblement vous êtes dans la première partie de l’alternative.

    Enfin je ne lutte pas contre l’antisémitisme, je constate que c’est une passion de la modernité et que cette passion est désormais la seule qui semble animer la gauche moribonde, ses déçus iront donc vers Soral et Dieudonné sans qu’on les commande, c’est à dire en toute canaillerie

  6. Une question alors: Rony Brauman est-il antisémite selon vous? Et Noam Chomsky?

  7. Rony Brauman n’est pas plus antisémite qu’Alain Badiou. Ce qui pose problème pour Noam Chomsky c’est sa défense de Faurisson parce qu’elle revenait à affirmer, en tant que savant, qu’on pouvait, voire qu’on devait adopter une position sceptique quant à l’existence des chambres à gaz et de la politique d’extermination nazie puisque Chomsky mettait sur le même plan de la rationalité les thèses dites officielles et celles des « révisionnistes » auto-proclamés. Or une thèse vraie (la politique nazie a défini comme son programme l’extermination des juifs d’Europe et l’a mis en pratique) et une thèse fausse (les nazis n’ont tué des juifs que par inadvertance et les chambres à gaz sont une invention de la propagande des trois vainqueurs antifascistes) ne peuvent être placées sur un même plan.

    Donc je ne définis pas l’antisémitisme par la critique d’Israël, je dis simplement qu’un homme qui oppose aux crimes antisémites de Mohamed Merah le nombre d’enfants palestiniens tués par Tsahal lors des différentes Intifadas établit non seulement un parallèle mais un lien entre les deux actes. Il fait essentiellement des forces de défense d’Israël des meurtriers d’enfants et de l’Etat d’Israël un régime monstrueux à combattre d’urgence et avant tout autre objectif. Dès lors comme Aymeric Caron analyse la geste meurtrière de Mohamed Merah comme la déviation d’un combat globalement juste, il profère un propos antisémite qu’il en soit conscient ou non.

  8. Alors, en ce qui concerne Noam Chomsky et sa supposée défense des thèses de Faurisson, pourquoi ne pas écouter ce qu’en dit le principal intéressé? Chomsky a toujours répondu qu’il ne défendait aucunement les thèses de Faurisson, mais bien son droit à un exprimer un point de vue avec lequel il n’est pas d’accord, et que c’est aux historiens d’établir la vérité, pas aux tribunaux. Dès lors, le reste de votre paragraphe premier me semble inutile, dans la mesure où vous prêtez à Chomsky des propos qu’il n’a jamais eus. J’ajouterais, en outre, que des lois comme la loi Gayssot sont contre-productives, en ce sens qu’aujourd’hui des esprits un peu crédules se laissent convaincre que, si cette loi existe, c’est qu’il existe une vérité cachée qu’il ne faut surtout pas que « le peuple » connaisse… donc, à mon avis, elle stimule le révisionnisme plutôt que de l’éteindre.

    Ensuite, au sujet de Caron, premièrement je le trouve la plupart du temps très con et bien-pensant, mais de là à l’accuser d’antisémitisme… à nouveau, Caron lui-même a expliqué (chez Ardisson notamment) qu’il n’opposait aucunement les deux, mais cherchait juste à comprendre, à tenter d’expliquer, sans le légitimer, ce qui peut se passer dans la tête de jeunes comme Fofana ou Merah. Pour le pauvre Halimi, je ne me souviens pas des détails du crime, mais il est évident que rien ne peut excuser un tel crime, qu’il recouvre un caractère raciste ou non, d’ailleurs. En ce qui concerne cet abruti de Merah, force est de constater qu’il s’en est pris à des citoyens juifs (et des enfants qui plus est, ce qui rend l’acte encore moins pardonnable) et des militaires… difficile dès lors de ne pas se dire que son esprit tordu a assimilé tous les juifs à des colons et tous les militaires à des « agents d’une force d’occupation ». Le mentionner ne signifie en rien le cautionner. Tout comme quand Frédéric Taddéï invite certaines personnes aux idées jugées choquantes par beaucoup; il s’agit de donnet la parole à tous, en estimant, comme Voltaire à l’époque, que la liberté d’expression n’a un sens que si on l’applique à ceux avec qui l’on est en désaccord.

    Aussi, je tenais à m’excuser pour le ton de mon premier commentaire, inutilement agressif. C’est que, oui, cela m’ennerve de lire ce genre de critiques que j’estime infondées. Il y a peu de temps, je lisais que, malheureusement, dans les médias grand public, les obsédés du complot ne trouvent pour contradicteurs que des obsédés du complotisme, rendant tout débat de fond impossible (en effet, si l’on est pointé du doigt et désigné complotiste dès que l’on met en évidence un conflit d’intérêt, c’est problématique)… je pense que la même chose est vraie au sujet de l’antisémitisme: aux obsédés des juifs répondent des obsédés de l’antisémitisme. A Dieudonné et Soral répondent BHL et Alain Finkielkraut… d’un côté comme de l’autre, on a connu plus nuancé dans le propos!

  9. Karlito, je vous cite une lettre de Chomsky extraite de ses écrits politiques publiés par Acratie en 1984

    « Quant à Faurisson, je ne crois guère qu’il vaut la peine d’en discuter. Même s’il avait raison, les implications d’un point de vue moral seraient virtuellement nulles. Supposons qu’il s’avère que des millions de juifs sont morts dans des camps de travail esclavagistes au lieu de chambres à gaz. Et après ? En plus, bien qu’il puisse avoir raison sur un point ou un autre (il semble que c’est le cas pour le journal d’Anne Franck) cela ne change rien à la question d’ensemble »

    Ce qui paraît discutable dans la position de Chomsky c’est 1/ l’idée que Faurisson puisse avoir raison sur l’existence des chambres à gaz 2/ Qu’à partir d’une critique du journal d’Anne Franck on puisse mettre en doute l’ensemble des témoignages et vestiges portant sur l’existence des chambres à gaz 3/ que l’extermination par le travail ou les chambres à gaz ne change rien d’un point de vue politique et moral 4/ Que le sort des juifs durant la seconde guerre mondiale est absolument équivalent à celui d’autres victimes de la politique démographique nazie (malades mentaux et « indésirables », tsiganes, peuples slaves)

    Sur la loi Gayssot et son efficacité, après réflexion et quelques hésitations à propos de la liberté de s’exprimer de manière délirante sur n’importe quel sujet, je ne crois pas que cette mesure législative ait été inutile.

    Pour le reste je ne peux pas mettre sur un même plan BHL et Finkielkraut qui sont des penseurs médiocres avec Dieudonné et Soral qui sont des activistes de la nocivité idéologique


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :