Publié par : Memento Mouloud | septembre 19, 2014

Made in France (1)

Quand bien même Hollande tomberait à moins de 5 % d’opinions favorables et qu’on le surnomme Flamby président jusque dans les couloirs de crèche, la puissance qu’il déploie au Mali, en Centrafrique, en Irak, en font un maître pour le reste du monde et un punching ball pour les seuls français, populace infâme qui s’imagine importante parce qu’elle râle et s’indigne.

Même de Gaulle s’est rangé aux us et coutumes du parlementarisme mais c’était un simple compromis, quand la vérité est advenue, le 18 juin 1940, en juin 1943, le 13 mai 1958, en avril 1961, en mai 1968 ou lors de l’ultime referendum, il n’a organisé aucun scrutin, il a choisi. C’était sans doute un malheur pour les pétainistes, les giraudistes, les pieds-noirs, les révolutionnaires parisiens et les votants agrégés et moutonniers mais le pouvoir ne se partage pas et ne garantit rien à ceux qui en sont écartés, illettrés ou non.

Je ne traiterai pas de la meilleure manière de départager gauche et droite, si même il existe une gauche et une droite, je laisse cela à d’autres, les poncifs ne m’intéressent pas. Comment autant de français choisissent comme un seul homme les dirigeants les plus minables et les plus corrompus avec constance ? Et surtout, finissent par leur obéir comme s’ils avaient affaire aux plus fins légistes, aux esprits les plus distingués ou à une dictature sanglante. D’où vient cette obéissance servile de domestique en livrée ?

Les français ont échangé depuis longtemps l’horizon de leur balcon ou de leur jardin pavillonnaire avec crédit, épargne et gadgets à la clé contre une propension à laisser à d’autres les affaires sérieuses qui ont toute affaire à la liberté. Seulement toute liberté est une somme de solitudes peuplées et d’amitiés en devenir, brisées ou évanescentes, une tradition qui s’actualise en discours, le reste est la rançon disciplinaire de l’abrutissement et des ergastules où s’agite le peuple des trente-cinq heures et des hommes sans forfait qui ont juré de s’épanouir dans leur profession. Un peu comme un bœuf sous le joug qui proclamerait que le champ est l’espace qu’il a choisi pour monter en puissance sous la férule de son maître. Que le maître s’appelle Ducon, Medef ou le cheffaillon d’Administration, cela n’a aucune importance, le maître est une race en voie d’expansion, une race d’homoncules.

A voir les français, on les dirait comme pris d’enchantement permanent, jouissant d’obéir aux règles d’un jeu à la fois sot, cruel et sans issue. Après un siècle et demi de démocratie, il faut se rendre à l’évidence, les hommes éclairés sont une minorité et le resteront, la multitude se perd dans sa faiblesse et son ignorance et réclame une force, n’importe quelle force, une indistincte tyrannie.

Vichy était peut-être venu après la défaite de mai-juin 1940, mais en 2014, il n’y a aucune asthénie militaire mais la veulerie est la même et l’antisémitisme revient. Ce n’est pas la France éternelle, c’est juste le pénultième signal d’un cerveau reptilien de masse. En 1940, de Gaulle avait bien compris que la France ne pouvait pas toujours gagner, en 2014, il faut se rendre à l’évidence, l’idiotie a ses médaillés et la liste des lauréats est infinie, elle porte la mention Made in France.


Responses

  1. Mémento, je suis assez proche de votre point de vue, mais …
    « Comment autant de français choisissent comme un seul homme les dirigeants les plus minables et les plus corrompus avec constance ? »,
    je répondrais « pas plus que les autres peuples » et peut-être mois !
    Je reste convaincu qu’après « la Mort de Dieu » vient « la Mort de l’Homme » et pourtant, suite à la grande Mobilisation de la Manif Pour Tous, je reste convaincu que notre peuple a un quelque chose qui lui garde un reste de VIE que bien des peuples n’ont plus ! Comment expliquer qu’un Grande Peuple (les Britanniques) n’aient pas réagi à une telle déconstruction ?
    Il est de fait que notre Peuple a donné le sentiment d’aller de Charybde en Scylla (de Sarko en Hollande), mais le rendre responsable, c’est considérer que la Démocratie est une réalité ! Là, j’ai révisé ma foi élémentaire.

    Salut, l’ami.

  2. Merci René, j’aime bien lire les billets Fini Franciae de Memento, ils sont parmi ceux que je préfère (c’est plus une attirance pour le thème et son traitement par notre hôte) mais ils me dépriment beaucoup. Merci René de remettre du baume au cœur.

    • Cher daredevil,
      Si je vous ai remis du baume au cœur, j’en suis fort aise car je suis plutôt de nature pessimiste.
      Amicalement.

      PS, j’attends avec impatience le billet de Nouratim;
      ne le manquez pas, il sort le dimanche en fin d’après-midi.

  3. Les anglais sont protestants, René, les variations de la foi et des églises, des sectes et des groupuscules ne les gênent pas, seuls quelques élus sont d’ores et déjà sauvés. Nous sommes catholiques et anticléricaux de tradition, ça donne un double idéal paradoxal d’amour pour le prochain qui se retournait en haine meurtrière (depuis 1962, nous n’allons plus jusqu’à la tuerie, ça fait mauvais genre) et de concorde sous la conduite de légistes éclairés (et bien entendu toujours corrompus). La troisième tradition (peut-être que je l’invente mais j’en doute) est souterraine, secrète, elle rassemble des croyants et des athées, elle ne croit pas en l’Etat, au peuple et en la démocratie, elle n’est pas pour autant sceptique, je reprendrai cette phrase « Seigneur, ayez pitié, ayez pitié des fous et des folles ! O Créateur ! peut-il exister des monstres aux yeux de Celui-là seul qui sait pourquoi ils existent, comment ils se sont faits et comment ils auraient pu ne pas se faire »

    • « Nous sommes catholiques et anticléricaux de tradition » :
      voilà une excellente chose qui me rappelle Éloge de la Folie » d’Érasme que Léon X (le fils de Laurent le Magnifique) aurait apprécié !
      Le même Érasme qui après ses critiques de la papauté (Dans un de ses essais, il mit Jules II en enfer) a refusé de suivre le rustre Luther dans son projet de Réforme. Encore un type hors du commun.

      daredevil aime bien lire vos (longs) billets.
      Pardonnez-moi, mais les longues lectures éprouvent mon dilettantisme !

      Amitiés à tous deux.

  4. Je sais que vous n’aimez pas les gros pavés mais je vous conseille de Marc Fumaroli : l’âge de l’éloquence, il y déploie une analyse subtile des enjeux des « guerres de religions »


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :