Publié par : Memento Mouloud | janvier 6, 2015

L’affaire de la vierge luminescente de Jahlay (Belgique)

jal

Les experts de la 42ème semaine mariale à Saragosse en 1986 ont dénombré au moins 21.000 apparitions mariales depuis l’an 1000, mais l’Église n’en a authentifié officiellement qu’une quinzaine (dont Lourdes, Fatima, Beauraing et Banneux, reconnus par les Évêques des diocèses concernés). Il est à noter que le dogme de l’Immaculée Conception qui embarrassait saint Thomas, fut décrété par Pie IX, le 8 décembre 1854. Il signifie que Marie, mère de Jésus-Christ, fut conçue exempte du péché originel. Or la vision de Lourdes se passa quatre ans après la proclamation de ce dogme et Bernadette Soubirous, qualifia celle qui lui était apparue, d’Immaculée Conception, appellation reprise également par Lucia Dos Santos la voyante de Fatima, ceux de Beauraing la simplifieront dans le vocable de « Vierge Immaculée » qui provient peut-être du vocabulaire utilisé par leurs enseignants.

Dans le cas de Banneux, la vierge aura mis 80 ans pour réapparaître non loin de cette petite ville de la province de Liège. Récurrente depuis le XIXème siècle, l’épiphanie mariale devant une adolescente allait s’accomplir en la personne de Mariette Béco, l’aînée de 7 enfants, dans une maison isolée, face à une forêt de sapins. Un lieu-type qu’affectionnent particulièrement les sud-coréens quand ils tournent un film d’horreur. Autant dire un paysage mental. Du 29 novembre 1932 au 3 janvier 1933, la Vierge était déjà apparue à Beauraing, mais à un jeune garçon et à quatre fillettes. Entre le 15 janvier et le 2 mars 1933, la Vierge prise d’une sorte de frénésie apparaît huit fois à la jeune pucelle de 12 ans, née un Vendredi saint. Comme d’habitude, la parole de la jeune fille est tenue pour nulle puis le ballet des guérisons, des conversions et des pèlerins va emporter l’adhésion. En cette période où Aristide Briand règne encore sur les esprits, la « vierge des pauvres », appellation qui rompt avec les précédentes et n’entretient aucun voisinage sémantique avec le dogme de l’Immaculée conception, annonce la découverte d’une source où toutes les nations iront boire. A partir d’août 1933, la Belgique connaît une « épidémie » d’apparitions, consécutive aux « faits mystérieux » de Beauraing et Banneux…Il ne s’écoule pas un mois sans que l’on signale çà et là une nouvelle manifestation de la Vierge.

Le 9 janvier 1935, le Saint -Office réagira en confiant au cardinal Van Roey, primat de Belgique, la tâche d’instruire les faits, surtout ceux de Beauraing et Banneux. Les évêques de ces lieux furent dessaisis des enquêtes et tous les livres, journaux, périodiques et pèlerinages seront prohibés (mis à l’Index). Ce ne sera que le 2 janvier 1942, que le Saint-Office autorisera l’évêque de Banneux à « porter un jugement sur les faits relevant de son magistère » et assez curieusement, Mgr Charue, évêque de Namur, ne recevra pareille autorisation que le 7 décembre 1942. Aussi l’évêque de Liège, Mgr Kerkhofs, après avoir toléré le culte le 12 février 1942, l’autorisera pleinement et entièrement le 31 mars 1942 à un moment où il se lance dans le sauvetage des juifs belges tandis que Léon Degrelle ferraille sur le front de l’est. Il reconnaît la réalité des apparitions et du message, le 25 août 1949. Il est à noter que Mariette Béco eut un entretien avec sa sainteté Jean-Paul II, très porté sur les confidences de la Vierge aux enfants.

Selon Mariette, la Vierge était petite et luminescente détail qui compte dans le cas de la vierge luminescente de Jalhay.

Chauffeur de bus pour la TEC, Yevgeniy croise la route de la Vierge luminescente de Jalhay le 18 janvier 2014, au lendemain de sa première illumination. Ce sont les propriétaires qui ont fait part de leur étrange découverte à Yevgeniy. « Ça faisait plus de 10 jours que je n’étais vraiment pas bien. J’avais 38ºC de fièvre, je toussais, j’avais un rhume, je n’étais vraiment pas en forme » alors qu’il devait partir au ski le lendemain. « Très croyant », et décidé à tenter, Yevgeniy décide alors d’aller voir la Vierge. Lorsqu’il est entré dans la maison, elle était éclairée. « C’était assez impressionnant! » Le lendemain, après avoir prié, fait un signe de croix et l’avoir pris dans ses mains, Yevgeniy allait beaucoup mieux. « J’étais guéri! Je ne sais pas ce qui s’est passé mais une chose est sûre : le lendemain matin j’étais complètement remis sur pieds pour partir en vacances. » Car la Vierge aime les vacanciers d’hiver.

Le jeudi 14 mars 2014 au soir, ce sont mille personnes qui se déplacent  pour apercevoir l’illumination de la statue en plâtre. Des mesures de sécurité avaient été prises jeudi par le collège communal afin d’assurer la sécurité sur la route nationale. « La vitesse autorisée passe de 70 à 50 km/h et à proximité de la maison, elle est de 30km/h », a indiqué le maïeur, car la Vierge aime les ceintures de sécurité, les ralentisseurs et les dos d’âne. Par respect pour les propriétaires de la statue de la vierge, le bourgmestre demande aux fidèles de ne pas se présenter en dehors des heures de visites prévues, soit entre 19 et 21 heures, car ils mangent et la Vierge bénit leur repas vespéral.

Comme la maison qui abrite la statue miraculeuse se trouve à Sart-Station, c’est tout le village qui a droit aux retombées de ce phénomène. Une bonne chose? De l’avis des commerçants, oui. «Ce matin, j’ai encore eu trois personnes de la région, qui ne sont pas des habitués et que je ne connaissais pas, qui sont venus à la boulangerie, explique Valérie Waauf. Ils viennent poser des questions, demander des infos sur la Vierge. Ils en profitent aussi pour acheter un petit quelque chose ». Car si le récit se poursuit comme tous les récits chrétiens selon les lois de l’infini réitéré, de plus en plus de monde risque de se rendre en terres sartoises pour découvrir le phénomène de la Vierge illuminée et alimenter en petits sous les commerces locaux. «Cette histoire attire beaucoup de monde, poursuit Valérie Waauf. Quand des gens étrangers au village viennent pour voir la statue, ils n’ont pas d’autre choix que de venir à Sart. Ils demandent quoi à l’Office du Tourisme, ils passent dans les commerces, ils consomment chez nous. C’est une belle visibilité et c’est très positif. On risque d’avoir de belles retombées et tant mieux.»

Car la Vierge aime les commerçants et artisans, le premier employeur de Belgique et même de France.

L’université de Liège a répondu favorablement à la demande de la commune de Jalhay de procéder à l’expertise de la statue de la Vierge. La statue qui rassemble chaque soir de nombreux fidèles dans le garage d’une habitation de Sart-Station sur le territoire de Jalhay, sera donc prochainement soumise à la vitrification scientifique. Jeudi, la commune avait demandé la création d’un comité de transpareurs afin d’étudier le phénomène d’illumination de la statue et de déterminer s’il s’agit ou non d’un phénomène naturel car la Vierge pourrait très bien jouer un rôle dans Paranormal Activity.

Agacé par la liturgie fêtarde, un voisin a tenu à faire entendre sa voix dissonante accusant les taupes de dévaster son jardin.

Le comité d’experts qui a analysé la statue de la Vierge de Sart a présenté mardi, à la commune de Jalhay, en l’absence des propriétaires de la statuette, les résultats de ses expertises. « Les scientifiques ont mené une série d’analyses non-invasives sur la statue : diffraction des rayons X, microscopie électronique à balayage et analyse en dispersion d’énergie, analyse spectrale et analyse par spectroscopie Raman et PIXE (Particule Induced X-ray Emission). Les résultats obtenus sont très clairs : la statue, en plâtre, est recouverte sur sa face avant d’un enduit brunâtre contenant des particules de sulfure de zinc (ZnS). Cette peinture est responsable du phénomène de phosphorescence observé. Ce type de peinture était utilisé fréquemment, avant les années 1950- 1960, comme enduit pour les objets que l’on voulait rendre phosphorescents. La phosphorescence, phénomène physique courant, agit comme un « accumulateur » de lumière visible. Cela signifie que si la statue est plongée longtemps dans l’obscurité, elle n’émet aucune lumière.

Il est par ailleurs confirmé que la statue ne présente aucune trace de radioactivité. »

André Lieutenant (de Dieu), le curé de la paroisse de Jalhay, a tout de même du mal à donner congé à la statuette miraculeuse qui permet d’aller au ski quand on a un rhume. Présent autour de la table des intervenants, il n’hésite pas à poser les questions qui taraudent les lecteurs de comment ça marche, une apparition ?… pourquoi le phénomène est-il apparu 15 ans plus tard? «Nous n’avons pas pu déterminer les causes de la luminescence sur place. Une des hypothèses peut être une modification de l’éclairage. Une ampoule à incandescence a pu être changée par une ampoule led qui a un spectre lumineux dans le bleu et qui active donc le sulfure de zinc», répond Rudi Cloots. Et comme le Led vient de prix nobels nippons, on peut parier que c’est shintoïste, ce genre d’éclairage. Autre point, le récit selon lequel la vierge ne s’illumine qu’en présence d’un être humain et non d’un chat ou d’un chien. « Ce n’est pas le cas», rétorque le Doyen. Elle s’illumine en permanence à condition d’avoir été excitée par la lumière. Le phénomène de phosphorescence est par contre assez lent et dépend de la période et des conditions d’illumination.»

Il introduit donc un nouveau concept de l’apparition : d’abord ça s’excite, après ça phosphore mais lentement, un peu comme un type qui voit sa fin prochaine au ralenti.

Michel Fransolet, le bourgmestre de Jalhay, a pour sa part indiqué que la statue de la Vierge serait exposée, dès le mois de mai prochain dans le beffroi de l’église de Sart car rien ne se perd pour la Vierge des artisans.

«Je regarde le JT à l’instant et c’est de la couillonnade. Il fallait bien qu’on trouve quelque chose pour expliquer notre Vierge. Je n’en ai rien à cirer des scientifiques. S’ils étaient si malins, il y aurait moins de problèmes dans le monde», dit la propriétaire, irritée. Explication physique ou non, cela importe peu au couple qui croit dur comme fer en sa statue. «Que ce soit paranormal ou non, le plus important, c’est qu’elle a fait du bien aux gens. Elle a créé du rassemblement, du partage, de la foi. Moi, je crois en ma Vierge!».

Dans un communiqué publié mardi 25 mars, Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, s’est dit « heureux que l’origine du phénomène a été élucidée et qu’aucune trace de malversation n’ait été décelée. » Il était intervenu mardi 11 mars pour rappeler que la démarche de l’Église en matière de visions était « d’abord basée sur l’analyse des faits et sur la sincérité des témoignages ». Mgr Jean-Pierre Delville a précisé, à l’attention des fidèles qui se déplaçaient par centaines dans le salon du couple de retraités où était installée la statue, que cette expertise « ne dévalue en rien la valeur des prières qui ont été dites devant cette statue, ni des guérisons qui ont été constatées par certains. La grâce de Dieu passe d’abord par la conscience et le regard du croyant, avant de passer par des phénomènes merveilleux. » Il a en outre remercié « les personnes qui ont donné de leur temps et de leur disponibilité, dans le respect et l’ouverture de cœur, pour l’accompagnement des personnes, l’accueil des visiteurs, la prière communautaire, le règlement de l’ordre public et l’expertise sur les matières composant la statue. »

Qu’est-ce qu’une apparition selon l’Eglise catholique ?

La réponse donnée se réfère d’abord à l’Ancien Testament – prophète Joël 3-1 : « Je répandrai mon esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens, des visions. » qu’on peut compléter par ce passage de l’Encyclopédie catholique de M. Centini : « Étant donné que la vue et le toucher sont les deux sens qui rendent compte de la façon la plus directe de la réalité objective, il se produit, dans l’apparition ce que les théologiens appellent « le sentiment de la présence ».

Benoît XV fut plus clair, « Il faut savoir que l’approbation par l’Église à une révélation privée n’est pas autre chose que la permission accordée, après examen attentif, de faire connaître cette révélation pour instruction et le bien des fidèles. A de telles révélations, même approuvées par l’Église, on ne doit pas et on ne peut pas accorder un assentiment de foi ; il faut seulement, selon les lois de la prudence, leur donner l’assentiment de la croyance humaine, pour autant que de telles révélations soient probables et croyables pour la piété [….] ».

Démunis de leur Vierge depuis deux mois, Nadia et Daniel Lefloch, le couple de propriétaires, ne cache pas son agacement devant la rumeur qui accuse la statue de ne plus marcher au couple excitation-phosphorescence.

«Dès que j’ai entendu dire cela, j’ai demandé à la commune pour aller voir ma vierge et je peux vous assurer qu’elle s’illuminait , insiste la retraitée. Elle ne s’allume pas avec tout le monde, ça c’est sûr!», dit-elle convaincue. Régulièrement contactés par des personnes guéries, les Lefloch se disent tout de même soulagés de ne plus recevoir autant de visites. «Elle sera bien dans l’église. Ce n’était plus possible pour nous de vivre de cette manière.»

Après avoir séjourné quinze ans dans la cuisine de la famille Lefloch, la vierge au zinc va trôner sous verre, dans la tour de l’église de Sart. «En principe, elle devrait être exposée dans l’alcôve derrière la porte donnant accès à l’église», précise Roger Zonderman, le trésorier de la Fabrique d’église.

La volonté de la Fabrique d’église (qui se démène pour obtenir les autorisations), c’est qu’elle soit posée sur une pierre de taille, à côté du Monument aux morts de la guerre 14-18 et du Christ, sur la croix et derrière une vitrine «afin qu’elle ne passe pas dans toutes les mains». En effet, le «beffroi» de l’église est classé depuis 1988, ne laissant pas le champ totalement libre aux gestionnaires de l’église. «Étant donné que la tour est actuellement en travaux, nous avons des contacts privilégiés avec la Région wallonne, ce qui facilite les démarches. Et les avis sur le projet sont plutôt positifs ». On parle même d’installer une porte vitrée fermée (derrière celle en bois qui ne se verrouille pas) permettant aux fidèles de venir se recueillir près de la Vierge tout en protégeant ce lieu sacré.

Finalement, la statue lumineuse de la Vierge Marie a été installée à l’entrée de l’église de Sart (Jalhay) à l’occasion de la fin de la restauration du clocher de l’édifice.

A l’occasion de la fin des travaux de rénovation du clocher de l’église datant du 12e siècle, la statue de la Vierge a été installée dans l’édifice à la demande des propriétaires et de la fabrique d’Eglise. « Si des fidèles souhaitent venir se recueillir devant la Vierge fluorescente, nous ne devrons plus faire face à des problèmes de sécurité et de circulation, comme en mars dernier », conclut Michel Parotte, l’échevin jalhaytois de la communication.

L’avenir.net / DH.be / 7 sur 7/ La Croix/ Ph mailleux / BAM


Responses

  1. Je suis resté sur ma faim ….
    « Une ampoule à incandescence a pu être changée par une ampoule led qui a un spectre lumineux dans le bleu et qui active donc le sulfure de zinc ».
    J’adore ces histoires populaires mais j’attends des explications scientifiques d’un autre niveau.
    J’ai suivi la discussion sur le « Saint-Suaire de Turin » (aller voir Polydamas) et j’attends le nouvelle étude de datation au C14 !

    Coté scientifique, je suis beaucoup plus émerveillé par les lois de la Nature (don de Dieu) et en particulier sur l’Age du Silicium dont je fus parmi les témoins au cours des années 70 ! Les adolescents qui ont un téléphone de trois sous en main n’imaginent pas l’aventure qui a précédé !
    Pire un gamin (normal) interrogea son père :
    « Pourquoi, ce vieux téléphone est-il attaché par un fil ? »

    • « les lois de la Nature (don de Dieu)  »

      Vous êtes assez « Newtonien » en ce sens, dans la mesure où Newton place la présence de Dieu dans les lois de la Nature ( il y a deux ou trois pages là dessus dans les « Principia »); on pourrait même remonter aux Stoïciens, Sénèque en particulier, pour qui les lois de la Nature étaient identifiées à la « Providence Divine » ( terme pré chrétien d’ailleurs), et réavancer jusqu’à Leibnitz, Maupertuis, Euler, qui font des lois de la Nature une conséquence d’une Dieu « Mathématicien Architecte Optimisateur ».

      La gande différence, à mon avis, entre ces intellectuels et ce que je pense percevoir d’un certain esprit du Christianisme, c’est la notion de Dieu « Donateur »
      Est ce que je me trompe?

    • « Pire un gamin (normal) interrogea son père :
      « Pourquoi, ce vieux téléphone est-il attaché par un fil ? » »

      Un petit chez moi n’a pas su nommer une impression photographique argentique. Pour lui une « photo » c’était le carré dans ou sur tout l’écran…

    • Cher Hippocrate,
      J’ignore si je suis newtonien ou voltairien (« grand architecte »);
      mais, ce dont je suis sûr : je suis chrétien.
      Les croyances modernes me laissent indifférent, tant j’ai acquis la conviction que l’éducation (l’école) offre un moyen de propagande efficace : plus personne ne discute (sauf à la marge) les thèses de l’Evolution (mue par le nasard), à laquelle je ne m’y oppose pas dès lors que je fais intervenir le « dessein intelligent ».

      Bref, je suis un grand archaïque !

      • Cher René
        Je ne pense pas que vous soyez un grand archaïque.
        Mon propos visait plutôt a mettre en exergue quelque chose d’assez spécifique au Christianisme, et plus encore au catholicisme,me semble t’il:
        La notion d’un Dieu qui donne ( St Paul a abondamment écrit sur le sujet)

        Parenthèse: je me suis plongé dans Darwin à la lumière de sciences « molles » et « dures »; je n’ y ai jamais trouvé ce que l’on dénomme actuellement la « Théorie de l’évolution ».

        Ceci est un exemple de la transformation d’une métaphore commode destinée à exprimer de manière succinte et précise
        (une économie de l’expression) en un outil de propagande; même l’esprit se met à puer.

        Ayant de la famille aux USA dans le milieu scientifique ( à forte composante française, ouf!), j’ai pu rencontrer des scientifiques « purement US »:
        – des créationnistes
        – des « intelligent design »
        – des lib’ dem’ se croyant athées ou agnostiques ( deux supersitions prédominantes chez ces derniers: le réchauffement climatique anthropique et la vision finaliste-optimale de la biologie; de multiples supersititions secondaires: nocivité des portables, véracité des statistiques, nourriture « organic » etc..)

        Franchement, tous aussi c..s les uns que les autres

        C’est fou ce que je me suis senti « Vieille Europe »

      • Quel débat philosophique ici !
        Pour ma part, je ne considère pas différents les créationnistes
        des « intelligent design ».
        Bref, à moins qu’il y ait des « coupeurs de cheveux en quatre ».

  2. Bon sang !! Si çà se trouve mes organes de visée sont divins !

    • Si vous appelez vos yeux « organes de visée », évidemment.
      A ce propos, relisez l’Evolution créatrice (1907) de Henri Bergson où il discute de l’œil de la langouste ….
      l’heure du reps a sonné, on pourra débattre à une autre occasion !

  3. Cher René, il y a une phrase qu’a prononcée Nadia Lefloch qui m’a frappé « Je n’en ai rien à cirer des scientifiques. S’ils étaient si malins, il y aurait moins de problèmes dans le monde ». Elle dit exactement ceci : la prétention des scientifiques à tout expliquer est irrecevable. De ce point de vue, je souscris parfaitement à ce qu’elle affirme. Je ne mets pas en cause la bonne foi des chercheurs de l’Université de Liège, ils ont fait leur travail. Seulement à partir de là, un esprit rationnel sait parfaitement qu’il est impossible de prouver qu’un phénomène n’existe pas (c’est disons le versant rhétorique) et de plus que la science ne peut expliquer qu’un fragment de l’univers. Quand elle s’avance dans le monde de l’œil absolu (tout est transparent et doit l’être), elle outrepasse sa puissance, elle se met à la place de Dieu.

    Hippocrate, il me semble que Newton est contre le trinitarisme. Ce trinitarisme on peut le résumer ainsi « la Trinité selon saint Thomas : une substance, deux processions, trois personnes, quatre relations réelles. Ces trois hypostases sont distinctes en tant que personnes. La procession est intrinsèque dans la trinité. L’une est une génération (du père vers le Fils) vue comme intelligence et adéquate à la chose dans l’intellect, c’est le verbe, l’autre est celle du saint Esprit, comme volonté donc inclination et c’est l’amour. Les relations sont les suivantes ; paternité, filiation, spiration (esprit saint), procession. Le Saint Esprit procède immédiatement par le Père, médiatement par le Fils.

    Paternité, filiation et procession sont des propriétés parce que ce sont des notions constitutives. Mais tout ce qui est terme conduit à l’Un, tout ce qui est relation au multiple. Si tout voisinage d’un point contient ce point, les 3 instances de la trinité se contiennent. Toute partie qui contient un voisinage d’un point est elle-même le voisinage de ce point. Si Jésus contient le Père, le Père contient le saint Esprit. L’intersection de deux voisinages d’un point est un voisinage de ce point. On ne vérifie ces propriétés topologiques que dans la question du filioque car la structure de la Trinité est asymétrique, Dieu ne procède pas du saint Esprit.

    De même il faut distinguer l’égalité de l’identité, l’esprit est égal au fils mais il n’est pas le fils. Tout ordre est un système de relations. » (j’emprunte au bouquin de Regnault Dieu est inconscient)

    Donc, je reviens à Newton, en tant qu’antitrinitarien, il est proche des théologiens musulmans (évidemment il n’en dit rien) si bien qu’il distingue un Dieu objectif (celui de la Nature) et un Dieu subjectif (qu’un sujet adore mais pas partout). En conséquence, il se fout du dieu de la révélation, celui des écritures.

    Faîtes gaffe Ag, ça risque de phosphorer

    • Boh…De toutes les façons je suis grillé.

    • Bavo; MM pour votre discours sur la Trinité§
      Je confesse que je suis loin d’un théologien; pour moi, la Trinité résulte d’un compromis (en 325) pour éviter les conflits entre saints hommes du IVème siècle, en réponse à la question « Jésus est-il Dieu ? »

  4. Le néo-darwinisme repose sur 6 principes :

    la variation qui a pour objet les individus et qui porte sur la morphologie, la physiologie et le comportement. Seulement les propriétés de l’individu sont acquises par l’espèce. Elles sont inscrites en un lieu distinct des propriétés de l’individu, les chromosomes.

    l’hérédité selon laquelle les enfants ressemblent plus à leurs parents qu’à d’autres individus avec lesquels ils n’ont pas de lien de parenté. Néanmoins la traduction d’un gène est sensible à son voisinage topologique sur le chromosome et l’héritabilité ne concerne pas qu’un seul gène mais toute une chaîne.

    la reproduction différentielle qui est probabilitaire et porte sur les formes de vie liées à un environnement donné. Toutefois La sélection porte sur des organismes non sur des traits (ou propriétés de ces mêmes organismes qui forment un bloc). Elle fonctionne en aveugle mais préserve l’espèce via le processus de concurrence entre individus.

    la mutation, modalité maximale ou extrême de la variation elle-même imbriquée dans l’hérédité et donc dans la reproduction différentielle. Cependant les mutations d’une fonction affectent d’autres résultats du développement et du métabolisme et sont soumises à l’intensité différentielle des interactions entre processus au sein d’un organisme.

    Le gène est une configuration dans un code. C’est une conception typographique où il s’agit de corréler telle propriété à telle configuration typographique.

    L’unité de compte de la phylogénèse est en millions d’années, il est impossible de confondre le génome et un langage (qui relève de l’acquis) voire le génome et une intrigue historique. De là une précaution élémentaire : il ne faut pas confondre l’incapacité de comprendre comment des processus ou des comportements sont apparus ou été acquis par un individu avec une causalité génétique.

    Honnêtement, je ne vois pas en quoi ces postulats ont été réfutés

    • Ce n’est pas les postulats eux mêmes qui sont en cause, c’est leur interprétation néo finaliste, « comme si » il existait une force supranaturelle appelée « Nature » ( ou Dieu , pourquoi pas) qui, selon ce que je dénomme l’erreur d’Aristote, organiserait diverses parties en un Tout « final » ( une Nature omnipotente, admettons l’hypothèse) mais, en agissant du futur ou du présent vers le passé.

      Là, ça ne colle pas au regard de la physique: il n’ y a pas d’inversion de la flèche du temps, aucune nécessité d’introduire un signal remontant le temps n’est nécessaire pour rendre compte de ce que l’on observe.

      Il est justement intéressant de discuter avec des lib’ dem’ se croyant athées, car dans la justification de leur vision des choses grâce à des mathématiques de type « contrôle optimal », « calcul opérationnel », « théorie de jeux », « fonction de coût » etc….ils négligent le fait que le sable ne remonte pas dans le réservoir supérieur du sablier.

      Ce type de raisonnement est d’ailleurs très présent dans certaines mathématiques macroéconomiques, ou dans tout ce qui est ‘ingénierie sociale » ( la « main invisible du marché » en est un exemple connu)

      Sans vouloir se l’avouer, le « Darwinisme propagande » postule que les effets précèdent les causes, qu’il existe un « but » de la Nature, reintroduisant ainsi les anciennes interprétations théologiques du principe de moindre action……….

      A la limite, je comprends beaucoup mieux celui qui postule un Dieu créateur, un « premier moteur » omnipotent, même si ce n’est pas mon cas

      • Quelques « discordances » sur les postulats néo darwiniens.
        Une expression « simplifiée » de la théorie de l’évolution pourrait être  » ….mutations non incompatibles avec la perpétuation de l’espèce ».

        En effet, l’apparition d’un nouveau caractère peut être totalement neutre phylogénétiquement, ne servir à rien ni dans un sens ni dans un autre( quitte à s’avérer éventuellement utile quelques secondes, années ou millions d’annés plus tard en fonction de modifications des contraintes extérieures): un caractère observé peut n’avoir ni n’avoir eu aucune utilité en terme de concurrence ou d’adaptation….

        Pire, il existe, par exemple chez l’espèce humaine, un certain nombre de « malfoutoses », comme si un grand ingénieur biophysicien avait bricolé, baclé certaines parties du plan; en remontant le temps, on peut s’apercevoir que ces « malfichoses » convenaient à un ancêtre , eventuellement un lointain reptille mammalien ou un poisson: tout n’est donc pas toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes évolutionnistes

        L’unité de compte de la phylogénèse en terme de millions d’années est un approximation peut être valable, je dis bien peut être, pour des organismes de plus en plus évolués, c’est à dire pluricellulaires donc à fonction cellulaires différenciées, spécialisées.
        Mais pour des organismes monocellulaires, la mutation au final adaptative, ou plus simplement la mutation délà présente se révèlant adaptative « agit » dans la seconde ou la minute: c’est le « secret » de certaines bactéries devenant antibiorésistantes, par exemple.
        La phylogénèse, qui nous apparaît, à mon avis faussement, comme lente et quasi « linéaire » ( ne faisant pas de sauts) est, en réalité, le fait de microtransformations permanentes du génome, à des échelles de temps infinitésimales, et parfois hautement non linéaires ( « petite cause, grands effets » au final).

        Certains postulats ( qui sont souvent commodes pour y faire correspondre des mathématiques à mon avis assez simplistes) sont donc très hautement contestables car tout simplement trop approximatifs, voire carrément faux ( en particulier pour ce qui est des échelles de temps et de l’existence de non linéarités) et ne peuvent conduire qu’aux mêmes « plantades » que nombre de tentatives de mathématisation de la réalité; le terme de « hasard », faute d’en préciser les contours, est souvent la « sauce » qui sert à masquer le plat raté.

  5. Memento, vous me poussez au vice; quelques réflexions rapides sans y réfléchir…les meilleures à mon sens car « ça » et non « moi » réfléchit.

    Le très immodeste et brillant R. Feynmann, affirmait qu’il ne fallait pas dire « La Science affirme que…. » mais
    « dans ces circonstances, voilà ce qui s’est produit »
    banissant avec humour toute tentation pour des Scientifiques de faire de « La Science » une théologie athée.( de quoi « La Science est t’elle le nom?)

    J’estime que toute étude d’un phénomène « discordant », en admettant que cette étude doive être entreprise, requiert la présence d’un illusioniste, plus, à limite, que celle d’un scientifique.

    Sur Newton, oui, bien sûr, mais comme pratiquement tous les savants mathématiciens physiciens, qui se dénommaient d’ailleurs eux-mêmes « géomètres », et celà depuis le XVIIe siècle au bas mot , fussent t’ils de sincères croyants.
    Avec l’abandon de la scholastique dans les sciences mécaniques ( le combat de Galilée fut mené , sur le plan intellectuel, contre les aristotéliciens plus que contre les jésuites), la « laïcisation « ou plutôt l’ inscription de la science dans une non-métaphysique, est déjà lancée.
    Le Dieu architecte mathématicien optimisateur dont la puissance s’exprime dans le principe supposé « de causes finales » de moindre action, d’économie, ou dans les lois Newtonienne  » de » causes efficientes » n’est à mon avis qu’une tentative de « rabibocher » une alliance déjà caduque avec le Dieu organique, ensemenceur, affectif, incarné, des écritures.

    fin très provisoire

  6. Purée, le niveau des commentaires ….

  7. Déconnez pas Ag, Dieu a déjà choisi comme aurait dit saint Augustin. On peut ajouter cette glose de Pierre Lombard (1160) « Le Seigneur connaît les siens… C’est-à-dire, il aime et défend ceux qu’il a prédestinés. Ici est notée la prescience par laquelle ceux dont il sait à l’avance qu’ils reproduiront l’image de son fils, ils les a prédestinés, appelés, justifiés, glorifiés ».

    René, j’ai la sensation que derrière les conflits théologiques et le semblant de bricolage conjoncturel, il existe un enjeu de vérité qui ne relève pas du découplage établi depuis le XVIIIème siècle entre la religion/foi et la science/raison

    Hippocrate, j’approuve votre option Gérard Majax. En tout cas, ce rabibochage, j’aime assez ce mot, définit la modernité, puisqu’on ne peut plus tout dire sur la Chose (l’idéal de la Somme), que va-t-on inscrire sur le grand livre de l’Univers.

    En même temps, en introduisant Malthus dans le concept de sélection naturelle, concept qui a pour objet les populations, Darwin a introduit le vers de l’économie politique dans le fruit d’une révolution majeure (un saut dans l’échelle du temps qui rompt avec le récit de la Création ou des créations façon Voltaire)

    Stephen Jay Gould a manié les deux échelles de temps que vous évoquez, le saut qualitatif et la longue durée mais je ne vois pas en quoi les postulats du néo-darwinisme sont infirmés, ce qui m’a toujours paru problématique c’est d’appliquer les postulats en question sur le genre humain, là, la plantade est assurée.

    • Vous relancez le débat, cher Memento Mouloud (ce pseudo veut-il dire « minute islam » ?), alors je réagis, sans développer :
      – Dieu  » aime et défend ceux qu’il a prédestinés »;
      seriez-vous calviniste ? Moi, je crois au libre arbitre !
      – « découplage établi […] entre la religion/foi et la science/raison ».
      Aujourd’hui tout a changé : cet aphorisme d’Alain Besançon en réponse ,
      « Il croit qu’il sait, il ne sait pas qu’il croit ».
      Un mot de plus, l’Ecole n’est plus le lieu de développement de la Raison mais un lieu de mise en forme des esprits (imaginez que l’Eglise, qui a fondé l’école, puisse développer son « idéologie » ainsi !).

      • Non pas calviniste, augustinien René quant au libre-arbitre, j’avoue ne pas être convaincu par cette notion. Très belle définition du gnostique chez Alain Besançon, vous ne trouvez pas ?

        Vous vous trompez sur l’école René, l’école est devenue un désert d’ignorance, elle ne forme aucun esprit, elle défait

      • « l’école est devenu un désert d’ignorance ».
        Evidemment, c’est un fait; mais ce qui m’intéresse, c’est l-objectif de la création (par des gens qui se sont pas sots) du « désert d’ignorance ».
        Doté de petits-enfants, j’observe, dans les dessins animés un message subliminal et me dit Valls considère que le livre de Zemmour ne « doit pas être lu » (la mise à l’Index est passée de saison) et aucune organisation ne fait les mêmes recommandation ailleurs.
        « Mieux vaut un Ignorant qu’un Mal-pensant » pensent-ils.

        P.S. Suivez les effets de l’attentat de Charlie-Hebdo. Un monde nouveau !

  8. Bonjour Memento, Bonjour à tous

    Quelques considérations sur la validité des postulats du néo darwinisme; je suis contraint d’être relativement « technique »:

    1ere partie:

    Tout postulat vaut ce que valent les mathématiques, c’est à dire infiniment parfaites dans le cadre de leurs postulats, qui sont des conventions arbitraires avec lesquelles on est libre de jouer.
    Le problème, et ce débat est autant idéologique que scientifique, est que lorsque l’on essaie de mathématiser , ou plus généralement de théoriser, les faits de la Nature ( au prix de la renonciation, modestement, à accéder à la « nature des choses, à leur Être, s’il existe), les conventions ne peuvent être arbitraires.
    Le critère de validité desdites conventions non arbitraires, induites, est leur réussite, au moins partielle, dans l’adéquation qu’elle fournissent à la description des grandeurs associées au réel: on peut dénommer celà « principe de raison suffisante » ou encore  » ça marche pas mal ».
    La recherche de ces conventions non arbitraires est une tâche difficile, créatrice, et n’est en rien le résultat d’une soit disant « méthode scientifique ».
    Ces conventions sont abstraites par nature, donc non « identique » aux faits naturels
    Ces conventions peuvent ne pas correspondre à des choses réellement observables: par exemple, la droite au sens d’Euclide n’existe pas dans la nature, aucun corps ou rayonnement ne suit une ligne droite euclidienne, car il y a toujours quelque chose qui attire ou qui repousse même dans l’espace intersidéral. Pourtant, la convention « idéale » Galiléo Newtonienne » qui énonce, pour simplifier, que « le mouvement naturel d’un corps qui n’est soumis à aucune force est une ligne droite Euclidienne parcourue à vitesse constante » est indispensable à toute la physique.
    Ces conventions peuvent être débusquées ou vérifiées par d’intéressant exercices de type « raisonnement par l’absurde »: il est par exemple instructif de calculer l’orbite d’une planète en supposant que la force d’attraction universelle s’exerce en fonction inverse des distances, et non pas de leur carré, et de constater que l’orbite réelle ne correspond pas à une loi « inverse des distances »;

    Quelles que soient leur apparence éventuellement mathématiquement complexe quant on les développe , les « lois élémentaires de la Nature » sont curieusement simples, bien que souvent contre intuitives.

    Remarque: actuellement, la notion de « complexité », qui correspond à des concepts précis en théorie mathématique de la communication, est utilisée comme une leurre ( qui leurre qui?) par pas mal de piposophes et sociopipologues……..bref, ça fait « moderne ».

    La même notion est également utilisée par des mathématiciens théoriciens ou appliqués ( mathématiques économiques, théorie des jeux, théoriciens de l’évolution sous les termes de « méta biologie » et « méta mathématiques ») pour ne pas avoir à reconnaître que leurs modélisations ne font que refléter leurs croyances, le grand leurre étant la « croyance aux modèles statistiques » encore appelés « stochastiques » pour faire genre; il s’agit surtout pour eux de prétendre décrire et prévoir, avec un habillage matheux, sans connaitre les lois élémentaires qui gouvernent les systèmes , ou même san vouloir avouer que ces lois sont inaccessibles

    • Tout programme contient des parties arbitraires, il est aussi conjectural donc il excède toute observation directe, il me semble donc que le cœur de ce qui est réfutable dans n’importe quel programme qui est une représentation du réel (tel qu’il est ou tel qu’il peut être) ce sont les propositions qu’on en tire. A partir de là, vous avez raison, on ne peut pas parler de méthode scientifique unifiée puisque toute formalisation démarre par une classification singulière des éléments en jeu (après on peut toujours calculer l’intensité de leurs relations de dépendance).

  9. Des gens qui ne sont pas sots, René ? Pas tous, en effet

    J’y vois la conjonction de 3 forces :

    Celle, cynique des gestionnaires qui savent parfaitement qu’un enseignant ignorant ne coûte pas cher ou qui joue d’une idéologie du service (qui se propose toujours tous les abaissements) ou cooptent une petite cohorte de chefaillons qui auraient été bien capables de briller par leurs travaux ou leurs cours

    Celle, idéologique-perverse, des pédagogues qui ont mis la main dans toutes les réformes depuis 1975

    Celle, d’opinion, du Journal dont les manutentionnaires haïssent les enseignants (cultivés) qui sont une entrave à leur pouvoir et à leur autorité (qui repose sur le vide, la pensée creuse et le moi-je)

    • « qui savent parfaitement qu’un enseignant ignorant ne coûte pas cher » …
      et qu’un ‘diplômé ignorant’ (je pense à l’immensité des « bac+n ») fait un individu rassuré et malléable !

    • Quant à « idéologique-perverse », il ne s’agi de rien moins qu’un effet de bord de la course au progrès ! L’enfer est pavé de bonnes intentions; regardez l’idéologie de genre !

  10. vous voulez dire la régression infinie


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :