Publié par : Memento Mouloud | janvier 16, 2015

Il y a 3 ans à Liège : l’étrange attentat-massacre de Nordine Amrani

La justice belge a confirmé le suicide de l’auteur de la tuerie à Liège, dont le bilan a été revu à la baisse : quatre personnes tuées dont trois lors de la fusillade et une près du domicile du tueur. Plus tard, s’ajouteront deux autres victimes décédées à la suite de leurs blessures. Une femme de 75 ans qui avait été donnée pour décédée par le procureur, Danièle Reynders, se trouvait en réalité « toujours en soins ». Cinq personnes blessées se trouvaient encore à l’hôpital dans un état grave avec un pronostic vital engagé, précisait de son côté la ministre de l’intérieur belge, Joëlle Milquet. Selon le procureur, 125 personnes ont été blessées, la plupart légèrement. Quelque 40 autres « sont passées par les hôpitaux » en état de choc pour un « traumatisme psychologique ».

Les trois personnes tuées lors de la fusillade en plein centre-ville, lorsque l’homme, Nordine Amrani, a ouvert le feu sur la foule, sont deux adolescents de 15 et 17 ans et un bébé de 17 mois. Un peu plus tôt dans la journée, il a aussi tué d’un balle dans la tête sa femme de ménage, qui demeurait à côté de chez lui. Le corps a été trouvé au cours de la perquisition menée au domicile de Nordine Amrani. Mardi matin, alors qu’elle sortait de son travail, Amrani lui aurait demandé d’entrer chez lui sous prétexte de lui fournir du travail. Il l’aurait ensuite agressée et tuée. Par ailleurs, le tireur aurait versé une somme d’argent sur le compte de sa compagne avant la fusillade, indiquait RTL.be.

Nordine Amrani était convoqué par la police pour une « affaire de mœurs » mardi, au moment où il a lancé des grenades et tiré avec un fusil d’assaut sur la foule, a indiqué la justice belge.  La ville de Liège observa une minute de silence en hommage aux victimes de cette fusillade qui a provoqué une forte émotion dans tout le pays. Le roi des Belges, Albert II, et son épouse Paola se sont rendus sur les lieux, de même que le nouveau premier ministre, Elio Di Rupo.

Les autorités judiciaires et politiques belges vont chercher à comprendre « l’acte fou » d’Amrani, déjà condamné à de multiples reprises pour possession d’armes et pour des affaires de recel, de stupéfiants et de moeurs. « C’était un délinquant qui a, toute sa vie, connu des difficultés : le tribunal pour la jeunesse, le tribunal correctionnel, les cours d’appel… Comment est-ce que cette personne a pu se venger sur la population locale innocente ? Nous allons essayer de le comprendre », avait déclaré le procureur général de Liège, Cédric Visart de Bocarmé, sur la radio publique RTBF. D’après le quotidien flamand «Het Nieuwsblad», une femme vivant dans l’immeuble du tueur a confié que l’homme s’était disputé avec une autre voisine, allant jusqu’à déféquer devant sa porte. Une autre habitante des lieux, France Hendrichs, décrit le couple que Nordine Amrani formait avec sa petite amie Marie-Hélène comme ayant causé de nombreux problèmes au fil des années. Selon elle, le meurtrier et sa compagne se disputaient constamment et bruyamment.

Il avait précisé que le tireur s’était visiblement « soigneusement préparé ». Il avait été libéré après avoir accompli la moitié d’une peine de prison pour la détention d’un arsenal : une dizaine d’armes (dont un lance-roquettes, un AK 47, un fusil à lunette) accompagnées de 9.500 pièces. 2.800 plants de cannabis avaient également été découverts. Il s’était alors aussi vu infliger une amende de 11.000 euros et des confiscations pour un montant de 76.500 euros avaient été prononcées.

En revanche, en mars 2009, une condamnation pour détention d’armes n’avait pas pu être retenue à son encontre par la cour d’appel, affirme « 7sur7.be ». Ce qu’a confirmé le procureur général de Liège Cédric Visart de Bocarmé : « la cour d’appel n’a effectivement pas pu le condamner sur ces faits-là en raison d’un problème technique. La loi en matière de détention d’armes a changé et la cour n’a pas visé la bonne loi. C’est la seule raison pour laquelle la prévention n’a pas été retenue. »Après 3 ans de prison, il avait été libéré sous caution le 8 octobre 2010.

Le tireur, revêtu d’un treillis, s’était rendu au centre-ville après avoir tué la femme de 45 ans à son domicile, avec, dans son sac, un fusil automatique léger, un revolver et des grenades. « Je sortais du palais de justice. J’ai vu un homme faire un grand mouvement avec les bras en lançant quelque chose vers les Abribus. J’ai entendu une explosion », racontait Nicolas Gilenne, un journaliste ayant assisté à la scène.

L’homme s’est « retourné, a pris un autre objet, l’a dégoupillé. J’ai alors commencé à courir. Il était seul et semblait très maître de ses actes. Il voulait toucher le plus de gens possible. J’ai entendu quatre explosions et des tirs pendant environ dix secondes », a-t-il ajouté. Un témoin a affirmé avoir ensuite vu Amrani porter un revolver à sa tête après la fusillade mais, selon le procureur de la ville, les circonstances de sa mort demeurent « incertaines ».

Sur des images prises avec un GSM à la prison de Marneffe, centre pénitentiaire semi-ouvert, l’on découvrait Nordine Amrani, quelques jours avant sa remise en liberté, « annonçant » qu’on allait bientôt parler de lui. Il le répétera le lendemain à trois reprises.

Il a été établi que Giuseppe Rosato, un gangster notoire, tueur à ses heures, était une connaissance de Nordine Amrani. Une centaine d’appels a été relevée entre les deux hommes durant les 3 mois précédant la fusillade. « Je ne tire rien comme argument de cela. Mais à mon sens, cette proximité est significative. Si en plus, on examine d’autres contacts, on constate que M. Rosato est resté dans le même milieu », a argumenté M. Yernaux. C’est le même pépé Rosato qui accompagna la femme du tueur au commissariat de Liège, vers 13 heures, le jour du massacre.

Georges Degryse, un Liégeois poursuivi pour des faits de détention d’armes de guerre, fut condamné par le tribunal correctionnel de Liège à une peine d’un an de prison ferme. Sa compagne avait été condamnée pour les mêmes faits à une peine de 100 heures de travail. Les armes avaient été découvertes dans un hôtel de charme sadomasochiste tenu par Georges Degryse. Celui-ci était, à l’époque de l’assassinat du boxeur Georges Hardy, le compagnon de la soeur de cette victime d’une des exécutions commises par Pépé Rosato dans le cadre de l’affaire Habran et consorts. Sept armes, dont un riot-gun et une Kalachnikov, et des munitions, avaient été découvertes dans l’hôtel de charme, dans une cache aménagée au domicile du couple et dans la tombe d’un cimetière. La destination réelle de ces armes restait trouble mais certaines versions avaient fait état du fait qu’elles auraient été achetées à Nordine Amrani, le tueur de la place St-Lambert, afin d’éliminer Pépé Rosato. Pépé Rosato s’était constitué partie civile dans ce dossier mais sa constitution, qui n’était reliée à aucune prévention, fut rejetée. Georges Degryse risquait une peine de 2 ans de prison. Mais le juge prononça une sanction plus clémente d’un an de prison.

Dans un souci de répondre aux rumeurs qui avaient fleuri, le procureur du Roi de Liège, Danièle Reynders, avait démenti tout lien entre Nordine Amrani et l’extrême droite, qu’elle soit flamande ou wallonne, ainsi que toute participation de ce dernier à une activité de criminalité organisée. Et ce malgré ses contacts avérés notamment avec Pépé Rosato, l’un des accusés du procès Habran. « Plusieurs pistes ont désormais été invalidées et ce n’est pas parce qu’Amrani avait des contacts avec des truands qu’il était lié au milieu du grand banditisme », a précisé Mme Reynders.

Laquelle a également invalidé l’hypothèse d’une vengeance personnelle du tueur – vis-à-vis de la femme d’ouvrage, Mme Racano, laquelle l’aurait selon d’aucuns dénoncé en son temps à la justice -, de même qu’elle a assuré que l’ouverture de plusieurs dossiers distincts mais liés n’avait pas du tout pour but de vouloir cacher quoi que ce soit. Une manière de répondre à certains avocats, pour lesquels la justice n’est pas très transparente dans cette affaire.


Responses

  1. « l’homme s’était disputé avec une autre voisine, allant jusqu’à déféquer devant sa porte »

    Des animaux.
    C’est pour çà, la mansuétude, l’humanité, c’est pour ses Prochains. pas pour ces individus, individu au sens mathématique du terme j’entend.

  2. Quand j’habitais Montreuil, avec quelques voisins, nous avions viré deux junkies qui traînaient affalés, dans le couloir. Pour se venger, ils avaient déféqué dans l’escalier de service. Son geste me l’a rappelé. Sinon ce que j’aime dans cette histoire, c’est l’évidence que nos chers baltringues n’ont pas été approvisionnés par leur filière djihadiste mais par le grand banditisme, notamment belge d’ailleurs, et éventuellement un grand banditisme lié à une certaine extrême-droite (donc quelques services mais passons) qui n’a pas froid aux miches et sait faire chanter qui il faut (toute ressemblance avec l’affaire DSK, etc.). C’est ce qu’il y a de réel dans ce genre de guerre, toutes les milices s’accordent pour tenir dans la crainte les désarmés et font donc prospérer leur commerce.

    • Le soucis avec les toxicos aussi, c’est que la prise d’héro déclenche souvent un relachement des muscles d’où souvent des gros cacas sur les lieux de squat.

      • Bon appétit

    • Une sorte de convergence entre tous les nihilismes-gangstérismes ?
      Je crois que c’est une piste fiable ; beaucoup plus que celle du complot orchestré au millimètre près dans tous les cas. Les plus retors des psychopathes de diverses tendances et milieux trouvent toujours leur compte au sein du chaos (apparent).

      C’est peut-être ce qui est entrain d’arriver en Italie : la mafia favorisant la venue d’immigrés clandestins en vue de sélectionner quelques éléments bons pour servir de mule. Les autres étant renvoyés dans les pays limitrophes, dont la France, évidemment.

      Sinon, comme junkie, Burroughs avait quand même plus de classe…

  3. Les milices ou les gouvernements d’ailleurs.

    • Les deux ne sont pas incompatibles, Ag

  4. Sinon, je vous ai parlé du déploiement de militaire ?

    • Vous l’avez un peu évoqué, j’entendais à la radio le responsable militaire qui indiquait que si les choses devaient se prolonger, les militaires devraient adapter leur armement (leur famas) à leur nouvelle mission. Le problème c’est qu’il n’avait pas précisé exactement ce qu’était cette mission ou du moins la feuille de route du déploiement. Vous noterez que l’atmosphère d’union sacrée permet toutes les imprécisions

      • Ok, je voulais pas redonder.
        Juste l’anecdote : Choisy le roi.
        La synagogue du coin à ses bidasses.
        Normal.
        Ceux-ci doivent, comme les autres, trouver un logement et un moyen de se ravitailler comme décrit.
        Tristement normal également.
        Sauf que là… Sur place, c’est non. Par volonté ou commodité, ce n’est pas possible. Et bon… choisy, question structures acceuillantes,aux alentours ca coure pas les rues.
        C’est…l’église, juste en face ou presque, qui héberge les gars pour les nuits.
        Il n’y a pas quelque chose là… ?
        A savoir que les voeux du présidents sur le ton du « on va continuer à vous tondre mais comme vous faites un effort on va aller plus doucement » ont étés fraîchement reçus. C’est bien le moindre

        Sinon oui, désolé pour les détails mais au même titre celà m’avait rappelé les débuts où l’on calme les jeunes en leurs expliquant que ce n’est pas le meilleur des endroits pour rouler au sol avec le junkie si la discussion s’échauffe. Diplomatie d’abord dans ces cas là.

  5. Je ne pensais pas qu’on en était là, Ag, façon sans-papiers de l’église Saint-Bernard. Néanmoins, ce dont je suis certain, c’est que le gouvernement vient d’enclencher un mécanisme difficilement contrôlable, l’appel à une armée professionnelle en cas de menace. Si, en plus, vous n’avez pas les moyens de les payer, ça donne la révolte des corps habillés comme disent les africains

    Constance, la conjuration est manifeste. Les Etats-Unis n’envoient aucun représentant dimanche puis déclarent qu’il faut que nous intégrions « mieux » les communautés musulmanes ce qui suppose qu’ils envoient un message à des destinataires précis mais aussi à l’opinion dite musulmane avec un bandeau clignotant « nous ne sommes pas athées et on va négocier à propos des cours du pétrole », l’Aqpa met une semaine à revendiquer son action, des mouvements dits spontanés et hostiles à la France se produisent dans différents pays musulmans dont le Niger où les intérêts nucléaires d’Areva sont connus de tous. Reste donc à déterminer le ou les commanditaires exacts. Pour le reste les liens entre les services, le grand banditisme et les divers groupes terroristes ne datent pas d’hier, c’est business as usual, comme vous le dîtes, simple chaos apparent

    • Ah oui le massacre à Fort Hood par un médecin psychiatre et non pas un ouvrier intérimaire d’origine palestinienne, témoigne d’une réussite de l’intégration américaine. Oui c’est ça, sacré Obama !

      • J’ai un titre d’ailleurs pour l’octonnat d’Obama : l’illusion comique

  6. Ag, vous connaissez les stances d’Aegée, votre homonyme, dans la Médée de Corneille ?

    Demeure affreuse des coupables,
    Lieux maudits, funeste séjour
    Dont auparavant mon amour
    Les sceptres étaient incapables,
    Redoublez puissamment votre mortel effroi,
    Et joignez à mes maux une si vive atteinte
    Que mon âme chassée, ou s’enfuyant de crainte,
    Dérobe à mes vainqueurs le supplice d’un roi.

    Le triste bonheur où j’aspire !
    Je ne veux que hâter ma mort,
    Et n’accuse mon mauvais sort
    Que de souffrir que je respire,
    Puisqu’il me faut mourir, que je meure à mon choix,
    Le coup m’en sera doux s’il est sans infamie,
    Prendre l’ordre à mourir d’une main ennemie
    C’est mourir à mon gré beaucoup plus d’une fois.

    Pauvre prince l’on te méprise,
    Quand tu t’arrêtes à servir,
    Si tu t’efforces de ravir,
    Ta prison suit ton entreprise,
    Ton amour qu’on dédaigne, et ton vain attentat
    D’un éternel affront vont souiller ta mémoire :
    L’un t’a déjà coûté ton repos et ta gloire,
    L’autre te va coûter ta vie, et ton Etat.

    Destin qui punis mon audace,
    Tu n’as que de justes rigueurs,
    Et s’il est d’assez tendres cœurs
    Pour compatir à ma disgrâce,
    Mon feu de leur tendresse étouffe la moitié :
    Vu qu’à bien comparer mes fers avec ma flamme,
    Un vieillard amoureux mérite plus de blâme,
    Qu’un monarque en prison n’est digne de pitié.

    Cruel auteur de ma misère,
    Peste des cœurs, tyran des rois,
    Dont les impérieuses lois
    N’épargnent pas même ta mère,
    Amour, contre Jason tourne ton trait fatal,
    Au pouvoir de tes dards je remets ma vengeance,
    Atterre son orgueil, et montre ta puissance
    A perdre également l’un et l’autre rival.

    Qu’une implacable jalousie,
    Suive son nuptial flambeau,
    Que sans cesse un objet nouveau
    S’empare de sa fantaisie,
    Que Corinthe à sa vue accepte un autre roi,
    Qu’il puisse voir sa race à ses yeux égorgée,
    Et pour dernier malheur, qu’il ait le sort d’Aegée,
    Et devienne à mon âge amoureux comme moi.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :