Publié par : Memento Mouloud | février 6, 2015

Charlie Coulibaly Dieudonné et Charlie Coulibaly Despentes : 2 genres, 2 mesures

bm

« J’ai passé deux jours à me souvenir d’aimer les gens juste parce qu’ils étaient là et qu’on pouvait encore le leur dire. J’ai été Charlie, le balayeur et le flic à l’entrée. Et j’ai été aussi les gars qui entrent avec leurs armes. Ceux qui venaient de s’acheter une kalachnikov au marché noir et avaient décidé, à leur façon, la seule qui leur soit accessible, de mourir debout plutôt que vivre à genoux. J’ai aimé aussi ceux-là qui ont fait lever leurs victimes en leur demandant de décliner leur identité avant de viser au visage. J’ai aimé aussi leur désespoir. Leur façon de dire – vous ne voulez pas de moi, vous ne voulez pas me voir, vous pensez que je vais vivre ma vie accroupi dans un ghetto en supportant votre hostilité sans venir gêner votre semaine de shopping soldes ou votre partie de golf – je vais faire irruption dans vos putains de réalités que je hais parce que non seulement elles m’excluent mais en plus elles me mettent en taule et condamnent tous les miens au déshonneur d’une précarité de plomb. Je les ai aimés dans le mouvement de la focale écartée en grand, leur geste devenait aussi une déclaration d’amour – regarde-moi, prends-moi en compte. On ne tire pas sur ce qu’on ne voit pas. »

Virginie Despentes

Que font Bernard Cazeneuve et Manuel Valls ?

bm2

« Puis est venu Coulibaly. En deux temps, jeudi matin, la policière, et vendredi après-midi, l’épicerie casher de la porte de Vincennes. Cette fois comme un mauvais remake de Merah – d’abord le fonctionnaire qui ressemble le plus possible à l’assassin, comme effacer une version de soi qui se serait plus intégrée, à qui on aurait confié les armes de la République alors qu’à toi on n’a confié que dalle, crevard, et ensuite les Juifs – et on peut le voir de la même façon, quand même, une version de toi qui aurait mieux réussi. Une saleté de preuve supplémentaire de ta propre nullité : puisque d’autres réussissent à le faire, qui te ressemblent quand même beaucoup, c’est vraiment que t’es qu’une merde, toi et tous ceux qui te ressemblent. Alors crevez tous. »

Virginie Despentes

Le zyprexa n’est plus en vente ? Sinon résumons le délire despentesque : le nègre est un juif resté prolétaire et le juif serait un nègre devenu riche, en trois mots, un blanc, un abject, une merde.

bm3

« Sur Facebook, j’ai vu aussi un journaliste demander à une musulmane de se dissocier officiellement des meurtres. Je crois que c’est ça qui a marqué la fin de ma phase “amour pour tous”. On a chacun nos petites obsessions. La sienne, c’est que tous les musulmans doivent payer. On a un peu envie de lui dire, gars, le jour où les rebeus sortiront tous leur kalachnikov des caves pour nous tirer dans la gueule, à la couleur, comme le contrôle de papiers, plus t’as l’air blanc moins t’as de chance de terminer ta journée entier, ce jour-là, tu verras, on sentira la différence. Pour l’instant, je ne vois pas bien pourquoi le monsieur qui vend des légumes au bout de ma rue devrait se sentir plus proche des tueurs que moi. On est tous du quartier des Buttes-Chaumont, on n’y peut rien si c’est dans notre parc que les tueurs faisaient leur jogging. Pas plus le rebeu qui vend ses légumes que moi, on vit dans la même rue, pourquoi lui plutôt que moi ? […] c’est ça, au final, ce que nous vivons depuis une semaine : les hommes nous rappellent qui commande, et comment. Avec la force, dans la terreur, et la souveraineté qui leur serait essentiellement conférée. Puisqu’ils n’enfantent pas, ils tuent. C’est ce qu’ils nous disent, à nous les femmes, quand ils veulent faire de nous des mères avant tout : vous accouchez et nous tuons. »

Virginie Despentes

Ce qui vaut pour l’épicier arabe en particulier ne vaut pas pour l’homme en général, c’est publié dans les Inrocks, un journal de gauche, en bon français, on appelle ça du racisme mais les juges doivent estimer qu’une femme raciste est raciste avec ses ovaires, ce qui n’est pas grave tandis qu’un homme raciste est raciste avec sa bite et ça c’est méchant et dangereux, surtout quand la bite en question est café au lait.

 


Responses

  1. Houlà…
    En fait les articles sont des ateliers de sa thérapie ?
    De toutes façons, visiblement celle-là on la récupérera pas.

    • pourquoi diable voudriez vous la récuperer ?

  2. La recycler peut-être ?

  3. Quelle grosse salope de bourgeoise dégénérée… ‘tain ça y est j’ai déjà la haine… :/

  4. OK et pour faire référence à son titre..
    mais la folle déglinguée, tout le monde s’en tape de ses dernières conneries !
    Tandis qu’il y a une bande de déglingués qui bandent devant les débilités du très, très vénal Dieudonné.
    Pour terminer, ce qui je gène le plus là-dedans est le rôle du rédac-chef et de l’éditeur des Inrocks. Outre qu’il est idiot de publier des propos comme ceux-ci qui ne sont représentatifs de pas grand chose pour ne pas dire de rien, un tel attitude professionnelle est contraire à la charte de déontologie et est passible de condamnation judiciaire. Si tel n’est pas le cas, cela montre juste l’influence d’un tel torchon (Pigasse inside or not !).

    Enfin, j’ai vu la tronche pour la première fois depuis un moment de Arnaud Viviant à la télé hier. Ca arrange pas de bosser pour eux.

  5. Millie, bourgeoise c’est à propos de la condescendance avec laquelle elle évoque « son » petit épicier arabe du coin de rue ou le ton général ?

    Cliff, pour ne rien vous cacher j’ai pris connaissance de l’article insignifiant-délirant de la dame en « feuilletant » l’Organe, j’ai même cru que c’était une sorte de canular ou de pastiche et bien non c’était encore pire que prévu dès lors que j’ai lu l’original. Sinon, vous ne pensez pas que le très vénal Dieudonné appartient de plain-pied à un trait de l’époque, celui qui veut qu’on doit rire de tout avec n’importe qui. Par pure curiosité, j’ai plongé dans les mises en scène contemporaine de l’Odyssée, toutes sont traitées sur le mode comique ou presque comme si l’épopée devenue impossible, il fallait être absolument débile.

    PS En ce qui concerne la direction des Inrocks, même un infiltré du FN ne ferait pas mieux

  6. A écrire (pour celui ou celle qui en aura le courage…) :  » Le gang-bang à travers les âges ou la petite histoire cachée du socialisme « 

  7. Pierre Leroux, un des premiers fraternitaires socialistes français, avait établi la théorie du circulus ou l’excrément comme chaîne du don, vous voyez donc Constance que tout est permis

  8. Merci pour le rappel. J’avais déjà croisé ce rêveur scato-progressiste dans le fameux « 19ème… » de Muray. Il a apparemment eu une grande influence sur son époque – et sur la nôtre encore plus…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :