Publié par : Memento Mouloud | avril 2, 2015

Y’a bon Crimée : Poutine et le FN

En février 2015, les « Anonymous International » ont annoncé sur leur site Shaltaï Baltai avoir lancé une attaque contre Timur Prokopenko, chef-adjoint du département de politique intérieur au Kremlin. Ce jeune homme, ancien du mouvement « Molodoya Gvardia » (la branche junior de Edinaïa Rossia, le parti de Vladimir Poutine), était de l’automne 2012 à décembre 2014 en charge des médias et d’Internet, travaillant sous les ordres de Viatcheslav Volodine, chef-adjoint de l’administration présidentielle russe. Son portable et sa boîte e-mail ont été hackés, et une partie de leur contenu publié. Les fuites portent sur la période 2011-2014.

Le 5 février 2015, sous le titre « Trois ans de la vie au sein d’un département politique de l’administration présidentielle : provocations, articles commandités, contrôle sur les médias et autres », 9 500 courriels ont été rendus publics, sans que le principal intéressé, Timur Prokopenko, ne réagisse ni ne démente. Lancé en décembre 2013, le site Shaltaï Baltaï est à l’origine de nombreuses révélations. Si le groupe de hackers fait parfois payer ses services, instrumentalisé par les uns et les autres, l’authenticité des documents et photos publiés n’a jamais été mise en cause.

Si l’information a été révélée c’est qu’on voulait qu’elle le soit et il est tout de même avéré que Poutine ne mise pas sur le seul cheval frontiste puisque le nombre de candidats au rôle d’Orban français est en hausse. Une sorte d’avertissement aux autres amateurs des bons baisers de Russie ?

Le 31 mars, Shaltaï Boltaï a publié une seconde salve de fuites. Il s’agit cette fois-ci de 40 000 SMS échangés, toujours entre 2011 et 2014. C’est là que l’on trouve les passages concernant Marine Le Pen.

Dans la masse de e-mails piratés, le Front national, son soutien à la Russie sont mentionnés à 66 reprises, mais ce sont surtout trois échanges de textos qui intriguent. Ils ont été écrits en mars 2014, alors que le référendum pour le rattachement de la Crimée à la Russie se préparait activement (il s’est tenu le 16 mars). L’interlocuteur de Timur Prokopenko est un certain « Kostia ». Selon les « Anonymous International », il s’agit de Konstantin Rykov, l’un des plus actifs blogueurs, utilisateur de twitter et concepteur de sites Internet pro-Poutine. Il a été député de la Douma d’État pour le parti Edinaïa Rossia de 2007 à 2012.   En août 2014, Alexei Navalny a révélé que Rykov était propriétaire, avec ses parents, d’une luxueuse villa à Mougins près de Cannes, acquise pour 2 millions d’euros en décembre 2013. Certains documents relatifs à cette transaction ont été publiés. On y découvre que le Russe paie ses impôts en France, enregistré comme « résident au sens de la réglementation fiscale ». Pour obtenir ce statut, certaines conditions sont nécessaires : soit résider la plupart du temps en France, soit y exercer son activité, soit faire du pays son centre d’intérêt économique (investissements, business, etc.).

Le 10 mars 2014, Timur Prokopenko écrit à « Kostia ». Il lui demande s’il peut faire venir Marine Le Pen en Crimée, « comme observatrice » du référendum qui doit se tenir six jours plus tard. « On en a extrêmement besoin. J’ai dit à mon chef que tu étais en contact avec elle ???? », lui écrit Prokopenko. « Oui j’essaye de savoir demain », répond « Kostia ».

Le lendemain, Prokopenko relance « Kostia », qui revient avec de bonnes nouvelles :

– 15h17: Kostia, réponds.
– 15h20: À propos de Marine. C’est la campagne électorale pour les municipales. Elle est en tournée. Aujourd’hui ou demain, le Front national prendra officiellement position sur la Crimée. On saura alors si elle est prête (ce qui est peu probable) à venir en Crimée ou si l’un de ses adjoints viendra.. J’aurai des détails ce soir..
– 15h22: Oh ! c’est super. On peut les convaincre..
– 15h22: À propos des financements non.
– 15h23: Merci beaucoup, le ministère des affaires étrangères va encore discuter avec elle.
– 15h23: Elle a parlé à Philippo. Il réfléchit.
– 15h23: Quelqu’un du fonds t’a contacté sur les financements ?
– 15h24: Oui le vice-ministre des affaires étrangères lui téléphonera.
– 15h25: Nous avons aussi le soutien des Danois, mais je ne peux pas m’expliquer avec eux. Je ne parle pas leur langue

Le 17 mars, nouvel échange de textos entre les deux hommes :

– 15h49: Marine Le Pen a officiellement reconnu les résultats du référendum en Crimée !
– 15h51: Elle n’a pas trahi nos attentes.
– 15h57: Il faudra d’une manière ou d’une autre remercier les Français.. C’est important.
– 16h09: Oui, super !

La veille, son conseiller international Aymeric Chauprade, pilier des réseaux russes du FN, était en Crimée comme« observateur » du référendum, à l’invitation

d’une organisation pro-russe. Il livre un « témoignage » abondamment relayé sur les sites frontistes et pro-russes, et « loin de la propagande médiatique des médias de l’Ouest », dit-il. À quel titre s’est-il rendu en Crimée ? Le 13 mars, son porte-parole avait fait savoir qu’il irait« en tant que géopolitologue », mais aussi« en tant que conseiller spécial de Marine Le Pen », car le Front national « a été invité de son côté ».

Mais la présidente du FN avait démenti dans la foulée à l’AFP : « Le FN officiellement n’envoie pas d’observateur. » Selon Minute, Florian Philippot aurait « bombardé d’appels » Marine Le Pen « pour lui faire part de ses craintes et de l’aspect négatif de ce voyage », et l’aurait convaincue de n’envoyer personne officiellement. Visiblement Philippot perçoit avec aigreur le rôle majeur de l’ami Aymeric derrière le ralliement au coup de force du Kremlin, bientôt il obtiendra le scalp de Chauprade entre deux escapades viennoises.

Le 12 avril, Marine Le Pen se rend à Moscou, en visite privée, pour y revoir le président de la Douma Sergueï Narychkine, un très proche de Poutine qu’elle avait déjà rencontré en juin 2013. Quelques jours plus tard, un premier financement russe arrive. L’association de financement Cotelec, présidée par Jean-Marie Le Pen, reçoit le 18 avril deux millions d’euros d’une société chypriote alimentée par des fonds russes. C’est Aymeric Chauprade qui sert d’intermédiaire pour ce premier prêt, signé par Jean-Marie Le Pen le 4 avril. Cet argent a permis à Cotelec d’avancer des fonds aux candidats aux européennes.

En septembre 2014, c’est au tour de la présidente du FN de décrocher un prêt de 9 millions d’euros de la First Czech Russian Bank (FCRB), une banque basée à Moscou. Grâce à un autre intermédiaire cette fois-ci : l’eurodéputé frontiste Jean-Luc Schaffhauser.

Le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just, qui avait signé le prêt de 9 millions d’euros, explique qu’il n’est « pas du tout au courant de ce qui s’est passé en amont [de la signature] »« Je ne sais pas qui est M. Prokopenko. Je n’ai rien à voir avec les positions internationales de Marine Le Pen. Je n’ai vu que les techniciens de la banque. On m’a dit : « Tu vas voir ces techniciens, tu signes ». » Selon Jean-Luc Schaffhauser, « on n’était pas en négociations » avec les Russes, « enfin pas moi en tout cas », précise-t-il. « Les négociations ont commencé en avril, après l’échec avec une banque d’Abou Dhabi qui devait nous prêter de l’argent…On m’avait invité aussi, Marine m’a dit : « Tu n’y vas pas ». Elle ne sentait pas le truc, elle m’a dit : « Imagine qu’il y ait un bain de sang« . J’ai obéi aux ordres. Aymeric [Chauprade] y est allé, à titre personnel… Je pense que c’est Aymeric qui s’est engagé ».

On taille donc le costard de Chauprade mais on expose les ficelles du frontisme, l’obéissance aux chefs et d’abord à la première d’entre eux. Pour le reste, les exclus de la famille ont droit à la séance de tirs tendus de tomates.

Discrètement  Jean-Luc Schaffhauser introduit aussi les arabes, à  croire que les vannes s’ouvrent à mesure que la côte du FN grimpe. Un simple pari de spéculateur destiné à ne pas fâcher l’avenir si l’on en croit la version tendancieuse du député européen opusdéiste que personne ne prendra la peine de vérifier. On allume ainsi un contre-feu puisqu’il s’agirait moins d’un ralliement sous conditions financières à la politique de Poutine que d’une manœuvre de Marine Le Pen afin de desserrer l’étau financier dont les enquêtes du Parlement européen seraient un hors d’oeuvre.

Ouf, les frontistes retombent sur leur position favorite, celle de victimes du « système ».

 Mediapart / BAM


Responses

  1. « après l’échec avec une banque d’Abou Dhabi qui devait nous prêter de l’argent… »

    Mouhahaha….

    Sinon, on l’évoquait hier avec un collègue, le statut d’indépendant des « anonymous » est une vaste blague, cette action en témoigne.

    • Dans les démocraties je les crois autonomes (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas manipulables), dans les dictatures, en effet, c’est une vaste blague. J’entendais à la radio un de leurs aficionados évoquer le cas des anonymous mexicains. Lorsque ceux-ci ont voulu s’en prendre aux cartels, étrangement ils ont reçu la visite d’hommes de main qui leur ont expliqué que poursuivre sur cette voie allait les conduire au cimetière. Dès lors, ils ont arrêté.

  2. Sincèrement je ne pense pas.
    Quand on vous laisse opérer dans le périmètre que vous ne décidez pas vous n’êtes pas « autonome ». A l’inverse, un groupe réellement indépendant, je pense aux andouilles de Tarnac, dans le domaine de la pulsion mais qui ont étés efficaces au coût de leurs actions rapporté à l’effort et l’investissement, s’est fait stoppé net en plein vol.

    Il est évident par contre que dans les coins où l’on vous notifie vos droits à la tronçonneuse vous faites attention à ne pas froisser les susceptibilités.
    J’ai décroché du domaine informatique mais je ne pense pas qu’une structure comme les anonymous, vu les puissances de calcul nécessaires, vu le relais médiatique, vu les cibles soit en capacité absolue d’agir de manière autonome.

    • Quand je dis autonome, j’y vois des groupes qui agissent en pensant se déployer en toutes libertés. Pour avoir discuté avec pas mal de bidouilleurs les uns anarchistes de gauche, les autres libertariens fascisants, j’ai constaté qu’ils se concevaient comme dépositaires et possesseurs d’un savoir spécifique et rare, le genre initiés-chevaliers, shaolins du clavier. Evidemment depuis le wikileaks, les Etats ont eu le temps nécessaire pour organiser la parade et de ce point de vue les dispositifs algorithmiques tendent tous vers le fantasme de l’œil absolu, c’est là leur faiblesse.
      Pour les gars de Tarnac, la manœuvre du pouvoir était des plus grossière, il fallait inventer une menace gauchiste donc grossir le trait

      • Un peu comme Manouel les mordasses a tenté ( avec succès, qui l’eût cru ?) de susciter l’émotion à propos de la menace fachysse qui plane sur « sa » vronze ( « je ne veux pas que la vronze, ma vronze, se réveille avec la gueule de bois » ….ta vronze ? TA vronze ? pourquoi plus la tienne que la notre, grand cornard ? Reconnaissons toutefois qu’il a dit « je NE veux pas » et non « je n’veux pas » comme un célébre comique magyar égaré en politrouk vronzaise)

      • D’ailleurs Manuel los cojones agite la menace fasciste d’une main mais place sous surveillance électronique la totalité de la population de l’autre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :