Publié par : Memento Mouloud | mai 5, 2015

Le meilleur des mondes est toujours le sien

Le meilleur des mondes est toujours le sien. Dans ce meilleur des mondes, la loterie est tombée pour nous avant même la naissance et elle continue de tourner chaque jour. Si personne ne mérite sa fortune et personne sa pauvreté, il faut bien convenir que personne ne la démérite non plus, tout est une question de position. Pour Emmanuel Todd, les musulmans sont de pauvres gens qui convergent vers « nous » mais que les méchantes classes moyennes zombies catholiques stigmatisent. Pour les chrétiens assyriens d’Irak, les musulmans sont des voisins qui possèdent toutes sortes de milices qui visent à les liquider jusqu’au dernier, pour une majorité de juifs israéliens, ils sont une menace, pour de nombreux libanais maronites en exil, ils sont une sorte de nostalgie après avoir été un cauchemar. Pour les musulmans, les autres musulmans ne sont jamais assez musulmans ou ne sont pas de bons musulmans ou ne comprennent pas ce que c’est que d’être musulman. Pour Bob Ménard, c’est une liste de prénoms dans une école primaire. Le monde est une somme de vanités et d’aveuglements dont il faut bien se retirer un instant si on veut l’apprécier avec lucidité. On pardonne toujours aux ennemis quand ils sont loin. Le problème d’Emmanuel Todd c’est de pardonner aux soutiens des djihadistes au nom d’on ne sait trop quoi, un petit quelque chose qu’il prend pour la justice comme si la justice était une chose simple, un truc en plumes à se carrer entre deux oreilles.

On dit souvent d’un enfant qu’il n’aime pas l’injustice, j’aurais tendance à dire qu’il s’aime trop. Un être humain qui s’aime trop est toujours un âne ou un acariâtre ou les deux mais sûrement pas un parangon de justice. Pour entrer sur le chemin de la justice, il faut ne jamais oublier son coefficient de forces et de faiblesses. Ceux qui vantent l’oubli de soi pratiquent le judo spirituel mais sont impuissants dès lors qu’une institution et/ou une masse ne les soutiennent pas, ils sont donc soit des délirants isolés soit de simples commis ventriloques. Ceux qui sont pleins de leurs droits voudraient être forts alors qu’ils ne sont que grégaires, seuls les forts sont, parfois, généreux et en d’autres saisons, cruels car le fort est lézardé en tous points par des défaillances récurrentes. De là que le droit soit un bricolage et rien de plus, mais sans éclats. Un bricolage chargé de protéger l’individu et les libertés qui sont les siennes.

Le meilleur des mondes est toujours le sien, il peut disparaître à chaque instant. Vous êtes au volant et votre courroie d’alternateur est rompue, le voyant de batterie s’allumera, vous penserez que vous pouvez continuer quelques kilomètres et puis vous ne pourrez pas, au détour d’un virage votre volant se bloquera et vous partirez dans le décor, seul ou accompagné. Les assoiffés de justice diront que Dieu est un salaud, que le constructeur est un escroc, que vous étiez bien jeune pour mourir ou bien imprudent ou complétement idiot. Les autres passeront, indifférents, ou vous pleureront.

On peut en déduire une définition très simple de la culture, ce qui résiste à la mort.


Responses

  1. « On peut en déduire une définition très simple de la culture, ce qui résiste à la mort »

    Oui, la « culture » et non « la survie de l’espèce »

    • Il va sans dire, une constellation suppose des sujets pas des parcs labellisés


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :