Publié par : Memento Mouloud | mai 30, 2015

Les français seront-ils républicons ?

Nicolas Sarkozy a conclu par un discours de quarante minutes, où il a dépeint sa vision d’une « République de la confiance » (l’homme qui traitait ses propres militants de cons et qui a repris à Chirac son « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent » est assez bien placé pour user de ce terme)« La République n’est pas menacée par la force mais par la faiblesse, le renoncement, le reniement » (la monarchie contrariée qu’est la Vème République est-elle républicaine ?),  « La gauche ne défend pas la République, la gauche la caricature avec la théorie du genre (il n’y a pas de théorie du genre mais qu’importe, en revanche quelle est la théorie de Sarkozy, on naît naturellement délinquant ? La testostérone fait l’homme et le stade anal le banquier ?), avec le pédagogisme (qui n’existait pas sous Luc Châtel ?), avec le il est interdit d’interdire” (de faire des profits ?), avec le nivellement (touchez pas aux riches), avec l’égalitarisme (une République sans égalité c’est quoi un nom d’emprunt ?) »

Il veut une France fondée sur des « valeurs » comme la famille « première institution de la société » (si première qu’il en a changé trois fois), le travail qui ne doit « pas être moins payé que l’assistanat » (mais moins que la spéculation ou toute carrière spectaculaire ), l’autorité sans laquelle « il n’y a pas d’Etat de droit » (à la corruption ?) ou encore l’école, qui « a toujours été fondée sur le mérite, sur l’effort et sur l’excellence » (ah bon ?).

Evoquant « l’héritage de la civilisation chrétienne » (qu’il pratique assidûment en enchaînant les actions de grâce pour son futur avènement), il a rappelé « La République reste ouverte aux autres (qu’est-ce qu’un Ôtre dans une République ? Alexandre Djouhri ? Bernard Arnault ? Ibrahimovic ? Bob Ménard ? Cahuzac ? DSK ? Dupont la Tristesse ? Rachid la mélancolie ? Le gang de la brise de mer ? Julie Gayet ? Le bijoutier de Nice ? Les potes à Coulibaly ? Rohff ? Depardieu ? Eugène Bonvivant ? Elie ou la vraie vie ?) mais rappelle à celui qui vient d’arriver que c’est à lui de s’adapter à notre mode de vie (nous avons tous le même ?) et pas à nous (c’est qui nous ?) d’en changer (les frères Kouachi venaient d’arriver ? Première nouvelle) ». L’ancien président n’a pas hésité à peindre un tableau sombre de la situation de la France, décrivant un pays soumis à « une terrible crise de confiance » et pas si éloigné du « grand effondrement »(ça sonne comme Grand Remplacement [des socialistes] mais en mieux).

Le Monde / BAM


Responses

  1. Je suis tombé sur le reportage de leurs congrès cet après midi…
    C’est une vision à ébranler vos convictions sur l’euthanasie.

    Sinon quand le sujet est l’ouverture aux autres on ne parle plus d’héritage JUDEO-chrétien pour notre civilisation ?
    Curieux.

  2. Les vronzais sont déjà cons
    Être repu, par surcroît, sera la cerise sur le gâteau, la mouche sur l’etron

    • déjà cons, j’en dout,e asphyxiés et désorientés sûrement

      • En ce cas pourquoi portent ils au pouvoir ces tronches de zguegue ?
        Pourquoi font ils toujours le choix chèvre choux, milieu de nulle part ?
        Pourquoi font ils où on leur commande de faire ?

      • C’est une vision de surplomb Kobus, les français ont des choses à perdre, en 68 ils ont renoncé à la Révolution (c’est d’ailleurs le sens du joli mois de mai, plus jamais de morts donc plus jamais de révolution) parce qu’ils appréciaient d’être sortis d’une pauvreté de masse, ils n’ont pas tellement le désir d’y retourner

  3. Il me semble qu’il avait dit dans sa campagne que justement il ne serait pas celui qui dit les promesses n’engagent que ceux ….

    Il parle d’égalitarisme pas d’égalité, pas de faux procès, il parlait déjà d’équité en 2005 ou 6.

    Le mode de vie, ça sonne surtout way of life comme l’ American. Oui il continue à vouloir vivre ailleurs, lui qui voulait une France américaine, découvre que la France assimile (les outils ont été cassés, je sais mais bon c’est la trad fr) et dit qu’il a changé (comme en janv 2007) sur ce pt d’intégration à assimilation (en 2014 !!!!)

    Je maintiens les frères Kouachi et celui qui voulait tuer des gens dans une église en France ne sont pas Français, comme Merah. Ce sont des étrangers avec des papiers français, nés en France pour Merah, Coulibaly et Kouachi bros mais étrangers.
    L’Etat n’est pas le seul à décider de ce qu’est ou à définir la France. le peuple français compte aussi. La culture, les coutumes et les traditions sont pour bcp modelées par le peuple et non l’Etat.

    Les frères Kouachi ont tués des Français sur le sol français pour défendre un autre César ( groupe cimenté par des traditions, mœurs, coutumes, conception du monde) ( l’islam radical ou pas, français depuis quand ?) : ce ne sont pas donc pas des Français. Et ils venaient d’ailleurs, leur attachement à l’islam et à sa version radicale n’est pas donc pas surprenante. (Je veux dire que les djihadistes se trouvent plus dans la pop d’origine afro-magréhbine qu’européenne). Ils ne sont Français ni par la chair, ni par l’esprit, donc pas Français. ça vaut aussi pour les non assassins. Des Africains nés en France donc pas Français de chair qui mettent le groupe avant l’individu (voire parfois nient la notion d’individu) dans une société bâtie sur le contraire ne sont pas Français, juste français de papier.

    • Bonjour Daredevil,
      Quand Sarkozy évoquait l’équité il ajoutait discrimination positive donc un dispositif avec des quotas ce qui est le contraire du principe d’égalité des individus devant la loi, désormais il parle d’égalitarisme au moment où la captation des richesses par un petit nombre est un processus évident, c’est toujours une manière de contourner la question du renforcement des pouvoirs de l’individu (riche ou pas, souffrant ou bien portant, etc.) face à l’Etat, aux réseaux entrepreneuriaux, à l’opinion et aux communautés imaginées.

      Sur le second point, nous ne sommes pas d’accord vous pensez qu’il existe une sorte de francité substantielle à laquelle n’appartiendront jamais ni les musulmans ni les afro-maghrébins, je ne le pense pas. En revanche, il est bien évident que la progression des djihadistes au Proche-Orient, si elle se confirme, changera toute la donne pour la simple raison qu’il s’agit d’un Empire en formation qui lance un appel à tout musulman, il contraint donc à prendre position.

      • Re-,

        Je n’ai jamais parlé de francité substantielle à laquelle n’appartiendront jamais … j’ai dit qu’il y a une culture portée par des livres et aussi un peuple charnel dans laquelle s’inscrivent les nouveaux arrivants. Lorsqu’ils ne le font pas ou qu’ils gardent des éléments de leur culture d’origine qui les mettent en porte à faux avec la culture française, ils ne le sont pas (français). C’est comme ça, me semble-t-il, qu’ont fait les populations précédentes. Et c’est ce qui est de moins en moins fait.

      • J’avais bien compris Daredevil mais il me semble que toute identité vécue est différentielle, je veux dire par là que le gouffre qui me sépare ici de nombre de français se résorbera en un clin d’œil dans un bar new-yorkais. Je me sens blanc parmi les noirs mais il ne me viendrait pas à l’idée de me définir comme blanc sur le sol européen. J’aime la langue française et ses lettres de fortune et de gloire mais je la partage avec nombre de locuteurs qui ne sont pas français ; en Europe, je suis français, aux Etats-Unis, je suis européen ; la défaite de 40 me laisse encore rageur mais nombre de mes compatriotes s’en balancent, ils préfèrent se pencher sur le 7 janvier, mon oncle et mon père ont combattu en Algérie (et pas dans les bureaux) mais je ne suis pas un thuriféraire des colonies et de leur bon vieux temps (comme disait Ardisson), le maréchal de Villars disant à Louis XIV « entre nous et Paris il n’y a plus rien » fait partie à mes yeux de l’honneur, mais peut-on le qualifier de spécifiquement français ? L’identité est, in fine, individuelle, l’appartenance à géométrie variable. Je suis attaché à mon pays parce que c’est le tissu vivant où j’ai grandi mais je sais la part de hasard qui m’y a fait naître, aimer et détester. Je ne prétends pas universaliser ma position, elle est singulière. Aussi la France est une histoire (au double sens du terme), tâchons de ne pas la laisser aux maquignons de l’opinion ou à l’Etat, tant qu’il y aura des hommes pour s’en émouvoir, la faire et la raconter, la France existera.

      • Je vous remercie pour cette incursion dans votre histoire personnelle.
        Je suis d’accord avec vous pour reconnaître que l’identité est singulière. Ce n’est pas cela que je conteste ni qui pose problème. L’identité singulière s’inscrit dans un Tout plus grand, le multiple dans l’Un si vous voulez.. Les différentes formes individuelles sont contenues dans l’Un.
        Or certaines expressions ne sont pas contenues dans l’Un pour la bonne raison qu’elle lui sont étrangères. Si vous racontez la France, encore faut-il que vos compatriotes s’y reconnaissent à défaut de s’y intéresser.

        Ce qui pose également problème, c’est la disparition à l’échelle nationale du sens politique (Cité) ou de l’appartenance à un groupe, d’où la politique (gestion) nulle qui en découle. Il y a bien entendu toujours un grand nombre de Français qui se sentent et se savent faire partie d’un tout historique mais cette idée, ce ressenti ne se traduit pas au plus haut niveau (élites politiques, culturelles, médiatiques, économiques). On a plus l’impression d’avoir affaire à des grappes de personnes isolées. (d’où la non assimilation et la facilité avec laquelle les étranges peuvent vivre selon leur culture en France) qu’à un peuple compact. Devant cet effritement, certains continuent de penser historiquement, d’autres se raccrochent aux branches. D’où ma stupeur, il y a quelques années, de voir des Français souvent jeunes se définir comme blancs (sic).

      • L’Un, peut-être Daredevil, mais mon Un serait divisé en 2 : moderne pour ce qui est du présent, donc athée, chrétien pour ce qui est de l’héritage (synonyme zombie dans le lexique d’Emmanuel Todd).

        Je vous rejoins sur un point, les élites ont abandonné la France en rase campagne. Je vais prendre un exemple : les résistants étaient des hommes pour lesquels la France était synonyme d’un certain honneur donc ils ne pouvaient pas accomplir certaines choses et ils se sentaient le devoir d’être à la hauteur de ce nom ; pour les pétainistes ce nom de français et de France pouvait s’accommoder avec une certaine bassesse, voire une ignominie appuyée qu’ils baptisaient du nom de réalisme. Les premiers savaient que la France ne se confondait pas avec leur personne, les seconds pensaient l’incarner. Quand les élites ont adopté leur nouvelle patrie, l’Europe de Bruxelles ils ont abandonné cet espace, ils ont désactivé la France comme idéal pour en faire un simple terrain d’expériences de la nouvelle idole post-nationale. François Hollande a fait entrer trois résistants au Panthéon mais dans les faits il leur pisse à la raie parce qu’il confond résistants et gentils or les résistants n’étaient pas gentils, ils pouvaient même être féroces parce que tout idéal oblige.

        Est-ce qu’un français musulman peut être sensible à cet idéal (qui n’est pas univoque) que porte le nom de France ? Il me semble que oui. Est-ce qu’il peut rester silencieux devant la guerre intra-musulmane ? Il me semble que non s’il a un peu d’honneur. Il s’en suit qu’on ne peut pas attendre d’un musulman qui a rejoint les djihadistes et d’un autre qui reste aphone et silencieux quoi que ce soit en ce qui concerne la France. J’aurais tendance à dire que cette question dépasse celle qui est posée aux seuls musulmans, elle est destinée à tout français : aussi confus soit-il la France est-elle le support d’un idéal dans lequel l’honneur est essentiel ? Ce qui revient à dire que l’excellence française est d’essence aristocratique même quand elle emprunte le mot d’ordre d’égalité

      • Oui ces élites ressemblent à des dirigeants de pays du Tiers-Monde. La honte !

      • Même le Tiers-Monde n’existe plus Daredevil

  4. Ce serait plutot Républicains ( avec un  » i  » coiffé d’ un tréma )

    • pourquoi un tréma ?

      • Allusion au meurtrier biblique, je pense

  5. Brève parabole de la francitude( vécue):

    Le lieu: Rwanda, camp de départ pour une approche des gorilles de montagne

    La clientèle: 90 % d’anglo saxons ( le choix du gouvernement rwandais en terme de développement est « wasp »)

    Le chef du campement, un « rwandais de souche », qui, apprenant que nous sommes français, vient nous saluer, et nous régale en guise de bienvenue d’un poème de Vigny

    • Ah, je n’y avais pas songé, Hippocrate mais qui joue le rôle d’Abel ? Vigny, retour à la servitude et la grandeur militaire, un joli petit livre, sinon je suis tombé sur un jeune rwandais qui m’expliquait que tout l’enseignement était désormais donné en anglais dans son pays. L’étonnant était que cet homme au prénom français n’avait aucun accent dans notre langue alors qu’il est arrivé dans l’hexagone, il y a 2 ans

      • « cet homme au prénom français n’avait aucun accent dans notre langue  »
        Celà ne m’étonne absolument pas, ayant entendu le bon parler français, voire le très bon, voire le somptueux, en Afrique francophone…….tradition des lycées français dans lesquels la bourgoisie africaine francophone envoie ( envoyait?) ses enfants. et quelques traces laissées par Senghor peut-être.

      • Mon ancien compère, Ali, me disait qu’il avait eu le plaisir d’être insulté, sur les places de Douala, par des clochards camerounais dont la syntaxe était impeccable (selon le vœu de Rivarol, je dirais même inoxydable), à croire que la tradition que vous évoquez s’étendait au-delà des lycées français

  6. L’exemple des clochards camerounais est parlant, Memento, et illustre à mon avis le fait qu’il n’ y a pas de Demos sans Aristos, et vice-versa.

    Mais nous sommes désormais plongés dans une culture qualifiable d' »Identitos »; la « passion » de l’égalité devant la loi ayant fait place à la « fureur d’être identiques »
    ( Tocqueville y fait allusion dans  » la démocratie… »)

    • ça serait un slogan d’ailleurs tous pareils dans la différence ou tous différents dans le pareil ou même


Répondre à A.g. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :