Publié par : Memento Mouloud | juin 16, 2015

Poisseux qui comme Ulysse

Ulysse arrive sur la plage, une tête hirsute, des vêtements en lambeaux, un débit haché, il grommelle quelque chose en anglais. On lui dit, « ici c’est Ithaque » et puis on le laisse. La police patrouille au loin, il faudra encore se cacher. Il raconte à ceux qui veulent bien l’écouter qu’il a combattu, il y a longtemps, que ses compagnons ont pris une ville. Ce n’était pas beau à voir mais ils avaient gagné et puis tout s’est disjoint. A croire qu’un dieu le poursuit ou que le temps ne cesse de se dérober. Tous ses amis ont disparu, il ne sait pas ce que sont devenus sa femme, ni son fils. D’ailleurs il serait incapable de reconnaître son avatar, ça fait trop longtemps qu’il est parti. De chez lui. Enfin, de chez lui, il ne sait même plus ce que c’est, chez lui, peut-être un amas de pixels sur Google Earth avec de la mauvaise herbe qui pousse aux abords des ruines. Sa femme ? A quoi peut-elle bien ressembler, une étrangère aux traits tirés. Elle doit le croire mort, elle a du se remarier. Dans le meilleur des cas. Sur la route, il a rencontré de drôles de types, des gens étranges. Trop humains, trop malins, trop vains aussi. Certains te dépouillent et te tuent, d’autres te transforment en débiteurs, charognards et usuriers ; quelques-uns te nourrissent et t’accueillent et peu de femmes te choisissent comme compagnon, tes yeux sont trop fêlés et dans la nuit il t’arrive de crier, « you understand ? ». Non, personne n’understand very well, et puis Ulysse lui-même ne sait plus vraiment s’il ment ou si tout cela n’était qu’un cauchemar éveillé. Il a perdu son portulan, depuis il erre sur celui qu’il rencontre au gré du hasard. Mais d’autres l’écrivent, il est ce personnage que tu effaces du roman qui ne sera jamais écrit. Tout est truqué. Même son histoire il l‘a empruntée en même temps que son bout de papier. Il s’enfonce dans le pays des grandes espérances avec l’indifférence au cœur et la dissimulation comme arme. Mais le pays des espérances est un pays de désolation. Any where out of the world, c’est-à-dire nulle part, le feu est partout, tu ne sens pas que tu grésilles ? Tous les uniformes des polices et des milices, il a fini par les connaître et les repérer. La nuit, tous les chats ne sont pas gris, la nuit est comme une porte entrouverte, tantôt gibier, tantôt aux aguets. Il faudra bien s’arrêter un jour et se poser. Sa vie est un crédit dont les traites ne se tarissent pas, la première mensualité n’a pas de fin. Son nom, celui de son peuple sont un simple prétexte pour les tondeurs d’humains qui t’appellent leur « frère » ou leur « cousin ». Ulysse est comme Nietzsche, tous les noms de l’Histoire et même ceux des autres, il les adoptera si nécessaire. Il passe sa langue sur un couteau, « je suis la langue et le manche, le monde, c’est cette lame ». Le voici en attente, un vampire qui erre sans patries ni frontières, un ennemi public, un infiltré qui balbutie des excuses ou se tient entre deux rives, dans un atermoiement qui ressemble à une figure de géométrie floue. On attend la sentence d’un château quelconque les yeux écarquillés avec un dossier sous le bras. N’importe quel guichetier, le plus petit associatif est comme l’organe d’un être fabuleux, totipotent. Jupiter d’un jour, il fulmine des sentences, il dit que c’est la loi ou la justice. Ulysse joue les survivants mais survivre n’est pas une fin. Combattre les prétendants et tendre l’arc, putain, qu’est-ce que tu racontes, même après cette épreuve, même après l’avoir réussie, Ulysse n’est pas resté et Ulysse était un roi, alors que veux-tu que je fasse ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :