Publié par : Memento Mouloud | septembre 14, 2015

Envoi n°9

Juppé-petit

La gauche aime sans complément d’objet précis. Tantôt les homosexuels, parfois les étrangers, quelquefois les riches ou les patrons, pour d’autres occasions le peuple ; la droite déteste comme la gauche aime. Les seuls étrangers que la gauche aime détester, ce sont les juifs, les seuls étrangers que la droite déteste aimer, ce sont les mêmes.

Le silence est le travesti de Dieu. Chaque prière le masque davantage

Il ne sert à rien de vouloir arranger la vie. C’est une vigne mal taillée


Responses

  1. En politique, . »..ne pas hésiter à manger des poulets sacrés, même si l’on se moque des augures »

    Hélas, il faudrait en plus aimer les augures?

    • Cicéron aurait recommandé de s’en tenir aux augures, je vous le cite “ La légèreté de P.Claudius ne nous intriguera-t-elle pas ? Lui qui se moquait des dieux même en se jouant ; comme les poulets sortis de leur cage ne touchaient pas à la nourriture, il les fit jeter à l’eau, pour les faire boire puisqu’ils ne voulaient pas manger. Cette farce, avec la défaite de la flotte, lui valut à lui-même beaucoup de larmes et au peuple romain une grande affliction. Or voyez. Son collègue Iunius n’a-t-il pas, dans la même guerre, perdu sa flotte dans la tempête parce qu’il n’avait pas tenu compte des auspices ? Aussi Clodius fut-il condamné par le peuple ; Iunius, lui, se donna la mort. Coelius écrit que C. Flaminius, pour avoir négligé les prescrits religieux, a perdu la face au Lac Trasimène, causant ainsi un grand préjudice à la république. La fin de ces hommes peut faire comprendre que la république a été bien servie par les commandements de ceux qui avaient respecté la religion ”

      • Connaissant le septicisme tranquille de Cicéron, il faut sans doute y voir un avertisemnt aux esprits qui s’affichent « forts », dès leur que leur échec sera interprété, aux yeux de la plèbe, comme une vindicte des Dieux.
        En quelque sorte  » « croyez ou non, mais ne moquez pas les dieux de la cité »; n’oubliez pas que  » Vae Victis »
        Avertissement politique constant dans l’antiquité gréco latine, qui explique en partie la portion congrue qui fut celle de de l’épicurisme à Rome

      • Sceptique tranquille, il pouvait aussi se dire que respecter les formes rituelles n’engageait en rien une forme quelconque de croyance, c’était comme dire le droit pour un prêteur, une simple charge publique. Pour le reste, un politicien usuel qui ne serait pas démagogue est une sorte d’hircocerf, non ?

  2. « Pour le reste, un politicien usuel qui ne serait pas démagogue est une sorte d’hircocerf »

    L’image me fait rire…

    • J’ai noté que l’hircocerf était absent du livre des êtres imaginaires de Borges, en revanche il peuple les livres de logique

  3. Photo sensationnelle. Elle résume tout.

    • Juppé porte assez bien la calotte, je l’aurais bien vu cardinal, tout empourpré, en secrétaire du Saint-Siège

      • Sa kippa marque la soumission plus que le respect et encore moins l’appartenance.
        Sa légion d’honneur à la boutonnière ses origines et son parcours.

        L’addition des deux explique pour moi sa face et sa tenue, ses épaule pas franchement vives, le type qui fait un truc sous la contrainte. On sent que le gars est en automatique.
        Qu’il sait très bien que dans la course pour aller le plus haut possible c’est le dernier bond possible, la dernière fenêtre de tir.
        Que ce cirque, malgré l’éna, malgré la compétition, malgré toutes les compromissions, malgré les juges, cette génuflexion pour être gentil, devant « l’avant garde de la république » (non mais regardez moi ces tronches, ces allures, sans le panneau derrière je penserai pour l’esplanade des mosquées) est un mal nécessaire.

  4. « je l’aurais bien vu cardinal, tout empourpré, en secrétaire du Saint-Siège »

    « Sa kippa marque la soumission plus que le respect et encore moins l’appartenance »

    Assertions antithétiques ou deux faces de Janus?

    J’avoue ne pas parvenir à me représenter Juppé comme « sénateur romain » ( ou son avatar le haut prélat catholique), non plus que comme « respectueux » ou « appartenant ».
    Je ne perçois dans cette image , ni ethos aristocratique du Beau ni appropriation d’une tradition ( au moins une sagesse à la Maïmonide).

    C’est un Juppé « égaré » dans une rigidité consubstantielle à sa personne, réhabillée aux accomodements raisonnables à la canadienne ( par Appolon, tant de canadiens sont c..s).

    Il est probable que Berlusconi aurait eu une toute autre classe dans la même circonstance…

  5. Vous avez raison sur ce point Ag, Juppé est un type plus que lessivé, épuisé, son ambition, sa recherche de gloriole l’ont tenu debout mais la simple vérité obligé à dire qu’en l’envoyant, en sous-main, devant les tribunaux, Sarkozy l’a enterré, preuve qu’il était impossible à Juppé d’éclore en homme de pouvoir, un séide technocratique tout au plus. Le bon côté de Juppé ce serait une certaine mélancolie, une certaine exaspération devant la bêtise de ses confrères, pour reprendre la métaphore d’Hippocrate ce serait un Robopol qui n’aurait plus de mission.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :