Publié par : Memento Mouloud | novembre 16, 2015

Tombeau

Calme bloc ici-bas chu d’un désastre obscur

Que ce granit du moins montre à jamais sa borne

Aux noirs vols du Blasphème épars dans le futur

Stéphane Albertini est mort au Bataclan. Il tenait avec Pierre Innocenti, également tué, Chez Livio, un restaurant réputé de Neuilly-sur-Seine.

Nick Alexander, 36 ans, un Anglais de Colchester, vendait des produits à l’effigie du groupe Eagles of Death Metal lorsqu’il a été tué au Bataclan. « Nick est mort en faisant le travail qu’il aimait et nous sommes réconfortés de voir à quel point il était aimé par ses amis à travers le monde », a écrit sa famille dans un communiqué.

Jorge Alonso de Celada, un Espagnol de 59 ans, est mort sur l’une des terrasses de café visées par les terroristes.

Jean-Jacques Amiot, 68 ans, Parisien, oncle d’une élue de Quimper, marié, père de deux filles et grand-père de deux petits-enfants, fondateur de la société de sérigraphie Art Go.

Anne Laure Arruebo, inspectrice des douanes

Thomas Ayad, 32 ans, originaire d’Amiens et employé d’Universal Music. Son club de hockey sur gazon d’Amiens a organisé une rencontre dimanche matin pour lui rendre hommage.

Halima Ben Khalifa Saâdi, 34 ans, originaire de Menzel Bourguiba (Tunisie), près de Bizerte, mère de deux enfants, a également été tuée à La Belle Equipe où elle se trouvait en compagnie de sa sœur et de son frère, alors qu’elle fêtait son anniversaire.

Hodda Ben Khalifa Saadi, 35 ans, sa grande soeur, vivait à Paris alors que sa famille est installée au Creusot (Saône-et-Loire). Elle était avec sa soeur à sa fête d’anniversaire.

Chloé Boissinot, 25 ans, originaire de Château-Larcher dans la Vienne, dînait avec son compagnon, blessé. Vivait à Paris, travaillait au bar Le Verre Volé.

Emmanuel Bonnet, 47 ans, de la Chapelle-en-Serval (Oise), employé à la RATP, joueur de basse, marié, deux enfants, était au concert avec l’un d’eux qui est sain et sauf.

Maxime Bouffard, 26 ans, originaire du Coux (Dordogne), est mort au Bataclan. Ce fêtard, amateur de rugby, habitait depuis quatre ans à Paris, où il réalisait des films.

Quentin Boulenger, 29 ans, mort au Bataclan. Cet habitant du XVIIe arrondissement était originaire de Reims.

Natalia Bouligina Loren, 40 ans, de nationalité russe, remariée avec un Français, vivait en France depuis 15 ans. Elle était mère de trois enfants, dont deux d’un premier mariage. Elle est morte lors du massacre du Bataclan.

Ludovic Boumbas, 40 ans, l’origine congolaies, il est né et a grandi à Lille avant de s’installer à Paris il y a quelques années. Ingénieur informatique, il travaillait pour FedEx, comme le rapporte La Voix du Nord. Il est l’une des victimes de la fusillade de la rue de Charonne.

Elodie Breuil, 23 ans, étudiante en design à l’école de Condé. Son frère a confirmé sa mort au magazine Time.

Ciprian Calciu, 32 ans, de nationalité roumaine, est mort au restaurant La Belle équipe, où il se trouvait avec sa compagne, Lacramioara Pop. Ils étaient parents d’un enfant âgé de 18 mois.

Claire Camax, 35 ans, est morte au Bataclan. Mère de deux enfants, cette graphiste était au concert des Eagles of Death Metal avec son mari, qui a réchappé à l’attaque.

Nicolas Catinat, 37 ans, a été tué au Bataclan, alors qu’il se trouvait dans la fosse. Habitant à Domont, dans le Val-d’Oise, il a cherché à protéger ses amis en se plaçant en bouclier humain.

Alonso de Celada, 60 ans, de nationalité espagnole.

Baptiste Chevreau, 24 ans, originaire de Tonnerre (Yonne), musicien, petit-fils de la chanteuse Anne Sylvestre, vivait à Paris depuis cinq ans.

Nicolas Classeau, 40 ans, père de trois enfants âgés de 6, 11 et 15 ans, est tombé sous les balles au Bataclan, où il assistait au concert avec sa compagne, blessée. Guitariste amateur, cet habitant de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) était directeur de l’IUT de Marne-la-Vallée .

Manuel Colaco Dias, 63 ans, un Portugais fan de foot qui vivait depuis 45 ans à Paris, a péri alors qu’il se trouvait à l’extérieur du Stade de France.

Anne Cornet, 29 ans, originaire de Ville-Houdlémont, en Lorraine, vivait à Saint-Germain-en-Laye avec son mari Pierre-Yves Guyomard, tué aussi

Precilia Correia, 35 ans. Portugaise, elle était employée par la maison de disques Mercury Music. Elle est morte au Bataclan.

Cécile Coudon Peccadeau de l’Isle, inspectrice des douanes à la Direction générale des douanes et des droits indirects.

Marie-Aimée Dalloz, 34 ans, Parisienne, travaillait chez Amundi, société d’épargne salariale.

Guillaume B. Decherf, 43 ans, journaliste aux Inrockuptibles. Le magazine a annoncé sa mort samedi soir.

Nicolas Degenhardt, 37 ans, Parisien, originaire du Mans, tué à La Bonne Bière.

Alban Denuit, 32 ans, plasticien bordelais diplômé des Beaux-Arts de Paris, est mort au Bataclan. Il avait obtenu cet été son doctorat en arts plastiques avec les félicitations du jury à l’unanimité, après une thèse entamée en 2009 à Bordeaux 3, où il enseignait. Il exposait cette année à la galerie Eponyme.

Elsa Veronique Deplace San Martin, 34 ans, est morte aux côtés de sa mère, Patricia San Martin, pendant le concert. Son fils, présent, a survécu au massacre.

Vincent Detoc, 38 ans, originaire de L’Haÿ-les-Roses, architecte, guitariste amateur, marié, père de deux enfants, vivait à Gentilly.

Asta Diakité, cousine du footballeur Lassana Diarra. C’est ce dernier qui a annoncé sa disparition sur Twitter.

Romain Didier, 32 ans, était rue de Charonne avec sa compagne, lorsqu’ils se sont fait tous les deux abattre. Originaire de Sury-en-Vaux (Cher), il vivait à Paris, où il avait notamment été manager d’un bar dans le VIe arrondissement.

Lucie Dietrich, graphiste, diplômée en 2013 de l’école multimédia IESA, à Paris, a été tuée au cours de la fusillade de la rue de la Fontaine au Roi.

Elif Dogan, de nationalité belge. Installée depuis quatre mois dans la rue du Bataclan, elle est décédée au Bataclan sous les balles des terroristes, comme son compagnon.

Fabrice Dubois, 46 ans, concepteur rédacteur chez Publicis conseil, se trouvait au milieu de la fosse du Bataclan lorsque les terroristes ont fait irruption. Il était venu au concert avec quelques amis. Marié, père de deux enfants de 11 et 13 ans, il était surnommé le « gentil géant » en raison de sa haute taille de 2m.

Romain Dunay, 28 ans, professeur d’anglais à l’ensemble scolaire catholique Saint-Michel de Picpus (Paris et Saint-Mandé), et musicien.

Thomas Duperron, 30 ans, un Parisien originaire d’Alençon s’occupait de la communication de la salle de concert parisienne La Maroquinerie. Spectateur du Bataclan, il est mort dimanche à l’hôpital de Percy-Clamart où il avait été transporté.

Mathias Dymarski, 22 ans, ingénieur travaux, originaire d’Ancy-sur-Moselle (Moselle). Ce fan du groupe Eagles of Death Metal, également passionné de skate et de BMX, participait au concert au Bataclan avec sa petite amie Marie Lausch et deux amis originaires de Metz. Leurs deux amis ont réussi à s’en sortir, pas eux.

Germain Ferey, 36 ans, originaire de Vienne-en-Bessin, dans le Calvados. Vivait à Paris et travaillait dans le milieu audiovisuel. Il était au Bataclan vendredi soir.

Romain Feuillade, 31 ans, originaire de Gilly-sur-Isère, en Savoie, Parisien, restaurateur.

Grégory Fosse, 28 ans, habitant de Gambais (Yvelines). Grégory était programmateur musical pour la chaîne D17. Un hommage lui sera rendu lundi, à l’initiative du conseil municipal de la commune de Gambais.

Christophe Foultier, 39 ans, directeur artistique chez Havas Life Paris, marié, deux enfants, vivait à Courbevoie.

Julien Galisson, 32 ans, originaire d’Orvault (Loire-Atlantique), habitant à Nantes, célibataire, fan de musique, était au concert avec une amie qui a eu la vie sauve.

Suzon Garrigues, était étudiante en troisième année de Licence de lettres modernes appliquées à la Sorbonne, a elle aussi disparu au Bataclan. Barthélémy Jobert, Président de Paris-Sorbonne lui a également rendu hommage.

Mayeul Gaubert, 30 ans, originaire de Morey en Saône-et-Loire, juriste, Parisien.

Véronique Geoffroy de Bourgies, présidente-fondatrice de l’ONG Zazakely Sambatra, ancien mannequin et ex-journaliste à Madame Figaro et à Vogue Homme.

Michelli Gil Jaimez, 27 ans, était originaire de l’Etat de Veracruz, au Mexique. Elle a été tuée au restaurant La Belle équipe.

Cédric Ginestou27 ans, Parisien originaire de Laval.

Matthieu Giroud, 39 ans, géographe, originaire de Grenoble (Isère). Maître de conférences à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, spécialiste du phénomène de gentrification, ce père d’un petit garçon de trois ans était sorti vendredi soir avec des amis au Bataclan, où il a été tué. Il vivait à Paris avec son épouse, enceinte de leur deuxième enfant.

Cédric Gomet, 30 ans, originaire de Foucherans dans le Jura et résidant à Paris, se trouvait au Bataclan avec l’un de ses amis, Cédric, lui-même blessé par balles à la jambe au cours de l’assaut.

Nohemi Gonzalez, 23 ans, de nationalité mexicaine et américaine, se trouvait à la terrasse du Petit Cambodge en compagnie d’une amie. Etudiante en troisième année à l’université d’Etat de Long Beach en Californie, elle se trouvait à Paris dans le cadre d’un semestre d’échange universitaire à l’école de design Strate de Sèvres. Décrite par son petit ami comme « la plus douce des jeunes femmes », elle devait rentrer aux Etats-Unis le mois prochain.

Juan Alberto Gonzalez Garrido, ingénieur espagnol de 29 ans, travaillait pour EDF. Originaire de Grenade, en Andalousie, il vivait à Paris avec son épouse Angelina Reina, 33 ans. Présente à ses côtés au Bataclan vendredi soir, cette dernière a vu son époux tomber au sol avant de perdre sa trace, selon le quotidien El Pais.

Pierre-Yves Guyomard, 43 ans, ingénieur du son, professeur de sonorisation à l’ISTS (école de son), marié avec Anne Cornet, morte avec lui

Stéphane Hache, 52 ans, Parisien, originaire de Vendée, maître d’hôtel, tué d’une balle perdue dans son studio situé près du Bataclan, retrouvé le samedi 14.

Thierry Hardouin, 36 ans, sous-brigadier au dépôt de Bobigny, devait passer la soirée à Paris au restaurant la Belle Equipe, rue de Charonne, pour célébrer l’anniversaire de sa compagne. « Bon vivant », « homme joyeux et professionnel », « Thierry avait affaire au quotidien à des gens dangereux. On savait qu’il fallait toujours rester sur le qui-vive » confie un de ses proches au quotidien Le Parisien. Thierry Hardouin était père de deux enfants.

Olivier Hauducœur, 44 ans, Parisien, ancien élève de l’École nationale supérieur d’ingénieurs de Caen, coureur de cross amateur, travaillait chez Arval, filiale de location automobile de BNP Paribas.

Frédéric Henninot, 45 ans, employé de la Banque de France à Cergy, père de deux enfants, était au Bataclan avec sa compagne Stéphanie, blessée.

Pierre-Antoine Henry, originaire de Chambéry, amateur de chant. Il est décédé dans la salle du Bataclan.

Raphael Hilz, 28 ans, est né à Garmisch-Partenkirchen en Bavière. Architecte, il avait été embauché dans le cabinet de Renzo Piano à Paris. Vendredi soir, il était allé dîner au Petit Cambodge avec deux collègues, un Irlandais et un Mexicain. Ils ont aussi été blessés lors de l’attaque.

Mathieu Hoche, 38 ans, cameraman à France 24, père d’un enfant de 6 ans, fait également partie des victimes, a annoncé la chef du service politique de la chaîne.

Djamila Houd, 41 ans, une Parisienne originaire de Dreux et mère d’une fillette de 8 ans, selon le journal L’Echo Republicain. Elle a été tuée sur la terrasse du restaurant La Belle Equipe, lors d’une soirée entre amis.

Mohamed Amine Ibnolmobarak, marocain, était architecte encadrant à l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais. Il a été tué alors qu’il se trouvait au bar le Carillon en compagnie de sa femme, blessée.

Pierre Innocenti, 40 ans, l’un des patrons de Che Livio, restaurant « qui attire les plus grandes stars » à Neuilly-sur-Seine, selon Le Parisien.

Nathalie Jardin, 31 ans, originaire de Marcq-en-Barœul, et régisseuse lumière au Bataclan depuis 2011, travaillait vendredi 13 novembre dernier à la salle de concert. Elle était chargée d’accueillir les membres du groupe californien Eagles of Death Metal, selon La Voix du Nord.

Marion Jouanneau, 24 ans, de Chartres où elle a été élève au lycée Marceau, étudiante, assistait au concert d’Eagles of Death Metal accompagné de son petit ami.

Milko Jozic, 47 ans, de nationalité belge, abattu  lors du carnage du Bataclan

Jean-Jacques Kirchheim, 44 ans, Parisien originaire de Saint-Maur, salarié de Free.

Hyacinthe Koma, 37 ans. Serveur au restaurant Les Chics Types, dans le 19e arrondissement, il participait à une soirée d’anniversaire au restaurant La Belle Equipe rue de Charonne. « Il avait beaucoup d’amis », selon sa petite soeur Amy. L’un d’entre eux a lancé une cagnotte sur le site Leetchi pour aider sa famille à financer les obsèques.

Nathalie Lauraine, 39 ans, Russe et Française, mère de trois enfants, était au concert avec son mari qui a été blessé.

Marie Lausch, abattue au Bataclan, 23 ans, originaire de Metz (Moselle). La jeune femme, diplômée de l’école de commerce de Reims, venait de terminer une mission pour un groupe de cosmétiques

Gilles Leclerc, 32 ans, fleuriste à Saint-Leu-la-Forêt, fan de rock et de formule 1, était au Bataclan avec sa petite amie qui est saine et sauve.

Guillaume Le Dramp, 33 ans, originaire de Cherbourg, serveur.

Renaud Le Guen, 29 ans, habitant de Savigny-sur-Orge, conseiller service chez MAN Truck&Bus (constructeur de camion et d’autocars), était au concert avec sa compagne Floriane, rescapée.

Christophe Lellouche, 33 ans, tué au Bataclan, était créateur de sites internet. Ce supporter de l’OM, guitariste et compositeur du groupe Oliver.

Marion Lieffrig-Petard, était étudiante en 1e année du master franco-italien de musicologie de la Sorbonne. Musicienne, passionnée par les voyages musicaux en Méditerranée, elle venait de rentrer d’une année d’Erasmus à Barcelone et s’apprêtait à effectuer sa deuxième année de Master à Palerme.

Antoine Mary, 34 ans, originaire de Caen, développeur, avait travaillé chez Milky, agence parisienne de communication web, était au Bataclan avec son ami Germain Férey, tué lui aussi.

Cédric Mauduit, 41 ans, directeur de la modernisation du département du Calvados ; l’institution a annoncé sa disparition. Sur Facebook, son frère, Matthieu, a lancé un appel pour tenter d’inviter ses idoles, les Rolling Stones et David Bowie, à son enterrement.

Charlotte et Émilie Meaud, sœurs jumelles de 30 ans, Parisiennes, Charlotte était chargée de développement de start-up, Émilie architecte.

Isabelle Merlin, 44 ans, ingénieur à Rambouillet.

Fanny Minot, 29 ans, monteuse pour l’émission Le Supplément sur Canal + depuis plusieurs années. Elle est morte au Bataclan.

Yannick Minvielle, 39 ans, originaire d’Épervans en Saône-et-Loire, directeur de création chez Red/Publicis et chantait dans un groupe de rock.

Cécile Misse, 32 ans, originaire de Gap (Hautes-Alpes), chargée de production au théâtre Jean-Vilar de Suresnes, tuée avec son compagnon Luis Felipe Zschoche Valle

Lamia Mondeguer, abattue, rue de Charonne alors qu’elle était avec son compagnon, Romain Didier. Elle travaillait pour l’agence artistique Noma Talents.

Marie Mosser, 24 ans, qui travaillait pour Celebrities in Paris. Le site a annoncé sa mort.

Justine Moulin, 23 ans, étudiante à Paris.

Quentin Mourier, 29 ans, originaire de Rouffach dans le Haut-Rhin, architecte (ENSA de Versailles), avait été chargé d’étude à l’Atelier international du Grand Paris et travaillait pour le projet Vergers Urbains, association du XVIIIe arrondissement de Paris qui plante des arbres fruitiers dans les quartiers parisiens.

Victor Muñoz, 25 ans, fils d’un élu du XIème.

Christophe Mutez, environ 40 ans, d’une famille de Traînou (Loiret), près d’Orléans, consultant informatique.

Hélène Muyal, 35 ans, maquilleuse-coiffeuse parisienne et maman d’un garçon de 16 mois était « une grande fan de musique rock et alternatives », a confié sa sœur au Monde, confirmant sa disparition.

Bertrand Navarret, 37 ans. Selon le journal La Dépêche du Midi, il avait grandi à Tarbes, où son père est notaire, et vivait à Capbreton, sur la côte landaise. Il était parti à Paris pour passer quelques jours dans la capitale et assister au concert au Bataclan.

Christopher Neuet-Shalter, 39 ans, originaire de Levallois, consultant formateur en marketing digital, vivait à Clichy avec sa compagne et leur fille de 11 ans.

Lola Ouzounian, 17 ans, Arménienne, était au concert avec son père.

Alberto Pardo Touceda était de nationalité espagnole. Âgé de 33 ans, il est mort au Bataclan.

David Perchirin, 45 ans, ancien journaliste devenu professeurs des écoles. Il enseignait en Seine-Saint-Denis, indique l’association des anciens élèves de Sciences-Po Rennes.

Aurélie de Peretti, 33 ans, était venue de Saint-Tropez pour assister au concert a raconté son père au Parisien.

Manu Perez, 40 ans, employé d’Universal Music. C’est Pascal Nègre, PDG de la firme, qui a annoncé sa disparition, en même temps que celle de Thomas Ayad. Directeur artistique chez Polydor. Ce père de famille a posté sur Facebook quelques minutes avant sa mort une vidéo prise dans la fosse du Bataclan, intitulée « Il y a ceux qui y sont et qui ne sont pas ».

Aurélie de Peretti, 33 ans, une infographiste de formation reconvertie dans la restauration, se faisait une joie depuis des semaines d’assister au concert du Bataclan.

Anna Petard Lieffrig, 24 ans, décrite, dans un communiqué annonçant sa disparition, comme « notre dévouée graphiste » par Christophe Deloire, président de Reporters sans frontières, où elle avait été stagiaire entre mars et septembre 2013.

Franck Pitiot, 33 ans, habitant de Meudon (Hauts-de-Seine), ingénieur diplômé de l’Esstin Nancy, travaillait chez MCCF, société de construction.

Caroline Prenat, 24 ans, est morte au Bataclan. Cette graphiste lyonnaise était diplômée des Arts appliqués de Lyon et de l’Ecole Condé de Nancy.

François-Xavier Prévost, 29 ans, Ce passionné de tennis, « toujours souriant, toujours la banane », travaillait dans la publicité à Lille.

Sébastien Proisy, 38 ans, né à Valenciennes (Nord), habitait à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis. Après avoir travaillé à la Commission européenne, Sébastien Proisy a créé sa propre start up, «qui marchait bien». Il dînait au Petit Cambodge, avec un collègue et un client, au moment de la fusillade.

Armelle Pumir Anticevic, 46 ans, Parisienne, chef de fabrication chez Logic Design Studio, était au Bataclan avec son mari, Joseph, rescapé.

Richard Rammant, 53 ans, originaire du Lot, mais résidant à Paris, il était le père de deux filles. Ce passionné de musique et de moto était bénévole au Cahors Blues Festival, comme le rapporte La Dépêche. Il assistait au concert du Bataclan avec sa femme, Marie Do, blessée aux jambes, mais qui a survécu.

Valentin Ribet, 26 ans, avocat d’affaires au cabinet Hogan Lovells, qui a confirmé sa disparition. Il était diplômé de la London School of Economics, et avait suivi des études à la Sorbonne. Il était spécialisé dans la criminalité en col blanc.

Matthieu de Rorthais, 32 ans, Parisien.

Estelle Rouat, 25 ans, Elle a grandi en Bretagne, à Concarneau, professeur d’anglais au collège Gay-Lussac de Colombes.Elle est morte au Bataclan.

Thibault Rousse Lacordaire, 37 ans, habitait de Neuilly-sur-Seine, contrôleur de gestion chez Colony capital, fonds d’investissement qui a été actionnaire du Paris Saint-Germain, et bénévole à l’association le Relais Frémicourt, il fut exécuté au Bataclan

Raphael Ruiz, 37 ans, Parisien, originaire de Grenoble où il avait été élève à Sciences Po, rédacteur chez Ubiqus, guitariste et passionné de musique.

Madeleine Sadin, 30 ans, qui vivait à Paris, est morte au Bataclan. Elle était professeur de lettres  au collège Adolphe-Chérioux à Vitry-sur-Seine.

Kheireddine Sahbi, 29 ans, ce violoniste de nationalité algérienne. Surnommé « Didine », il rentrait chez lui vendredi après une soirée avec des amis lorsqu’il a été tué. Après des études de sciences, il s’était tourné vers la musique et étudiait depuis un an à Paris. Lola Salines, éditrice chez Gründ, dont la mort a été annoncée par son père sur Twitter.

Lola Salines, 28 ans, éditrice chez Gründ, est morte au Bataclan. Décrite comme « attentionnée, sensible, rigoureuse, branchée, enthousiaste », elle faisait également du roller derby sous le pseudo Josie Ozzbourne, dans l’équipe La boucherie de Paris.

Patricia San Martin, 61 ans, fonctionnaire à la mairie de Sevran et responsable syndicale CGT, morte aux côtés de sa fille Elsa Veronique Deplace San Martin, indique la mairie de Sevran. Elle avait échappé aux tortionnaires de Pinochet.

Hugo Sarrade, 23 ans, étudiant en master à Montpellier qui était venu spécialement pour le concert. Son père qui l’hébergeait, dresse son portrait dans le Midi Libre. Il avait pour domaine d’étude l’intelligence artificielle.

Maud Serrault, 37 ans, est morte au Bataclan. Elle travaillait comme directrice du marketing chez Best Western et venait juste de se marier. Son époux, qui était à ses côtés, a survécu.

Sven Silva Perugini, 29 ans, du Venezuela, né à Caracas, domicilié depuis deux ans à Palma de Majorque, était au Bataclan avec deux amis vénézuéliens.

Valeria Solesin, 28 ans, Italienne originaire de Venise, doctorante en démographie, vivait depuis quatre ans à Paris. Son sort émeut l’Italie tout entière, fait savoir notre correspondant en Italie Philippe Ridet.

Fabian Stech, 51 ans, né à Berlin, marié, père de deux enfants, installé en France depuis 1994, docteur en philosophie, critique d’art, vivait à Dijon où il était professeur au lycée privé Les Arcades.

Ariane Theiller, 24 ans, était au Bataclan avec des amis lorsqu’elle a été abattue. Elle a vécu près de Lille, suivi un cursus à l’université de Strasbourg, était auteur d’un mémoire de master sur les super héros, habitait Montreuil et travaillait à Paris chez Urban Comics, filiale de Dargaud qui édite des bandes dessinées américaines.

Eric Thomé, ancien élève au lycée de Sèvres, photographe et graphiste, créateur de l’agence We are Ted à Paris, était père d’une petite fille et en attendait une deuxième. Il est mort au Bataclan.

Olivier Vernadal, 44 ans, a été abattu au Bataclan. Agent des impôts à Paris, il était originaire de Ceyrat (Puy-de-Dôme).

Stella Verry, 36 ans, médecin généraliste au Pôle de Santé les Eiders, à Paris.

Luis Felipe Zschoche Valle, 33 ans, chilien, habitait depuis huit ans avec sa femme à Paris, où il travaillait comme musicien.

Le Monde / Ouest France/ Slate/ Nice-Matin/ Le Figaro/ Mediapart


Responses

  1. Oui, il faut bien les nommer dans l’heure, faute de s’en souvenir dans 3 mois (le temps d’un état [État ?] d’urgence ?) Bien peu d’entre eux auront les honneurs de Wikipedia, contrairement à leur désormais illustres et minables assassins (pour ne pas parler des leurs complices ou mandants constitutionnels).
    Cela étant, merci pour Stéphane (mal armé — comme toutes les victimes modernes) et pour Edgar (qui n’avait que Poe sur les os).
    Je me permets de copiercoller le poème en entier :

    Le tombeau d’Edgar Poe

    Tel qu’en Lui-même enfin l’éternité le change,
    Le Poète suscite avec un glaive nu
    Son siècle épouvanté de n’avoir pas connu
    Que la mort triomphait dans cette voix étrange !

    Eux, comme un vil sursaut d’hydre oyant jadis l’ange
    Donner un sens plus pur aux mots de la tribu,
    Proclamèrent très haut le sortilège bu
    Dans le flot sans honneur de quelque noir mélange.

    Du sol et de la nue hostiles, ô grief !
    Si notre idée avec ne sculpte un bas-relief
    Dont la tombe de Poe éblouissante s’orne

    Calme bloc ici-bas chu d’un désastre obscur
    Que ce granit du moins montre à jamais sa borne
    Aux noirs vols du Blasphème épars dans le futur.

    Bien à vous

    • Celui sur Baudelaire n’est pas mal non plus, couplé avec le cygne il donne un magnifique coup d’éventail sur la glaciation révolutionnaire qui n’en finit plus de crever

  2. Je vais être horrible mais ils avaient des profils de victimes au sens racailles de banlieues du terme.

    • Les daechites ont une doctrine des mauvais rassemblements. Le foot detourne de dieu donc on le bombarde. Au Bataclan ils ont visé mes semblables : petite et moyenne bourgeoisie intellectuelle. Celle-ci avait déjà droit aux sarcasmes, petitesses et mises en accusation de l’opinion, du progressisme, des réactionnaires de plateau
      et des gouvernements successifs ; maintenant elle reçoit des balles. Pour ce qui est d’être victime, quand un type a une kalash chargée et qu’on est à mains nues, forcément on est du côté de ceux qui se font tuer

  3. @ AG : au coin, à genouX, les mains sur la tête. Vous nous copierais 365 fois : «  »je veux vivre et mourir ensemble avec tous les cons-potes intouchables de la Terre ». Ah mais ! Petit chenapan va ^^

  4. « Celle-ci avait déjà droit aux sarcasmes, petitesses et mises en accusation de l’opinion, du progressisme, des réactionnaires de plateau
    et des gouvernements successifs ; maintenant elle reçoit des balles. »

    Quand vous avez un problème avec tout le monde…c’est vous le problème.

    « Pour ce qui est d’être victime, quand un type à une kalash chargée et qu’on est à mains nues, forcément on est du côté de ceux qui se font tuer »

    Oui et voyez, malgré le cour magistral dispensé, les Eloïs suivants répondent par des bougies, des dessins bidons et des slogans de mômes de 5 ans.
    Celà m’a permis, en inversant une blague de l’armée, à comprendre je pense le refus, le combat de la population en général sur l’armement individuel. J’ai longtemps cru que c’était par conviction mais les gens comprennent qu’en donnant le droit de se défendre aux individus, vous diminuez le nombre de cibles sans risques aux assaillants, les seuls vrai victimes seraient celle-qui refuse de se battre..
    C’est juste de la lâcheté qu’ils tentent de diluer dans la masse.

    • « Quand vous avez un problème avec tout le monde…c’est vous le problème. »

      Trop facile Ag, l’opinion, ça se retourne et ça se travaille, les réactionnaires de plateau, c’est une poignée, les progressistes, on les connaît, quant aux gouvernements successifs, n’en parlons même pas. Si on ajoute les baltringues daechites, c’est un honneur d’être détesté par tant d’inconstants et d’abrutis
      Pour le reste, j’aurais un avis assez différent du vôtre sur 2 points.

      Commençons par la convergence. Pour ce qui est de se battre ou du moins de savoir se battre, en effet, je crois qu’il y a un problème. Pour ma part, j’ai une fille et elle apprend, notamment, le karaté, c’est à la fois élégant et utile, comme art martial. D’ailleurs sur ce point les fascistes individualistes et les anciens autonomes anarchistes ont toujours convergé. On ne doit pas laisser sa sécurité aux seules mains des agences d’Etat (ou privées)

      En tant que pays dont l’ascendance est chrétienne, la France dispose de l’héritage biblique et le pire des crimes c’est l’homicide. Si un roi de France a interdit le duel, ce n’est pas pour se retrouver américanisés (façon ici c’est la frontière) quatre siècles plus tard.

      Enfin les rites collectifs sont nécessaires, pas toujours de mon goût mais nécessaires. La lâcheté, je ne la vois pas là mais dans les annulations en cascade qui touchent les restaurants parisiens, notamment hauts de gamme ou dans les rodomontades à la con d’un directeur de théâtre qui ne veut plus entendre parler des méchants qui se méfient de l’Ôtre ou qui ouvre son théâtre en pensant qu’il fait de la Résistance (à quoi d’ailleurs ?)

  5. Non, Memento, non.
    Je persiste à penser que quand tout le monde s’en prends à vous, vous êtes quelque part en cause. Psychologiquement, physiquement, matériellement…vous n’êtes pas configuré. L’agression est determinée par une évaluation de la menace que vous répresentez et du rapport risque/bénéfice à l’action. Vous avez remarqué, les colosses de plus de 120 kgs sont rarement ennuyés. Les enmerdeurs, les procéduriers, vous savez comme moi qu’ils passent a travers certaines mesures en raison de leurs nature propre.
    Je vous développe çà après le boulot.

    • Allez Ag, je ne résiste pas à vous écrire cet extrait de Cioran « Vous ne distinguez pas davantage les lacunes de la société bourgeoise…comme je la connais de près, mon devoir est de combattre les illusions que vous pourriez entretenir à son sujet. Non pas qu’elle me déplaise absolument mais la dépense d’insensibilité qu’elle exige pour être supportée est hors de proportion avec mes ressources en cynisme. C’est peu dire que les injustices y abondent : elle est, à la vérité, quintessence d’injustice. Seuls les oisifs, les parasites, les experts en turpitude, les petits et les grands salauds profitent des biens qu’elle étale, de l’opulence dont elle s’enorgueillit : délices et profusion de surface. Sous le brillant qu’elle affiche se cache un monde de désolations dont je vous épargnerai les détails. Sans l’intervention d’un miracle, comment expliquer qu’elle ne se réduise pas en poussière sous nos yeux, ou qu’on ne la fasse pas sauter à l’instant »

      J’ajoute ce codicille « les misères prévisibles n’excitent pas les imaginations et il est sans exemple qu’une révolution ait éclaté au nom d’un avenir sombre et d’une prophétie amère »

      Il s’en suit que la Terreur daechite est le « soutien providentiel du bourgeois qui en vit et en extrait la raison de sa sécurité ». Pour le confirmer je vous invite à écouter le discours de Gattaz du Medef, c’est tout un programme


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :