Publié par : Memento Mouloud | novembre 19, 2015

Des daechites, de leurs alliés et du vide de l’état d’urgence

« Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son cœur. Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr…Une personne m’a dit : “Je vous envoie mon amour aveugle”… Je trouve ça génial. On répond à la haine aveugle par l’amour aveugle. »

J’avoue que je perçois mal la qualité de l’amour de celui qui est incapable d’éprouver de la haine après qu’on lui a « volé » un « être d’exception ». On ne l’a pas volé, on l’a abattu. Il me semble qu’il est trop tôt pour s’éprouver si bon dans le miroir aux alouettes de la bonne conscience, mais passons, je n’ai perdu personne dans les massacres et le deuil est un labyrinthe où on avance solitaire.

Le dandy daechite est mort, criblé de balles. Lui et ses baltringues n’auront tué aucun policier, ils sont morts comme ils ont vécu, en pigeons. Le chef de meute et manager, est issu d’une famille de six enfants. Ses parents l’avaient inscrit dans « l’un des établissements scolaires les plus huppés de la région bruxelloise, le collège Saint-Pierre à Uccle […] où il a fréquenté pendant quelques années les enfants des familles les plus fortunées de Bruxelles ».  C’est là qu’il connût le vertige du succès et la rage de ne pas y parvenir. En 2010, il se retrouve en prison pour des affaires de braquage. Son avocat l’aime bien, il trouve que le salafisme lui donne un code de conduite. L’ancien lascar se passe en boucles des snuff movies au drapeau noir et prie comme un forcené. Allah l’a visité. En 2013, il part en Syrie, re-birth islamique, on lui cause des prophéties et il devient Abou Omar Al-Soussi. Dans les publications de Daech, il est peu à peu désigné sous un autre nom de guerre : « Abou Omar al-Baljiki » (le Belge).

Daech lui confie bientôt une mission : former des assassins francophones qui pourront tuer des civils désarmés sur le sol européen. A cet effet, « il serait rentré en Belgique à la fin de cette même année en passant par la Grèce pour repartir ensuite sans être inquiété par les autorités belges », rapporte au Monde « une source proche du dossier ». En janvier 2014, il embarque en Syrie son petit frère Younès, alors âgé de 13 ans, pour en faire « le plus jeune djihadiste du monde ». Son testament est le suivant : « Avant, on tractait des jet-skis, des quads, des motocross, des grosses remorques remplies de bagages, de cadeaux, pour aller en vacances au Maroc. Maintenant, sur le chemin d’Allah, on tracte les apostats. »

Ce serait Hasna Ait Boulahcen, la probable apprentie tueuse rayée du nombre des vivants mercredi à Saint-Denis, qui aurait permis aux enquêteurs de piéger le chef de meute. Selon la source policière, la jeune femme avait été mise sur écoutes par la Direction générale de la sûreté intérieure (DGSI) pour ses liens avec le dandy daechite, et, parallèlement, par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis pour trafic de stupéfiants. François Molins, sorte de star du Parquet, fait également état d’un « témoignage ». Les bonnes vieilles méthodes sont les meilleures, une balance a parlé, sans doute un membre de la pègre locale qui s’est dévoué, « le trafic est menacé, wesh, « fô fère kekechose ». Selon iTélé, la jeune femme se présentait comme la cousine du commanditaire présumé des attentats, mais il pourrait s’agir d’un titre affectueux. C’est ça de pas coucher, de se préserver l’hymen, on finit par partir en morceaux au premier assaut de la police, le premier assaut du Réel. Selon le journal belge « La Dernière Heure », elle a posté sur Facebook le 11 juin dernier une photo avec le commentaire suivant : « Jver biento aller en syrie inchallah biento depart pour la turkie ! ». Elle ne cachait pas non plus son admiration pour Hayat Boumeddiene, la veuve d’Amedy le pédo, ajoute le journal belge.

Une bande de demeurés. Ils ont été tués par une bande de demeurés et de clampins.

On commence à se demander s’il n’y avait pas des failles parmi les gars des services. On dit, ce type a passé les frontières sans qu’on le reconnaisse, mais ce qu’on ne dit pas c’est un constat fort simple : certains tueurs sont comme des poissons dans l’eau croupie de l’islam radical européen. Fin 2014, le chef de l’état-major de l’armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser, affirmait « l’adversaire n’est plus seulement aux portes de l’Europe, il en a franchi le seuil ». On appelle ça la cinquième colonne.

Au 48 rue de la République, la mal nommée, en plein cœur de la cité débaptisée du temps de la Révolution, à deux pas de la Basilique où les corps déterrés des rois reposent, ils sont marocains, roumains, slaves, égyptiens, africains de l’Ouest et paient rubis sur ongle pour ces appartements en piteux état. Marwan débourse 650 euros de loyer et 150 euros de charges pour partager un deux-pièces avec sa famille ainsi que trois autres compagnons. Une forme de coloc comme on dit dans les agences. « Pour les femmes, cest gratuit  ». Des trous dans le plancher, au 48, rue de la République, il n’y a pas besoin de terroristes pour en creuser. Le service habitat dénombre trois effondrements de plafond et deux incendies ces dernières années. « Cet immeuble, on le connaît bien, ajoute la responsable. Depuis 2010, on pousse les propriétaires à agir. Ils ne répondent pas. Ils ne paient pas leur quote-part de copropriété. Ce n’est pas Jawad, le marchand de sommeil qui paiera une amende ou sera assigné, c’est la méchante mairie « chic » qui ne veut pas de logements sociaux sur son territoire. Logique française du racket fiscal au nom de la bonne cause, la cause d’Etat, la cause unisexe, celle de la France qui toujours combat pour le Bien. Il suffit de se promener une seconde à Saint-Denis pour savoir ce qu’il en est, l’islam radical est chez lui et le pire c’est que les riverains ne le voient plus, le poison s’est infiltré et l’antidote n’est pas encore en vente.

Ce poison court aussi dans les rues de Marseille. Le 24 octobre, à proximité du commissariat situé sur la Canebière, un rabbin et un petit groupe d’amis se rendant à la grande synagogue avaient été agressés par un passant porteur d’un couteau. Trois personnes avaient été blessées. Les victimes, certaines ensanglantées, avaient poursuivi leur chemin jusqu’à la synagogue où elles avaient été secourues. « Des gens étaient à la terrasse des cafés et ne les ont pas aidés, déplore Mme Teboul. Ils ont senti un environnement tellement hostile qu’ils ont pensé ne trouver de salut qu’à la synagogue. »

Inutile de se raconter des histoires sur l’environnement en question. Il est arabo-musulman, Au mieux, il est indifférent au sort d’un juif violenté, au pire il est complice.

 « On va d’abord t’amocher, on te tuera après », s’est entendu dire un enseignant en Histoire du centre Yavné, le plus important des seize établissements scolaires juifs de Marseille. Agé de 56 ans, l’homme a été abordé par deux jeunes en scooter qui lui ont montré, l’un une photo de Mohamed Merah sur son portable, l’autre un T-shirt à l’effigie de Daech sous son blouson. Frappée au visage, la victime a été tailladée aux jambes et aux bras, mais ses blessures sont peu profondes et l’enseignant a quitté les urgences de l’hôpital Laveran après les premiers soins. Les auteurs de ces deux agressions n’ont pas été interpellés, mais les services d’enquête disposent d’images vidéo montrant deux jeunes hommes en scooter à proximité des lieux de la tentative de meurtre. Ils ont été rejoints par un troisième qui a filmé l’acte sur son portable. Les pogromistes en rodage ont été mis en fuite par l’arrivée de très nombreuses patrouilles de police sur les lieux, le quartier Saint-Just, dans le 13e arrondissement de Marseille.

 « Il va bien, autant qu’on puisse aller bien après une telle agression », a précisé Michèle Teboul, présidente du CRIF Marseille-Provence. Ses enfants l’ont retrouvé en état de choc, assis sur le trottoir devant son domicile. Mohamed Merah a réveillé l’antisémitisme et celui-ci est toujours meurtrier, la page reste ouverte. Le gros François a promis une réaction « impitoyable » à la fois contre la gifle reçue par une femme musulmane et la promesse d’un assassinat d’un juif français par des daechites en scooter.

Toujours le balancier, la République est pleine d’équité.

Les alliés objectifs de Daech comme les aurait nommé feu Georges Marchais se tiennent sur un trépied : la cupidité, l’œil omnivore de la Transparence démocratique où chacun est un voyeur omniscient et le cosmopolitisme immatriculé dans les paradis fiscaux.

 « La cinquième vidéo, elle est fatale, on dirait un film », dit un habitant de Saint-Denis qui tente, dans sa commune, de vendre à des journalistes des images amateurs de l’assaut donné par les policiers mercredi 18 novembre au matin. « 400 euros, c’est donné ». « Si on voit les tirs et un policier, de loin, dans la nuit, c’est 500 euros, sinon, juste le son, c’est 100 euros ». « Nous ne sommes pas contre le principe d’acheter certains documents », explique Hervé Béroud, directeur de la rédaction de BFM-TV dont la casuistique tartuffesque s’énonce ainsi : « Ne pas rentrer dans une course au spectaculaire, ni dans une course aux enchères. Et il faut que le document apporte une info ».  Ceux qui achètent avec gloutonnerie sont les médias de la ploutocratie anglo-américaine, où cette pratique est courante. Le Daily Mail a ainsi diffusé une photo de l’intérieur du Bataclan montrant des corps, cliché qu’il a acheté via le Daily Mirror qui en a acquis les droits. Le site du quotidien a également posté des enregistrements de vidéo-surveillance récupérées dans un des cafés-restaurants sulfaté à la kalachnikov vendredi soir. « Cette vidéo a nous a été proposée pour 50 000 euros », raconte Hervé Béroud, de BFM-TV, qui l’a refusée, car elle est « choquante ».

Le Journal du dimanche a raconté que dès le soir des attaques, deux témoins proposaient trois vidéos et une dizaine de photos des attaques d’un bar et d’une pizzeria, pour 1 000 euros. Avec « exclusivité », ce qui veut dire qu’ils supprimeraient les images après la transaction.

 Une bonne affaire.

Dans la bataille numérique en cours, une entreprise de la Silicon Valley se retrouve en ligne de mire. CloudFlare , société créée en 2009, est accusée par Anonymous d’aider l’Etat Islamique à prospérer sur la toile. Selon Bloomberg, la société vaudrait cette année près d’un milliard de dollars. Quarante sites Internet de l’organisation terroriste seraient des clients du service d’optimisation sur le web :  : trente-quatre diffusent de la propagande, quatre sont des forums terroristes, les deux restants offrent des services techniques.

CloudFlare est un blindage numérique. Un ravitailleur quand un site peine dans une circulation numérique massive. Elle augmente les performances de la plate-forme abonnée. C’est aussi un filtre, une protection face aux attaques par déni de service – lorsque quelqu’un envoie d’énormes quantités d’informations sur un site pour l’acculer et le rendre indisponible. D’une entreprise respectable, vainqueur en 2009 de la Harvard Business School Business Plan et ayant levé 110 millions de dollars auprès de Google, Microsoft et Baidu, la société CloudFlare se retrouve sous les feux croisés des réseaux sociaux. Elle attend juste qu’ils se fatiguent.

Pendant ce temps, le co-fondateur et PDG de CloudFlare Matthew Prince lance quelques leurres techno-progressistes. « Après le 11 septembre, mes amis européens ont été prompts à critiquer le Patriot Act (…) Beaucoup de gens disaient alors qu’on ne pouvait plus faire confiance aux entreprises technologiques américaines à cause de cette mesure. J’ai l’impression que désormais, l’Europe a sa propre réaction réactionnaire, et que les entreprises européennes ne seront plus dignes de confiance ».

Après les attentats de Paris, Marc Simoncini, fondateur de Meetic, a lancé un appel au patriotisme. « Mes chers amis entrepreneurs, vous êtes nombreux, très nombreux à avoir quitté la France, pour des raisons personnelles parfois et fiscales souvent…..Revenez, parce que si nous ne sauvons pas notre nation, vous aurez vous aussi bientôt tout perdu…J’ai eu une réaction épidermique. Cela m’est venu en voyant le désarroi des forces de sécurité qui manquent de moyens. On a beau retourner le problème dans tous les sens, à la fin, c’est quand même un problème d’argent… »

Développeur dans une start-up américaine et partageant son temps entre San Francisco et la France, Pierre Vannier a trouvé le message de Marc Simoncini “ pathétique ”, considérant qu’il y a là un “ mélange des genres inacceptable. Comme si aimer l’argent interdisait d’être patriote dès lors que se joue une partition existentielle et non pas une polémique à propos des couplets de la Marseillaise chantés par Benzema un jour de coupe du monde.

Reste la lucidité de Michel Houellebecq, campé en remix de Baudelaire et d’Hugo, entre l’exil et le dégoût, dépolitiqué sans l’être, regardant dans les yeux le vide sidéral des grenouilles aux manettes

« Au lendemain des attentats du 7 janvier, j’ai passé deux jours scotché aux informations télévisées en continu sans pouvoir en détourner les yeux. Au lendemain des attentats du 13 novembre, je crois que je n’ai même pas allumé la télévision. Je me suis contenté d’appeler les amis et les connaissances qui habitent dans les quartiers touchés (et ça représente du monde) », confie-t-il.

« On s’habitue à tout, même aux attentats. La France résistera. Les Français sauront résister même sans se prévaloir d’un héroïsme exceptionnel, sans même avoir besoin d’un sursaut collectif d’orgueil national (…). Ils résisteront parce qu’on ne peut pas faire autrement, et que l’on s’habitue à tout. Parce qu’aucune émotion humaine, pas même la peur, est plus forte que l’habitude. » « keep calm and carry on. Reste calme et avance. D’accord, on va faire exactement comme ça (même si – hélas – nous n’avons pas un Churchill à la tête du pays). Contrairement à ce que l’on pense, les Français sont plutôt dociles et ils se laissent gouverner facilement, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont de complets imbéciles. Leur principal défaut est une sorte de superficialité qui incline à l’oubli, ce qui signifie qu’il faut leur rafraîchir la mémoire périodiquement. »

« la situation regrettable dans laquelle nous nous trouvons doit être attribuée à des responsabilités politiques spécifiques ; et ces responsabilités politiques devront tôt ou tard être étudiées à la loupe. Il est très improbable que l’insignifiant opportuniste qui occupe le fauteuil de chef de l’Etat, tout comme l’attardé congénital qui occupe les fonctions de Premier ministre, pour ne rien dire des ténors de l’opposition (LOL) sortent avec les honneurs d’un tel examen. » « Qui a décidé les coupes dans les forces de police, jusqu’à réduire ces dernières à l’exaspération, [ à les rendre ] quasiment incapables d’effectuer leurs missions ? Qui, pendant des années, nous a répété que les frontières sont une antique absurdité, symbole d’un nationalisme dépassé et nauséabond ? Il ne faut pas longtemps pour comprendre que ces responsabilités ont été largement partagées. »

Michel Houellebecq reproche aux leaders politiques français – exception faite de Dominique de Villepin dont il salue le discours contre la guerre en Irak en 2003 à l’ONU – d’avoir engagé le pays dans des opérations militaires « absurdes et coûteuses » qui ont eu pour principal résultat d’avoir « plongé dans le chaos, d’abord l’Irak, puis la Libye. Et ces dirigeants étaient sur le point, il y a peu de temps encore, de faire la même chose en Syrie ».

Conclusion : « Les gouvernements qui se sont succédé au cours des dix (vingt ? trente ?) dernières années ont failli péniblement, systématiquement, lourdement, dans leur mission fondamentale qui consiste à protéger la population française dont ils ont la charge (…). On pourrait multiplier à l’infini les exemples de la fracture – aujourd’hui abyssale – qui existe entre les citoyens et ceux qui devraient les représenter. »

Le Monde / Reuters/ Marianne/ Rue 89/ Les Echos/ BAM


Responses

  1. Houellebecq a raison, nos politiques sont des baltringues. Encore que ça, on le sait depuis des années.

    Les Français parfois me font mal, je vois des réactions saines de gens qui veulent se défendre ou approuvent les actions guerrières. mais de l’autre, je vois des gens au cerveau totalement ramolli qui continue de chanter les louanges d’un islam de « bons sauvages » incapable de faire le mal, attribut spécifique de l’Europe et de son christianisme. Vur sur le net une vidéo d’un musulman à Paris qui se bande le visage avec une écharpe met une pancarte par terre où il écrit « blabla padam padamalgam » et « prenez-moi dans vos bras » . et bien les gens y vont. Si c’était un phénomène émotionnel, retrouvons après une tuerie, je dirais ok. poussif mais c’est le contexte. Mais les initiatives bisous de ce genre n’ont pas commencé samedi dernier.

    Sinon j’ai vu l’hommage du maire de St Denis. Minute de silence suivie d’une Marseillaise sobre et triste qui m’a faite penser à la fin de Voyage au bout de l’enfer.

    St Denis : http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/video-seine-saint-denis-minute-de-silence-et-marseillaise-des-elus-et-habitants-au-stade-de-france_1183413.html

    Voyage au bout de l’enfer : https://www.youtube.com/watch?v=9LwGt9d1-lU

    • Je crois que nous assistons Daredevil à une sorte de dissonance cognitive de masse parmi les progressistes qui recrutent parmi la petite bourgeoisie intellectuelle. Ils ne veulent pas croire qu’on les tue pour ce qu’ils sont. Certains crieront au complot ou etreindront leurs bourreaux plutôt que de voir le réel en face et ce réel c’est la mort. Or comme le disait la Rochefoucauld ni le soleil ni la mort ne se peuvent regarder en face

  2. Je cite : « On pourrait multiplier à l’infini les exemples de la fracture – aujourd’hui abyssale – qui existe entre les citoyens et ceux qui devraient les représenter. »
    Les représenter (ça, c’est foutu depuis belle lurette), mais surtout : qui devrait les servir et les protéger des ennemis désignés avec clarté…
    D’une entité de service de la république et du citoyen (ne parlons plus de nation ou de patrie SVP) l’État est passé à une sorte de pétaudière mafieuse, une espèce de moloch demeuré, zombiesque, incontrôlable, incompréhensible et de plus en plus incontrôlé par une nomenclatura de vaniteux, d’incultes et d’imcompétents.
    Il faudra dire à ce pauvre veuf sans haine (et donc sans véritable amour, du reste) et à son fils orphelin, qui est son ennemi les plus impitoyable : la botte de la réalité.
    Lui parler de Darwin ensuite (mais surtout pas des Martiens)
    Je ne suis pas certain qu’il vous entende d’abord et vous comprenne ensuite, hélas.
    Bien à vous

    • La lettre dont je cite un extrait, Martin-Lothar, a été diffusée en première page du Monde, elle s’inscrit dans la diffusion des mots d’ordre qui suit chaque attentat : en 2001, c’était nous sommes tous américains, en janvier 2015, je suis Charlie, en novembre, vous n’aurez pas ma haine. C’est donc un symptôme, celui du pouvoir pastoral qu’affectionnent particulièrement ces médiatiques qui se prennent pour des artistes ou ces artistes médiatiques car il est tout à fait clair qu’un artiste explore et ne prescrit rien. D’ailleurs cet homme ne s’adresse pas aux daechites mais aux autres français, il ne cause pas de ses blessures car toute blessure est secrète et bien enfouie. Il se sert d’une morte, sa propre compagne, pour lester son impératif catégorique d’une consistance, il parle au nom d’une victime, il use du procédé des nouveaux philosophes, moi-je-en-tant-que. La lettre dicte aux français la conduite à suivre, une sorte d’impératif catégorique : il faut aimer et laisser nos dirigeants s’occuper du reste, ils savent et nous ne savons rien.

      Les daechites ont un autre fonctionnement. L’attentat-massacre a été revendiqué par un homme issu d’une cellule mise en place par le propre frère de Mohamed Merah qui avait dit au membre des services qui l’avait à charge, « je vous ai fumés ». C’est exactement cela, ils nous ont fumés. On vient d’apprendre ce matin que le dénommé Abdelhamid avait pris le métro à Croix de Chavaux, Montreuil. Tous ceux qui connaissent savent bien que ce n’est pas exactement un endroit isolé. Le problème ce n’est donc pas de pourchasser les pseudo-dysfonctionnements européens ou français des services mais de diagnostiquer les raisons pour lesquelles ces types nagent en terrain conquis et connu, si connu qu’ils sont tous fichés comme radicaux mais agissent en toute impunité, jusqu’à ce que leur équipée meurtrière commande de les buter, sans autre forme de procès.

      Je vous conseille la lecture de cet article du Figaro, c’est un tissu d’âneries qui indique bien dans quel flux de propagande débile, nous nageons : http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2015/11/19/29006-20151119ARTFIG00006-petrole-taxes-donations-trafics-d-humains-comment-daech-se-finance.php

      • Je crois que vous avez loupé le meilleur et c’était sur BFM radio dimanche soir ( je faisait la bouffe pour les jours à venir et vronze cul ,ça devenait plus possib’ )
        Je reviens de suite vous raconter

      • Impossible Kobus, le meilleur c’est Jawad celui qui rend service aux daechites. Une bonne tête à jouer chez Sergio Leone

      • c’était un père dévasté par la mort de sa fille
        le mec n’avait pas de haine,pour les djihadistes du moins
        il était vidé ,à ce qu’il disait
        par contre sa haine s’est réveillée lorsque les services de l’état n’ont pas voulu lui communiquer à temps la certitude de l’annonce de la mort de sa fille
        puis à la question « comment on fait pour les obsèques? » la morgue a répondu « voyez avec les pompes funèbres de chez vous » alors là,ça allait plus
        l’ancien libertaire anéanti par la mort de sa fille reprend du poil de la bête !
        la haine ,l’indignation , la rage , il en a
        mais pas contre les baltringues du derche!
        contre le planton téléphonique de l’IML !

      • On dirait que le type se plaint d’une contravention pour un stationnement, la figure ne l’ennemi ne le touche pas, c’est comme un accident regrettable, une sorte de tempête incompréhensible alors que les figures familières du policier ou de l’employé au téléphone le rendent furieux, c’est le monde restreint qu’il conçoit, il n’en a pas d’autres. J’ai lu aussi le témoignage d’un certain Louis, un hipster, visiblement, un survivant d’après ses dires. Lui comprenait parfaitement qu’un enfant palestinien assassine un juif de hasard en guise de réparation de l’injustice subie dans les territoires occupés. Mais là, vraiment, il ne comprenait pas qu’un voisin vienne le flinguer pour d’obscures raisons, disons une haine sans emploi. C’était à la fois reconnaître l’étrangeté des actes criminels motivés par une certaine lecture de la religion musulmane et plus profondément une incapacité à tenir le choc de l’insoutenable légèreté de l’être et nier l’existence de cette motivation explicite. Ça me rappelle Daladier de retour de Munich quand il avait aperçu la foule venue l’acclamer quand il pensait qu’elle venait pour le lyncher, il lui avait échappé cette exclamation, « ah les cons ! »

      • Qu’ils crèvent.
        Quand on répond à des kalashnikovs ou à la torture, parce que ce qui s’est passé au bataclan ne passera pas sur bfm, par des poème ou des bougies, on mérite ce que l’on reçoit.
        Vous avez encore des connasses qui trainent les pieds quand vous arrivez au gyro/sirène et qui rallent quand on leur demande de se bouger… Le traitement que l’on doit à ces gens est le même que celui qu’avait employé à la population des villages voisins des camps concentration.

      • Qu’ils méritent un certain mépris je vous le concède Ag mais on ne juge pas son pays sur les tocards qui le peuplent mais sur ceux qui méritent qu’on les protège

      • @ Memento : ça sonne très « Ne regarde pas nos péchés mais la foi de ton Eglise.  » votre déclaration ou « trouve-moi dix justes et j’épargne Sodome »

      • Ce serait plutôt my country right or wrong (du moins tant que ça ne ressemble pas à Vichy), c’est pour ça que j’ai un peu du mal avec les dandys réacs qui mettent en balance les festivistes et ceux qui suivent le Califat parce qu’ils n’ont pas bien compris que la guerre sera longue et sanglante et qu’en plus nous la mènerons pour le roi de Prusse, en l’occurrence l’Iran dont je vois mal les raisons qui poussent nos politiques à ne pas le déstabiliser. Pour ma part, j’ai connu les attentats de 1986 et je n’ai ni oublié, ni pardonné. Donc défendre les hipsters ne me dérange pas. J’ai aussi beaucoup de mal avec ce prêtre lyonnais qui se sent si bon qu’il méprise ceux qui sont morts assassinés au Bataclan, couchés les uns sur les autres. Ou les déclarations de l’archevêque de Paris pour lequel ce serait notre mode de vie qui engendre de telles tueries. Ou du pape François qui invoque un Dieu de paix, mais notre Dieu et le leur ne portent pas le même nom, c’est une simple question de discernement.

  3. Bonjour Memento, bonjour à tous

    « Les alliés objectifs de Daech comme les aurait nommé feu Georges Marchais se tiennent sur un trépied : la cupidité, l’œil omnivore de la Transparence démocratique où chacun est un voyeur omniscient et le cosmopolitisme immatriculé dans les paradis fiscaux »

    Triade digne des plus grands cliniciens…..

    Message envoyé par un ami Egyptien:
    « Chez nous, c’est quotidien; on ne discute plus à la terrasse des cafés et même en famille, on se méfie »

    • Bonjour Hippocrate. En résumé on ne discute plus comme dans l’Italie fasciste de mon arrière
      grand-père. Entre la valise et la chemise noire il a choisi de mettre le cap sur Menton

  4. « Qu’ils méritent un certain mépris je vous le concède Ag mais on ne juge pas son pays sur les tocards qui le peuplent mais sur ceux qui méritent qu’on les protège »

    Mais c’est absolument çà Memento.
    Par contre désormais, il convient de concentrer son énergie sur son prochain. Et son prochain uniquement.
    J’ai été très marqué par « La Machine à explorer le temps » de 1960, de Wells visionné môme et voyez, ces gens sont pour moi des Eloïs. Mais là, Ils ne reviendront pas, ils ne changeront pas. Leurs attitudes communiquent qu’ils ne s’opposeront pas au plus fort. Ils sont soumis. Des mentalités d’esclaves.
    Vous voyez la rebelitude qu’ils manifestent, le père face au standardiste, la cruche sur le trajet de la bagnole, ce sont des matamores. Ils savent qu’ils ne risquent rien à gueuler ou « s’opposer » dans les situations présentées. Encore que, ces derniers temps, j’en rappelle certains à la réalité mais passons. Quelqu’un pour qui résister consiste à enfiler les clichés a coup de soupes au piano sur le trottoir ou prendre un café en terrasse ne mérite aucune considération. Même pas le mépris.
    Voyez les comme des leurres, des consommables, des obstacles, mais ne vous souciez plus d’eux.
    Ils sont déjà morts.
    Je crains fort que l’on range dans les notions de pays, de nation enfin voyez, des valeurs qui sont les nôtres mais qui ne sont peut-être pas un gage de longévité. C’est une question de masse critique de pratiquants peut-être mais… J’ai des doutes.

    • Je me souviens des 7 samouraïs Ag. Les paysans sont sans doute veules mais leur courage ou leur ténacité n’est pas celui des guerriers. Chacun son job. Les français sont râleurs et mesquins, ils prennent ça pour une marque de liberté. C’est assez benêt mais on ne changera pas de peuple en cours de route.

      • vous faites la même erreur que les intelligences qui prétendent nous gouverner
        vous nous expliquez que LES vronzais sont râleurs et mesquins , ou qu’ILS sont lâches ,ou foireux…
        mais quels vronzais?
        quelle proportion?
        et de quel peuple parlez vous?
        d’un peuple enfiotté jusqu’aux moëlles par 40 ans de regroupement familial et autant de propagande antiouaciste ?
        d’un peuple à qui on interdit depuis 1820 de garder une arme chez lui?
        d’un peuple pour qui on a supprimé la conscription ? ( merci chirac)
        d’un peuple pour lequel on exige un certif’ médical en bonne et due forme à chaque inscription dans un club de sport?

        non,non, redescendez sur terre , la meilleure façon de combattre la dégénerescence du peuple , c’est de se situer en dehors de la république
        la république , cette vieille catin est l’ennemie du peuple

        toul’monde le sait , bon gu !

        tombez pas dans le panneau !

        d’ailleurs , les derchites , se situent en dehors….ça fait pas d’eux des samouraïs ( quoique …..banzaï !) mais au moins ne mettent ils pas de lumignons aux fenêtres chaque fois que banania ou vlad envoient des caisses à charbon contre les ennemis basannés du moment ….

      • Je ne vous dis pas que les français sont ceci ou cela, je vous dis juste qu’ils sont dans leur majorité mesquins, République ou pas, que leur horizon est borné à leur patrimoine, à leurs apéros, aux compétitions sportives et aux quelques entorses à la fidélité conjugale par lesquelles ils ont l’impression de vivre et de respirer.Je vous affirme donc que la majorité des français sont décadents (je ne dis pas médiocres parce que par quelques côtés nous le sommes tous) et qu’ils veulent bien voter Marine, Hollande ou sarkozy mais pas risquer leur peau quand on les menace ; ils préfèrent déléguer, ceci dit quoiqu’on profère, ça ne changera rien à la texture des grenouilles, elles continueront à avoir peur, à jalouser leur voisin et à voter pour des cons ad nauseam

  5. Sinon il a fallu une victoire en Coupe du Monde de football et le pire attentat terroriste de l’histoire de France pour que le drapeau redevienne tendance. Des victoires et des tragédies. Il faut en baver pour retrouver l’amour de la patrie à l’échelle nationale.

    Encore que la gauche qui demande aux Français de pavoiser est pour bcp dans la dissolution de la Nation.

    • Il paraît que les stocks sont vides. L’entrepreneur qui les fabrique attend des commandes continues. Mauvais temps. L’idolâtrie ne mène nulle part. En ce qui concerne la gauche, ce qui me hérisse le poil quand j’écoute un de ses membres c’est cette purée de bon sentiment et cette attente continue, infinie et toujours infiniment déjouée d’une réconciliation finale dans une bonne société. Je me dis toujours ces gars croient encore au Père Noël et sont donc la proie de tous les Père Fouettards, Pedro el negro en castillan

      • Pedro el Negro 🙂 je sais j’ai vu Collateral. Javier Bardem explique son rôle et fait peur à Jamie Foxx. Très bon film en passant.

      • Je partage votre avis Daredevil, https://www.youtube.com/watch?v=RgvuxqNLQJE

  6. ho pute vierge!
    j’écoute le journal de 18h de vronze cul , de ce vendredi soir !
    à se pisser dans les guenilles!
    les journaloppes passent une ‘tite langue sur le filet du vivrensemble et du padamalgam !
    et la voix de canard châtré de pédalopractor!
    et ces formules ….le visage de la vronze, les chansons de barbara , et , bien sûr , l’inévitable zosiologue des merdias ….
    la preuve est faite , s’il le fallait , y a rien à attendre de ces mecs et , partant , de la républk
    écoutez la journaleuse « on l’a senti plus père de la nation que chez de guerre »
    et le repos sur la parole du seigneur , par la zosiologue « il a été poëtique par moment…. »
    à se coller la tête dans le broyeur
    « une génération à laquelle hollande intime de continuer à aller aux concerts ou dans les stades… »
    mais kes ke c’est ke ces journaleux là ?

    • Putain Barbara aux Invalides, « j’en ai assez de vos violences… », le mec qui a choisi la ritournelle s’est moqué d’Hollande ou partageait une sensibilité de coiffeur pour dames, la même que celle du nain Jean-Michel Ribes ou de l’abonné des micros et adepte de la tranche à 110 % Laurent Ruquier. J’ai noté aussi l’oraison du président, remplissez les stades et les concerts, désertez les bibliothèques, abandonnez les livres et dansez, ne baisez plus mais applaudissez, etc.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :