Publié par : Memento Mouloud | décembre 14, 2015

Lendemain de fête

Ce matin, un instituteur d’Aubervilliers a déclaré qu’un membre de l’EI lui avait tranché la gorge avec un cutter. Najat Vallaud-Belkacem s’est déplacée illico sur les lieux. Elle voulait être avec les équipes forcément courageuses et les enfants, forcément choqués, elle voulait rassurer. C’était une farce, une autre, mais une farce du temps de l’état d’urgence. Samedi c’était la Cop 21 qui fêtait sa party avec un accord bidon à propos d’un constat bidon sur des lendemains encore plus bidons. On annonce pour 2025, les premiers bilans, c’est loin 2025, pendant ce temps, on continue, la Chine pourra compter ses satellites tributaires et les Etats-Unis s’enfoncer dans un déclin d’ancienne grande puissance, pendant que l’Europe aura noué un pacte de fer avec la Turquie d’Erdogan et les Etats du Golfe modérément obscurs. Elle comptera alors 1/3 de sa population sous le seuil de pauvreté et le maire de Cologne s’appellera Günther-Ahmed. Un remarquable esprit d’ouverture planera sur les ruines de Syrie, d’Irak, de Grèce, d’Egypte, du Liban, de la Serbie et d’ailleurs, mais la banque centrale sera toujours à  Francfort et on y mangera des saucisses, hallal ou non.

En France, l’éclipse du Front National aura été encadrée par deux évènements. Le Medef aura dénoncé le danger protectionniste et le gouvernement aura courageusement terrassé toute inflation en laissant le SMIC à son niveau de 2012, en attendant mieux, car il faut simplifier, toujours simplifier, c’est la réforme, c’est inévitable, c’est la mondialisation, c’est comme ça, le capitalisme c’est pas la semaine des quatre jeudis. Du côté frontiste l’encerclement des métropoles par les enclaves péri-urbaines et les villes en déshérence se poursuit, bientôt il n’y aura plus de territoire français mais un maillage de balises du libéralisme avancé affrontant les fourches identitaires de l’entre-soi, il deviendra très compliqué de collecter les impôts. Il faudra songer à les prélever à la source et à réinventer les gabelous. Le dehors ressemblera à une menace sans nom, une menace permanente et l’état d’urgence ne sera plus urgent puisqu’il sera permanent, constitutionnel, habituel, faute d’être efficace. Des terroristes enregistrés sur des fichiers S et même W feront exploser quelques pétards et abattront des passants attardés et obscurs. Ce sera la routine, la piqûre de rappel, une sorte d’automate.

La République qu’ils invoquent ressemble au corps glorieux de l’Eglise malmenée par le Grand Inquisiteur, commencée dans la Terreur, elle se poursuit dans la nuit sans fin et contrairement à la Parousie christique, si Robespierre revenait ce ne seraient pas les cadavres qui ressusciteraient mais les têtes qui tomberaient dans l’escarcelle du bourreau algorithmique.


Responses

  1. Memento, je vous cite : « il n’y aura plus de territoire français mais un maillage de balises du libéralisme avancé »
    Qu’entendez-vous exactement par « libéralisme avancé » ?
    Sinon, pour le reste, je vous reçois 5/5.

    • Une sorte de progressisme standard, le mariage de la carpe et du lapin, une série de couples loufoques dont je vous donne quelques exemples : le réel et le vivre-ensemble, le tout-technologique et le bonheur individuel, la guerre contre daech mais la coexistence des superstitions, les conditions réelles et désastreuses d’existence (endettement généralisé, degré le plus bas des concupiscences exploitées sous le nom de loisirs) et l’épanouissement de l’individu, la célébration de toutes les libérations sexuelles at autres assignations de « genres » mais la déploration perpétuelle des foyers mono-parentaux, des femmes qui ne trouvent plus de partenaires à 40 ans passés et des bio-technologies, etc.

  2. Mais le prélèvement à la source existe déjà, il est en route du moins, je vous en avais déjà parlé sous un autre billet. Petite piqûre de rappel : http://www.lesechos.fr/17/06/2015/lesechos.fr/021143178911_impots—les-questions-que-pose-le-prelevement-a-la-source.htm

    Avenir de merde !

    Sinon Victor Davis Hanson voyait pour l’Europe un retour aux petits fiefs dans une bonne partie de l’Europe. Les villes et cités-etats, comtés, se sont rassemblés dans d’autres parties européennes (ie en dehors de France) pour avoir la sécurité en s’alliant/ se fondant dans un ensemble plus grand. Maintenant que les grands ensembles (nations) n’assurent plus la sécurité (hausse de la délinquance un peu partout) alors les fiefs vont faire leur retour. C’était son explication partielle (en laissant de côté le versant économique) de la vague séparatiste/ sécessionniste qui parcourt l’Europe du Sud au Nord.

    D’ailleurs il n’y avait pas de raison que la France soit épargnée (cf les élections Martinique, Corse). Et puisque ce décérébré de Sarkozy a avalisé l’indépendance unilatérale du Kosovo, il y a un précédent juridique en UE. Pas que l’État français acceptera sans broncher la sécession mais Sarko a donné des arguments pouvant être utilisés à Bruxelles.

  3. Daredevi : je ne crois pas à la parcellisation de l’Europe (du moins, dans un premier temps, du fait des sacro-saintes subventions et autres mutualisations — même les Anglais y réfléchissent à deux, sinon sept fois, c’est vous dire…)
    Par contre, une fracture (Nord-Sud) est plus que probable à moyen terme avec un Nord anglo-batavo-nordico-germano-slave (déjà bien entamé au niveau capitaux-investissements-entreprises)
    Et un Sud arabo-africano-européen bordélique pendant encore au moins deux siècles.
    Notre brave Frankistan (moins d’un pour cent de la population mondiale, rappelons-le) étant évidemment (comme toujours) en pleine faille, avec sa Corse, sa Bretagne, son Alsace, sa Guyane, son Auvergne, Mayotte-En-CAF ou autres îles sous le vent et surtout Saint-Germain (des Prés, pas en Laye, pff…)
    Avenir de merde, sans doute, mais de surprises, sûrement.

  4. Je ne crois pas beaucoup à la parcellisation de l’Europe, celle-ci est un Empire informel, avec une bureaucratie aux méthodes nouvelles, les Etats fédérés peuvent bien se disloquer cela ne change rien aux signes tangibles et contours flous de cet Empire : une monnaie unique, une administration centrale, un mépris complet de la souveraineté populaire, un dédain de l’Histoire et des héritages et une volonté de s’étendre au lac méditerranéen : la guerre contre Daech est ainsi une confirmation de l’entente globale avec les pays islamiques, l’hostilité envers Israël est permanente car Israël est un obstacle à l’entente visée, la russophobie permet d’écarter du grand lac méditerranéen un concurrent, l’accueil des réfugiés est une manière de confirmer des « valeurs » communes qui se résument à une coexistence des minorités (sur le modèle des pères fondateurs américains) donc à l’absence de toute valeur en dehors de l’impératif de s’enrichir et d’innover dans une ambiance d’évangile de l’austérité qui maintient les peuples sous la pression de l’endettement perpétuel et sous la menace de l’asphyxie (qu’illustre le cas grec d’où l’importance d’un renégat de gauche comme Tsipras et j’entendais en France Gollnisch indiquer qu’il fallait revoir à chaud la position du FN sur l’euro, le renégat d’extrême-droite sera donc aussi le bienvenu comme en Italie ou en Hongrie).

    • Tout ça va très mal finir. Les peuples européens ne vont pas oublier qui ils sont. Tous les modèles vont exploser. La colonisation française (appliquée à la France) a mal fini partout. Le communisme a échoué partout. Les dictatures socialistes ont échoué en Europe. La tour de Babel s’est toujours effondrée. ça va coûter cher et ça va se payer avec les larmes et un peu de sang des Européens. Délirer sur une guillotine des élites est une pure perte de temps. Une mise à l’écart ? ça devient difficile. A moins de faire des phalanstères.

      En France, la dictature molle se durcit. Rien qu’à voir le traitement du FN, on en prend conscience. Front républicon. Poursuite pour les photos de décapitation d’otages publiées sur Twitter parce que la gauche comparait le FN à Daesh. Bon elle a déconné en ne floutant pas les images mais les mesures sont là. Rétorsion pour les opposants. Alors que l’utilisation partout du cadavre d’Aylan ne pose pas de problème.

      Changement en vue pour la campagne présidentielle. Pour les 500 signatures, il faudra désormais donner son nom en plus de sa signature, histoire qu’il puisse y avoir des coups de bâton ou d’autres mesures derrière.

      Ces élites foutent la gerbe. J’en viens à espérer que nous soyons en 1788 mais c’est plus le spectre de la guerre civile qui s’approche. Il y a quelque chose de pourri dans cette République française.

      • En effet, Daredevil, le projet révolutionnaire est mort, dès lors c’est toute la gauche qui est engloutie, à proprement parler, elle n’existe plus. Si ce projet là qui était le seul projet politique de la modernité est mort, il n’y a que quatre possibilités de vie : soit vous optez pour une religion de salut sachant que vous serez guetté par le ridicule et l’obscurité, soit vous êtes une sorte de néo-libertin tenté par le vide, soit vous êtes un mélancolique de la révolution qui se fixe comme tâche de ressusciter le cadavre de la belle endormie ce qui oscille entre le touchant, l’aveuglement et la bêtise, soit vous rejoignez le groupe des benêts, dégoûtés et cons passifs ou nuisibles dont les élites et les frontistes sont les tristes histrions de plateau. Le dernier groupe et parfois le premier sont la véritable menace qui pèse sur les libertés individuelles et les conditions minimales d’une vie digne, c’est-à-dire, les seules choses qui m’importent comme citoyen

        PS Par vie digne, j’entends celle dont on se dit qu’on l’a ratée mais avec quelques atouts dans ses mains

  5. Rien à voir :
    Licio Gelli est mort aujourd’hui à 96 ans au fond de son lit dans la villa toscane.
    Un petit article sous le coude sur le sujet ?

    Le plus amusant est sur Twitter, on dirait que le sujet ne concerne que les Italiens.
    Les funérailles semblent au passage poser problème…

    • Vous savez quoi Cliff, j’ai cru qu’il était déjà mort ; pour l’article sur le vrai Dark Vador, pas vraiment le temps mais vous vous souvenez que j’avais réuni quelques fragments autour de Gladio, il aurait pu dire à Berlusconi mais aussi à Craxi, « je suis ton père », en revanche il n’aurait pu le dire à Andreotti, il se serait contenté d’un « alors ça fait quoi Giulio de dîner avec le diable ? », Giulio aurait répliqué « un diablotin, Licio, un diablotin, le diable c’est autre chose, nous en avons tous notre part »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :