Publié par : Memento Mouloud | décembre 20, 2015

Before Ajaccio, le Front l’Islam et le reste

Patriotes contre mondialistes ont annoncé les dirigeants frontistes. Cela suppose, bien entendu, que tous ceux qui ne sont pas frontistes, ne sont pas patriotes, reste à savoir ce qu’est un patriote.

On le devine par les ennemis déclarés : les mondialistes. Terme fourre-tout et vague, on y dénombrera les capitalistes dits apatrides, les bobos et autres cosmopolites, les immigrés, les roms, les fédérastes européens, les intellectuels, les musulmans, la liste est longue.

Aussi on peut en venir aux patriotes : français de France en tout cas blancs français ou français blancs, catholiques, agnostiques, athées, détenteurs d’un patrimoine ou dézingués par la désindustrialisation, honnêtes gens proclamés en quête d’un sauveur, prêts à rejoindre les clones de la garde biterroise, agitateurs de vignettes de la belle histoire de France, notre Histoire, pas la leur, disons celle de Zemmour et Sévilla qui se lit avec les pieds.

Marine Le Pen se présente en conservatrice en chef de la France des patrimoines et des vignettes, Marion Maréchal comme la Jeanne des Anges de la bourgeoise catholique en rut depuis que les homosexuels ont le droit de se marier et d’adopter. Elles ont trouvé sur leur chemin, le climat d’état d’urgence qui est un climat de grand « lâcher prise » selon la langue Bécassine, cest à dire d’institution d’un état d’exception permanent. On ne vise plus les ennemis, on paramètre la menace fantôme : fermiers bios et anarchistes black-block. Philippe Corcuff pourra donc continuer ses cours mais la contestation sera un nouveau délit.

Les Le Pen surfent sur la vague de peurs qui a suivi le massacre du 13 novembre. Elles surfent aussi sur une plaie.

L’Islam n’est pas une minorité et ne peut être considéré comme une minorité. Il a ses propres rhétoriques, ses propres lois, ses propres codes. Ses fidèles dépassent le milliard. Un musulman ne se soumet pas aux lois républicaines ou à des lois étatiques en général, il se soumet à un rapport de forces. Et il sait que ce rapport est mouvant aussi  il tentera d’en changer la donne. Daech a choisi une voie, les militants de la crèche Baby loup en avaient choisi une autre. Les agresseurs de pompiers à Ajaccio la veille de Noël, une contournée. La gauche ou ce qu’il en reste se dépêche de se tenir du côté des autres, comme si l’impératif catégorique de la gauche consistait à répéter le Jésus de « ce que tu fais au plus petit de mes frères… » mais à sens unique et en oubliant que Jésus, pour les chrétiens, est le médiateur entre Dieu et les hommes tandis que les journalistes de Mediapart et Edwy Plenel en personne sont la bissectrice d’un certain néant, en définitive ce qu’il reste du progressisme, une volonté compulsive de conformation.

L’Arabie Saoudite monte sa propre coalition antiterroriste, la France sanctionne la Russie de Poutine et s’abouche avec Erdogan, le conseil français pour la laïcité trouve qu’il est inutile de légiférer au sujet des établissements d’enseignement supérieur. Saint-Denis, Créteil, Villetaneuse peuvent continuer à multiplier les hidjabs et les sandwichs hallal. Coulibaly avait opté pour le meurtre antisémite, un imam de Brest pour la légitimité du viol des «salopes ». Boutin et Zemmour sont condamnés par des tribunaux français, l’imam franco-marocain dit désormais qu’il regrette, il évitera tout tribunal. Du propre aveu des directeurs pénitentiaires une majorité de prisonniers sont musulmans, ce qui indique bien que le vol, le trafic, l’escroquerie ne sont pas vécus comme une transgression ou une appartenance au milieu par un nombre non négligeable de jeunes hommes musulmans et leurs famille, aussi le vol, le trafic, l’escroquerie sont un acte légitime en terre mécréante, au même titre que tenir une boulangerie ou une boucherie.

Leurs lois ne sont pas les nôtres, c’est la ligne de basse musulmane standard, jouons les Tartuffe en cas de danger c’est la mélodie. Mais c’est une mélodie qui tue toute confiance. Désormais la méfiance est réciproque. Au lieu de s’en expliquer, on la tait, on laisse la blessure s’infecter. Cet été, on apprenait que la mosquée d’Auch avait été brûlé par des derviches d’extrême-droite. Début novembre, l’enquête privilégiait la « piste interne ». En résumé un règlement de comptes. Pas grave, les contribuables continueront à financer la reconstruction.

On pourra fermer tous les comptes, toutes les mosquées radicales et tous les sites, cela ne changera rien à ce fait très simple que l’Islam n’est pas la France, qu’il ne l’a jamais été et qu’il ne le sera jamais à moins d’une conquête.

Nous devrions mener un kulturkampf contre l’Islam en Europe et pour une transformation radicale de la civilisation musulmane dans l’arc méditerranéen mais nous le différons et les frontistes comme d’autres désignent dans le million de réfugiés une cohorte de terroristes potentiels. Personne ne le croit vraiment mais désormais le Danemark peut soumettre la condition d’exilé à des conditions de ressources et la Finlande fermer ses frontières à moins 30 degrés. Débarrassons-nous des pauvres tel est le programme. Il dit clairement que l’Europe et ses dirigeants ne sont pas hostiles à l’Islam quiétiste et littéral mais à la pauvreté. La nécessité d’un combat culturel leur est absolument étrangère parce que les libertés formelles du peuple et des individus sans fortune ou du moins d’une fortune négligeable leur sont indifférentes. La doctrine musulmane comprend parfaitement ce point de vue puisque Mahomet considérait le prix du marché comme adéquat à la volonté de Dieu, en tous lieux et tous temps. Quant aux libertés formelles, on en chercherait vainement le concept parmi les théologiens musulmans.

Pour conclure si le Front a la N c’est une haine partagée, celles envers les pauvres (identifiés aux musulmans, les autres étant de bons pauvres virtuels) mais aussi celles envers tous ceux qui font preuve d’une supériorité qui n’est pas d’ordre patrimonial ou sportif ou d’une subtilité critique qui échappe à l’entendement moyen, c’est-à-dire à l’entendement adepte des gros concepts et des raccourcis fumeux. C’est une haine qui préfère les rassemblements passifs, béats et consuméristes aux délicats dispositifs d’une communauté libre donc divisée et fracturée. C’est une haine qui étouffe plus qu’elle ne tue, une haine dont on fait les Etats.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :