Publié par : Memento Mouloud | janvier 13, 2016

Kippa or not Kippa : une blague marseillaise

Le président du consistoire de la première ville arabo-musulmane française demande aux juifs de la ville de retirer leur kippa dans les lieux publics. Trop dangereux allègue-t-il. Il y avait le safe sex, il y aura le safe-judaïsm diasporique. Demain, demandera-t-il à un quarteron d’imams locaux de produire une fatwa de protection, se proposera-t-il de verser la djizia aux autorités parallèles ? Houellebecq aurait même proposé le titre du permis d’exister : Soumission.

Hollande trouve ça inadmissible, Goasguen porte une kippa à l’assemblée. On se demande ce que le premier trouve inadmissible : que le président du Consistoire affirme que la protection des juifs de Marseille n’est plus assurée dans cette ville où la majorité de la jeunesse qu’affectionne l’éphébophile François est musulmane ? Qu’un lycéen turc et daechite sans casier ait attaqué à la machette un homme mûr parce qu’il portait la kippa ? Que personne n’ait secouru l’homme à la kippa comme personne n’avait secouru d’autres juifs marseillais agressés par d’autres musulmans auto-radicalisés dans leur chambre ?

Quant à Goasguen, il prend sa revanche sur Mai 68, ce n’est plus nous sommes tous des juifs allemands mais plutôt nous sommes tous des juifs d’Occident mais il tombe mal une avalanche est venu interrompre la vente du stock de bougies commémorant la stèle du juif inconnu, celui qu’un jeune marseillais musulman viendra bien achever à la machette, au couteau de boucher ou à la scie égoïne sur une place publique ou une rue passante. En cela ces jeunes musulmans homicides radicalement sortis de leurs chambres sont les héritiers des gardes de fer roumains, il leur manque un Codreanu.

On compte sur les marseillais pour que cela ne gâche pas leur pastis ou leur énième polémique autour de l’OM. Que le pogrom soit devenu un sport solitaire local au même titre que la pétanque n’est qu’une énième pantalonnade dans cette métropole culturelle européenne qui n’a jamais connu la honte, même quand elle portait des mafieux et des amateurs de ballet bleu à la mairie.

Et puis il me vient une question, comment ça se dit Marseille, en arabe daechite translittéré ?


Responses

  1. On peut garder son prépuce, merde, quand même ?

    • comme fétiche ?

  2. « Quand on a que l’indignation, à offrir en partage…. »
    Une chanson triste que tout le monde a bien compris.

    « Il est venu le temps des milices… »
    Pas tout à fait encore, mais les graines ne demandent qu’à germer.

    Un pot-pourri bien macéré qui parlera certainement aux vieux libanais.

    • Comme vous le dîtes, on appellera ça le matin des miliciens, ça commence toujours par un massacre de plus, une vengeance quelconque, on est embarqué par des amis, on entend des « c’est plus possible », on va chercher sa vieille pétoire et puis tout prend feu et quand on contemple les ruines ou qu’on joue les snipers au milieu d’un étage tandis qu’un mortier cherche sa cible, on se demande vraiment, « mais, putain qu’est ce que je fous là ? » ; ça parle aussi aux anciens yougoslaves, je crois

  3. N’oublions pas que Marseille est la première ville d’Algérie
    En conséquence, y porter la kippa constitue un acte répréhensible
    Ma mère m!’a jamais dit que dans sa tendre enfance ou dans celle de ses parents, le port de tout signé religieux était banni dans la cité phocéenne
    Sauf sous l’occupance
    La ,c’était recommandé, étoile jaune, toussa

    • Première ville algérienne c’est beaucoup dire, musulmane sans doute (comptez les comoriens et les autres maghrébins plus quelques turcs et pakistanais, vous arrivez à la majorité comptable dans la jeunesse de la ville)

      • ça repose la question du droit du sol automatique
        c’est , en général, pas les chibanis qui flinguent les crayonneurs pas drôle, les mélomanes du batacloche, c’est pas eux qui violent les souchardes teutones de Cologne…..

      • On vient juste de découvrir qu’une certaine civilisation s’acquiert par imprégnation, du moins c’est une condition nécessaire. Quand les 2/3 des musulmans européens déclarés répondent à longueur de sondages qu’ils préfèrent la charia aux lois et moeurs du pays d’accueil, on répète en coeur, « encore de l’intégration, toujours de l’intégration, hasta la victoria final »


Répondre à Memento Mouloud Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :