Publié par : Memento Mouloud | février 6, 2016

La Grâce de Jacqueline Sauvage ou le pitre et l’assassin

Sous la pression des organisations féministes, le président Hollande, le pitre Hollande a partiellement gracié une meurtrière Jacqueline Sauvage, au nom de toutes les femmes battues, ce qui constitue à la fois une négation de toute justice (on juge un cas pas une classe da faits) et un mépris évident des jurys populaires.

Je n’en suis pas étonné. Sous ses dehors de clown, François Hollande est selon la définition de Pascal, un tyran c’est-à-dire un être qui voudrait organiser hors de son ordre, la politique exécutive, une domination sans partage. Le même homme qui a permis de lever le secret de la vie privée, qui introduit l’état de guerre dans la Constitution qui rend raison au capitalisme réellement existant vient de gracier une meurtrière, avec l’accord de Madame Taubira qu’on a connue nettement plus silencieuse à propos des syndicalistes emprisonnés.

Il suffit de plonger dans le compte-rendu d’audience pour comprendre ce qu’est ce couple et cette famille. Norbert Marot ressemble très fortement au Jean Yanne de Que la Bête meure. Chef de famille, chef d’entreprise, chasseur, il est brutal, insultant, comminatoire, le beauf épiphane de Cabu en personne. Comme sa femme il doit voter Front National, comme sa femme il déteste les chômeurs et les fainéants. Comme sa femme il appartient à cette petite-bourgeoisie inculte de province qui s’estime la seule à trimer sur la planète France.

Jacqueline Sauvage fut une petite fille choyée par son père qui n’a pas hésité à exhéréder ses autres enfants en sa faveur. Violente elle insulte publiquement ceux qu’elle n’aime pas, gifle, poursuit de son ire une des maîtresses de son mari, s’avère autoritaire et rétive à l’autorité au sein de la prison. De plus, elle manie le fusil mieux que son mari. Le jour de l’assassinat comme l’a certifié l’expert les trois balles firent mouche, chacune était homicide. Norbert Marot n’avait aucune chance d’en réchapper.

La belle et la bête ont édifié leur couple autour de l’entreprise familiale qui a fini par péricliter avant le meurtre de l’Ogre, du père incestueux. Comme pour les coups répétés qu’aurait subi Jacqueline Sauvage, rien ne prouve les actes incestueux de Norbert Marot sinon les témoignages des enfants, hors celui du fils, Pascal, qui s’était suicidé la veille du meurtre. Le scénario bascule, nous ne sommes plus dans la Belle et la Bête mais dans celui de Sitcom de François Ozon, le père est un gros rat qu’il s’agit d’éliminer et c’est exactement ce que réclament les associations féministes, la reconnaissance d’une justice immanente, une justice de dératiseurs.

Un simple raisonnement et quelques faits auraient dû écarter toute grâce. Si Norbert Marot est un être violent et incestueux, pourquoi lui a-t-on confié les petits-enfants pour un voyage en camping-car dans la Somme, en 2011 ?  Si cet homme est un Ogre, pourquoi les enfants se sont-ils agrégés à l’entreprise familiale. Si Madame Sauvage a menti, par calcul, sur les circonstances du meurtre, pourquoi n’aurait-elle pas menti sur d’autres points ? Enfin si les incestes ont eu lieu, pourquoi cette femme n’a-t-elle pas protégé ses enfants ? Et mieux, pourquoi n’a-t-elle pas flanqué deux balles dans la tête de la Bête pour qu’elle meure enfin ?

Pour le compte-rendu des audienceshttp://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/gatinais/2015/12/03/assises-jacqueline-sauvage-condamnee-a-10-ans-de-reclusion-en-appel-pour-le-meurtre-de-son-mari_11685571.html


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :