Publié par : Memento Mouloud | octobre 26, 2016

Portrait du complotiste en narrateur

Dans la véritable théorie du complot, on garde toujours la possibilité formelle d’une explication exotérique et publique des évènements mais en même temps cette explication  est complètement privée de probabilité interne. Il existe un évènement  qu’on peut expliquer de deux manières, par des types de causes publiques et documentées ou des causes ésotériques et cachées. La possibilité d’hésiter entre les deux crée l’effet complotiste.

Le complot se caractérise donc par une intrusion paranoïde brutale dans le cadre de la vie publique. C’est une déchirure du réel, une blessure qui ne veut pas se refermer sur une interprétation autorisée. Le récit complotiste place le voyeur en présence de l’inexpliqué mais aussi de la possibilité ésotérique du dévoilement du secret. Il existe une clef dont le narrateur est le seul détenteur, tel est le message. Tout le complot est une rupture de l’ordre reconnu, l’irruption de l’inadmissible dans la trame d’une sorte de légalité évènementielle. Le complot est l’envers du messianisme, il dénote une brusque fièvre satanique.

Comment s’y prendre pour créer un effet complotiste ? On relate une série d’évènements dont aucun ne contredit aux lois de la vraisemblance mais leur accumulation pose déjà question. Une inquiétante étrangeté s’infiltre, des coïncidences insolites se forment et se croisent. En conséquence, l’effet complotiste advient lorsque l’explication publique retenue ne peut rendre compte de l’ampleur de l’évènement. J’en viens presque à croire telle est la formule qui résume l’esprit du complot.

Le complotiste n’est pas un fanatique, il en est même la figure inverse, celle d’un sceptique en voie de conversion. Dans cette opération c’est le voyeur qui hésite, il vibre sur la toile du narrateur-araignée. Le narrateur-araignée complotiste est bien celui qui intègre le voyeur dans la trame de son récit. Il le prend à témoin, il lui indique la voie du doute. Il ne va pas convaincre par un syllogisme ou par une série d’indices mais par une opération de destruction méthodique de la thèse autorisée et de ses prétendues preuves dessinant dès lors un contre-motif.  Cette sorte de peinture se situe à mi-chemin des images infinies, incohérentes, et des images entravées, traduisant des motifs précis en un lexique conceptuel qui va convoquer les juifs, la pègre, les services secrets, la soif de pouvoir, la cupidité, le Vatican, etc.

Il y a deux manières d’entrer dans le complot : on peut douter de l’interprétation donnée à une série d’évènements perçus par tous, on doute alors de l’explication autorisée fournie ; on peut aussi douter de l’existence même de l’évènement. Dès lors l’évènement est le fruit d’une intoxication donc d’une machination. La modalisation est donc un trait de l’écriture complotiste.

On ne dit pas « un avion s’est écrasé sur le Pentagone », mais « peut-être qu’un avion… », on n’affirme pas, « des islamistes d’Al-Qaida ont lancé un assaut sur les Etats-Unis » mais « officiellement, Ben Laden est responsable… ». On met en scène l’incertitude, on place le voyeur dans un espace ambigu, on l’emmène doucement vers la conclusion et le coup de théâtre, l’Eureka final d’un Archimède des lois du complot et des secrets du monde.


Responses

  1. Cet escapisme de la perception du réel chez les complotistes est fascinant. Les attributs magiques qu’ils confèrent aux « maîtres du monde » rappellent un peu ce que le culte du cargo a donné chez certaines tribus indigènes de Papouasie. J’imagine que ce sont les mêmes mécanismes mentaux. (on peut trouver des analogies plus proches culturellement mais celle-ci me paraît plus poétique)
    J’imagine aussi qu’affirmer que la matrice originelle des théories du complot actuelle c’est l’antisémitisme historique c’est enfoncer des portes ouvertes.

  2. Bonjour Memento,
    Je poste ici pour un sujet tout a fait autre, encore que; je découvre que le cultural gang bang n’existe plus. Je crois savoir que vous vous entendiez avec les tauliers, auriez vous des infos ?

    • Aucune Ag, un sabordage ?

      • Dommage. C’était fun.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :