Publié par : Memento Mouloud | décembre 23, 2016

Anis et les gentils garçons à la table des réfugiés

Anis est un chic type. Anis est un émigrant tunisien parti de la province d’Ifriqiya pour rejoindre la mère patrie, l’Italie et ses coupoles, l’Italie et ses palais, l’Italie et son pape, l’Italie et son prosciutto. Seulement Anis n’aime pas le cochon car Anis est musulman et les musulmans maudissent le cochon comme ils maudissent l’alcool. Les musulmans, il faut le dire sont maudisseurs, leur truc c’est le haram. Donc haram sur le cochon. Mais revenons à notre barbu. Anis se retrouve en Italie en 2011. Pour fêter son accueil, il brûle une école et effectue un stage de 4 ans en prison. Puis il s’évapore en Allemagne où Anis va poursuivre son projet de vie : perpétrer un attentat. Il est pris en charge par les salafistes d’une mosquée d’Hildesheim et trouve un guide, l’imam d’Hildesheim. Des hommes à haram qui ne trouvent pas haram de rouler en camion sur la foule, ils trouvent même que c’est un commandement de dieu que d’écraser des mécréants un jour de marché de Noël puisque Noël c’est haram aussi. Dès novembre, peut-être et même sans doute avant, la police fédérale allemande estime qu’Anis a un projet de vie terroriste mais Anis poursuit son projet de vie comme beaucoup d’autres réfugiés en terre d’Europe. Mais Anis, à la différence de ces nombreux réfugiés ne cherche pas quelques dinars arrachés au banquet de la vie, il cherche la célébrité, il veut faire le buzz islamique. Il l’a fait, c’est le plus beau jour islamique pour Anis, le jardin l’attend avec plein de houris en porte-jarretelles.

Anis profite quelque peu du fait que l’Europe est une véritable passoire. Au cours des derniers mois, le nombre d’exilés relevant de la procédure de Dublin a fortement augmenté en France : selon la Direction générale des étrangers (DGE), ils représentent désormais 35 % des demandeurs d’asile (65 000 au total en métropole sur les onze premiers mois de l’année), contre 15-20 % en moyenne auparavant. Leur situation est détectée lorsqu’ils se rendent en préfecture pour demander l’asile : leurs empreintes digitales sont alors entrées dans la base de données Eurodac, qui conserve et partage l’historique des traces des interpellations dans l’UE à l’occasion du franchissement illégal d’une frontière ou d’un séjour irrégulier. Le nombre de « hits », selon le jargon administratif, c’est-à-dire de correspondances, est passé de 18 000 en 2015 à 40 000 en 2016, soit une hausse de plus 122 % sur un an (certaines personnes étant identifiées plusieurs fois). Quand un « hit » est constaté, les réfugiés sont susceptibles d’être renvoyés là d’où ils viennent. Ils ne sont dès lors pas autorisés à demander l’asile en France, sauf si leur réadmission échoue : au bout de six mois s’ils se sont présentés régulièrement aux autorités, au bout de dix-huit mois dans le cas inverse.

Peu touchée par les premières arrivées de réfugiés dits syriens, la France est désormais davantage concernée, en raison d’un phénomène de report. Selon la DGE, une proportion importante des « dublinés » sont passés en Allemagne. Dans ce pays, qui a accueilli près d’un million de personnes en 2015, les procédures d’asile aboutissent dans 50 % des cas (en moyenne jusqu’à 2015) à un rejet. Toutes les demandes n’ont pas encore été examinées, mais d’ores et déjà 215 000 auraient été rejetées selon Berlin. En Suède et en Norvège, les refus ne sont pas rares non plus. Certains personnes tentent leur chance en France. D’autres n’ont pas trouvé ce qu’elles attendaient dans leur premier pays d’accueil et poursuivent leur périple sans attendre l’aboutissement de leur requête. Quelques États, comme la Hongrie et la Bulgarie, font l’effet de repoussoir : les exilés se dépêchent d’en partir même s’ils y sont enregistrés. Pour ceux qui ont renoncé à l’Angleterre, la France peut être une option. En Italie, enfin, où les arrivées depuis la Libye et l’Égypte n’ont jamais cessé (près de 180 000 depuis le début de l’année), les contrôles sont de plus en plus systématiques, notamment dans les hotspots installés sur les côtes. Les migrants qui y débarquent, originaires de la Corne de l’Afrique pour la plupart, ne s’y installent pas : leurs pas les mènent naturellement en France, via Vintimille et Menton.

Selon la DGE, les représentants de l’État seraient favorables à l’ouverture de centres « dédiés » pour les uns aux « déboutés », pour les autres aux « dublinés », afin de faciliter leur assignation à résidence.

Pour convaincre les réfugiés installés dans la « jungle » de Calais de quitter les lieux lors du « démantèlement » fin octobre 2016, Bernard Cazeneuve s’était engagé à ce qu’ils échappent à la procédure de Dublin (quelque 75 % d’entre eux étaient concernés). Beaucoup ont ainsi cru qu’ils pourraient aussitôt demander l’asile en France. Erreur : une instruction envoyée aux préfets le 20 octobre 2016 précise que les renvois ne peuvent être exécutés de force, mais que le reste de la procédure s’applique, si bien que les délais de six ou dix-huit mois avant d’être autorisé à déposer un dossier sont maintenus.

Pour l’instant, les retours effectifs restent relativement peu nombreux (environ 5 %, soit quelques centaines), les réfugiés préférant se cacher et les préfets évitant de mettre en œuvre la mesure. Lorsque la « réadmission » a lieu (ce terme est utilisé plutôt que celui de « reconduite à la frontière », réservé aux expulsions vers le pays d’origine), les forces de l’ordre françaises raccompagnent l’étranger à la frontière et le remettent aux autorités du premier pays d’accueil. L’objectif de l’État est dissuasif : il s’agit moins de faire partir la personne à tout prix que d’assurer sa surveillance, en l’obligeant à pointer jusqu’à une fois par jour au commissariat ou à la gendarmerie.

En résumé, les réfugiés sont là pour longtemps et ils le doivent à un pentagramme de forces qui jouent la comédie de l’affrontement : les officines xénophobes qui poussent à des expulsions massives donc impossibles, aux réseaux de passeurs qui voient dans le passage en Europe un business lucratif au même titre que la traite des prostituées, celle des enfants, des organes, des substances prohibées et des armes, les organismes d’aide aux réfugiés qui fournissent clé en main le kit pour ne plus risquer l’expulsion et survivre en attendant mieux, les gouvernements pusillanimes et les candidats au départ, entrepreneurs, comme d’autres, de leur propre naufrage.

Pendant ce temps les sautaréliens fatigués, ces types qui kiffent selon le maître d’œuvre de Fdesouche, les fliquettes mexicaines sexy qui exposent leurs gros seins et qui trop épuisés ou disons surpelés pour réfléchir s’adonnent à leur sport favori, l’affirmation permanente de leur appartenance à la catégorie des surhommes, pendant ce temps donc Fdesouche titrait sur ces organisations caritatives complices des trafiquants et criminels, selon Frontex. La synecdoque était claire : ceux qui aident les réfugiés comme les réfugiés eux-mêmes sont à la fois des criminels et des êtres de piètre qualité, des sous-hommes. Bien sûr Pierre Sautarel se défendra d’être raciste, c’est son job, il est parfaitement calibré. Seulement tout le monde n’est pas Albert Caraco ou Louis-Ferdinand Céline, tout le monde n’a pas la vitupération baroque, Sautarel trouve ça trop intello, il a raison, lui cherche à rassembler, qu’importe le rassemblement s’il lui donne ce vertige de se prendre quelque temps dans sa vie pour un maître, un petit maître.

Finalement Pierrot et Anis ne sont pas si dissemblables, ils aiment la célébrité, le buzz et les nanas à gros seins, la seule chose qui les sépare c’est leur religion et leur taux de mélanine, de quoi s’entendre quand les événements viendront.

BAM/ Mediapart


Responses

  1. de quoi s’entendre quand les événements viendront…..
    et ils viendront, vous pouvez me croire….

    pour être exact, ils sont déjà arrivé , ces événements que vous semblez redouter

    mais sur un mode latent , rampant , dégradé pourrait on dire

    genre batacloche , camion fou ( pas le chauffeur , le camion , seulement le camion ) , ou viols collectifs de Cologne , Berlin , Stockholm ou Hambourg

    bon, il serait cruel de le rappeler , soyons donc magnanimes…..quel est le point commun des terroristes impliqués dans les attentats en Europe depuis l’attenta du métro Saint Michel en 95?
    ils avaient tous leur permis poids-lourd ?
    ben ,non, ils n’étaient pas tous chauffeurs routiers….

  2. tiens, tant qu’on cause d’églises , nous sommes le 7 janvier

    le 7 ( en gros, en majuscule ) janvier , SEPT JANVIER

    oui?
    oui…..les rois mages….
    dans notre zoziété déchristianisée ( puisque le catholicisme c’est le mal , éradiquons le cureton qui est en nous ) d’autres rois mages sont venus

    les pois chiches et le coulisse-balise

    ils ont apporté non pas l’or , l’encens et la myrrhe , mais le plomb , le cuivre et la poudre qui a bien des égards ( le cuivre brille comme l’or , la myrrhe pèse , comme le plomb , la poudre sent , comme l’encens ) sont des présents comme les autres pour monsieur moyen , futur enfant de la tolérance

    l’épiphanie ne s’est d’ailleurs pas arrêtée là…..comme dans la bible , Hérodote a fait torturer brutalement les serviteurs des rois mages pour savoir où était le divin enfant , bordel de lui
    et ici bas , c’est nos trois pieds nickelés qui ont passé l’arme à gauche sous l’action des sicaires de notre petit Hérodote local ( qui à l’époque était un gauleiter nommé par Rome , aujourd’hui , il est adoubé par …..non , j’ai rien dit )

    s’en suivra-t-il le massacre des innocents,?

    même pas…..il a déjà commencé 40 ans auparavant avec la promotion de l’euthanasie prénatale , aussi connue sous le nom d’interruption volontaire de grossesse ( car il y en a d’involontaires , figurez vous ) mais pas sous le nom d’avortement , ça , ça n’existe plus

    • Je vous croyais athée, Kobus

      • mais je le suis !
        et je m’en flatte !

        seulement , les miséreux qui n’ont que du yaourt blanc dans le crâne ont besoin ( non , ont BESOIN ) de limites , de barrières mentales , dans le genre « tu ne tueras point » et tout l’merdier

        un kontrol zozial en deux mots

        kontrol zozial dont l’objet n’est pas le droit des minorités, ni l’amour du prochain, ni même la compassion éternelle envers les miséreux ou le souvenir du crucifié mais un calcul rationnel , économique concernant les zoziétés et les espaces où elles se développent

        exemple 1) lorsque l’église prône la continence ….y a bien une raison, c’est pour éviter que la surpopulace n’épuise le milieu ékologik sur lequel vit la bête humaine

        exemple 2) lorsque l’église prône la croisade, c’est que le milieu ékologik a été épuisé et qu’il convient de
        a) conquérir d’autres terres à exploiter/épuiser
        b) se débarrasser un peu des surnuméraires

        ces exemples sont reproductibles à l’infini , remplacez église par ce que vous voulez

        tiens, lorsque l’Hallemagne hitlérienne prône la marche à l’est c’est que ses dirigeants savent que les ressources locales ne suffiront pas à nourrir tout le monde
        ou lorsque les zoulémas d’Afrique de l’ouest ou du Pakistan prônent la conquête de l’Europe ( que personne ne veut voir ou appeler par son nom ) c’est qu’ils savent qu’il est inutile de prôner l’abstinence ou la contraception, puisque , de toutes façons, les ressources agricoles de ces pays sont
        a) épuisées/détournées/insuffisantes
        b) plus dignes d’intérêt par les populaces migrantes ( on veut bouffer du burger, pas du manioc !)

      • allez , tous en coeur avec moi!

        comm’ les rois mag’
        en Gallilée
        suivaient des yeux , suivaient des yeux , l’étoile du berger

        le tout a capella , en frappant dans les mains


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :