Publié par : Memento Mouloud | juin 16, 2017

L’attentat anti-frontiste fantôme de Marseille

Voilà plusieurs jours que les agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sont engagés dans une traque sans retour. S’ils échouent, ils le pressentent, quelque chose de potentiellement énorme pourrait arriver. Ce mardi 18 avril, après avoir épuisé tout ce que la technologie permet en termes de surveillance téléphonique, les limiers se présentent enfin au pied de l’immeuble tant recherché. Une adresse, située dans le IIIe arrondissement de Marseille, qu’ils connaissent pour appartenir à une pointure locale du trafic d’armes.

Alors qu’ils se harnachent, prêts à monter à l’assaut, les policiers voient un homme apparaître dans le hall. Ils n’en croient pas leurs yeux, mais Mahiedine Merabet, 29 ans, l’un des deux hommes derrière lesquels ils courent éperdument, descend faire une course à l’épicerie en… claquettes. «C’était M. Bonne Humeur, se souvient Jamila*, qui réside au même numéro. Il semblait ouvert, apaisé, avec toujours un petit mot sympa ou une petite attention.» Calme, Monsieur Bonne Humeur marche le bras en écharpe, séquelle d’une récente chute à vélo. «Il s’habillait à l’européenne, pas de barbe ni rien», reprend Jamila. «Ça nous arrive de boire un verre dans la cour et de jouer de la guitare, complète ce commerçant de la rue. Il ne nous a jamais fait une seule réflexion. Au contraire, pour l’Aïd, il nous avait amené des gâteaux !» Après l’avoir appréhendé sans difficulté, les policiers s’engouffrent dans la cage d’escalier à toute vitesse. «Ils se sont d’abord trompés de porte, et ont failli défoncer la mienne», relève Jamila. Changeant de porte, ils tombent cette fois sur un homme discutant tranquillement au téléphone, assis sur les marches. A son tour, il est interpellé et menotté. Il s’agit de Clément Baur, 23 ans, complice présumé de Merabet.

Selon «la Voix du Nord», Merabet aurait été scolarisé, enfant, dans une école catholique du quartier de l’Epeule, à Roubaix. Plus récemment, il avait créé sa société de vente d’objets religieux. Un tremblant, en somme, un homme du dieu vendangeur des vies humaines.

Ils se sont connus entre janvier et mars 2015, alors qu’ils étaient dans la même cellule, au 1er étage de la prison de Lille-Sequedin. Devenus inséparables, ils ont élaboré ensemble un projet d’attentat à la sophistication étonnante. En pénétrant dans leur antre marseillais, les policiers ont découvert 3,5 kilos de TATP, dont une partie séchait encore sur trois étagères. Baur et Merabet, qui avaient tapissé les murs de photos d’enfants syriens morts ou blessés par l’armée de Bachar al-Assad, s’étaient également procuré un pistolet-mitrailleur Uzi, un pistolet automatique Mauser, des chargeurs garnis, deux armes de poing, un sac de boulons, un couteau de chasse, une cagoule, ainsi qu’une caméra GoPro.

Le 12 avril, soit six jours avant l’interpellation, Mahiedine Merabet cherche à envoyer une vidéo d’allégeance à un membre de l’Etat islamique. Le destinataire, qu’il croit être membre de l’organisation terroriste, n’est autre qu’un des multiples cyberpatrouilleurs de la DGSI infiltrés dans les réseaux.

Le meeting de la candidate du Front national qui se tenait le mercredi 19 avril à Marseille – à quatre jours du premier tour de l’élection présidentielle – figurait, lui, parmi les cibles de Baur et Merabet. Les deux hommes ont en outre effectué des recherches sur des bars marseillais. Enfin, il semble qu’une attaque contre des bureaux de vote marseillais le dimanche du premier tour de la présidentielle ait été envisagée. Pour se figurer les itinéraires possibles, Baur et Merabet avaient affiché une carte de la ville sur les murs de l’appartement. En garde à vue, Mahiedine Merabet, délinquant endurci et familier des interrogatoires, demeurera mutique. Clément Baur, lui, concède l’existence d’une action terroriste, même s’il en minimise au maximum la portée.

Le parcours du binôme est singulier à bien des égards. Né en 1987 à Croix, dans le Nord, Mahiedine Merabet mouille un premier temps dans le trafic de stups. Il sera condamné à douze reprises. En octobre 2013, les policiers saisissent 1,5 kilo de cannabis et 5 600 euros en petites coupures dans sa chambre. 1 500 euros seront également exhumés dans sa voiture. A l’audience, couverte à l’époque par la Voix du Nord, Merabet joue le refrain d’une épée de Damoclès qui pesait sur ses épaules : «Je suis menacé, je dois rembourser des dettes, parce que, déjà, je me suis fait cambrioler et que les voleurs ont emporté beaucoup de cannabis et d’argent.» Les juges n’y croient guère, ils le condamnent à trois ans de prison. Incarcéré à Lille-Sequedin, Merabet s’inscrit au culte musulman et, selon le Parisien, fait l’objet d’une surveillance pour un trafic supposé de cannabis au parloir.

Un surveillant de la maison d’arrêt de Sequedin le décrit auprès de nos confrères de l’Express comme « un détenu très pratiquant« . « Même si, avec mes collègues, nous n’étions pas certains qu’il ait été radicalisé, on gardait un oeil sur Merabet, car on avait peur qu’il n’entraîne d’autres détenus vers un islam un peu trop extrême« , explique le surveillant. Il évoque un détenu « peu discret« , « à l’aise dès son arrivée » et qui « connaissait beaucoup de monde dans la prison« .

Le 19 janvier 2015, Merabet voit Clément Baur atterrir dans sa cellule. Le natif d’Ermont, dans le Val-d’Oise, vient d’être condamné à quatre mois de prison pour détention de faux papiers lituaniens. Contrôlé trois jours plus tôt dans un TGV reliant Bruxelles à Nice, il avait affirmé s’appeler Ismaïl Abdoulaef aux douaniers. Ceux-ci tiquent, débarquent Baur à Lille et le remettent aux policiers. L’histoire du jeune homme bascule alors dans l’invraisemblable. Aux magistrats, il explique (en français) s’appeler Ismaïl Djabrailov, être né le 1er septembre 1992 à Kizliar, en Russie, et avoir acheté des faux papiers lituaniens pour ne pas être expulsé vers le Daguestan, une république du Caucase subissant une sévère répression de Moscou. Baur, qui parle un russe châtié, est si persuasif qu’il est incarcéré à Sequedin sous ce faux nom.

Selon les enquêteurs, Clément Baur est déjà fortement radicalisé à l’époque. A 14 ans, il s’est converti à l’islam au contact de Tchétchènes à Nice – ville où réside sa mère divorcée. Doué pour les langues, il apprend le russe puis l’arabe en un rien de temps. Adolescent, Clément Baur manifestait une grande soif de spiritualité. Catholique pratiquante, sa mère l’avait emmené aux Journées mondiales de la jeunesse de l’Eglise. Une expérience qui avait plu à Baur. Son rêve ? Devenir couvreur pour participer à l’édification de lieux de culte – églises, mosquées, temples protestants. Pour cela, il intègre quelques mois les Compagnons du devoir, mais échoue rapidement.

A la fin de l’année 2014, Clément Baur rompt brutalement avec sa famille et disparaît. Ses proches signalent à plusieurs reprises sa radicalisation, ce qui engendre la création d’une fiche S – pour «Sûreté de l’Etat». A sa mère, il dira depuis le réseau social russe VKontakte être parti en Syrie et vouloir décapiter son père. En réalité, hormis ses quatre mois d’incarcération à Lille-Sequedin, Baur gravite entre la Belgique et l’Allemagne. Il habite un temps à Liège, puis à Verviers, où il côtoie la communauté tchétchène. Il fraye même avec Francesco P.L.J., un jihadiste de la ville, ce qui lui vaut d’être visé par une enquête en Belgique. Habile, il jongle avec les fausses identités, allant jusqu’à duper I. et K., deux femmes avec lesquelles il sort plusieurs mois en 2015 et 2016. Originaires du Caucause, elles ne connaîtront jamais la véritable identité de leur compagnon, qui se dit alors koumyk, une ethnie musulmane du Daguestan.

En mars 2016, Merabet est libéré de la prison de Saint-Omer (Pas-de-Calais), où il a été transféré après Sequedin. A son tour, il est fiché S par la DGSI. Le binôme se reforme, cette fois-ci pour le pire. Baur s’établit chez son acolyte à Roubaix. Le 7 décembre, après avoir appris que Merabet cherchait à se procurer des armes, la police y mène une perquisition administrative. Ils découvrent un drapeau de l’EI, de la documentation jihadiste, ainsi qu’un homme prétendant s’appeler Arthur Kamalov. Ils ne comprendront que bien plus tard qu’il s’agit en réalité de Clément Baur.

Le lendemain, Merabet file à l’anglaise et ne recevra jamais l’assignation à résidence qui devait lui être notifiée. Le 12 décembre, il est contrôlé par les douaniers luxembourgeois en compagnie de Arzu Yuruk C., une de ses multiples conquêtes, et avec 5 000 euros. Quelques semaines plus tard, il retrouve Baur à Vandœuvre-lès-Nancy, en Meurthe -et-Moselle, lieu où semble avoir émergé l’idée plus précise d’un attentat.

Le 4 avril, le commissariat de Roubaix est destinataire d’un message peu commun : «Je vous donne ma pièce d’identité et ma carte [bancaire], car à cause de vous, je n’en ai plus l’utilité. Je vais bientôt me rendre, on discutera. Vous, les forces de l’ordre, que me voulez-vous ? Laissez-moi respirer, je n’ai rien à vous dire. Je vis d’amour et d’eau fraîche, je médite. Laissez-moi tranquille. Salut !» L’expéditeur s’appelle Monsieur Bonne Humeur. Le même jour, le binôme embarque dans une voiture direction Marseille. La réservation a été effectuée par Merabet à l’aide d’un faux compte BlaBlaCar au nom de Maxime Manga. Durant la traque, la DGSI a auditionné des dizaines de chauffeurs pour retrouver la trace des fuyards.

Soucieux de leur postérité, Mahiedine Merabet et Clément Baur se filmaient durant leurs préparatifs. Sur une carte mémoire saisie dans l’appartement marseillais, les enquêteurs ont retrouvé les rushs de tutoriaux livrant les secrets de la fabrication d’explosifs.

Le Front national a réclamé vendredi au ministère de la Justice l’ouverture d’une enquête, le parti affirme ne pas avoir été informé de la menace spécifique pesant sur sa présidente. « Près de deux mois après les faits, c’est par des fuites dans le journal Libération que nous apprenons que l’attentat déjoué de Marseille visait notamment le meeting marseillais de Marine Le Pen du 19 avril 2017…Il est surprenant, exceptionnel et parfaitement inadmissible, que jamais Marine Le Pen ni son équipe de campagne n’aient été informées par les autorités de cette menace très grave. Elle leur serait aujourd’hui toujours inconnue si des fuites de presse n’avaient pas eu lieu ».

Reuters/ Libération/ Le Parisien/ France 3 Régions/ BAM


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :