Publié par : Memento Mouloud | juillet 1, 2017

Propagande et analphabétisme : les sciences au brevet des collèges 2017

Le devoir de sciences physiques demandait aux élèves d’appliquer la formule P = E x t où P est la puissance, E, l’énergie et t le temps. On leur demandait donc une division bien franchouille où l’énergie ne s’exprimait pas en joule, l’unité de mesure internationale mais en MWh. Il s’est trouvé des professeurs de sciences pour m’expliquer que la puissance et l’énergie n’avaient rien à voir et que le joule et le MWh n’étaient pas équivalents.

Si les élèves de 3ème de 2017 savaient lire, ils auraient reconnu dans le diagramme que le discours sur les énergies renouvelables relève du vœu pieux et de la propagande et ce, d’autant plus, que l’énergie produite à partir « du vent, de l’eau, du soleil, de la chaleur de la Terre et de la biomasse » masque le fait que l’essentiel de cette énergie « propre » provient des barrages annihilateurs de ressources et de modes de vie. Ils en auraient conclu que la civilisation industrielle est mensongère dans sa rhétorique, destructrice dans son mode, despotique dans son essence.

On notera que le document en question met sur le même plan des données avérées et des prévisions puisque d’après la question posée et la réponse attendue, on attend de l’élève qu’il se situe en 2035. Quant au document 3 il s’insère dans la propagande d’État avec une citation de l’illustre Ségolène Royal. Aucune question n’intervient à propos des contenus de la « croissance verte » ou ceux de « l’indépendance énergétique » ou de la cohérence d’une notion comme celle « d’énergie renouvelable » puisque dans les faits la notion suppose que le renouvelable se confonde avec l’éternel si bien que les divers coûts, modalités et externalités d’une telle énergie sont tout simplement passés à la trappe.

Le dernier document confond réserves et ressources sous la notion très floue de « stocks ». Premier élément tronqué. De la manière dont sont présentées les différents types d’énergie dont les examinateurs-porcs d’État ont retiré les barrages hydrauliques, il ressort que les trois premières vont s’épuiser alors que les deux dernières sont comme le Phoenix et ne produisent aucun déchet, ne posent aucun problème, ce qui revient à introduire le concept de miracle dans le domaine des sciences. Comme le porc d’État est tout de même soucieux de la réussite de tous, comme il est un bienveillant universel il prend la précaution de traduire énergie éolienne par une définition qui confond les moulins à vent et les éoliennes proprement dites, ce qui revient à ajouter au concept de miracle celui de l’anhistoricité de tout phénomène.

 


Responses

  1. Probablement, suis-je stupide mais en toute honnêteté, je ne comprends pas le document n°2…
    Comment la consommation de pétrole peut-être elle supérieure à la production ? Et cela pendant presque 40 ans ?
    Comment consommer quelque chose qui n’est pas produit ?

    Je ne parle même pas de la crise de surproduction qui dure depuis 2014.
    Par ailleurs, les stocks pays sont en général de 3 mois de consommation.
    Une explication ?

    • Tout est l’avenant Cliff. Si la courbe était bonne ne serait-ce que pour 2015, le prix du baril ne serait pas de 50 euros mais de 400, puisque le Peak Oil serait devenu actuel et non plus virtualité. Pour le reste vous avez cent millions de fois raison comment consommer ce qui n’est pas produit et par conséquent comment endiguer l’ennemi numéro 1 de la cop 21 si la croissance est à base de pétrole, de charbon et de gaz ? Enfin comment, sans rire, prédire une courbe de consommation de pétrole sans même envisager une énergie de substitution ou une politique alternative ? Sans même revenir sur le fait que les nazis avaient déjà réussi à transformer le charbon en pétrole pour la luftwaffe, c’était en 1943-1945, autant dire la préhistoire pour les vestales de l’éduc nat

  2. Merci de votre réponse, donc il y a bien un méchant bug dans leur sujet !
    Assez drôle au demeurant consommer quelque chose qui ne sera jamais produit.
    Vous avez raison, tout est l’avenant.

  3. A la réflexion il n’y a que deux options : 1 ils ont confondu la consommation d’énergie et celle de pétrole et ils sont négligents 2 Ils ne l’ont pas confondue et ils sont alors idéologiquement aveugles et quelque peu abrutis

  4. Je vote pour votre option n°1 mais je change quelque peu la fin « et ils sont négligents, idéologiquement aveugles et de toutes les façons vraiment abrutis ». Et cela d’autant plus que je pense que ces sujets sont lus et relus. C’est-à-dire que la dizaine de personnes qui avaient à le relire et donc le corriger si nécessaire (et c’est le cas) ne comprennent pas un sujet de 3e que normalement ils doivent enseigner…
    Assez effrayant selon moi !

  5. En effet, effrayant est le mot, plutôt la catégorie. C’est une sorte de tragédie mais sans aucune pitié pour ceux qui la subissent. Concrètement, personne ne veut plus être prof (je veux dire par là que peu de gens envisagent de travailler dans ce secteur avec fierté car le savoir s’il ne se monnaye pas en argent et/ou en gloire ne rend plus fier il ferait plutôt honte) donc la plupart des disciplines recrutent en masse des gens dont les compétences sont nulles ou approchent asymptotiquement de la nullité. Je ne dis pas que tous les profs recrutés sont nuls, j’affirme qu’un bon tiers le sont. Or si 1/3 des enseignants sont incapables de transmettre un savoir qu’ils n’ont jamais eu, vous voyez où on se dirige


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :