Publié par : Memento Mouloud | décembre 9, 2018

Samedi 8 décembre : dialogue entre deux badauds

9h25

– Salut, ils en sont déjà à 300 interpellations

– Hier, j’étais rue Mouffetard. Le patron chypriote du resto qui tapine pour un sicilien avait déjà reçu les consignes de la préfecture.

10h20

– Je viens d’atterrir. Saint-Lazare, Madeleine, Pyramides, Bastille, tout est fermé, on dirait une oraison funèbre…

-343 interpellations, ils confisquent le matos de certains journalistes indépendants. Les manifestants hurlent, sur les Champs « BFM enculés » et adressent au CRS des attentionnés « chiens de Macron ». Dubosc fils de pute serait bienvenu aussi mais c’est anecdotique.

– Toutes les enseignes sont fermées

11h52

– Blindés devant les galeries Lafayette d’Opéra. Cela est encore bon enfant, ça scande « la police avec nous »

-Ambiance état de siège avant la tornade, on dirait un film de Costa Gravats. Blindés sur les Champs. 514 interpellations, près de 300 gardes à vue.

-Tous les magasins, toutes les boutiques fermés jusqu’à Madeleine. Il y a un max de monde, je me dirige vers la rue Royale.

-Quelques tensions autour de l’Opéra. La tactique est simple. Saucissonner les cortèges et établir à chaque fois une nasse jusqu’à ce qu’un incident éclate puis partir à la pêche aux « casseurs ».

– Devant le faubourg Saint-Honoré, beaucoup de forces de l’ordre. Grilles de protection, toutes en hauteur. Les gilets affluent, tentent de rejoindre les Champs par Malesherbes. J’ai vu des panneaux RIC

12h57

– Avenue Friedland. Même bordel. Lacrymo. Slogans essentiellement anti-macron, anti-finance aussi. Les voltigeurs sont là. Enfin les gars de la BAC, façon circassiens.

13h28

– Ils envoient des chiens et tabassent à terre. Beaucoup de gaz. Beaucoup de racailleux de banlieues cette fois-ci. Ça casse.

-Sur les Champs, un photographe visé à hauteur de tête par un flash-ball.

– Ici aussi. Des douilles en plastic ricochent autour de moi

-T’es protégé ?

-Par mon manteau. Gros mouvement de foule. Un type me dit que ça chauffe aux Champs. Beaucoup de camions de pompiers. Squares fermés. Cafés aussi. Les gens pissent dans les rues. La classe. Paris sous l’urine, un zeste de Bandas. Je vois un gros incendie. Des gars pillent un magasin de fringues qui servent de combustile à un barrage en flammes.

– Affrontements à hauteur de Bonne-Nouvelle

-Des renforts de gendarmerie remontent vers Etoile.

14h23

– Je descends Haussmann à pied. Un désert de bagnoles.

– Attaque du Drugstore, putain les islamo-racailles sont en forme.

-Depuis la place du Pérou, j’entends le vacarme qui vient de Friedland…Explosions de grenades, la foule qui hurle, sonnerie de corps de chasse, où sont les sangliers…Les Champs servent d’aimant à racailleux aussi sûr que 2 et 2 font 4. J’imagine que ces poufs débarquent pour les emplettes. Encore des renforts vers les Champs, par Friedland

14h46

– Des groupes de bonobos débarquent depuis Saint-Lazare et remontent direct sur les Champs via Haussmann. Tous les CRS se dirigent au même endroit

-Les CRS ont décroché de Bastille et remontent sur Répu.

-Toutes les stations sont fermées. Tout à l’heure en tête de cortège, à Friedland, j’ai un groupe de manifestants pacifiques totalement débordés puis absorbés par la rage des groupes virulents. Les coups de matraque télescopiques ont mis fin à cette idée de faire passer les CRS du côté des gilets.

-La chambre de commerce et d’industrie est prise pour cible. Blindés et chars sur le vieux Port. Ambiance Philippe Muray lors de la marche pour le climat (et pourquoi pas pour la pluie au Niger, le beau temps chez les Inuits et la fin des orages en Corse?). Nombreux blessés à Toulouse.

15h19

– Après suivront la marche contre les violences faites aux femmes, et plus «#Me too, la marche contre le coït première étape du viol

-Officiellement il y a 89 mille flics pour 31 mille manifestants selon le Ministère. La semaine dernière, il y eut, sur Paris, de 9 à 18 h exactement 5500 manifestants. Castagnette est décidément un Goebbels en discount.

-Les boutiques sont ouvertes, rue des Italiens. Des touristes présents. Mais c’est assez penaud, vide.

– Les islamoracailles n’ont pas l’adresse ? Infos du Parisien : une faucille et un marteau saisis. Un velib incendié. Panique à la Mairie.

– Je suis à la Bourse. Aucun gilet. J’entends les hélicos et les sirènes. Rue Vivienne, les numismates sont fermés. Saut un change-or qui joue les Nicolas Flamel. Aucun bistrot, aucune brasserie mais un tabac ouvert. Je vais pouvoir cloper. A République, c’est la bouffonnerie habituelle. Un groupuscule togolais exhibe une pancarte antédiluvienne « L’Afrique soumise aux racistes ». Si les Champs sont l’aimant à racailles, Répu, c’est vraiment l’aimant à cons, comme d’hab. Sud et CGT, le club des déchus de la gauche. Vieilles tatas festives avec djembés et stands équitables.

-Léninisme farcesque, la courroie de transmission du néant

-Les flics leur disent de reculer, ils reculent. La banderole est à l’image de leur puissance : ZAD PARTY. Putain, les baltringues.

-Pendant ce temps, les racailleux font du shopping. Bd Haussmann, un témoin voit voler des sacs en croco. 615 interpellations sur la capitale, toujours 31 mille gilets jaunes dans l’hexagone. Ils ont flambé une voiture diplomatique. 2500 gilets jaunes à Montauban selon la Dépêche, 500 à Clermont l’Hérault selon Midi Libre, mais 31 mille en France. Ça castagne à Toulouseuuuh, mais sans mémés. Mille interpellations dans le pays. Libérez nos camarades !

-Répu, c’est la manif filmée par Amélie Poulain

16h53

– Des caisses circulent à Bastille totalement défigurée par les excavations d’Hidalgo. Même le MK2 est ouvert…Mais c’est Paris of the dead, une sorte d’Agen sur Seine. Saint-Paul, des renforts foncent vers l’Hôtel de Ville

-Ils ont coffré Julien Coupat car « du matériel aurait été retrouvé dans son coffre ». Je pense des lunettes noires, une casquette et une tenaille. Sans doute un livre. L’Apocalypse peut-être. Cinq mille arrestations-contrôles sur les routes de France. Sans les petits espions fixes que sont les radars, ce serait impossible mais bon, l’épicentre de l’émeute parisienne serait la Madeleine. Un tibia arraché au flash-ball. Trente blessés à l’hôpital Bichat. Les stands du marché de Noël fermés à Toulouse. Putain le crime.

-Grosse réserve de flics du côté de l’hôtel de Ville

-Une Porsche brûlée place Saint-Augustin. Comme le dit Dubosc, trop de hargne, trop de haine. J’suis plus Gilet jaune.

-Les CRS poussent, insultent une femme. Il y aurait le feu, un mouvement de panique se dessine.

Un incendie faubourg Saint-Denis

-Deux feux, rue du Renard

-Un magasin de golf pillé sur les Champs, de même qu’à Saint-Etienne. Barricades à Bordeaux. Une sorte de fronde gentille.

– Des sirènes partout. Dans la rue, c’est calme, des panneaux de chantier sont entassés. Du côté de la rue Saint-Denis, des bacs à fleurs sont renversés, des poubelles brûlées, j’observe des impacts de pavés sur les vitrines mais aucune n’est brisée.

– Sur les sites protéiformes de la Propagandastaffel, c’est le péan de la victoire, néanmoins la résidence secondaire du sieur de Rugy a été taguée. Il sera difficile d’affréter dix gardes du corps par représentant d’En marche.

– BonneNouvelle. Une vitrine de fringues éventrée mais les sex-shops sont intacts. Une espagnole me demande « que es esta revolucion ». Des slogans d’extrême-gauche sur les murs. « Non au caviar, vive les Grecs ».

Tentative de pillage du Go Sport de Répu

-Tiens-moins informé si les islamo-chimpanzés engagent un pillage de librairies ou d’un consulat émirati

-S’ils tombent sur une édition rare d’Al Ghazali, tu peux toujours l’échanger contre un coupon pour rencontrer Stéphane Plaza ou une place au sein de la tribune VIP du Bobigny-Auberviliers, avec en special guest M-Bappe.

Allez j’arrête sur une joyeuse Hanouka Manu


Responses

    • Il y a dans ce groupe un côté Beastie Boys sous temesta, non ?

      • Assez juste.
        C’est un groupe « fusion » underground genre Rage Against the Machine » avec un seul titre.
        Les paroles sont incompréhensibles pour moi (si quelqu’un peut m’expliquer merci), un peu comme celle de Franck Black qu’ils citent et dont ils détournent le « Monkey goes to Heaven » (alias Devil is sex / Sex is the devil)

        Vous allez comprendre immédiatement :  »

        I’m not black like Barry White no I am white like Frank Black is /
        So if man is five and the devil is six than that must make me seven /
        This honkey’s gone to heaven /
        ou

        Je ne suis pas noir comme Barry White, non, je suis blanc comme Frank Black /
        Donc si un homme a 5 ans et le démon en a 6, ça m’en fait sept /
        Ce blanc est allé aux cieux

        Ces paroles ont été censurées aux USA. Va savoir…
        J’ai connu Fire Water Burn, l’hiver 2003, dans les boites de nuit d’un port de Méditerranée où se défoulaient les soldats américains en partance vers l’Irak. Apparement, ils l’écoutaient aussi beaucoup dans les Hum Vee

  1. Donnée anthropologique indispensable, Cliff comme quoi rien de mieux que l’enquête de terrain même involontaire pour glaner le détail qui éclaire. J’avoue que l’opposition ou plutôt la symétrie établie entre Barry White et Franck Black m’échappe (si j’enlève leur consommation hors-norme de glucides simples). Pour ce qui est des données numérologiques ou le tarot revu par des étudiants US : le 5 renvoie aux cinq sens, le 6 au triple mais aussi discrètement à l’étoile de David, le 7 ce serait une sorte de chandelier mystique, je crois que le gars est dans un dépassement christique


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :