Publié par : Memento Mouloud | janvier 12, 2019

Le maréchal Macron, ses autorités administratives et salariés fictifs

Il y eut ces français qui n’ont pas le sens de l’effort mais l’esprit de jouissance, grand classique depuis Vichy et désormais ritournelle du président Macron, la cagnotte pour les forces de l’ordre et le syndicat alliance qui ressuscite le monument Henry, Luc Ferry qui appelle l’armée à tirer dans le tas des gilets jaunes avec un instinct versaillais intact, Castagner, célèbre pataphysicien, pour lequel détériorer un radar c’est tuer un conducteur, les médecins d’urgence transformés en mouchards et puis Chantal Jouanno convaincue d’avoir accepté un salaire modeste, un salaire d’austérité pour présider un débat national inutile que les maires sont chargés d’organiser, la danseuse et les notables ou le dîner chez Chantal, une pièce de Feydeau ou de Bernstein. Décidément le nouveau monde ne ressemble même pas à l’ancien, il le singe, tout simplement. Les temps sont difficiles

Heureusement le maréchal Macron dispose d’un ensemble d’autorités qui doublent la structure administrative usuelle et dont le coût était évalué à 600 millions d’euros en 2015. En voici une brève liste avec pour chaque « autorité » les renseignements afférents à son titulaire et son salaire (seuls ceux dont le salaire est supérieur à 100 mille euros / an sont mentionnés).

 

Autorité des marchés financiers sise rue Vivienne (2ème arrondissement). Robert Ophèle 238 mille euros / an. Ce dernier est aussi membre de la commission de surveillance de la Caisse des Dépôts et, depuis janvier 2014, membre du Comité de Supervision du mécanisme de supervision unique de la Banque centrale européenne. Diplômé de l’Essec, il est passé par la Fed de New-York pour un stage de mise à niveau. C’est un apparatchik de la banque de France (36 ans de carrière). Il est chevalier de la légion d’honneur. Fin gourmet, le brave homme est le beau-père de Julien Denormandie, ancien directeur adjoint du cabinet du ministre des Finances du temps que le Maréchal l’occupait auprès de François Hollande.

Autorité de sûreté nucléaire Olivier Gupta 223 mille euros. Polytechnicien, apparatchik du nucléaire, il fut un temps directeur-adjoint de Meteo-France. Voici sa réaction du temps de Fukushima, « L’accident n’est pas devenu plus grave à partir du jour où il a été reclassé par l’autorité japonaise en niveau 7. Sa gravité reste comprise entre l’accident de Three Mile Island en 1979 et la catastrophe de Tchernobyl » survenue voici vingt-cinq ans en Ukraine. En ce qui concerne les importations en France de produits japonais, il y a un contrôle de la radioactivité sur « 100 % des denrées alimentaires », a rappelé un responsable de l’ASN, se référant à la déclaration commune des directions de la consommation, des douanes et de l’alimentation du 28 mars. Pour les produits manufacturés, les contrôles systématiques à l’arrivée de conteneurs en France ont été « tous négatifs », a précisé M. Laurent Kueny, indiquant que des contrôles se poursuivaient par « sondage sur un avion par jour ». Les entreprises importatrices de pièces détachées en provenance du Japon peuvent aussi mettre en place un contrôle « si elles ont un doute par rapport à leurs salariés » ou pour rassurer leurs clients.

Haute autorité de santé Dominique le Guludec 210 mille euros / an. Bonze médicale, spécialiste en imagerie, apôtre du nucléaire, elle s’est montrée en tant que présidente de cette autorité en dessous de tout dans la supervision du groupe de travail chargé d’élaborer des recommandations sur la maladie de Lyme.

Commission de régulation de l’énergie Jean-François Carenco 200 mille euros. Enarque puis préfet. « Parmi les plus grands souvenirs de mon passage en Ile-de-France, j’en citerai un. Le 4 novembre [2016], lorsque j’ai dû, en une journée, reloger 4 000 migrants à la rue à Paris. On n’avait que 2 800 places et en deux heures on a réussi à en trouver 1 200 de plus ». Sur les deux ans écoulés, M. Carenco a « un seul regret » : l’attitude « fermée » d’une partie des habitants du 16e parisien, à l’annonce de l’ouverture d’un centre pour sans-abri dans le bois de Boulogne. « J’ai le regret de ne pas avoir convaincu ces gens », soupire celui qui a été directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo. Il est président de Coallia qui accueille et héberge tous les jours des milliers de migrants

Autorité de régulation des jeux en ligne Charles Coppolani 195 mille euros. Enarque, Il entendait élargir le champ de compétence de son administration en intégrant le PMU, la FDJ et les casinos. Pour le moment, le fringant Charles régule via l’Arjel plus de 9 milliards de mises en ligne (et près d’1 milliard de pertes pour les joueurs). Pour le Pr Marie Grall-Bronnec, psychiatre spécialisée en addictologie «  les sportifs sont particulièrement soumis aux fausses croyances en lien avec le jeu… ils prennent des paris et ont ainsi l’impression d’avoir plus de chances de gagner. Les sportifs sont aussi souvent frappés d’impulsivité, une pratique pathologique avec perte de contrôle. ». La théorie de Coppolani qui prétend le système de croisement des données infaillible est la suivante «Les sportifs prennent des paris en raison de leur esprit de compétition, presque inscrit dans leurs gènesEt ils développent aussi des risques d’addiction parce qu’ils ont beaucoup de temps libre.»

Autorité de la concurrence Isabelle de Silva 194 mille euros. Elevée au Brésil, cette fille d’un diplomate péruvien possède la double nationalité franco-américaine. Elle est, bien entendu, énarque. Spécialisée dans la gestion des caisses de retraites des artistes d’État, conseillère d’État à temps très partiel comme tous les autres, elle est nommée à ce poste en vertu de sa totale absence de connaissance du secteur.

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes Sébastien Soriano 191 mille euros. Deuxième péruvien de la bande et polytechnicien, il fut très proche de Fleur Pellerin, désormais mise en examen. Grand comique, il prétend que chacun peut choisir son opérateur en automate rationnel. Avec lui, les GAFA n’ont rien à craindre.

Conseil supérieur de l’Audiovisuel Olivier Schrameck 188 mille euros. Petit-fils d’Abraham que Maurras appelait à liquider avant de trouver une cible plus large en la personne de Léon Blum puis de tous les juifs, français et étrangers, piégés entre 1940 et 1944, énarque, il fut la main droite de Lionel Jospin. Son poste ne sert à rien. La seule revendication qui tiendrait serait donc l’abolition pure et simple de la redevance et la liquidation du conseil en question.

Président de la République et premier ministre 181 mille euros

Commission nationale du débat public Chantal Jouanno 176 mille euros. C’est la seule détentrice d’un BTS parmi la liste, la seule karatéka, aussi.

Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet Denis Rapone 175 mille euros. Spécialiste en autorités qui ne servent à rien telle que le CSA, il a rejoint celle-ci dont l’inanité tient en quelques nombres. D’après les statistiques du gouvernement, la Hadopi a envoyé 10 380 000 courriels de premier avertissement, puis 920 000 courriers de second avertissement, pour seulement 2 904 dossiers transmis à la justice. Sur ces dossiers, 910 exactement ont reçu une réponse pénale, dans la majorité des cas une alternative aux poursuites (indemnisations des ayant droit, versement d’une amende, rappel à la loi, etc.).

Commission nationale de contrôle des techniques du renseignement Francis Delon 170 mille euros. Enarque, d’abord dépêché au ministère de l ‘éducation nationale puis secrétaire général de la défense nationale, il est donc accompagnateur de tous les budgets en berne et de l’ensemble de la politique catastrophique menée tant en matière de défense que d’instruction publique depuis quelques décennies désormais.

Commission nationale de l’informatique et des libertés Isabelle Falque-Pierrotin 160 mille euros. Enarque, ancienne du cabinet de Jacques Toubon, elle incarne parfaitement la théorie graebérienne des bullshit jobs bien rémunérés.

Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur Michel Cosnard 157 mille euros. Spécialiste en algorithme, on le suppose cognitiviste en diable. Il n’a rien à dire sur la dépendance française, envers l’étranger, en matière de recherches, sur la place respective des langues anglaise et française, sur l’excellence française en mathématiques.

Défenseur des droits Jacques Toubon 155 mille euros

Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières Bernard Roman 150 mille euros. Titulaire d’une maîtrise en histoire, c’est un pur produit du socialisme des corons, à la fois corrompu, népotique et indigent.

Autorité de contrôle des nuisances sonores aéroportuaires Gilles Leblanc 150 mille euros. Ingénieur des eaux, des ponts et des forêts, il s’est spécialisé en gestion des établissements publics de la Défense, aux aéroports de Paris en passant par la RATP. On suppose qu’il aime les cantines d’entreprise pour cadres et les réunions inutiles.

Contrôleur général des lieux de privation de liberté Adeline Hazan 148 mille euros. Autre socialiste de la bande et ancienne du syndicat national de la magistrature, elle est la parfaite représentante du progressisme français.


Responses

  1. Vous voulez tout dynamiter dites-donc. Je comprends aussi la lassitude et le refus d’être pris pour un guignol. Mais j’en garderais ou réformerais quelques unes, la CNIL me semble intéressante ou importante. Peut-être n’est-elle que de l’ordre du symbole ?
    Et le CSA, lors de rappel à l’ordre aux chaînes, ne joue-t-il pas un rôle ? réformer sûrement, supprimer, je ne sais pas. Par contre, je vous suis sur Hadopi (inutile pompe à fric).

    Par contre, me gêne la présence de binationaux dans les instances. comme dans la cellule Afrique de Macron, la reprise de l’ancien ambassadeur du Bénin, travaillant maintenant pour la France ( je trouve cela incongru ou déplacé).

  2. pour le CSA?
    on rigole quand même
    surveiller l’audiovisuel? l’odieux visuel , oui!
    se remettre entre les mains de journalistes pour juger de l’opportunité de se laisser pourrir le cerveau ?
    plutôt crever!
    le financement public de cette merde molle et insidieuse devrait être interdit, je refuse de payer pour qu’on me pourrisse le cerveau


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :