Publié par : Ivan Kruger | mars 16, 2020

Chronique du coronavirus, 16 mars 2016 (1er jour de télétravail)

Les gens n’ont plus de théorie sur le covid 19, c’est comme une panique qui s’actualise de manière stochastique et s’empare des corps, les brûle, les consume et les éteint dans le dernier spasme d’un ventilateur. Tous ne mouraient pas mais tous étaient touchés, le vers vient s’enkyster autour des déclarations du maréchal Macron. Nous attendons tous qu’un proche soit touché ou chacun le redoute mais c’est la même chose, nous ne voyons rien du tour du monde en cours parce que notre vision est fragmentaire et étriquée. Pour le moment comme il est répété mensongèrement, l’Europe est l’épicentre mais l’incidence et la prévalence disent tout autre chose. Dans le cloisonnement général qui s’annonce, dans la brusque dépression déclenchée par les ours en furie des Bourses et les tortionnaires russo-saoudiens, des pays entiers seront transformés en mouroirs, des zones et pourquoi pas des marges à peine mentionnées et comme oubliées des cartes. Nous regarderons mourir comme dans un vers de Lucrèce tous les corps possibles, noyés et dépulpés, en agitant un thermomètre derrière l’écran de notre télétravail en panne.

1/ Il y a bien des choses à Wuhan mais il n’y a plus de cérémonies funèbres. On y meurt en solitaire à l’hôpital ou en famille, en quarantaine. Puis direction l’incinérateur. Les hôpitaux adjacents ont été démontés. On les appelait Huoshenshan et Leishenshan. Toutes les traces ont été effacées. On dirait un mauvais remake d’un film dystopique. Entre les 30 mille paires du covid-19 et le coronavirus de la chauve-souris, 4 % de différence, autant dire 1200 paires. Si on y ajoute leur production, les protéines, on voit bien que nous ne savons rien de son origine précise ni de son destin. Et le destin se résume à un dessin parce que nous sommes des primates et qu’un primate est avant tout un voyeur et un exhibitionniste. Donc ce dessin est une courbe comme il se dit puisqu’on aime les courbes mais justement sur quelle portion de la courbe sommes-nous ? Attendons-nous son pic comme on attend celui du pétrole, avec un mélange de candeur, de joie funèbre, et de plaisir pris à la destruction à venir. Il y a une jouissance du krach qui n’envisage jamais les conséquences d’un tel effondrement.

2/ Il existe une hypothèse sur l’origine du covid-19 qui n’est jamais évoquée réellement. Je veux dire en dehors des cercles para-marxistes. Le lien entre l’émergence des coronavirus et l’élevage agro-industriel via le transfert zootonique. Epizooties et épidémies sont liées au même titre que le dressage des animaux grégaires ou non et celui des hommes. La domestication est une histoire profonde, l’atavisme aussi. Il est attesté historiquement puisque le passage à l’agriculture sédentaire est concomittant de l’apparition des premières épidémies sans doute pour des raisons morphologiques (le rassemblement de populations nombreuses sur un territoire réduit) mais aussi génétiques (la chute de la disparité des espèces élevées). Il y a donc une série homologue, historiquement et il ne semble pas déraisonnable de tester l’hypothèse suivante : est-ce que l’utilisation de monocultures génétiques d’animaux domestiques ne supprime pas les pare-feux immunitaires disponibles pour ralentir la transmission ?

3/ S’il est avéré que le covid-19 ne se transmet pas comme la grippe (il n’y aucune immunité collective face au premier) ni comme le SRAS comment se fait-il qu’un nombre plus que majoritaire de blouses blanches ont minimisé jusqu’à ce jour, l’incidence du covid, contribuant au désastre en cours ? Ainsi je lisais aujourd’hui sur Mediapart les élucubrations d’un épidémiologiste qui expliquait qu’il ne fallait pas tester en masse la population pour ne pas l’affoler. Il ajoutait que le tensiomètre crée l’hypertension. Face à une telle bêtise il faut répondre trois choses. En premier lieu, une pensée post-galiléenne a cessé depuis longtemps de croire que ce qui n’est pas visible n’existe pas. En deuxième lieu que la Corée du Sud a prouvé que tester en masse permet d’agir vite et de manière ciblée. En dernier lieu que ce n’est pas le tensiomètre qui crée les incidents ischémiques.

4/ L’économie politique du test (60 par jour au CHU de Clermont-Ferrand, on souhaite bonne chance aux auvergnats) coûte 32 dollars en Afghanistan, 1200 dollars à un états-unien non-assuré, 3270 dollars à un employé d’une société d’appareils médicaux de Floride qui revenu de Chine, aux premiers temps de l’épidémie, avait demandé à ce qu’on le teste. Les comparatifs ppa de l’ONU devraient intégrer d’urgence cette distorsion quand les statisticiens comparent les parités monétaires et donc le pouvoir d’achat entre les peuples où nous figurons toujours parmi les « riches » sans doute parce que nous craignons la pauvreté. Une sorte de baume psychologique, les plus méchants diraient de la vaseline.

6/ Vendredi, donc après l’intervention du maréchal Macron, le sergent-chef Blanquer était en visio-conférence avec ses collègues recteurs. Le même homme qui prévoit un taux de prévalence maximum au sein de l’Humanité réclamait une présence massive des enseignements dans les écoles, histoire de continuer à tester l’immunité collective du corps enseignant après l’avoir dépouillé d’une retraite décente, de salaires, même médiocres, et de pouvoirs, presque insignifiants quant à la validation des examens. Pour ce qui est des professions médicales, les voici réduites à mendier des masques de protection et des ventilateurs mécaniques. J’imagine déjà l’homélie digne de la République islamique iranienne honorant les futurs martyrs du covid-19.

7/ Le mensonge donc le secret est devenu l’apanage de tous les Etats et pas seulement de la Chine, de toutes les firmes transnationales et pas seulement des Etats. Ils se réservent donc le monopole de la force et de la contrainte. L’individu dont la seule protection est justement le droit au secret est exhibé en permanence : comme foyer de contamination, comme pervers, comme cible, comme porteur d’un code (rouge, jaune, vert), comme salarié, comme assujetti. Plus que jamais, Joseph K est son avenir.

8/ L’information est toujours aussi verrouillée. Les seules paroles autorisées, en dehors des clowns manufacturés par les dictatures et les démocraties, sont celles des experts et des chefs de service. Les premiers sont les porteurs de savoirs morts, les seconds n’ont pas pu, dans le meilleur des cas, s’opposer à la ruine du service public de santé. Au pays des moribonds et des éclopés, seule la mort est reine.

9/ J’ai découvert avec stupéfaction à quel point l’Europe est devenue une sorte de Tiers-Monde qui s’ignore. Incapable de produire des masques en série, des ventilateurs mécaniques, de trouver des solutions coopératives et technologiques à la propagation du virus. Ce constat de faillite remet au goût du jour Marc Bloch et son étrange défaite.

10/ Si nous sommes en guerre, comment faire confiance à des officiers supérieurs dont l’incompétence est flagrante ?

11/ Les gestes-barrière est le nouveau mot d’ordre. Notre nouvelle ligne Maginot.

12/ Durant la grippe espagnole, les deuxième et troisième vague furent les plus meurtrières. Comme l’écrivait Villon, priez dieu que tous nous veuille absoudre.


Responses

  1. La réalité s’inspire de l’esthétique de son temps. Après les séries de morts-vivants, il fallait les vivants qui meurent en série.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :