Publié par : Ivan Kruger | avril 11, 2020

Beliaroth, le chahut 2.0 et le racisme fantôme

« J’essaie de faire rire les gens en cette période de confinement. J’ai beaucoup de messages d’ados qui vivent très mal le fait d’être enfermé qui me remercient de leur faire passer un bon moment. Avec les autres youtubeurs, nous essayons de produire un maximum de contenus pour occuper les jeunes afin de leur éviter d’être tentés de sortir. »

Beliaroth, troller

« Je ne lui en veux pas, il a été très vite pris de remords et n’avait pas mesuré les conséquences »

M.N, professeur contractuel de Physique-Chimie dans le 9.3 et militant antiraciste

« Le Ministère a fourni une notice d’information pour le personnel afin de rappeler les enjeux multiples de l’enseignement en ligne. Même si nous avons conscience que les plateformes ENT rencontrent de nombreux bugs poussant les enseignants à utiliser d’autres supports comme Discord, nous leur recommandons plutôt d’utiliser des plateformes agréées comme “Ma classe virtuelle” du CNED »

Rectorat de Créteil

Il y a quelques semaines, une idée incroyable s’est insinuée parmi les agenceurs de la plateforme YouTube : « troller » des cours en ligne. En gros, créer un chahut 2.0. Comme Blanquer avait réclamé la continuité pédagogique soit, virtuellement, l’élargissement de la classe au monde entier, si possible francophone, comme la plate-forme de l’ENT ne fonctionnait qu’à moitié, comme les élèves et leurs parents ont de grandes difficultés à décrypter la langue française écrite, la chose s’avérait simple, pour ne pas dire nécessaire. Prenons le cas de Monsieur N., professeur dans l’Académie de Créteil, piégé par l’agenceur Beliaroth, dont les deux vidéos « Monsieur N perd les pédales » atteignaient le demi-million de vues avant d’être effacées.

Ce succès interroge. Un demi-million de visites relèvent du phénomène de société mais aussi de l’ennui mais encore de l’indifférence envers les milliers de morts, surtout des anciens. Pas de crève-coeur pour l’agenceur Béliaroth. Never mind. Pour lui l’expression mort de rire n’est pas un vain mot. Pour ses groupies masculines, non plus. Pour les féminines, on ne sait pas. Rappelons que les jeunes de notre pays préfèrent travailler comme auto-entrepreneurs pour UberEats, Franprix ou Monoprix que d’aider à la lutte contre le coronavirus alors qu’ils représentent moins de 0,1 % des cas mortels. Remplir les caddies plutôt qu’aider papi et mamie, c’est leur choix.

Monsieur N. comme d’autres, avait choisi la plateforme de jeux Discord pour assurer ses cours en ligne. Comme d’autres, il a fait du zèle, il voulait aider les jeunes, lutter contre les inégalités sociales, démontrer son civisme à toute épreuve, construire un pont vers le bac pour tous et toutes. Même plus de QCM, même plus de questionnaires à trous, même plus de dictées à dix mots pour les dys quelque chose. Le baccalauréat transformé en droit inconditionnel de l’homme ignorant. Meirieu y pensait, Blanquer l’a réalisé.

Selon M.N, Beliaroth « a réussi à infiltrer mon cours deux jours différents. La première fois je n’ai même pas su qui c’était, c’est la deuxième fois que j’ai compris et tout fait pour sécuriser le cours en ligne. C’est d’ailleurs un élève qui m’a aidé à le faire car je ne savais pas comment on pouvait se prémunir contre une intrusion. Nous les profs, nous n’étions pas du tout préparés à devoir utiliser des plateformes vidéo en ligne ». Donc si l’on suit M.N, il ne connaissait rien à cette plateforme en ligne, et il n’était pas le seul mais n’écoutant que son ignorance et sa bonne volonté, il l’a utilisée satisfaisant aux vœux du sergent-chef Blanquer et à la motion collective de la salle des profs en ligne pour une école républicaine et sans E3C. Débordé dès le premier jour par l’intrusion de Beliaroth dit invisible man, aidé par un infiltré qui ne sera pas nommé (sans doute un afro-maghrébin possédé ou sous l’emprise d’un blanc raciste du 9.3), M.N en appelle à un élève quelconque et lance un SOS, entonnant la célèbre mélopée d’Indila.

La réussite de Beliaroth aurait déclenché d’autres intrusions (« Marie s’infiltre » y est allé, il y a peu, de sa petite vidéo en « cours d’espagnol », cojones, c’en est trop.). Par ailleurs, l’identité de Monsieur N. est révélée malgré les trucages, la buée et les contours travaillés : « Les élèves m’ont reconnu, mon nom a fuité dans les commentaires ». Non seulement les vidéos furent un succès mais elles furent aussi l’occasion d’échanges fructueux. Béliaroth avait réussi son pari, empêcher les jeunes de transgresser en masse le confinement. On le tance alors qu’il mérite une reconnaissance civique. De son côté, M.N serait soutenu par sa hiérarchie qui n’a toujours pas exclu l’élève qui invita Béliaroth sur Discord car si l’intrusion dans une classe réelle est un délit, le piratage en ligne d’une classe virtuelle semble aussi un droit sacré du lycéen qui aura de toute façon son bac avec le régime troisième trimestre entièrement optionnel. Monsieur N. qui ne dort plus, a choisi d’entamer une procédure judiciaire pour racisme puisque l’agenceur parodiait son accent. Précisons que Béliaroth est blanc, ce qui donne du poids racial à la plainte de M.N, celui qui pardonne à l’élève de sa classe (pas blanc du tout, ou alors qui sentait pas bon, vous connaissez la suite) mais pas à ce Béliaroth tout blanc, ce méchant shaitan qui se moque des accents sauf de ceux de banlieue.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :